La Tribune

Natixis, une banque très "women friendly"

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Séverine Sollier  |   -  613  mots
Un nouveau réseau de femmes managers vient de voir le jour chez Natixis, la banque d'affaires du groupe BPCE. Sa présidente, Nathalie Broutèle, affiche l'ambition d'atteindre 40 % de femmes au sein du top management à fin 2015 contre 15 % actuellement.

Un nouveau réseaux de femmes dirigeantes dans la banque est né chez Natixis, la banque de financement et d'investissement du groupe BPCE. Baptisé  Winn pour "women in Natixis network", ce réseau veut "promouvoir la mixité et la place des femmes dans l'entreprise".  Ce n'est pas la première intiative du genre au sein du groupe BPCE, dont Natixis fait partie, puisqu'il existe « Elles de BPCE », le réseau des femmes dirigeantes de BPCE.

Winn partenaire de Financi'Elles

De manière plus large, une fédération des réseau de femmes cadres des les entreprises  de la finance, la banque et l'assurance a  vu le jour en mars 2011. Baptisée Financi'Elles, elle a été créée à l'initative de l'association "BNP Paribas MixCity" et de son homologue au sein de la Société Générale : "Féminin by Société Générale".  Dès son lancement, Financi'Elles comptait déjà 1500 membres et environ 3500 aujourd'hui qui se donnent pour objectif  "d'accélérer l'accès des femmes au sommet des organisations du secteur de la finance". Car si les femmes sont très présentes en nombre dans le secteur financier (50% de l'effectif global), elles sont encore une petite minorité (10%) à exercer dans les postes dirigeants.

Le réseau Winn s'inscrit clairement dans cette mouvance. Il est d'ailleurs partenaire de Financi'Elles. Fondé sous la forme d'une association, il est présidé par Nathalie Broutèle, directeur général de Natixis Assurances. « Nous ambitionnons au moins 40 % de femmes au sein du top management de Natixis à fin 2015 contre 15 % actuellement", précise-t-elle avant d'ajouter que "au-delà des objectifs chiffrés, il s'agit de faire de Natixis une entreprise "women friendly" afin d'attirer et de fidéliser les talents féminins. Son objectif est de réussir à  réunir 1000 membres actives qui pourront échanger et s'entraider. le réseau. Le réseau Winn organisera des manifestations pour promouvoir les femmes au sein de l'entreprise et profitera aussi du maillage d'autres réseaux de femmes dans la banque et la finance.
 

Lutter contre le plafond de verre

La direction de Natixis se dit favorable est une telle démarche. Mieux, le directeur général de Natixis, Laurent Mignon, est selon la banque,  "personnellement impliqué dans le lancement du réseau winn". Pour lui, "la place des femmes dans le top management de Natixis est un enjeu réel et un vecteur de performance pour l'entreprise". Une déclaration dont il faudra suivre les effets car force est de constater que le "plafond de verre" est encore bien présent dans bon nombre d'entreprises du secteur.

Une étude édifiante

Une étude réalisée par l'institut CSA pour Fianci'Elles auprès des salariés de huit groupes financier (Axa, Barclays, BPCE, BNP Paris, Caisse des Dépôts, Crédit Agricole CIB et SA, HSBC et Société Générale), soit 15 248 femmes répondantes et 13 200 hommes, révèle que seules 30 % des femmes interrogées estiment que la situation sur la mixité s'est améliorée ces deux dernières années. Alors que les hommes sont eux  64 % à percevoir une amélioration.

Par ailleurs, seules 37 % des femmes sont satisfaites de l'accès qui leur est donné à des projets stratégiques et "à des mises en situation à forte visibilité de la direction générale". Mais 29 % se disent satisfaites de l'égalité d'accès aux programmes des "hauts potentiels" (lire ci-dessous) et 23 % aux postes de haut niveau. Neuf femmes interrogées sur 10 sont pourtant confiantes dans leurs capacités. Seul réconfort : la conviction qu'il y a pire ailleurs ! Les femmes interrogées sont en effet 81% à considérer que le secteur financier est plus favorable que d'autres.

 

 




 

Réagir

Commentaires

ambition  a écrit le 19/04/2012 à 10:28 :

moi j'aurai préféré, qu"elle mette son "ambition" à remonter le cours de l'action au niveau de l'introduction en bourse, je me fous de qui le fera, femme, enfant, senior, étranger, handycapé, homo ou hétéro, ce qu'on voudrait, ce sont des pros, pas des branquignols qui ont divisés par 10 le prix de l'action
par ailleurs quand on voit l'augmentation du nombre de femmes fumeuses, on se demande si elles ont bien tout compris et si on doit leur faire une confiance aveugle!