Finalement, JP Morgan et Citigroup réfléchissent au Bitcoin

 |   |  604  mots
Le patron de JP Morgan, qui avait qualifié le Bitcoin d'arnaque, ne veut plus parler de la monnaie virtuelle. Sa directrice financière assure que la banque s'intéresse en fait de près aux monnaies digitales. Idem chez Citigroup.
Le patron de JP Morgan, qui avait qualifié le Bitcoin d'arnaque, ne veut plus parler de la monnaie virtuelle. Sa directrice financière assure que la banque s'intéresse en fait de près aux monnaies digitales. Idem chez Citigroup. (Crédits : Mike Segar)
Si les deux banques américaines ont dépassé les attentes au troisième trimestre, le débat est ailleurs dans le secteur : Bitcoin or not Bitcoin, alors que la monnaie virtuelle a franchi le cap des 5.000 dollars pour la première fois de son histoire.

Dans un contexte de marchés à très faible volatilité, les activités de courtage des grandes banques américaines souffrent, comme avait prévenu Citigroup il y a quelques semaines. Cependant, JP Morgan, la première banque américaine en termes d'actifs a dépassé les attentes du consensus au troisième trimestre, tout comme Citigroup, la quatrième banque du pays par la taille du bilan.

Les deux géants de Wall Street ont fait état de bénéfices trimestriels en hausse, portés par la vigueur de l'activité de prêts aux ménages et aux entreprises, alors que la Fed a remonté ses taux, ce qui tire leurs marges.

"L'économie mondiale continue de bien se comporter et la situation du consommateur américain reste saine avec une croissance solide des salaires", a observé Jamie Dimon, le Pdg de JP Morgan, dans un communiqué de la banque.

Si les revenus de l'activité de marchés ont chuté de 21%, le portefeuille de prêts de JPMorgan a augmenté de 7%. Le bénéfice net du trimestre a progressé de 7,1% à 6,73 milliards de dollars. Chez Citigroup, les volumes de prêts ont crû de 2%, dont 12% dans la banque de détail où la demande pour ses cartes de crédit a fortement augmenté, grâce au partenariat exclusif avec le géant de la distribution Costco, qui avait rompu avec American Express au bout de 16 ans. Le bénéfice net s'affiche en hausse de 7,6% sur le trimestre à 4,1 milliards de dollars.

Mais le débat en ce moment est ailleurs dans la banque. Ce qui intéressent médias et analystes est une monnaie virtuelle qui bat record sur record : le Bitcoin. Ce jeudi, la plus célèbre des crypto-monnaies a franchi le seuil des 5.000 dollars pour la première fois depuis sa création : sa valeur a quintuplé en huit ans et demi.

Le Bitcoin n'est plus une arnaque ?

Interrogé sur le Bitcoin, Jamie Dimon, qui avait qualifié la crypto-monnaie d'arnaque et d'escroquerie, s'attirant quelques quolibets, a objecté :

"Je ne le placerais pas aussi haut dans la catégorie des choses importantes dans le monde. Mais je ne veux plus parler du Bitcoin", a répondu le patron de la puissante banque américaine lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats.

Sa directrice financière, Marianne Lake, a, au contraire, assuré que la banque était "très ouverte aux monnaies digitales correctement contrôlées et régulées".

"On m'a rappelé que nous déplacions des milliers de milliards de dollars par jour... de façon numérique. Ce n'est pas du cash", a reconnu Jamie Dimon.

Le directeur financier de Citigroup, John Gerspach, a déclaré de son côté jeudi, lors d'une conférence téléphonique, qu'une équipe de la banque à Dublin "planche sur les usages commerciaux des monnaies virtuelles et de la Blockchain".

Début octobre, le patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, a indiqué que sa banque menait une réflexion sur les usages possibles du Bitcoin, soulignant que les gens étaient sceptiques quand le papier (les billets) ont remplacé l'or.

Dans le monde bien réel, c'est l'impact des ouragans Harvey, Irma et Maria qui devrait se faire sentir au dernier trimestre. Citigroup a ainsi passé une provision de 100 millions de dollars pour couvrir les pertes liées à ces catastrophes naturelles et au tremblement de terre meurtrier de Mexico en septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2017 à 12:00 :
Le bitcoin ne repose sur rien, permet de se faire un maximum de profit.
Tout à fait le domaine de compétences des banques
Normal que les banques soient attirées!
a écrit le 13/10/2017 à 8:43 :
Le bitcoin étant l'argent de la mafia et le néolibéralisme étant le système de la mafia on voit mal pourquoi et comment ces deux ne s'entendraient pas.

Par contre celle-ci du coup n'ayant plus du tout besoin d'argent liquide cela va accélérer forcément la fin de ce dernier.

Quelles magnifiques perspectives à venir...

"Oui il y a bien une lutte des classes mais c'est ma classe, celle des riches, qui la fait et nous gagnons" W. Buffet

En effet une victoire sur toute la ligne pour notre plus grand malheur à tous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :