Subprimes : RBS négocie pour éviter un procès lourd de conséquences

 |   |  337  mots
(Crédits : © Neil Hall / Reuters)
Un procès au civil intenté par des milliers d'actionnaires a débute ce lundi à Londres. Les plaignants affirment que la banque avait donné une image trompeuse de sa santé financière avant le lancement d'une augmentation de capital de 12 milliards de livres (14 milliards d'euros) en 2008 peu de temps avant la crise des subprimes.

Selon des sources proches du dossier, la Royal Bank of Scotland (RBS) tente de régler un contentieux avec certains investisseurs qui affirment que la banque les a trompés à l'occasion d'une augmentation de capital remontant à 2008. Si elle y parvient, cela lui épargnera un pénible procès où serait examiné en détail les décisions prises par son ex-directeur général Fred Goodwin à cette époque.

Une image trompeuse de l'état de RBS en 2008

Les plaignants représentent quelque 9.000 actionnaires individuels et 20 investisseurs institutionnels où l'on retrouve Wells Fargo, le fonds de pension de Boeing, Bank of America Merrill Lynch et un fonds de pension britannique.

Ceux-ci affirment que la banque avait donné une image trompeuse de sa santé financière avant le lancement d'une augmentation de capital en 2008. Quelques mois après un appel public à l'épargne, l'Etat volait au secours de la banque RBS au bord de la faillite en y injectant 45,8 milliards de livres et conserve à ce jour une participation de plus de 70% dans son capital. La banque, qui dit qu'aucune irrégularité n'avait été commise à l'époque, a déjà transigé avec 87% des investisseurs qui ont intenté l'action en justice mais il en reste qui sont bien résolus à aller devant les tribunaux.

Des tractations pour éviter un procès compliqué pour la banque

Les mêmes sources ont précisé que le directeur général Ross McEwan avait lui-même participé aux négociations durant le week-end et que la banque avait proposé plus de 80 pence par action, sans que l'on sache si certains des investisseurs avaient accepté son offre.

Des plaignants ont demandé l'ajournement du procès a dit lundi une source au fait du dossier. En doublant quasiment le montant proposé, RBS se rapproche de la somme que les actionnaires réfractaires seraient disposés à accepter, explique l'une des sources, laissant entendre qu'ils pourraient transiger à 100 pence.

RBS s'est refusé à tout commentaire. Un porte-parole des plaignants a dit ne pouvoir faire la moindre déclaration.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2017 à 2:55 :
Pourtant, la religion de l'argent est supérieure à toute autre. Pourquoi font-il donc un procès..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :