Goldman Sachs plonge à Wall Street

 |   |  270  mots
La banque américaine a augmenté de 80% ses bénéfices au premier trimestre mais sa performance dans les activités de courtage est ressortie nettement inférieure aux attentes et à celle de ses concurrentes.
La banque américaine a augmenté de 80% ses bénéfices au premier trimestre mais sa performance dans les activités de courtage est ressortie nettement inférieure aux attentes et à celle de ses concurrentes. (Crédits : Reuters)
La banque d'affaires américaine a publié des bénéfices en forte hausse au premier trimestre mais très en deçà des attentes et des performances de ses concurrentes. L'action chute de plus de 5%.

Perplexité à Wall Street. Goldman Sachs n'a pas du tout réalisé la performance attendue au premier trimestre : si ses bénéfices ont bondi de 80% à 2,1 milliards de dollars, le produit net bancaire (PNB) des emblématiques activités de marchés a reculé de 2,4% à 3,3 milliards, son plus bas niveau depuis cinq trimestres. Or ces activités de courtage avaient dopé ses résultats les trimestres précédents et constituent la vitrine de la banque d'affaires pour attirer institutionnels et grandes fortunes.

En outre, ces résultats en demi-teinte contrastent avec ceux de ses concurrentes, notamment JP Morgan Chase et Bank of America, dont les activités de trading ont grimpé de 14% et 21% respectivement, et encore plus sur les marchés obligataires (+17% et +29%). On attend les résultats de sa principale rivale, Morgan Stanley, ce mercredi.

Reflétant cette déception, l'action Goldman Sachs plonge de plus de 5,7% ce mardi à la mi-séance à Wall Street, dans les 213 dollars.

« L'environnement opérationnel a été contrasté », a expliqué le Pdg, Lloyd Blankfein, invoquant la concurrence dans les activités de liquidité sur les marchés et une toile de fond plus favorable pour la garantie d'opérations dans la banque d'investissement.

La première banque d'affaires mondiale au classement des fusions et acquisitions, et cinquième banque américaine par le total des actifs, justifie sa performance terne sur les marchés de taux et matières premières (revenus tout juste en hausse de 1%) par les incertitudes politiques, l'attentisme des clients et la faible volatilité. Autant d'éléments qui ont pourtant affecté l'ensemble des banques actives sur les marchés...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2017 à 8:18 :
Ya des nouvelles qui sont réjouissantes parfois dans l'actualité. Le système financier commencerait il à subir la crise qu'il a engendré ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :