Henri de Castries quittera Axa le 1er septembre

 |   |  831  mots
Selon le journal britannique Sunday Times, Henri de Castries, qui est devenu administrateur de HSBC le 1er mars, est favori pour succéder à l'actuel président du géant bancaire britannique, Douglas Flint.
Selon le journal britannique Sunday Times, Henri de Castries, qui est devenu administrateur de HSBC le 1er mars, est favori pour succéder à l'actuel président du géant bancaire britannique, Douglas Flint. (Crédits : Reuters)
A la tête de l'assureur depuis 2000, Henri de Castries passera la main le 1er septembre. Le président semble exclure l'idée de prendre la direction de la banque britannique HSBC.

Article publié le lundi 21 mars à 8:13, réactualisé à 14:01

Après 27 années passées chez Axa, dont 17 à la tête du géant français de l'assurance, Henri de Castries va quitter ses fonctions le 1er septembre 2016 :

"Henri de Castries, président-directeur général d'Axa, a pris la décision de quitter ses fonctions et de renoncer à son mandat d'administrateur le 1er septembre 2016", deux fonctions qui couraient jusqu'en 2018, a annoncé le numéro deux européen de l'assurance dans un communiqué publié lundi.

Si Henri de Castries a confirmé dans la matinée son entrée au conseil d'administration de la banque britannique HSBC comme administrateur, il a toutefois refusé d'évoquer une possible candidature pour diriger l'établissement bancaire.

"J'ai vu des choses ce matin écrites sur HSBC: oui, je rentre sur le conseil d'administration d'HSBC pour être administrateur. Pour le reste, il ne faut pas transformer une coïncidence de date en événement. Il n'y a aucun lien entre le fait que j'annonce aujourd'hui mon départ d'Axa et le fait que par ailleurs, HSBC ait entamé un processus de renouvellement de son équipe dirigeante", a déclaré le dirigeant sortant lors d'une conférence de presse.

Hasard du calendrier ?

Dimanche, le Sunday Times, avait rapporté que M. de Castries, nommé administrateur de HSBC le 1er mars, était favori pour succéder à l'actuel président du géant bancaire britannique, Douglas Flint.

Dans un document publié vendredi avant l'assemblée générale des actionnaires de HSBC prévue le 22 avril, l'actuel président, Douglas Flint, annonce que le conseil d'administration entend nommer son successeur "courant 2017". "La date exacte dépend clairement de la nécessité de trouver et retenir le candidat approprié", poursuit dans le même document M. Flint.

Séparation des fonctions

PDG d'Axa depuis 2010, M. de Castries a expliqué dans une lettre à ses collaborateurs, que son choix avait été "mûrement réfléchi" et qu'il considérait que le groupe "qui n'a jamais été aussi en forme" se trouvait  "au meilleur moment" pour un passage à témoin.

Le conseil d'administration d'Axa, qui s'est réuni samedi, a décidé à l'unanimité de séparer les fonctions de président du conseil d'administration et de directeur général, a souligné le géant de l'assurance.

"Il est naturel qu'une nouvelle équipe lance et porte le nouveau plan stratégique" que l'assureur présentera le 21 juin, et qui devrait définir la transformation numérique du groupe, a expliqué le patron dont le mandat d'administrateur avait été renouvelé en avril 2014 pour quatre années supplémentaires. Le dirigeant a exprimé au passage sa "gratitude aux 166.000 femmes et hommes qui sont le visage et la voix d'Axa pour nos 103 millions de clients dans le monde".

L'Allemand Thomas Buberl va diriger Axa

L'allemand Thomas Buberl, jusqu'ici directeur général d'Axa Allemagne, membre du comité exécutif et du comité de direction, va lui succéder à la direction générale.

M. Buberl va "travailler très étroitement" avec Henri de Castries à la finalisation du nouveau plan stratégique du groupe qui a déjà investi 950 millions d'euros depuis 2010 dans la transformation numérique.

Denis Duverne, 62 ans, deviendra président non-exécutif du conseil d'administration. Entré en 1995 chez Axa, il en était l'administrateur et directeur général délégué depuis avril 2010.

Investissements sur les marchés émergents

La nouvelle équipe de direction hérite d'un groupe en forme, qui a réalisé une hausse de 12% de son bénéfice net l'an dernier à 5,61 milliards d'euros. L'objectif de réduction des coûts de 1,9 milliard d'euros fixé dans le plan stratégique 2010-2015, a été atteint, avec 300 millions d'économies réalisées en 2015.

"Nous avons multiplié par huit notre résultat opérationnel et, malgré plusieurs crises financières, nous sommes toujours restés profitables et avons toujours tenu nos engagements envers nos clients", a rappelé le patron d'Axa à ses collaborateurs.

Sous sa direction, le groupe a renforcé sa présence dans les marchés émergents et s'est concentré sur ses coeurs de métier que sont l'assurance vie et santé, l'assurance dommages et la gestion d'actifs.

Depuis 2010, le groupe a investi plus de 5 milliards d'euros sur les marchés émergents, essentiellement en Asie où Axa est devenu le premier assureur international en dommage et le troisième en assurance-vie. Il s'est également renforcé en Afrique en 2015, notamment au Nigeria et en Egypte.

Avant de succéder à Claude Bébéar à la tête d'Axa, M. de Castries a été de 2000 à 2010 président du directoire d'Axa, où il a passé au total 27 ans. En novembre 2015, il a été nommé à compter de mars 2016 administrateur non exécutif de HSBC, principale banque européenne basée à Londres et très active sur les marchés asiatiques. Parmi les autres fonctions qu'il occupe, il est aussi administrateur non-exécutif du géant suisse de l'alimentation Nestlé.

>> Lire aussi Profits en hausse pour Axa malgré l'assurance dommages

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2016 à 11:03 :
Il n'a guère brillé à la tête d'Axa, au vu du cours du titre depuis des années, s'il arrive chez HSBC, il est à craindre que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :