La Tribune

Tractation Fillon-Leterme autour du sauvetage de Dexia

Copyright Reuters
L'Echo de Bruxelles  |   -  549  mots
Une réunion se tient ce dimanche à Bruxelles entre les autorités françaises, belges et luxembourgeoises afin d'avancer sur le démantèlement de Dexia.

Le Premier ministre français François Fillon s'entretiendra à cette occasion avec son homologue belge Yves Leterme ainsi que des représentants luxembourgeois, dont l'identité n'a pas été révélée.

"Nous sommes prêts à entrer dans la dernière ligne droite des négociations", a indiqué Yves Leterme, a l'issue d'un conseil des ministres restreint, ajoutant qu'"en accord avec François Fillon (le Premier ministre français, ndlr), les négociations auront lieu à Bruxelles." "Tout est prêt pour des négociations finales avec la France. "Nous sommes prêts pour le dernier round de négociation sur la base d'un bon travail de préparation", a-t-il dit

"Le kern a confirmé l'objectif fixé en début de semaine ainsi que la manière de le faire", a encore ajouté Yves Leterme. Le gouvernement fédéral entend renforcer la position belge dans Dexia Banque Belgique et l'isoler des éléments plus risqués du groupe franco-belge. De son côté, le ministre des Finances Didier Reynders a souligné le travail préparatoire et précisé que des contacts avaient également été pris avec les autorités luxembourgeoises et la Commission européenne, qui est tenue informée.

De nombreux contacts ont eu lieu ce samedi entre Belges et Français ainsi qu'entre les différentes parties prenantes en Belgique. Si les Régions et le gouvernement fédéral n'ont, semble-t-il, pas encore trouvé un terrain d'entente définitif au sujet de Dexia Banque Belgique, les points de vue se sont rapprochés. De source régionale, on indiquait samedi qu'il n'est nullement question d'affrontement entre les deux niveaux de pouvoir.

Intenses tractations

Les tractations se sont intensifiées ce samedi pour arrêter les contours du démantèlement de Dexia entre la France et la Belgique. Côté belge un "kern" (conseil des ministres restreint) avait démarré à 18H30. Dans la matinée, les premiers ministres belge et français, Yves Leterme et François Fillon, se sont entretenus par téléphone sur le cas Dexia.

L'accord devrait être avalisé ce dimanche lors d'un conseil d'administration de Dexia . La Belgique envisage la nationalisation de Dexia Banque Belgium. Le Fédéral et les Régions ont trouvé un accord de principe vendredi sur cette formule. Selon une source proche du dossier, le sort des 600 salariés bruxellois de la holding freinait cependant les discussions.

Une aubaine, peut-être, pour le gouvernement français plutôt réticent envers cette nationalisation de la banque belge. Il préférerait un rachat par une banque étrangère, susceptible d'offrir un prix plus élevé et de réduire ainsi les risques de la "bad bank", que les États belge et français devront garantir. Selon nos informations, plusieurs institutions auraient manifesté leur intérêt pour DBB, dont Deutsche Bank, Rabobank, Credit Mutuel et BBVA (qui a également fait une offre sur la filiale turque DenizBank)... Santander serait aussi sur les rangs.

L'agence de notation Moody's a accru la pression sur le camp belge vendredi soir et placé la note souveraine Aa1 du royaume sous surveillance en expliquant entre autres vouloir évaluer les coûts et les passifs que l'Etat pourrait assumer en soutenant Dexia.

Lire la suite sur le site de L'Echo de Bruxelles

Réagir