Brexit : Bank of America pourra accueillir 1.000 postes à Paris

 |   |  331  mots
(Crédits : BoA)
La deuxième banque américaine a signé la location de 9.300m2 rue de la Boétie dans la capitale, selon Bloomberg. Elle y implantera son centre de trading qui pourra accueillir jusqu'à un millier de collaborateurs.

Les efforts du Premier ministre Edouard Philippe et du ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire afin d'attirer les acteurs de la finance évaluant leurs options post-Brexit seraient-ils en train de porter leurs fruits ? Après l'assureur Chubb, qui va implanter à Paris son siège européen, et Citigroup, qui va demander une licence pour les activités de courtage, c'est au tour de Bank of America Merrill Lynch, la deuxième banque américaine, de choisir la capitale pour installer son "hub" de trading.

Selon l'agence Bloomberg, la banque a signé un bail pour louer 9.300m2 de bureaux au 51 rue de la Boétie, dans le 8eme arrondissement de Paris. De quoi accueillir environ 1.000 personnes au coeur du "triangle d'or", entre la salle Gaveau et le "Village," l'incubateur de startups du Crédit Agricole.

C'est un immeuble dans le style Art déco, qui appartient à la Poste et fait l'objet de lourds travaux de modernisation, où subsistera le bureau de poste. Selon la source de Bloomberg, Bank of America envisagerait d'y installer dans un premier temps 300 personnes et peut-être de sous-louer une partie de la surface. Dans l'attente des conditions précises de la sortie du Royaume-Uni de l'UE en mars 2019, notamment celles portant sur la perte totale du "passeport européen" donnant accès au marché unique et les conséquences de localisation des équipes sur le sol européen, les banques étrangères laissent leurs options assez ouvertes.

Il y aurait eu un intense débat interne sur le choix de la ville, le chef du "fixed income" (les activités sur les marchés de taux, devises et matières premières) préférant Paris et celui du courtage des actions plaidant pour Francfort. Bank of America a prévu d'installer à Dublin l'entité juridique de son siège européen post-Brexit, mais avait prévenu qu'elle relocaliserait des emplois dans plusieurs grandes villes de l'UE.

 La vidéo de présentation des locaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2017 à 18:01 :
...avec le total du trou des 15,5 milliards d'€uros du Crédit Lyonnais dont on n'entend plus jamais parler
a écrit le 12/10/2017 à 14:35 :
Les banques américaines viennent et repartent à peu près tous les dix ans, le temps d'accumuler des impayés (past due), que leur siège n'admet pas. Rien de nouveau sous le soleil, mais cela fait plaisir aux administratifs de croire qu'ils y sont pour quelque chose.
Réponse de le 12/10/2017 à 16:11 :
Que les banques US aient quitté la place de paris depuis quelques années, c'est une réalité mais liée à des sujets fiscaux, concurrence de la place londonnienne etc...
Si vous avez des cas concrets de banque US qui ont laissé une ardoise en partant dites lesquelles. (A part Merryl Linch et Bear stern, qui ont fait faillité donc l'ardoise a été pour tout les partenaires au niveau mondial)
a écrit le 12/10/2017 à 13:17 :
Non a la mondialisation
a écrit le 12/10/2017 à 12:31 :
Excellente chose pour nos emplois et la place de Paris dans le monde actuel, c'est une très bonne nouvelle.
a écrit le 12/10/2017 à 12:19 :
Tiens une société qui va loger ses profits a dublin, le pays partenaire de l'UE pirate. bravo l'UE
Réponse de le 12/10/2017 à 14:07 :
Sur ce sujet précis, Dublin parle Anglais, a déjà un très consistant secteur financier et la même législation que leur voisin Britannique. Ils ont donc de très bons arguments et non pas besoin de communiquer des masses puisque ça se sait. Le seul problème (à part le logement) c'est que ce n'est pas très attractif pour des salariés, c'est un peu "provincial".
J'ajoute que l'Irlande n'est pas un partenaire mais un membre de l UE. Ils avaient (et ont encore) un retard important, on peut comprendre leur stratégie pour se développer (chacun la sienne dans l 'Union...). Le temps vient où on va dealer ces dispositifs contre des fonds structurelles ou quelque chose du genre.
Personnellement, je suis plus scandalisé par l'acceptation que l'on a vis à vis du Luxembourg et à un degré moindre des Pays Bas. 2 pays qui n'ont pourtant aucun problème de retard....
a écrit le 12/10/2017 à 10:56 :
https://economics.rabobank.com/publications/2017/october/the-permanent-damage-of-brexit/

Analyse propective de la banque Néerlandaise Rabobank des conséquences économiques du Brexit. Très intéressant, j'aimerais pouvoir lire le meilleur genre de chose venant de banques françaises, en particulier les conséquences sur notre économie.

"Nos résultats montrent qu'un Brexit dur coûterait 18% de la croissance du PIB britannique jusqu'en 2030 par rapport à une situation où le Royaume-Uni continuerait à adhérer à l'UE. En termes absolus, cela revient à un montant cumulé de 400 milliards de livres, ce qui équivaut à 11 500 livres sterling par travailleur britannique."

Ca varie selon la dureté du Brexit, mais ça pique...
a écrit le 12/10/2017 à 10:35 :
A-t-on vraiment besoin de tous ces bobs mondialisés qui vont encore pousser les prix de l'immobilier à la hausse ? Et empêcher un peu plus les "vrais" Parisiens de se loger ?
Réponse de le 12/10/2017 à 13:18 :
non, nous avons besoin a contraire de plus de migrants africains. Seule leur presence massive pourra faire baisser les prix des logements a paris
Réponse de le 12/10/2017 à 17:40 :
Oui c'est vrai ça. Il faut donner davantage de logements HLM à des migrants venus du sud ou du Moyen-Orient afin de permettre aux "vrais Parisiens" de coucher dehors. Mais aussi encore plus de produits hallal, encore plus de femmes voilée afin de permettre une meilleure intégration.
a écrit le 12/10/2017 à 10:22 :
1000 personnes parlant couramment anglais et ayant des connaissances pointues en finance, je n'y crois pas. Paris sera sans doute le "passeport européen" de la banque, mais ses activités princicpales resteront à la City :-)
Réponse de le 13/10/2017 à 1:38 :
Oui, on sait bien qu'avec vous, quel que soit le pouvoir en place et les décisions prises, la France est toujours foutue. Et changer de disque, ça vous parait envisageable ?
Réponse de le 13/10/2017 à 8:01 :
@malvoyant: 1) la réalité, admise par tous, c'est que peu de Français parlent les langues étrangères correctement. 2) la réalité, c'est que les champions de la finance sont depuis des millénaires les Anglosaxons. La France n'est pas foutue, mais elle a beaucoup de terrain à conquérir pour être à la hauteur dans ces deux domaines, voire dans d'autres aussi :-)
Réponse de le 13/10/2017 à 20:43 :
@Patrickb: mais dans quel monde vous vivez? Il est facile de trover 1000 personnes à Paris parlant l'anglais... Sortez un peu, et c'est un provincial qui vous le dit. Dans ma ville de 5000 habitants, je vous en trouve 50 facile...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :