Brexit : Goldman Sachs va relocaliser en masse à Paris et Francfort

 |   |  526  mots
Lloyd Blankfein, le patron de Goldman Sachs, à Paris pour célébrer le trentième anniversaire de l'implantation de la banque américaine en France.
Lloyd Blankfein, le patron de Goldman Sachs, à Paris pour célébrer le trentième anniversaire de l'implantation de la banque américaine en France. (Crédits : DR)
La puissante banque d'affaires a commencé à transférer des emplois de Londres vers le continent et envisage de créer "des centaines" de postes, principalement dans la ville allemande et la capitale française, selon l'AFP. Le patron de Goldman Sachs était de passage à Paris dont il a salué "l'énergie positive."

La cour empressée des autorités françaises auprès des grandes banques étrangères sans domiciliation fixe en Europe post-Brexit aurait-elle fait changer d'avis Goldman Sachs ? La puissante banque d'affaires américaine compte "créer des centaines de postes" en Europe continentale et relocaliser un grand nombre de traders et de banquiers de Londres vers Francfort et Paris, selon l'AFP à New York, qui cite une source proche du dossier.

Ce serait une victoire pour la capitale française, car jusqu'ici la banque new-yorkaise n'avait parlé que de Francfort, où le dirigeant de la filiale locale avait envisagé de tripler, voire quadrupler, et non plus seulement doubler ses effectifs sur place. De passage dans la plus grande ville du land de Hesse, le patron de Goldman, Lloyd Blankfein, lui-même, avait confié il y a un mois sur Twitter : "super réunions, beau temps, j'ai vraiment apprécié. C'est bien, parce que je vais y passer beaucoup plus de temps."

"Energie positive" à Paris

A Paris ce mardi pour célébrer les trente ans d'implantation de la banque américaine, le même Lloyd Blankfein a parlé de "l'importance de son business en France" et donné cette fois-ci des bons points à l'Hexagone :

"Frappé par l'énergie positive ici à Paris. Un gouvernement solide et des chefs d'entreprise sont engagés dans les réformes économiques et ont accompli les premières étapes. Et aussi, la nourriture est bonne !"

Une banquière de Goldman Sachs à Paris observait il y a quelques jours :

"On ne fait pas assez la publicité de la place de Paris : quand on cumule la capitalisation boursière des entreprises cotées, la France est deuxième en Europe derrière le Royaume-Uni. Nous avons un tissu industriel de qualité, des poids lourds de la gestion d'actifs, ce sont des éléments forts d'attractivité."

Si les grandes banques américaines, qui emploient plusieurs milliers de personnes à Londres, ont dans l'ensemble déjà choisi leur solution de repli et fait le deuil du "passeport européen" donnant accès au marché unique depuis le Royaume-Uni, certains points restent suspendus, non aux discussions de divorce avec l'UE, qui doivent aboutir avant mars 2019, mais aux exigences futures des régulateurs : l'Autorité bancaire européenne, la Banque centrale européenne, l'Autorité européenne des marchés financiers ainsi que la Commission. Les annonces faites jusqu'ici ne sont donc que la première étape d'un mouvement qui pourrait se faire en plusieurs vagues. 

"Nous nous interrogeons encore sur le sort de nos 1.000 traders à Londres", nous confiait récemment le dirigeant de la filiale européenne d'une grande banque américaine. "Ce sont des personnels de haute valeur à qui l'on ne peut imposer une relocalisation dans une ville qui ne leur convient pas, sinon ils risqueraient de partir. Il serait souhaitable qu'ils soient regroupés".

Rien n'est encore décidé sur ce point et son employeur reste très ouvert aux propositions des différents gouvernements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2017 à 12:00 :
Les pirates modernes ont choisi de lâcher les corsaires de Drake pour s'accrocher à ceux de Surcouf. Bien sûr quand le vent tournera ils retourneront chez Drake. Mais pourquoi ne pas profiter de l'instant présent ? Si cette amélioration des recette fiscales et du marché de l'emploi ne dure que trois ans, ce sera déjà ça de pris. Peut-être même que toutes ces charges salariales et patronales nous permettrons enfin d'arriver à combler le trou de la sécu, pas comme le trompe-l'oeil des socialistes il y a quelques années.

Voir le verre à moitié plein au lieu de ne voir que celui à moitié vide n'est pas une obligation.
a écrit le 15/11/2017 à 14:53 :
Paris est une ville incomparablement plus agréable à vivre que Francfort... posez la question à n'importe quel trader....
Réponse de le 15/11/2017 à 20:39 :
Francfort est une ville où il fait bon vivre et travailler.
Pas de stress,pas d 'insécurité.
" Une très grande ville à l'échelle humaine "
a écrit le 15/11/2017 à 13:49 :
Attention aux coquilles vides
a écrit le 15/11/2017 à 13:24 :
les pirates pilleurs-cueilleurs sont les bienvenus, autrefois ils partaient de St Malo!
a écrit le 15/11/2017 à 13:21 :
Vive le francfort !
Goldman sachs de passage à cajar change de nom, désormais ce sera goldman sachson!
a écrit le 15/11/2017 à 12:55 :
Ah Les réactions négatives typiquement françaises font doucement rigoler. Toujours à chercher la petite bête pour justifier le fait de râler. Je comprends pas, vous préférez peut-être que GS ne s'installe pas en France ? Vous préférez que personne n’investisse en France ? Vous préférez 0 création d'emploi plutôt que 1000 créations d'emplois ? Vous voulez quoi exactement ?
a écrit le 15/11/2017 à 12:53 :
Ne devrions pas plutot lire Francfort et Paris?
a écrit le 15/11/2017 à 12:32 :
Et alors ?? Un milliard venu de la spéculation et non pas de la production et du commerce ...
a écrit le 15/11/2017 à 11:06 :
voir la plus grande banque americaine s intalle en france n est pas de bonne ogur pour la france ,a pars pour les speculateurs de tout cabaris ???
Réponse de le 15/11/2017 à 12:05 :
Pourquoi ce n'est pas de bon augure? Parce qu'il vaut mieux supprimer l'activité économique ?!?
Réponse de le 17/11/2017 à 23:21 :
reponsse a sfx::ce sont les banques qui conseillent les personnes qui font de l evation fiscal,et avec cette banque americaine nous faissons rentre le loup dans la bergerie, la fraude fiscal et un manque a gagne pour les etats a faire leurs bujet :et donc ces etats pour compense le prennent dans vos poches en augmentent vos impots a vous ? 80;milliards sait beaucoup comme manque dans les caisses de l etat???
a écrit le 15/11/2017 à 9:13 :
Misère...

"Bien mal acquis profite toujours (à Goldman Sachs)" https://www.monde-diplomatique.fr/2010/03/HALIMI/18882

"Le sens du placement" https://www.monde-diplomatique.fr/2015/09/RIMBERT/53696

"Le casse du siècle" https://www.monde-diplomatique.fr/mav/119/
Réponse de le 15/11/2017 à 16:56 :
" 1000 traders qui s'installent à Paris, ce sont 10 000 emplois induits"

Là mon ami il va me falloir bien plus qu'une messe pour me convaincre, j'attends vos liens et arguments qui ne viendront jamais comme à chaque fois.

"et peut être 1 miliard d'impots et de charges sociales qui bénéficieront à toute la communauté"

Mais oui tant qu'à faire !

"La tribune n'est pas le portail du monde diplomatique.."

Vous avez raison de terminer par une bonne blague pour finir, cela détend toujours le lecteur. Si je fais office de "portail du monde diplomatique" c'est que j'ai une capacité à vendre hallucinante, il faut de suite que je postule chez GS !

"Tout est bruit pour celui qui a peur" Sophocle et du coup cela vous impose de censurer tout ce qui ne pense pas comme vous.
Réponse de le 15/11/2017 à 17:24 :
"il faut de suite que je postule chez GS"
You made my day...
Réponse de le 15/11/2017 à 17:25 :
"il faut de suite que je postule chez GS"
You made my day...
Réponse de le 15/11/2017 à 17:30 :
1000 traders à Paris c'est une masse salariale d'au moins 500 millions qui se déverse sur la France. Autant de cotisations sociales. Probablement autour de 200 millions d'IRPP.
L'ouverture d'au moins 3 concessions automobiles dans les marques de luxe (Mercedes, Ferrari, BMW, Audi...)
Du CA en quantité pour les restau de haut niveau qui emploient beaucoup de salariés.
Fauchon et Hediard qui boostent leur CA
Du taf en veux tu en voilà dans les agences immobilières et pour la rénovation d'apparts...
Réponse de le 15/11/2017 à 18:16 :
"1000 traders à Paris c'est une masse salariale d'au moins 500 millions qui se déverse sur la France. Autant de cotisations sociales. Probablement autour de 200 millions d'IRPP"

Je n'ai pas demandé une illustration par coloriage mais par arguments et par liens. La finance étant seulement un intermédiaire ne peut pas générer d'emploi viables et certainement par milliers.

Plus de 75% des bénéfices versées aux actionnaires c'est forcément de l'investissement foutu en l'air or l'investissement c'est bien ça qui génère de la croissance non ?

Donnez moi du concret au moins une fois une seule fois, jamais vous n'en donnez, parce que les messes et autres prêches c'est bon hein cela ne sert qu'aux croyants or je suis athée.

Mais c'est vrai c'est fatiguant ces gens qui ne veulent pas tout gober sans rien demander...

"La lucidité est une blessure proche du soleil" C'est déjà bien assez lourd de comprendre notre monde tel qu'il est réellement, un peu de respect svp, merci.
Réponse de le 15/11/2017 à 20:46 :
Et alors, comme Je n'ai pas demandé une illustration par coloriage mais par arguments, je signale une fois de plus ton trollage.
Réponse de le 16/11/2017 à 0:10 :
Commentaire judicieux. 1000 traders à Paris, c'est 1000 riches de plus pour exploiter les prolétaires. Il ne faut pas que Goldman Sachs vienne en France. Tous avec Jean-Luc pour plus de justice.
Réponse de le 16/11/2017 à 10:38 :
Patrik larico, bien entendu votre énième trollage est signalé.
Réponse de le 16/11/2017 à 10:54 :
Parlons concret, du fric qui ruisselle, c'est toujours bon à prendre dans un pays qui peine à générer assez de PIB.
Réponse de le 16/11/2017 à 12:49 :
Je constate que mon commentaire a été commenté parCitoyen Blasé puis censuré.
Alors je le remets, en résumé - la présence de trader génére du PIB, des recettes fiscale et sociales, des emplois il n'y a aucun débat;
MAis je suis surpris de lire que ce ne sont pas des emplois durables. D'abord, je lis 'la finannce ne génère aucun emploi n'est durable", le monde évolue, les technologies, les besoins, aucun emploi n'est durable.
Par contre, la finance nécessite des emplois - informaticiens, juristes, négociateurs, comptables, fiscalistes. Dire que la finance ne génère pas d'emploi est totalement faux, infondé, c'est une méconnaissance complète de l'économie.
Pour gérer une OPCVM, un fond d'investissement ou de retraite, il faut des GENS. Décider de lancer une OPA, sécuriser une fusion-acquistion, il faut des GENS. Pour prêter de l'argent au Vénézuéla, il faut des GENS , qui négocient, calculent etc...
La finance nécessite des compétences humaines fortes, on peut s'opposer à la financiarisation de l'économie.
Mais on doit comprendre que cette financiarisation a créé de l'emploi pérennes de financiers.
Sinon, on est dans la FAke News
Réponse de le 16/11/2017 à 17:30 :
" Dire que la finance ne génère pas d'emploi est totalement faux, infondé,"

Je ne dis pas ça et vous le savez très bien ou bien vous ne me lisez pas et préférer deviner mes propos selon vos stéréotypes rincés, au secours.

Je dis juste que la finance détruit plus d'emploi, via les délocalisations, via les plans de restructurations, via la concentration des outils de production dans quelques mains, via lson avidité court termiste faisant qu'à long terme systématiquement partout où la finance passe l'économie réelle trépasse et c'est logique puisque la finance est l'économie de la rente enemie de l'économie du travail.

Le travail vous voulez que je vous explique ce que c'est peut-être non ?

"Les entreprises dans l’engrenage de la finance" https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/engrenagefinance

Un petit dessin pour vous donc puisque vous ne semblez pas comprendre mes mots.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :