Financement des startups : l’amorçage a le vent en poupe

 |   |  753  mots
Le Partech Shaker, 33 rue du Mail à Paris, permet aux startups et aux grandes entreprises de travailler dans une logique d'open innovation.
Le Partech Shaker, 33 rue du Mail à Paris, permet aux startups et aux grandes entreprises de travailler dans une logique d'open innovation. (Crédits : Partech)
La société de capital-risque Partech Ventures vient de lancer un deuxième fonds d’amorçage, doté de 60 millions d’euros et destiné à prendre des tickets de 300.000 à 1 million d’euros dans des startups du digital.

Difficile de trouver meilleur symbole de la bonne santé de de l'amorçage, ce segment du capital-investissement qui consiste à financer les dépenses préalables à la création d'une startup : la société française de capital-risque Partech Ventures a lancé, mercredi 1er avril, "le plus grand fonds d'amorçage en Europe consacré aux startups Tech et Internet." Doté de 60 millions d'euros, Partech Entrepreneur II est d'une taille deux fois supérieure à celle de son prédécesseur, Partech Entrepreneur I, lancé en octobre 2013. Cette somme de 60 millions d'euros a été levée en l'espace de trois mois seulement, auprès du Fonds national d'amorçage, opéré par Bpifrance (la Banque publique d'investissement), de sept groupes industriels (Carrefour, Ingenico, Econocom, Groupama, Edenred, Neopost, Renault-Nissan) et d'une soixantaine de "serial entrepreneurs" comme Eric Carreel, président-fondateur de Withings ou Olivier Goy, patron de la plateforme de crowdfunding Lendix.

Une cagnotte qui permettra à Partech Entrepreneur II d'investir des tickets unitaires de 300.000 à 1 million d'euros dans quelque 70 startups en phase de création, basées dans les trois zones géographiques où Partech est implanté, à savoir la France, l'Allemagne et la Silicon Valley. Le lancement de Partech Entrepreneur II s'inscrit dans le cadre d'un engouement général pour le financement d'amorçage. "Les investissements dans l'amorçage ont quadruplé, aux Etats-Unis et en Europe, au cours des quatre dernières années", précise Romain Lavault, "general partner" chez Partech.

La dynamique de l'amorçage répond à celle de l'entrepreneuriat

Les chiffres sont particulièrement éloquents en France, où l'amorçage était le parent pauvre du capital-risque, ces dernières années, les fonds préférant investir dans les premiers ou deuxièmes tours de table de startups plus matures. Sur les 524 millions d'euros investis par le capital-risque français au second semestre 2014, 9% ont été alloués à l'amorçage, contre 6% seulement un an auparavant et 5% au second semestre 2012, d'après l'indicateur élaboré par le cabinet de conseil en levées de fonds Chausson Finance, qui souligne le retour du "seed capital (amorçage) à un niveau plus classique." Dans la même veine, la taille médiane des investissements d'amorçage dans des startups européennes du secteur "tech" a grimpé de 29% en 2014, à 900.000 dollars, selon la base de données CB Insights. Mieux encore, les investissements en amorçage aux Etats-Unis ont atteint en 2014 leur plus haut niveau depuis cinq ans, à 1,33 milliard de dollars, toujours d'après CB Insights.

Il faut dire que les fonds d'amorçage se multiplient. "De plus en plus d'incubateurs et d'accélérateurs s'équipent de fonds d'investissement, à l'image de Y Combinator aux Etats-Unis", décrypte Boris Golden, directeur d'investissement de Partech Entrepreneur II. A quoi s'ajoutent les véhicules d'amorçage lancés par des industriels tels que Google, ou, plus près de nous, Orange, dans le cadre de leurs stratégies d'open innovation. Une dynamique qui suit celle de l'entrepreneuriat, lequel s'impose désormais comme une véritable alternative de carrière pour les jeunes : "Lorsque j'ai terminé mes études, au début des années 2000, la plupart d'entre nous souhaitions travailler dans la finance. Aujourd'hui, les étudiants veulent devenir des entrepreneurs", témoigne Marc Ménasé, l'un des "serial" entrepreneurs présents au capital de Partech Entrepreneur II.

3.000 startups "appelées", 30 élues

Pourtant, "les risques que nous prenons en amorçage sont énormes car les business models des startups dans lesquelles nous investissons n'ont pas été éprouvés", reconnaît Boris Golden. L'amorçage s'apparente certes à un coup de poker mais, comme au jeu, le jackpot peut-être très considérable, comme cela avait été par exemple le cas pour les investisseurs de la première heure dans Facebook. C'est bien pour cela que Partech Entrepreneur II n'investira dans une jeune pousse que s'il en est le premier investisseur, précise Romain Lavault.

Par ailleurs, afin de maîtriser au mieux la prise de risque, le fonds misera sur 1% seulement des quelque 3.000 dossiers de startups qu'il s'attend à recevoir. Cette sélectivité, basée, entre autres, sur la capacité des jeunes pousses à proposer des "disruptions" fortes, qu'elles soient technologiques ou commerciales, permet à Romain Lavault d'affirmer "qu'un quart de la trentaine de sociétés financées par Partech Entrepreneur I (dont Kartable, PriceMatch ou encore Alkemics) ont déjà dépassé le million d'euros de chiffre d'affaires récurrent." Alors que 90% d'entre elles ne réalisaient pas le plus petit euro de chiffre d'affaires lorsque Partech est entré dans leur capital, quelques mois plus tôt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2015 à 19:13 :
Carrefour finance ! La grande distribution, avec les 50 milliard d'€ de matelas d'argent des fournisseurs qu'ils payent a 180 jours fin de mois, alors que leur stock a une rotation d'une semaine.....Ils se font de la pub gratuitement.
a écrit le 06/04/2015 à 19:09 :
60 millions d'€. une goutte d'eau, ne fera jamais une riviere. Vaut mieux s`adresser aux banques islamiques qui ne font pas que dans le silicon valley......
a écrit le 06/04/2015 à 7:30 :
Lancer des fonds pour investir dans des start-up aux States non. Lancer des fonds pour les mêmes en France oui sous réserves... Le problème c'est que l'essentiel des fonds sont levés aux EU. De plus, plutôt que de tout investir dans des activités nouvelles sans toujours un modèle économique sur, il faut mixer avec des activités économiques au modèle reconnu et rentable. Ces dernières ont également besoin de soutien financier.
a écrit le 06/04/2015 à 4:55 :
Quel cinéma ! Qui a envie de lancer une start-up dans un pays collectiviste, égalitariste et socialiste? Pour nourrir et supporter des fonctionnaires si ça fonctionne? Pour se faire traiter de "riche" et de "capitaliste" ou "d'actionnaire" par la suite? Non non non !!!! C'est dommage mais le Français est une des langues les plus entendues dans la Silicon Valley. On y réussit très bien. La France est bonne pour Hollande.
Réponse de le 06/04/2015 à 6:57 :
Ce que vous décrivez est une immense raison d'espérer: LE PROBLEME EN FRANCE CE NE SONT PAS LES FRANCAIS, MAIS LEURS DIRIGEANTS !!
a écrit le 05/04/2015 à 14:26 :
Ce n'est pas dans l'amorçage que le problème se situe mais dans le post amorçage lorsque les levées se chiffrent en dizaine de millions d'euro . Comme on ne trouve quasiment plus d'investisseurs sur ces niveaux , les levées sont en train de se faire aux USA ... aussi surement que la baisse du prix des appartements de standing parisien est du au départ de certains entrepreneurs suite à l'arrivée de hollande au pouvoir.
a écrit le 05/04/2015 à 14:26 :
Ce n'est pas dans l'amorçage que le problème se situe mais dans le post amorçage lorsque les levées se chiffrent en dizaine de millions d'euro . Comme on ne trouve quasiment plus d'investisseurs sur ces niveaux , les levées sont en train de se faire aux USA ... aussi surement que la baisse du prix des appartements de standing parisien est du au départ de certains entrepreneurs suite à l'arrivée de hollande au pouvoir.
Réponse de le 06/04/2015 à 6:55 :
Soyons honnêtes, on peut reprocher beaucoup de choses à FH, mais lui faire porte le chapeau de l'exil des entrepreneurs, c'est injuste; L'EXIT TAX, c'était NS, et on pourrait remonter comme ça très loin. Celui qui croit que la différence D/G se fait là dessus se trompe. Il pourra essayer de me l'expliquer (la différence) car depuis plus de 30 ans que je vote je ne l'ai toujours pas vu.
Réponse de le 07/04/2015 à 21:47 :
@blablabla
Et un pré-amorçage du post-amorçage de l'amorçage?
Le spécifique Capital-risque = amorçage, ensuite Capital-investissement
a écrit le 05/04/2015 à 14:06 :
En 2015, avec 300 000 euro, l'on ne fait absolument rien du tout de consistant pour la création d'emplois et la réindustrialisation
En 2015, avec 1 000 000 euro, l'on ne fait absolument pas grand chose de consistant pour la création d'emplois et la réindustrialisation.

le cinéma continue, rien ne change depuis 15 ans. Droite UMPUDI et PSVERTS, ce sont les mêmes jumeaux en tous points.
a écrit le 05/04/2015 à 13:43 :
Avec 2,4€ dépensés en moyenne par habitant pour le crowdfunding, la moyenne française est encore une fois loin des Britanniques (36€ en moyenne) mais également, et c'est peut-être plus étonnant, de l'Estonie dont sa population consacre en moyenne 16€ au crowdfunding par an.

SANS COMMENTAIRES, IL N'Y AVAIT PAS D'EXIL FISCAL COMME L'ATTESTENT LES 37 000 DOSSIERS EN ATTENTE POUR UN MONTANT MOYEN D'AVOIR NON DECLARE DE 900 000, 00 EUROS ET ON NE PARLE QUE DES COMPTES OUVERTS A L'ETRANGER ET NON DECLARES QUE PENSER DES FRANCAIS PARTIS AVEC ARMES BAGAGES ET ARGENT ?????
a écrit le 05/04/2015 à 12:50 :
Bonjour
Il faut n'avoir rien compris au secteur pour interpréter ce lancement en ces termes
Ce que signifie le lancement de ce nouveau fonds d'amorçage alimenté par l'argent public du FNA signifie surtout qu'en France il n'existe plus d'argent privé pour faire du risque en amorçage. Tous ces fonds privés se reposent uniquement sur l'argent public pour mener à bien cette étape majeure
Inquiétant et très ennuyeux à terme
Réponse de le 05/04/2015 à 19:57 :
Vous avez une autre solution?
Le privé ne finance pas, sauf le fond cité par cet article, et quelque exceptions bien timides comme les 10 millions par Orange (Orange avait annoncé 5,4 milliards de revenus sur la seule zone Afrique-Moyen-Orient), c'est vraiment abuser.
Mais nous avons tellement de retard à rattraper.
Pas de temps à perdre, les 8 milliards de BpiFrance et les 500 millions des assurances, annoncés vendredi, vont bien aider. (BpiFrance en 2014: 1,7 Mrds€, + 42% de plus qu'en 2013).
L'année dernière, la capital-investissement c'était 10,1 milliards, + 24% (record historique)
Chiffres: AFIC, (Association Française des Investisseurs pour la Croissance)
Donc cette année la mise va presque être doublée.
Demandez aux créateurs d'entreprises ce qu'ils en pensent?
Demander aux entreprises qui n'arrivent pas à décoller ce qu'elles en pensent?
La critique est toujours facile et gratuite, surtout en France, ce qui pourrit le système.
Rien n'est parfait, y'a beaucoup à faire et à reformer, mais pourquoi cracher sur toutes les initiatives qui vont dans le bon sens, même si elles sont imparfaites?
......
PARTECH VENTURES :
Philippe Collombel, Jean-Marc Patouillaud.
Omri Benayoun, Bruno Crémel, Mark Menell.
Equipes à San Francisco, Paris et Berlin.
Omri Benayoun : «la stratégie d’investissement du fonds est très sélective, simple et ambitieuse: investir dans des entreprises qui visent une position de leader, capables de bouleverser les règles de leur industrie.»
….
Partech Growth
Fonds de capital-croissance pour les futurs géant de la « tech » et du digital.
(Bpifrance, CNP Assurances, AG2R La Mondiale, Carrefour, Ingenico Group, Renault, …..)
Plus de 200 millions d’euros.
Fonds de capital croissance destiné à apporter entre 10 et 45millions d’euros aux entreprises «tech» et digitales à très forte croissance ayant déjà atteint des chiffres d’affaires significatifs.
….
Partech Entrepreneur II
Fonds d'amorçage dédié aux jeunes entreprises de la high-tech et du Web.
Dotation 60 millions d’euros.
Prévoit de financer environ 70 start-up, avec des tickets de 300.000 à 1 million d'euros.
….
Parmi les trente aidées par le fonds «Entrepreneur I», la plupart ne réalisaient par un euro de chiffre d'affaires lorsqu'elles ont bouclé leur premier financement. Aujourd'hui, un quart d'entre elles a dépassé le million d'euros de revenus. C'est le cas de PriceMatch, une start-up française qui propose un système de yield management pour les hôtels. Des start-up comme Lima, Pleek, Kartable ont été financées par Partech.
La France reste aussi sous-dotée en fonds de plus grande importance, capables de propulser des start-up au sommet. C'est le fonds international Index Ventures qui a mené le tour de table de 73 millions d'euros pour BlaBlaCar l'an dernier.
….
ORANGE
« Orange Digital Ventures »
Enveloppe de 20 millions d’euros
….
"Les chefs d’entreprise se projettent de nouveau vers l’avenir, ils présentent des business plan en croissance et ont donc de nouveaux besoins de financement", conclut Olivier Millet, vice-président de l’Afic et président d’Eurazéo PME.
Réponse de le 05/04/2015 à 20:14 :
Les grandes entreprises ne veulent pas aider les petites en phase de démarrage, capital-risque.
Ensuite, si elle en voit une décoller qui les intéressent, elles n'hésiteront pas à l'absorber.
C'est vraiment à sens unique.
Et ne me dites pas que les sociétés qui font des milliards de bénéfices, et engraissent bien leurs actionnaires, ne peuvent pas créer des fond de 50 ou 100 millions pour accélérer l'économie française, sachant qu'au bout du compte, une accélération sera profitable à toutes les entreprises, petites, moyennes et grandes. Les grands patrons ont vraiment des cervelles étriquées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :