La Tribune

Le patron de la banque RBS renonce à son royal bonus

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Christine Lejoux  |   -  267  mots
Sous la pression du parti travailliste, Stephen Hester a fait une croix sur sa rémunération variable de près d'un million de livres sterling.

Stephen Hester a fini par admettre que certaines choses ne se font pas. Le directeur général de la banque britannique RBS (Royal Bank of Scotland) a renoncé au bonus de 963.000 livres sterling (1,15 million d'euros), qu'il devait percevoir au titre de l'année 2011, en plus d'un salaire de 1,2 million de livres. L'annonce de ce bonus royal avait fait scandale en fin de semaine dernière, à l'heure où les Britanniques sont appelés par leur gouvernement à se serrer la ceinture, dégradation de la conjoncture économique oblige. Ce week-end, le parti travailliste avait appelé à faire voter au parlement la suppression du bonus de Stephen Hester.

Un sauvetage de 45,5 milliards de livres sterling

L'opinion publique s'est d'autant plus émue de ce bonus mirifique que RBS est détenue à hauteur de 82% par le gouvernement britannique, qui avait sauvé la banque il y a trois ans, en pleine crise financière. Et que, malgré ce renflouement de 45,5 milliards de livres sterling, le groupe  n'a pas cessé d'accumuler les mauvaises performances financières, ce qui l'a conduit à annoncer récemment la suppression de 4.800 postes. Bien que propriétaire de RBS, le gouvernement ne pouvait obliger Stephen Hester à renoncer à son bonus sans démettre le conseil d'administration, ce qui aurait encore davantage fragilisé la banque.

Récupérer les milliards des contribuables

La décision de Stephen Hester "est sensée et bienvenue. Elle lui permettra de se concentrer sur le travail très important qu'il a à faire, (à savoir) récupérer les milliards de livres des contribuables injectés dans la banque", a asséné lundi George Osborne, chancelier de l'Echiquier.

Réagir

Commentaires

Tulipe  a écrit le 31/01/2012 à 22:06 :

Ce renoncement est le moins qu'on puisse attendre dans sa situation.