Brexit : le géant de l'assurance Chubb choisit Paris

 |   |  659  mots
Edouard Philippe a lui-même posté sur son compte Twitter lundi soir cette photo de sa rencontre avec le Pdg de Chubb, Evan Greenberg (à droite) et le directeur juridique de l'assureur, Joseph Wayland (au centre).
Edouard Philippe a lui-même posté sur son compte Twitter lundi soir cette photo de sa rencontre avec le Pdg de Chubb, Evan Greenberg (à droite) et le directeur juridique de l'assureur, Joseph Wayland (au centre). (Crédits : DR)
Le plus grand assureur dommages américain a annoncé ce lundi qu'il implanterait en France le siège de ses activités européennes après la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Une bonne nouvelle pour la place de Paris qui n'avait attiré que HSBC jusqu'ici.

[Article publié à 7h30 et mis à jour à 14h30]

C'est une belle victoire pour la place de Paris : le plus gros assureur dommages américain en capitalisation boursière, Chubb, a annoncé lundi qu'il avait choisi la France comme siège de ses activités en Europe après la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Sans préciser à ce stade le nombre d'emplois qui pourraient être relocalisés depuis Londres afin de pouvoir continuer à servir les clients du marché unique.

"Installer en France notre siège dans l'Union européenne post-Brexit est un choix évident pour nous", indique le Pdg de Chubb, Evan Greenberg, dans un communiqué.

"Paris est le bureau principal de nos activités en Europe continentale et nous y avons investi significativement à la fois financièrement et en termes de ressources humaines; nous disposons d'un large portefeuille d'activités dans l'assurance commerciale et des particuliers dans toute la France", justifie-t-il.

Le marché français de l'assurance est le deuxième en Europe, derrière le Royaume-Uni, mais devant l'Allemagne, en matière de cotisations annuelles, selon l'étude annuelle publiée par Insurance Europe, la Fédération européenne de l'assurance et de la réassurance. Il s'est élevé à 210 milliards d'euros en 2016.

Le Pdg de Chubb cite également "le travail étroit pendant de nombreuses années avec les régulateurs français" (notamment l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), adossée à la Banque de France).

Aide du gouvernement français

Spécialiste des assurances dites IARD ("incendie, accident et risques divers"), l'américain Chubb a fusionné il y a deux ans avec le groupe suisse ACE et a donné son nom au nouvel ensemble. Coté à la Bourse de New York, où il pèse plus de 67 milliards de dollars, le groupe est de droit suisse et a son siège à Zurich. Présent dans 54 pays, il emploie 31.000 personnes.

Le directeur juridique de Chubb, Joseph Wayland, souligne que ce choix a été "encouragé par l'aide et la coopération du gouvernement français lorsque nous avons envisagé nos options post-Brexit". Début juillet, le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé une série de mesures destinées à renforcer l'attractivité de la place afin "que Paris devienne le nouveau premier centre financier européen après le Brexit". A-t-il donné des garanties ou un coup de pouce supplémentaires pour convaincre Chubb ?

Le chef du gouvernement s'est félicité de la nouvelle lundi soir sur son compte Twitter, publiant une photo de sa rencontre avec le Pdg de Chubb.

Jusqu'ici, la banque britannique HSBC était la seule grande institution financière à avoir officiellement choisi Paris comme base de repli, du fait de sa présence historique depuis le rachat du CCF; elle envisage d'y relocaliser 1.000 personnes. Les banques françaises ont aussi avancé qu'elles rapatrieraient environ 1.000 emplois de Londres à Paris.

Plusieurs grands assureurs ont opté a contrario pour Luxembourg, à l'image de l'américain AIG et du britannique Hiscox.

Chubb précise toutefois dans son communiqué qu'il aura toujours une présence "significative" à Londres post-Brexit.

L'organisation Paris Europlace s'est réjouie ce mardi de cette annonce. Son président Gérard Mestrallet a réagi dans un communiqué :

« Cette décision démontre que les acteurs des marchés financiers européens, dans la diversité de leurs activités (gestion, assurance, banque, fintech), identifient Paris comme le premier choix pour leurs relocalisations stratégiques post-Brexit.

Certaines sociétés financières ont pris la décision de créer des bureaux de représentation dans l'Union Européenne pour des raisons tactiques liées à la supervision bancaire. En revanche, Chubb a pris une décision stratégique et de long terme qui concerne la totalité de l'organisation de ses activités européennes ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2017 à 15:28 :
Chubb.... allez fouiner un peu sur le net pour voir ce qu'en disent les salariés.
a écrit le 12/09/2017 à 9:28 :
"encouragé par l'aide et la coopération du gouvernement français lorsque nous avons envisagé nos options post-Brexit"

Encore un choix du coeur en sommes, que c'est beau...
Réponse de le 12/09/2017 à 14:18 :
Et oui, désolé de vous sortir de votre monde de bisounours, mais la première priorité d'une entreprise ce n'est pas la philanthropie ! :-)
Réponse de le 12/09/2017 à 14:29 :
Vous croyez qu'on fait des affaires avec son cœur ?
Tient par exemple, vous faites des commentaires en permanence sur le site de la tribune et pas sur celui d'autres quotidiens ?
Pourquoi ? Vous adorez la tribune ? C'est tout simplement car les commentaires sont gratuits sur ce site.
Alors, le donneur de leçon, La Tribune, c'est le choix du cœur ou le choix du portefeuille ?
Arrêtez de faire la morale, comprenez que oui, les choix des acteurs économiques sont économiques.
Réponse de le 13/09/2017 à 10:23 :
"Et oui, désolé de vous sortir de votre monde de bisounours, mais la première priorité d'une entreprise ce n'est pas la philanthropie ! :-)"

Patrick, quand vous changez de pseudo vous devriez ne plus mettre de smiley à la fin de vos phrases, on vous reconnait voyons.

"Tient par exemple, vous faites des commentaires en permanence sur le site de la tribune et pas sur celui d'autres quotidiens ? "

Simple parce que contrairement à vous je n'en ai pas le temps.

"Pourquoi ? Vous adorez la tribune ? C'est tout simplement car les commentaires sont gratuits sur ce site."

Je ne vais pas payer pour commenter en effet, je comprends que cela rassure ceux de peu de talents et autres prêtres néolibéraux qui en ont le temps et les moyens mais je me dirige toujours au plus pratique.

Par ailleurs la tribune est un excellent site d'informations, sachez que contrairement à vous je lis tous les articles quasiment mais pas tous les commentaires donc si lesm iens vous donnent de l'urticaire ne les lisez pas, vous en avez toute liberté. Seriez vous masochiste par hasard ?

"Alors, le donneur de leçon, La Tribune, c'est le choix du cœur ou le choix du portefeuille ?
Arrêtez de faire la morale, comprenez que oui, les choix des acteurs économiques sont économiques."

Donc vous venez commenter sur un site économique et vous comparez mes commentaires aux choix de Chubb sans rire ?!

Et vous voudriez que l'on vous prenne au sérieux ? Allons allons...

Bon par contre la prochaine fois je signale vos messages qui sont hors sujet seulement là pour me juger. Mais merci de nous démontrer quel est le niveau des serviteurs de l'oligarchie... :-)

Trop facile, l'empire des faibles.
a écrit le 12/09/2017 à 8:22 :
Il vend des assurances contre l'effondrement économique ?
C'est risqué !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :