La Tribune

Ce tabloïd anglais qui cherche à discréditer la Société Générale

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Julien Beauvieux et Mathias Thépot  |   -  803  mots
Rapidement supprimé du site Internet du journal britannique, un article de l'édition du dimanche du Daily Mail insinuait sans fondement que la banque française devait être secourue par l'Etat.

Le 8 août dernier, l'hebdomadaire britannique Mail on Sunday, apparenté au quotidien Daily Mail, lançait de l'huile sur le feu en annonçant que la Société Générale aurait besoin d'un plan de sauvetage. L'hebdomadaire, qui n'a pas cité de sources, a écrit que "le président Nicolas Sarkozy doit envisager la possibilité que la seconde banque du pays, la Société Générale, est proche du désastre après de lourdes pertes sur des lignes de crédit accordées à la Grèce".

Même si l'information a été démentie par la banque française, la rumeur aurait, selon plusieurs traders parisiens, participé à la chute vertigineuse en bourse de la banque de près de 15% mercredi.

La banque italienne UniCredit a également été citée dans l'article du Daily Mail, qui indiquait qu'UniCredit souffrait des mêmes maux que la Société Générale. La banque italienne a également démenti.

L'importance démesurée prise par cette rumeur montre à quel point les marchés financiers sont tendus en ce moment. D'autant que l'on peut s'interroger sur la finalité réelle du brûlot du Daily Mail.

Visiblement à court de sources de marché, le quotidien n'a ainsi réussi qu'à collecter des réactions gouvernementales anonymes, traditionnellement enclines à voir le mal partout dans la zone euro. "En Grande Bretagne, une source gouvernementale a jugé la situation des deux banques "périlleuse", un responsable officiel du Trésor s'étant pour sa part refusé à tout commentaire", écrit ainsi le journal. Et d'embrayer sur une ode à la sécurité financière offerte par les autorités britanniques en cas de catastrophe : "si l'une des deux banques sautait, les consommateurs britanniques dont les avoirs sont inférieurs à 85.000 livres seraient protégés par le Financial Services Compensation Scheme".

La démonstration de la supériorité du système financier britannique semblait en réalité au c?ur du projet de l'auteur de l'article. Deux paragraphes plus loin, on apprend que, bien que les gouvernements français et italien se tiennent prêts à secourir la Société Générale et UniCredit, "on estime ("it is thought" dans le texte) que les mécanismes que [la France et l'Italie] ont mis en place pour sauver les institutions financières sont moins développés que ceux de la Grande-Bretagne, qui a été la plus touchée par le 'credit crunch' de 2008 et a en conséquence développé des plans alternatifs plus complets".

Les arguments chiffrés développés dans l'article sont pour leur part déjà connu des marchés. Le journal s'est appuyé sur la forte exposition nette d'UniCredit à la dette italienne (47 milliards d'euros), qui est connue depuis le 15 juillet et la publication des résultats des "stress tests" bancaires par l'Autorité bancaire européenne. Concernant la Société Générale, les provisions de 395 millions d'euros à la dette grecque avaient été annoncées en grande pompe le 3 août dernier par la banque, soit cinq jours avant l'article du Mail on Sunday. Pas de quoi donc faire paniquer les marchés financiers, déjà bien au courant de la situation financière des deux banques.

Selon le Daily Mail, la BCE a enfin relevé que les banques européennes commencent à refuser de se prêter au jour le jour sur le marché interbancaire. Des tensions incontestables ont vu le jour, et les banques ont d'ailleurs emprunté mercredi 4,06 milliards d'euros au guichet de prêts marginal de la BCE, un record depuis trois mois. Mais dans le même temps, l'Euribor 3 mois, qui mesure le taux moyen auquel les banques se prêtent, a sensiblement dégonflé depuis que la BCE a annoncé jeudi dernier qu'elle lancerait le 9 août un prêt à 6 mois en quantité illimitée et à taux fixe. Une mesure d'accompagnement essentielle et diamétralement opposée à la tétanie totale dans laquelle se trouve actuellement la Banque d'Angleterre (BdA). Alors que la rigueur menace de plonger le Royaume-Uni dans un marasme économique majeur, et dont les émeutes actuelles pourrait bien être un des symptômes avant-coureur, Mervin King et les siens se sont bornés au silence jeudi dernier à l'occasion de leur comité de politique monétaire mensuel. Il faut dire qu'avec des taux directeurs à 0,5% et 200 milliards de livres de planche à billets au compteur, la BdA n'a plus beaucoup de munitions pour affronter une récession...

Sûrement conscient de ses errements, le Daily Mail a par la suite publié des excuses sur le site de la Société Générale "sans réserve" et a retiré l'article de son site Internet.

Mais cela n'a pas empêché le titre Société Générale de connaître une journée épique ce mercredi, lors de laquelle il a abandonné jusqu'à 22%.

Réagir

Commentaires

Alex  a écrit le 21/08/2011 à 16:41 :

encore un coup des english, la Société Générale devrait porter plainte et qu'ils paient pour le préjudice causé, c'est trop facile de mettre la pagaille et dire sorry

Rien  a répondu le 22/08/2011 à 11:54:

De toute façon on ne porte plainte que si l'on a rien à se reprocher ce qui n'est certainement pas le cas de cette banque dont l'ancien responsable a été soupconné de fraude sans compter sa soi-disant "irresponsabilité" dans l'affaire Kerviel.

Eric 86  a répondu le 05/09/2011 à 10:15:

Je suis entiérement d'accord avec Alex.

tirlarigo  a écrit le 15/08/2011 à 9:08 :

Comme toujours la perfide Albion, qui a essayé de tuer le Marché Commun à ses débuts, voudrait tuer l'Euro.Que les Britaniques réglent leur probléme de banlieu et évitent la délation, le Général De Gaulle avait raison, on ne peut leur faire confiance...

antiluv  a écrit le 12/08/2011 à 18:35 :

moi je m inquieterais plutot pour les francais que pour la SG.
il serait temps qu on reprenne le droit de battre monnaie pourquoi on dois craindre qu'une banque comme la SG parte en faillite ? pourquoi on as laisser des bank d investissement investir l argent du francais moyen? personne ne regarde jamais les chiffre sur l insee pourquoi on dis pas que 2/3 de notre PIB partiras en taux d'interet dans 14 ans ? ( et je suis gentil si on garde un taux d interet a juste 4% ). je vous le dis tout cela pue la mort ! moi je pense qu on devrais rendre responsable les politique qui depuis 30 ans on laisser faire le raquette de la loi giscard pompidou et je mais dans le meme panier les media qui essaye de nous faire croire que notre avenir a nous les francais depend de la bonne sante que quelque entreprise qui eux invetisse partout sauf chez nous. ca me degoutte

Ronan  a écrit le 12/08/2011 à 14:22 :

Achetez,achetez!
Les Britanniques et leur média abominables,après avoir eu tort sur à peu-près tout, dérèglementation financière, l'Euro, la guerre d'Irak, insulté la France et les Français lors des émeutes de 2005, baissent enfin le masque et agressent la France et l'Europe par n'importe quel moyen.
Il est difficile de continuer à considérer ce pays comme un pays ami.

tatoucompris  a écrit le 11/08/2011 à 22:24 :

Il y a une guerre entre l'Europe continentale et les anglo-saxons (USA et Angleterre).
Depuis plusieurs mois, nos amis pilonnent l'Europe en montrant du doigt et en spéculant sur les dettes des états européens pour fragiliser l'Euros. Cette guerre vise à faire exploser l'Euros qui est un concurrent au dollars. L'Euro est une étape de la transformation des monnaies de pays vers une monnaie mondiale unique. Les USA ne veulent pas de cela car il perdrait une partie de leur puissance. Cette rumeur sur la Société Générale est un test avant de lancer une offensive serieuse sur les banques de la zone euro.

marc  a répondu le 11/08/2011 à 22:41:

c'est exactement cela! Le bancor va être proposé par les européens ainsi que les pays émergents, mais les US feront tout pour que cela n'arrive pas. On traine les erreurs de Bbretton woods depuis trop longtemps. il faut tuer le dieu dollar.

NERO 51  a écrit le 11/08/2011 à 22:14 :

il n'ya pas de fumé sans feu,en général.est ce que la générale respecte bien les criteres de bale 3 ? la est la question.selon la banque ,c'est oui,selon d'autres,c'est non.ou est la vérité ??

lucifer  a répondu le 13/08/2011 à 5:55:

A NERO 51 - Qui, selon d'autres?

dolly44  a écrit le 11/08/2011 à 21:34 :

on a ce qu'on recolte.A force de vouloir faire toujours plus de fric avec l'argent qu'on a pas,la main s'abat sur soi...pauvre humain cupide!

Tzeensh  a répondu le 12/08/2011 à 7:23:

C'est justement gràce au fric que la Société Générale ne dépose pas le bilan...

tine 55  a écrit le 11/08/2011 à 21:12 :

ces anglais qui n'ont pas l'euro ne se gènent pas pour allumer l'incendie sur la société générale,et puis ces agences de notations qui prennent leurs sources dans les tabloides anglais, mais qu'est ce que c'est que cette bande de plouks

rumeur  a écrit le 11/08/2011 à 19:53 :

On peut accuser Rire et Chansons aussi lol

toccata  a écrit le 11/08/2011 à 18:40 :

Depuis quand croit-on naïvement tout ce qu'il y a d'écrit dans les journaux? Je pense que la SG est l'acteur de cette histoire qui se fait le plus de mal, parce que pour être prise au sérieuse, une telle rumeur ne peut pas reposer que sur du vent. Au mieux, une certaine opacité des comptes (quelle est l'exposition au différentes dettes à risques?) alimente les fantasmes, mais c'est du ressort de la SG que d'y remédier.

Discrédite toute seule  a écrit le 11/08/2011 à 17:31 :

La société générale se discrédite toute seule auprès des entreprises, la SG est une des plus macabres banques pour eutanasier les TPE et les PME, cette banque est destructrice de valeurs travail et ne connaît que desscandales à répétition. Il faudra voir comment va finir son idile avec e'autres banques en Russie !!!

canard  a écrit le 11/08/2011 à 17:17 :

cela devient n'importe quoi au cours actuel on achète la banque pour 5 ans de résultat de son réseau domestique et on a gratos tout le reste : custody, assurance vie, reseau etranger ,credit bail, location de voitures ..etc ..

ludo31  a écrit le 11/08/2011 à 15:58 :

on démontre bien qu'on est basé sur un système infondé et illogique basé sur des rumeurs et des infos pour juste pour spéculer .
nous avons acceptez ce système alors assumons mais vous allez voir un jour quand çà explose , ce sera la pire crise économique que le monde a connu . quand aux journalistes britanniques , çà démontre leur amateurisme

djamal  a répondu le 11/08/2011 à 21:18:

salut

pixe  a écrit le 11/08/2011 à 15:52 :

Une action en justice des petits porteurs à l'encontre du torchon en question est-elle envisageable ?

canard  a répondu le 11/08/2011 à 17:15:

ce serait une bonne idée qu'une class action à londres par une association de petits porteurs

Mordrakheen  a répondu le 12/08/2011 à 7:25:

oui effectivement ca me semble aussi la seul action intelligente a faire ce "journal" est un torchon irresponsable (encore que il serait interessant de savoir a qui il appartient afin de voir si ces "rumeurs" n avait un but précis) Il faudrait que de la SG demande de tels dommages et interets que le journal coulerait ca apprendrait a certains pseudo journalistes et verifier leur source et ramenerait un peu de responsabilité dans les médias qui en ont grand besoin

L.D.  a écrit le 11/08/2011 à 15:47 :

Un bon tabloïde anglais est un tabloïde mort!

Tzeensh  a répondu le 12/08/2011 à 7:25:

Si seulement...

louisdunord  a écrit le 11/08/2011 à 15:46 :

elle ne doit pas être en béton armé, la Société Générale, si un simple article d'un journal londonien, mal informé ou mal intentionné, fait vaciller une entreprise qui se vante de performances hors du commun. Un journal, ou un employé, fut-ce Kerviel

dwarf  a répondu le 11/08/2011 à 16:00:

Helas j'aurais tendance à croire il n'y a plus aucun lien entre la solidité d'une entreprise et ses fluctuations en bourse depuis un bon moment déjà...

docanski  a répondu le 11/08/2011 à 21:06:

Non, il n'existe pratiquement plus de lien, il suffit d'analyser les entreprises cotées pour constater que certaines sont cotées 5 à 10 fois leur valeur comptable alors que d'autres se trouvent dans une situation totalement opposée.
Aujourd'hui, les marchés réagissent à la moindre rumeur, les agences de notation l'ont bien compris, elles qui manient l'info dans le but de nuire à l'Europe.

Mordrakheen  a répondu le 12/08/2011 à 7:28:

non il n y a plus de lien entre la bourse et la situation réelle les marchés réagissent comme une volée de moineau +5 un jour - 8 le lendemain aucune reflexion aucune vision d ensemble les investisseurs réagissent à un article d un journal du genre "people"

kate  a répondu le 20/08/2011 à 16:41:

certains semblent très forts, ils arrivent à faire taire des rumeurs

les rumeurs font vendre et fragilisent ceux qui y croient

KTL  a écrit le 11/08/2011 à 15:45 :

Vous y croyez vous?? qu'un titre fasse baisser le titre de 20 ???
arrêtez ....

Tzeensh  a répondu le 12/08/2011 à 7:27:

Bah c'est pourtant le cas, une crise + des rumeurs, il n'en faut pas plus, ce n'est pas comme si la SG etait en déficit, en fait bourse mise a part, elle se debrouille très bien.

toto  a écrit le 11/08/2011 à 15:44 :

Les medias brit. jouent avec le feu. Tout le monde connait leur methode de reportage (voire Murdoch et cie). Ce n'est plus de l'info mais plutot de l'intox dans le but de nuire. Il feraient mieux de se pencher sur leurs problemes sociaux.....

tataouine12  a écrit le 11/08/2011 à 15:43 :

Faut reconnaître à la SocGen son côté romanesque, voire farce (ce qui est rare chez les banquiers) : d'abord Kerviel ensuite le coup de la fiction du Monde qui devient réalité par la grâce de la presse britannique, jamais avare de "french bashing". Ca dépasse l'imagination des meilleurs scénaristes ! Encore un effort et on pourra lancer la première saison d'une série bien française.

jenace  a écrit le 11/08/2011 à 15:32 :

honte a ce tabloid et a sa famille pendant 120 ans! mais grace à cette rumeur il y a un tonne de spéculateurs qui vont se faire un paquet de fric....on fait tomber l'action on achète en bas et on revend une semaine après!

fricotin  a répondu le 11/08/2011 à 23:56:

Absolument et on peut penser que la SG est elle meme a l'origine.....

Tzeensh  a répondu le 12/08/2011 à 7:27:

Euh la peur de complot est peut etre de trop...

fricotime COUP DOUBLE  a répondu le 12/08/2011 à 7:28:

Fort Possible, que les fréquentations filiales russe et autres paradis fiscaux de la SG soient à la manoeuvre pour aider la SG Mère à faire son opération manoeuvrière pas propre et, de surcroit se poser en victime pour se faire indemniser par des assureurs ... booomm coup double.

manta  a écrit le 11/08/2011 à 15:24 :

on marche sur la tête: la source vient de la fiction quotidienne du journal le Monde !! vive les logiciels qui indexent et traduisent tout et n'importe quoi !!

Corso  a écrit le 11/08/2011 à 15:24 :

Bien joué. Les rumeurs sont faites pour gagner de l'argent. Il est important qu'elles viennent d'un "ailleurs" identifié lorsque le coup est gros. Le jeu est alors de trouver le bon véhicule. Dans un bon nombre de cas, elles sont le fait de ceux qu'elles prétendent viser. Ces derniers, biens au courant de la réalité en profitent pour se poser en victimes et.... ramasser le pactole. Une manière sophistiquée de gagner en bourse. Bon, dans le cas présent personne ne sait rien, à moins que le "tabloïd" qui je crois est un journal, ne donne ses sources s'il y avait procès... que personne ne s'inquiète en général d'engager.

Camino  a écrit le 11/08/2011 à 15:16 :

L'autorité de régulation britannique va t elle enquêter (sérieusement) seur les motivations, les fréquentations, et les comptes personnels de ces "journalistes" ?...
Les personnels de marché sont contrôlés en interne (interdiction d'acheter des actions par exemple), et en cas de doute, c'est "enquête pour soupçon d'opération d'initiés".
Mais qui surveille les journalistes, qui peuvent raconter n'importe quoi sans avoir à justifier à personne, avec tant d'impact pour les cours de bourse ?
Qui vérifiera si ces journalistes n'ont pas pris des positions personnelles, ou ont "discuté" avec un hedge fund récemment ?...

Pas très limpide  a écrit le 11/08/2011 à 15:15 :

Comment se fait-il qu'un titre chute au moment où les clients achètent en général c'estle contraire !

Tzeensh  a répondu le 12/08/2011 à 7:28:

Parceque les gens n'achètent pas justement.