Bâle III : réunion exceptionnelle le 2 mai, les banques demandent 485 milliards d'euros

 |   |  551  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Selon une étude du Comité de Bâle, les banques auraient besoin de 485,6 milliards pour se conformer aux nouvelles normes de solvabilité de Bâle III. Il s'agit d'une simulation effectuée sur la base des situations de 212 établissements financiers à fin juin 2011. Une réunion extraordinaire entre les ministres des Finances de l'UE aura lieu le 2 mai à Bruxelles pour finaliser le nouveau cadre réglementaire du secteur bancaire.

Les banques ont besoin de 485,6 milliards d'euros pour se conformer aux nouvelles normes de Bâle III sur les fonds propres durs, a estimé jeudi le Comité de Bâle de supervision bancaire. L'étude menée par les régulateurs auprès de 212 établissements financiers simulait une mise en place anticipée au 30 juin 2011 des nouveaux critères de Bâle III, qui doivent entrer en vigueur à partir de l'an prochain et qui prévoient des fonds propres durs (capital social et bénéfices mis en réserve) égaux à au moins 7% de leurs engagements.

Des fonds propres "durs" de 7%

Démontrant les efforts que les banques doivent encore fournir avant la mise en place définitive de Bâle III en 2019, le Comité de Bâle a rappelé que les bénéfices annualisés avants impôts des grandes banques ayant participé à l'étude étaient de seulement 356,6 milliards d'euros. Les régulateurs ont imposé en 2010 à tous les établissements des ratios de fonds propres durs d'un minimum de 7%. Pour 29 banques systémiques, les régulateurs sont allés plus loin. Ils leur ont imposé des ratios de fonds propres durs encore plus élevés, soit de 1 à 2,5 points supplémentaires par rapport aux exigences de base.

Des besoins de capitaux moins élevés qu'il y a un an

Le besoin en financement des banques a cependant diminué, comparé à une étude similaire menée il y a un peu plus d'un an. En décembre 2010, le Comité de Bâle avait dévoilé une étude d'impact de Bâle III, menée auprès de 263 établissements dans le monde. Ce rapport avait conclu que les banques auraient eu besoin de 602 milliards d'euros pour respecter un ratio de fonds propres durs de 7% à fin 2009.

Le manque de financement est cependant encore plus criant pour les niveaux de liquidités, avec un trou de 2.780 milliards d'euros, selon la dernière étude du Comité de Bâle .

Une réunion extraordinaire des ministres des Finances de l'UE le 2 mai

Pour finaliser le nouveau cadre réglementaire du secteur bancaire, dit de "Bâle III", les ministres des Finances européens se réuniront le 2 mai à Bruxelles. Cette réunion vient s'ajouter à l'agenda des ministres des Finances européens qui se retrouveront les 14 et 15 mai à Bruxelles, un rendez-vous prévu de longue date. "L'objectif de cette réunion est d'obtenir un accord au sein du Conseil (qui réunit les Etats membres) avant d'entamer les négociations avec le Parlement européen", a déclaré le porte-parole de la présidence danoise de l'UE, Preben Aamann. Les 27 Etats membres doivent définir une position commune sur la future architecture du système bancaire européen, qui compte 8.200 établissements.

L'heure presse car les règles de Bâle III doivent être mises en place graduellement à partir de 2013. Or, pour les banques, prendre en compte ces nouvelles obligations est un processus de longue haleine. Les discussions achoppent notamment sur les réticences du Royaume-Uni, qui souhaite imposer des normes de capital plus sévères que celles envisagées au niveau européen et entend ainsi ne pas se soumettre au principe d'harmonisation au sein de l'UE. La Suède est sensiblement sur la même longueur d'onde, a indiqué une source européenne au fait des discussions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2012 à 13:16 :
C'est ce qui attend le nouveau Président de la République Française au lendemain de son élection et bien évidemment les Français. Ce n'est pas avec ce cadre drastique que les banques seront prêtes à financer les canards boiteux.
a écrit le 14/04/2012 à 14:37 :
Le problème d'un tel article, c'est que ça manque de contexte et ça se voit aux commentaires des internautes qui ne sont pas pertinents (certes le trou de bale c'est bien vu).

Parmi ce qui manque :
1) Le renforcement des fonds propres s'impose aux banques, ce ne sont pas donc elles qui le demandent. En pratique, les accords de Bâle ne sont que des principes directeurs de niveau international.
Source Wikipedia : "Le Comité de Bâle ou Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (en anglais Basel Committee on Banking Supervision, BCBS) est un forum où sont traités de manière régulière (quatre fois par an) les sujets relatifs à la supervision bancaire. Il est hébergé par la Banque des règlements internationaux à Bâle.
Le Comité se compose de représentants des banques centrales et des autorités prudentielles des treize pays suivants : Allemagne, Belgique, Canada, Espagne, États-Unis, France, Italie, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Au cours de la session des 10 et 11 mars 2009, il a été décidé de l'élargir à l'Australie, au Brésil, à la Chine, à la Corée, à l'Inde, au Mexique et à la Russie1. Le 10 juin 2009, il a, en outre, été ouvert à Hong Kong et à Singapour, ainsi qu'à d'autres membres du G20 : Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Indonésie et Turquie2."

L?application des accords de Bâle en Europe passe par la directive CRD IV qui, précisément en ce moment, fait l'objet d'âpres négociations entre les différentes instances européennes (conseil des états, parlement, commission). L?article ne prend même pas la peine d?en parler alors que c?est l?enjeu d'actualité.

2) La question "où trouver l?argent" n'est pas évoquée. Du point de vue des institutions, l?article évoque uniquement un accord sur la future architecture du système bancaire européen, c?est extrêmement vague et vaste :
"L'objectif de cette réunion est d'obtenir un accord au sein du Conseil (qui réunit les Etats membres) avant d'entamer les négociations avec le Parlement européen", a déclaré le porte-parole de la présidence danoise de l'UE, Preben Aamann. Les 27 Etats membres doivent définir une position commune sur la future architecture du système bancaire européen, qui compte 8.200 établissements."

Cela n?empêche pas les internautes de faire des commentaires à l?emporte-pièce du type :
"Plus un seul euro pour les banques !! Tous les accords déjà signés concernant la solvabilité des banques n?ont servi à rien ou bien ont été contournés ! C?est de la foutaise, donnez l?argent aux gens pas aux responsables de la crise."

Ou encore :

"Comme si les banques ne nous prenaient pas assez, il leur faut aussi l'argent des institutions ... qui soit dit en passant est le nôtre !!! Quelqu'un aura-t-il le courage de faire le ménage ???"

Ces 2 internautes interprètent donc que c?est l?argent du contribuable qui va renflouer les banques, alors que l?article ne dit rien à ce sujet.

Un autre dit :
"Cela va-t-il durer encore longtemps ? Les banques demandent ,ont besoin et cela tous les six mois ....Qu'on nationalise !"

Nationaliser, ça veut dire que l?Etat monte au capital des banques. A moins d?exproprier les actionnaires existants, ça ne sera pas gratuit ! Pour le coup, cette solution côuterait de l?argent au contribuable.

Comme c?est régulièrement le cas sur les sujets bancaires, peu de gens sont correctement informés et cela n?a rien d?étonnant vu la qualité des media qui en parlent. Cet article en est un très bon exemple.

Pour le coup, et même si c?est très orienté « lobby bancaire », ce document est plutôt bien fait et pédagogique :

http://www.fbf.fr/fr/la-federation-bancaire-francaise/publications/collection-parlons-clair/les-banques-francaises-au-service-de-l'economie-et-de-la-croissance

De mon point de vue, le vrai enjeu n'est pas que le contrôle et la régulation des banques, c'est plus généralement le contrôle de l'argent : comment s'assurer que celui-ci est affecté à des activités socialement, écologiquement et fiscalement responsables. Et là, il y a encore beaucoup de boulot pour faire changer les mentalités des politiques comme des citoyens : financer une centrale nucléaire, oui ou non ? Des avions de plus en plus gros ? Réglementer le marché des matières premières (métaux, blé, ...) ?
a écrit le 13/04/2012 à 14:32 :
Cela va-t-il durer encore longtemps ? Les banques demandent ,ont besoin et cela tous les six mois ....Qu'on nationalise !
Réponse de le 13/04/2012 à 15:35 :
Y'a du Lordon dans l'air... ;-)
a écrit le 13/04/2012 à 14:30 :
Plus un seul euro pour les banques !!
Tous les accords déjà signés concernant la solvabilité des banques n?ont servi à rien ou bien ont été contournés !
C?est de la foutaise, donnez l?argent aux gens pas aux responsables de la crise.
a écrit le 13/04/2012 à 10:55 :
Imaginez un gouffre financier, avec un nom pareil.Ca s'appellerait:
"le trou de BALE"
a écrit le 13/04/2012 à 10:06 :
Elles ont qu'a donner le smic à leur patron pendant 5 ans, et tout sera réglé, et rapatrier l'argent des paradis fiscaux.
Réponse de le 13/04/2012 à 10:32 :
D'autant, Beline, que le montant de l'argent français dans les paradis fiscaux vient d'être estimé à 600 milliards d'Euros... Ce qui doit être le minimum, connaissant les us et coutumes du secteur.
a écrit le 13/04/2012 à 10:05 :
Les gouvernements et les banquiers centraux des pays de l'UE et en particulier ceux de l'UEM ont témoigné, sauf exception, d'un manque total de lucidité concernant la situation des banques qu'ils sont censés surveiller et superviser. C'est le cas notamment de Noyer en France et de Fernández Ordóñez en Espagne, qui ont nié à plusieurs reprises ou minoré les besoins en fonds propres supplémentaires des banques. De deux chose l'une ou bien ces gouverneurs sont aux ordres du pouvoir politique et c'est lamentable, ou bien ils sont nuls et entre les mains de leurs collègues dirigeants de banques locales et là c'est scandaleux. Ou bien encore c'est les deux et ces gens là sont à convoquer par des tribunaux d'exception sous le contrôle des citoyens des pays respectifs et de l'UE vu les risques systémiques encourus.
a écrit le 13/04/2012 à 1:25 :
Comme si les banques ne nous prenaient pas assez, il leur faut aussi l'argent des institutions ... qui soit dit en passant est le nôtre !!! Quelqu'un aura-t-il le courage de faire le ménage ???
a écrit le 12/04/2012 à 21:09 :
Titre très mal formulé, voire trompeur: il aurait fallu dire 'Il est demandé aux banques de renforcer leurs FP à hauteur de 500 MdE'.
Réponse de le 12/04/2012 à 21:48 :
Sunglasses, vous avez parfaitement raison, plus de rigueur journalistes de la Tribune, SVP
a écrit le 12/04/2012 à 16:59 :
Allez c'est reparti.Apres tout les 2 dernieres fois et en pleine crise cause par les banques,le contribuable a bien donne,alors pourquoi pas une 3eme fois?! Ok soyons fou, on leur donne cet argent et en echange,ils acceptent de financer l'economie reelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :