BPCE prépare un "plan d'action digital" et va racheter PayPlug

 |   |  617  mots
François Pérol, le président du directoire de BPCE, a annoncé que le groupe présenterait début 2017 son nouveau plan d'action dans le digital, la relation client en banque de proximité et l'excellence opérationnelle.
François Pérol, le président du directoire de BPCE, a annoncé que le groupe présenterait début 2017 son nouveau plan d'action dans le digital, la relation client en banque de proximité et l'excellence opérationnelle. (Crédits : reuters.com)
Le groupe bancaire coopératif regroupe toutes ses plateformes de paiement au sein de Natixis, qui va investir 7 millions d'euros dans la Fintech française pour l'e-commerce PayPlug. BPCE annoncera début 2017 un plan de transformation dans le numérique et la relation client.

C'est dans la banque d'investissement et les activités de marchés que BPCE a tiré son épingle du jeu au troisième trimestre, comme de nombreuses banques américaines et européennes. Et c'est aussi chez Natixis que le groupe bancaire mutualiste va accélérer dans le numérique, un impératif pour le secteur. L'ensemble regroupant les réseaux Banques populaires et des Caisses d'épargne a annoncé ce mardi soir, en même temps que ses résultats, un « plan de transformation et d'excellence opérationnelle » dans sa filiale de banque internationale de financement, de gestion d'actifs et d'assurance.

« Ce plan repose sur quatre leviers : la rationalisation des moyens informatiques, l'optimisation de l'organisation, le renforcement du contrôle des coûts de fonctionnement, la digitalisation des process. Natixis va investir 220 millions d'euros pour industrialiser, transformer et digitaliser ses métiers afin d'économiser de façon pérenne 250 millions d'euros par an à partir de la fin de l'année 2019 », explique le groupe dans un communiqué.

BPCE organigramme

Créer un leader du paiement européen

Parallèlement, BPCE annonce le regroupement de ses activités de paiement au sein de Natixis, qui va lui racheter S-Money et ses filiales, des startups de la Fintech dans lesquelles il a investi ces derniers mois : la cagnotte en ligne LePotCommun, Depopass, une solution remplaçant le chèque de banque pour la vente de voiture d'occasion, et e-Cotiz, qui facilite le paiement des cotisations d'associations. L'activité Natixis Intertitres (titres-restaurant dématérialisés, chèques interservices, Cesu préfinancé, etc.) fera aussi partie de cette ligne de métiers solutions de paiement, perçues comme un relais de croissance et de création de valeur. Pour BPCE :

« Ce regroupement permettra de capitaliser sur les savoir-faire digitaux et les nouveaux usages, et de poursuivre une politique de croissance externe ambitieuse, avec l'objectif de devenir l'un des leaders en Europe des solutions de paiements sur mobile, d'e-commerce et de proximité ».

Et pour atteindre cet objectif, Natixis envisage une autre acquisition sans tarder : la société révèle être en négociations exclusives avec les actionnaires de la startup française PayPlug, en vue d'une prise de participation majoritaire, qui s'accompagnera d'un investissement de 7 millions d'euros. Cette jeune entreprise concurrente du géant PayPal, qui fournit des solutions de paiement pour les e-commerçants, vient juste d'obtenir l'agrément d'établissement de paiement. Le groupe fait valoir que :

« Ces opérations illustrent la forte volonté du Groupe BPCE et de Natixis d'investir significativement dans ce domaine en pleine transformation et en particulier d'être le partenaire de Fintech innovantes ».

Nouveaux modèles de relation client

Le groupe rappelle qu'il a été "pionnier dans le domaine des paiements mobiles", en  tant que "premier groupe bancaire de la zone euro à s'être associé, à travers ses deux réseaux, Banque Populaire et Caisse d'Epargne, à Apple Pay".

C'est le premier étage de la fusée numérique de BPCE : François Pérol, le président du directoire, a également annoncé que :

« le Groupe BPCE présentera début 2017, en amont de son futur projet stratégique qui couvrira les années 2018 - 2020, son nouveau plan d'action dans le digital, la relation client en banque de proximité et l'excellence opérationnelle ».

De "nouveaux modèles de relation" vont d'ores et déjà être mis en place chez Natixis, avec le projet de déploiement d'assistants virtuels.

Le groupe coopératif a nommé cet été un "Chief Digital Officer", Yves Tyrode, - qui occupait ce poste à la SNCF, après avoir fait sa carrière chez Orange - dont la mission consiste précisément à accélérer la transformation numérique du groupe bancaire.

__

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :