BNP Paribas confirme ses objectifs 2016 avec un bénéfice de 6,7 milliards d'euros

 |   |  393  mots
En 2014, le groupe avait réussi à terminer son exercice sur un maigre bénéfice net de 157 millions d'euros, malgré une sanction américaine de 6,6 milliards d'euros liée à la violation d'embargos économiques.
En 2014, le groupe avait réussi à terminer son exercice sur un maigre bénéfice net de 157 millions d'euros, malgré une sanction américaine de 6,6 milliards d'euros liée à la violation d'embargos économiques. (Crédits : © Yuya Shino / Reuters)
Un an après avoir pâti d'une lourde amende aux Etats-Unis, la banque française a confirmé ses objectifs pour la période 2014/2016, même si son résultat net reste inférieur aux prévisions des analystes, qui tablaient sur 6,9 milliards d'euros.

BNP Paribas a enregistré un bénéfice net de 6,7 milliards d'euros en 2015, un an après avoir pâti d'une lourde amende aux Etats-Unis, et confirmé ses objectifs pour la période 2014/2016, selon un communiqué publié vendredi. La banque française a également dévoilé de nouvelles ambitions pour sa banque de financement et d'investissement et vise notamment une augmentation de son résultat net avant impôt de 1,6 milliard d'euros entre 2015 et 2019, hors contraintes réglementaires, soit une progression d'environ 50% (il est ressorti à 3,3 milliards d'euros en 2015).

La page des sanctions américaines est tournée

En 2014, le groupe avait réussi à terminer son exercice sur un maigre bénéfice net de 157 millions d'euros, malgré une sanction américaine de 6,6 milliards d'euros liée à la violation d'embargos économiques. La page est donc tournée pour la banque mais son résultat net de 2015 reste inférieur aux prévisions des analystes puisque ceux-ci s'attendaient à ce qu'il atteigne 6,9 milliards d'euros, selon le consensus établi par le fournisseur de données financières FactSet.

Hors éléments exceptionnels, ce bénéfice s'élève à 7,3 milliards d'euros, porté par l'ensemble des métiers.

"Le groupe réalise une bonne performance opérationnelle avec des revenus qui progressent dans ses trois pôles", s'est félicité son directeur général, Jean-Laurent Bonnafé, cité dans le communiqué.

La BFI tire son épingle du jeu

Le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) a pour sa part augmenté de 9,6%, à 42,9 milliards d'euros, un niveau légèrement supérieur aux attentes (42,8 milliards d'euros). Ce sont les pôles "International Financial Services" (gestion d'actifs, assurance-vie, crédit conso et la filiale américaine Bancwest) et la banque de financement et d'investissement qui ont tiré leur épingle du jeu, avec des PNB respectivement en hausse de 14,5% et 13,2%. Pour cette dernière, BNP Paribas a dévoilé une première feuille de route pour la période 2016/2019, sans attendre son futur plan stratégique global qui couvrira les années 2017/2020 et qui sera préparé cette année. Outre la hausse du résultat net avant impôt, la banque française veut réduire les coûts de ce pôle d'au moins 1 milliard d'euros d'ici 2019 (hors coûts des réglementations et inflation) et y faire grimper ses revenus de plus de 2 milliards d'euros.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2016 à 18:50 :
Avec autant de bénéfices, j'espère qu'ils feront un geste de
simple générosité pour participer au redressement des
citoyens Français pris dans la tourmente du monde
des affaires. Et puisqu'ils s'envoient des fleurs, qu'ils sachent
qu'ils ne peuvent constamment défier les simples lois
morales de La Vie pour n'en être que les "marchants
du temple", dans ce cas : Honte à eux !
a écrit le 05/02/2016 à 10:25 :
les banques françaises étaient considérées comme robustes en décembre (S&P).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :