Banque : et si c’était la fin des distributeurs automatiques de billets ?

 |   |  1016  mots
Avec la hausse du paiement en ligne et sans contact, sur mobile ou par carte, les automates sont de moins en moins utilisés.
Avec la hausse du paiement en ligne et sans contact, sur mobile ou par carte, les automates sont de moins en moins utilisés. (Crédits : Reuters)
L’essor du paiement en ligne et sans contact, sur mobile ou par carte, accélère la baisse des usages des automates, qui coûtent cher aux banques. Le DAB a encore de l’avenir selon certains fournisseurs qui essaient d’inventer de nouveaux services comme la réservation de billets de spectacles.

Le mois prochain, on fêtera les cinquante ans du premier DAB, le distributeur automatique de billets, ouvert par la Barclays, au nord de Londres en juin 1967. En France, le premier automate fut installé l'année suivante, à la Société Marseillaise de Crédit, au tout début de la carte bleue, qui peina à décoller avant le milieu des années 1980 pour devenir le premier moyen de paiement des Français en 2003. Les machines se sont modernisées depuis mais, à l'heure du numérique, de la banque sur mobile et du paiement sans contact, qui laisse entrevoir un monde sans cash, les spécialistes du secteur s'interrogent sur « la fin des automates bancaires ».

Barclays DAB

[Barclaycash, le premier distributeur automatique de billets mis en service, chez Barclays, en juin 1967, devait permettre à l'agence de fournir un service 24h/24.]

Selon une étude OpinionWay pour l'éditeur italien de logiciels bancaires Auriga dévoilée ce jeudi, 29% des Français estiment qu'ils utilisent moins souvent les distributeurs automatiques de billets depuis cinq ans, principalement parce qu'ils paient plus fréquemment en carte bancaire et moins en espèces.

Usages DAB distributeur banques

[Quels sont les types d'opérations que vous avez réalisées sur des distributeurs automatiques de billets au cours des 12 derniers mois ? En gris : non. Crédits : sondage OpinionWay pour Auriga]

Baisse du nombre de retraits et du parc

Interrogé, le Groupement des Cartes bancaires nous révèle les tous derniers chiffres: en 2016, le nombre de DAB a diminué de 2% (-1.200), le parc total tombant à 57.136. Le nombre de retraits baisse graduellement (-2,5% en 2015), tombant à moins de 22 par an et par carte. Toutefois, en valeur, le montant total des retraits a légèrement progressé (+1% à près de 127 milliards d'euros). Les Français retirent un peu moins souvent, mais davantage: 86 euros en moyenne en 2016, contre 84 euros l'année précédente.

Les banques ont tendance à "dédoublonner" leurs distributeurs et à regrouper les agences en fermant les plus petites, face à la baisse de fréquentation  - seulement 21% des Français se rendent dans leurs agences plusieurs fois par mois, contre 52% en 2010. Pour la première fois, en 2016, une banque française ayant l'un des tous premiers réseaux de distribution a enregistré une baisse, proche de 5% du nombre de transactions sur ses automates.

D'ores et déjà, les espèces représentent moins de 5% du total des transactions en valeur, selon des estimations convergentes, tandis que le paiement par carte ne cesse de progresser depuis 2000  et pèse plus de la moitié des transactions en volume.

Transactions cartes bancaires France 2008-2015

[Evolution des transactions par carte bancaire en France de 2008 à 2015. Crédits : Groupement des cartes bancaires]

« Ennuyeux » et « pas sûr »

Près d'un quart des Français (23%) perçoivent le DAB comme « ennuyeux » et la proportion monte à 37% chez les 25-34 ans, qui ne le trouve « pas sûr » non plus (45%, contre 35% pour l'ensemble des personnes interrogées). Selon ce sondage*, « le choix du DAB se fait d'ailleurs à 89% pour des aspects sécuritaires », à l'intérieur d'une agence notamment. La fonction plébiscitée demeure le retrait de billets, faute d'alternative: 92% des Français l'ont fait au cours des 12 derniers mois, loin devant le dépôt de chèque (45%) et la consultation des comptes (39%).

L'éditeur de logiciels veut croire que « les automates bancaires n'ont pas dit leur dernier mot » car 23% des sondés sont ouverts à plus de services sur ces machines. Par exemple, ils sont 51% (sur les 23%) à être intéressés par le retrait d'argent sans carte bancaire, à l'aide d'un code reçu par mail ou SMS. Plusieurs banques françaises ont commencé à le faire, notamment la Caisse d'Epargne et le Crédit Mutuel (e-retrait). Et 43% sont intéressés par la réservation et l'impression de billets de spectacles ou événements sportifs, 42% par le paiement de factures ou services administratifs, directement depuis le DAB.

« Le consommateur actuel a profondément changé, il est plus exigeant, encouragé par une utilisation accrue des applications bancaires mobiles et en ligne. Si l'utilisation massive de la carte bancaire relègue l'automate bancaire au second plan, cette étude prouve que le DAB a encore de l'avenir devant lui. En lui apportant davantage de valeur ajoutée via des services additionnels, son attractivité auprès des Français et plus particulièrement des 25-34 ans, serait renforcée », fait valoir Thierry Crespel, le responsable commercial pour la zone Europe d'Auriga.

Toutefois, l'enquête OpinionWay souligne « un point de vigilance: les usagers ne montrent pas un très fort enthousiasme à l'égard de ces nouveaux services ». Et une toute petite fraction serait prête à payer un surcoût (14% des personnes intéressées, moins de 2 euros par service).

En septembre dernier, les experts des services financiers du cabinet Deloitte s'étaient montrés très dubitatifs, en présentant une étude sur les relations entre les banques et leurs clients, soulignant que les consommateurs n'étaient pas très attachés au DAB de leur agence.

« Les machines multi-usages comme l'achat de billets de concerts, c'est le chant du cygne des fabricants de GAB, pour continuer à exister ! » avaient-ils estimé. « Est-ce la vocation d'un DAB de proposer de la recharge de crédit de téléphone mobile ? Avec le développement des moyens digitaux, on se dirige vers une diminution structurelle du nombre de guichets automatiques, qui coûtent cher aux banques en frais de transport de fonds », prédisaient-ils.

Banques DAB Français

[Lieu de retrait d'espèces habituel préféré des Français. Crédits: baromètre 2016 des relations banques clients Deloitte]

Si, en ville, il suffit de marcher quelques mètres de plus pour trouver un distributeur, les fermetures de DAB et d'agences posent un tout autre problème en zones rurales. Au Royaume-Uni, une solution a été trouvée pour éviter cet appauvrissement et la désertification bancaire des campagnes: les bureaux de la Poste servent désormais de guichet universel, à la suite d'un accord signé avec les plus grandes banques.

* Etude quantitative réalisée entre le 3 et le 8 mars 2017 auprès de 1.026 individus de 18 à 65 ans clients d'au moins une banque traditionnelle ou en ligne et utilisateurs de DAB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2017 à 2:14 :
Moi, je suis pour une carte sécurisée unique, qui soit à la fois :
Carte d'identité + permis de conduire + carte vitale + carte électorale + porte-monnaie électronique rechargeable. L'État ferait des économies !
De plus, l'État pourrait supprimer les espèces et le remplacer par le porte-monnaie électronique !
Pour les banques, il n'y aurait plus de transferts de fond;
Pour le particulier, l'état assurerait un "non-suivi" commercial des dépenses;
Pour l'État, économie d'édition des billets et pièces, ... et l'état pourrait faire financer ces nouvelles cartes multi-usages par les banques, puisqu'elles s'y retrouveraient par l'économie des transferts de fond. L'état s'y retrouvera aussi grace à un meilleur recouvrement des impôts et taxes : s'il n'y aurait pas de suivi des dépenses, les recettes, elles, seraient controlées !! Du coup, l'État aura les moyens, grace aux économies réalisées, d'aider toutes les TPE et petits commerçants, à s'équiper d'un terminal CB !!
Après tout, la fraude est en partie responsable de la situation de la Grèce : je ne souhaite pas ça pour mon pays !
a écrit le 04/05/2017 à 21:41 :
C'est le rêve récurant d'une certaine oligarchie de supprimer le cash. Ce genre d'article revient régulièrement dans la presse. On supprime le cash, et après ? Vous devriez relire 1984 d'Orwel.
a écrit le 04/05/2017 à 21:36 :
Les distributeurs vont totalement dispaitre mais pas le cash. On en retirera chez les commercants et supermarches.
a écrit le 04/05/2017 à 19:48 :
Je suis ravi de lire les commentaires précédents !
ca sent l'article de commande à plein nez !
Le cash est aussi Le paradis fiscal du pauvre! Aucun créditeur ne lui prend ou bloque son argent.
Si vous croyez à la liberté croyez au cash.
Pour les naïfs et les jaloux, si vous croyez que le cash c est la fraude ...et bien militez pour renforcer les équipes du fisc pas de problème ! Les mafias trouveront toujours des pauvres gens pour faire prête noms de leurs magouilles.
Réponse de le 04/05/2017 à 21:37 :
Les mafias seraient de grande utilisatrices du Bitcoin, parait-il ?
a écrit le 04/05/2017 à 19:42 :
Apocalypse 13:11-18 :
« ... Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait.
Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués.
Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,
et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.
C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. »
a écrit le 04/05/2017 à 18:37 :
l'idee c'est d efaire une bonne propagande pour expliquer aux gens pourquoi ils n'ont pas besoin de liquide;
outre le fait que ca permettrait aux banques de reduire leurs couts ( mais sans en faire beneficier les clients, il faudra bien arguer qu'il faut payer la securite informatique), ca permet de suivre a la trace ce que les gens font de leur argent, que ce soit la banque ou les administrations......peut etre que certains recevront une lettre de leur banquier qui trouve qu'ils vont trop au restaurant, et pourraient acheter une voiture qui consomme moins, vu les additions....
last but not least, c'est un excellent moyen de ruiner les gens en les empechant d'acceder a leur argent et en leur poussant au fond ( euh ' fonds' serait plus adapte) de la gorge des politiques monetaires dont certains se gargarisent a l'election presidentielle francaise...
limite, interdisons et les banques et passons tous au blockchain! ah ben non c'est pas possible, comment voulez vous fliquer et traquer les gens avec ca, hein?
Réponse de le 05/05/2017 à 14:55 :
"peut être que certains recevront une lettre de leur banquier qui trouve qu'ils vont trop au restaurant,"
tout à fait ? Ma banque en ligne exige que je dépense (CB gold Gratuite) et s'en porte bien car elle encaisse une partie des commissions. Ne pas dépenser est l'ennemi des banques, à crédit si on veut, c'est encore mieux.
Si votre banque fait aussi assurance son intérêt ne sera pas le même, elle vous conseillera de rester à la maison, rouler est dangereux.
Ça serait difficile de ne pas avoir du tout de monnaie vu que tout système moderne a des frais (bancaires)(CB : terminal, abonnement, commission, le réseau (téléphonie ou internet), sans contact pareil, smartphone, pareil, ...). En Suède, ils veulent réduire l'usage de la monnaie mais les vendeurs de fraises (25-40SEK/Litre 2,7-4,4€) en sortie des magasins (circuits courts) n'ont pas de terminaux CB, quand des pauvres tendent un gobelet, une pièce est la bienvenue, ...
a écrit le 04/05/2017 à 15:54 :
Sans smartphone qu'on veut nous obliger à avoir, et refusant le paiement sans contact, comment fera-t-on ? Plus de courses, les commerçants se passeront de moi !
a écrit le 04/05/2017 à 14:10 :
Je paye l essentiel des mes dépenses courante en cash....et refuse le paiement sans contact....
Je refuse que ma banque ou quiconque puise suivre a la trace...mes dépenses
Et quand les entreprises ne viennent jamais faire,de,tout petit travaux chez moi
Car pas assez intéressant, j ai quelques adresses d ouvriers des ces mêmes entreprises qui viennent le samedi faire des p'tites bricoles au noir....pour 50 ou 100 euros...tout le monde s y retrouve...et ça ne manque a personne car le boulot n aurait pas été fait...
J ajoute que les,coordonnée de ces ouvriers m ont ete données par leur patron
Réponse de le 07/05/2017 à 9:29 :
"J ajoute que les,coordonnées de ces ouvriers m ont été données par leur patron" car lui aussi doit les payer au black et ne doit pas non plus payer la TVA. après cela, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait une fracture sociale dans ce pays. Si les contrôles de ces PME étaient efficaces, nous aurions tous à y gagner.
Réponse de le 07/05/2017 à 9:30 :
"J ajoute que les,coordonnées de ces ouvriers m ont été données par leur patron" car lui aussi doit les payer au black et ne doit pas non plus payer la TVA. après cela, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait une fracture sociale dans ce pays. Si les contrôles de ces PME étaient efficaces, nous aurions tous à y gagner.
a écrit le 04/05/2017 à 13:08 :
Peut-être qu'on ne les trouvera plus qu'à proximité des grandes surfaces ? Comme la boite aux lettres souvent présente, pour cibler un endroit qui brasse beaucoup de monde.
On ne peut se priver de billets totalement, pour les petites sommes, acheter un "canard" :-) ou le pain. Au marché, les commerçants ont tous le paiement par CB ou smartphone ou alors préfèrent la monnaie ?
a écrit le 04/05/2017 à 13:04 :
Ce que vous oubliez de dire c'est que pour entrevoir un monde sans cash il faut d'abord entrevoir un système économique sein dans lequel tout le monde est gagnant, car l'économie parallèle est d'une part gigantesque et qu'en plus croissante du fait de la paupérisation générale, du fait de l'abandon de nos dirigeants économie de l'économie au service de tous du coup il n'y a pas d'autres alternatives que de générer une économie parallèle, qui se fait toute seule car indispensable à des millions de gens.

Donc néolibéralisme et société sans cash ne peuvent pas s'accorder sans laisser des millions de gens dans la misère noire et dans le désespoir, des gens qui n'auront plus rien à perdre et deviendraient de suite particulièrement dangereux pour nos dirigeants oligarchiques qui bien entendu utiliseraient leurs médias pour parler de "terrorisme" mais dont l'imposture ne tiendrait pas longtemps devant les dizaine de millions de personnes touchées par le phénomène.
a écrit le 04/05/2017 à 12:40 :
Foutus banquiers... moins ils en font plus vous payez !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :