La Tribune

Les épargnants jouent avec les nerfs des assureurs

Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : © 2009 AFP)
Laura Fort  |   -  992  mots
La collecte nette d'assurance-vie est de nouveau repassée dans le rouge, négative de 1.2 milliard d'euros. Les versements sont en baisse et les rachats en hausse.

Elle était timidement repassée dans le vert en février. Au mois de mars, la collecte nette d'assurance vie (versements moins retraits) est de nouveau négative, à -1.2 milliard d'euros selon les chiffres de la profession. Le mois de février avait été positif de 300 millions d'euros grâce à de moindres retraits sur les contrats. Mais en mars, la collecte nette a pâti à la fois d'une hausse des retraits (+6%) et d'une baisse des versements (-8.8%). Avec l'assurance vie, depuis l'été dernier, c'est l'amour vache... Pendant six mois consécutifs, d'août 2011 à janvier 2012, la collecte nette d'assurance vie (versements moins retraits) a été négative, c'est-à-dire que les retraits effectués sur les contrats n'ont pas été compensés par les versements. Décembre a enregistré la plus forte décollecte, de 3.8 milliards d'euros. En février, la collecte nette est revenue timidement dans le vert, positive de 300 millions d'euros.

Un désamour aux multiples visages

"Nous sommes dans une phase où l'assurance vie a atteint un niveau mature. Et il va falloir s'habituer à des périodes de fluctuations de collecte", a déclaré Daniel Collignon, directeur général de Spirica (compagnie d'assurance du Crédit Agricole) lors d'une conférence du Laboratoire Assurance Banque (LAB) mercredi 11 avril.
Il y a de multiples raisons à cette mauvaise passe que l'assurance vie a connu ces derniers mois : crise des dettes souveraines, chute des marchés actions, baisse du pouvoir d'achat, diminution des taux de rendement, arbitrages vers l'épargne bancaire ou vers l'immobilier, annonce sur des changements de fiscalité, ou encore exil sous de meilleurs auspices au Luxembourg... Si les épargnants semblent désenchantés par l'assurance vie, ils sont aussi désargentés, et ont puisé dans leur contrat pour satisfaire des besoins de consommation courante, éviter de recourir au crédit ou gonfler l'apport personnel d'un crédit immobilier. Enfin, les versements sur les contrats en unités de compte suivent quant à eux de près les performances du Cac 40.

Le couteau suisse des épargnants

Sur le site de la FFSA, Nicolas Moreau, directeur général d'Axa France, affirme : "Si l'assurance vie concerne tout le monde, c'est parce qu'elle permet de poursuivre des objectifs différents et donc de répondre aux besoins de chacun : épargne de précaution, prévoyance, complément de revenus pour la retraite. [...] Elle reste le couteau suisse des investisseurs épargnants". Et justement, le couteau suisse s'ouvre et se referme au gré des besoins, et l'épargnant en utilise les différents accessoires à sa guise, pratiquant des arbitrages, des retraits totaux ou partiels, des versements libres ou programmés, ou investissant à l'envi sur le fonds en euros ou sur des unités de compte.
Les épargnants font aussi jouer les générations de contrats, les taux de rendement... et la concurrence ! Bernard Le Bras a remarqué lors de la conférence du LAB que "dans la banque en ligne, il y a eu très peu de sorties. Les contrats sont plus jeunes et comportent encore un frein fiscal. Et les assurés en ligne sont généralement multidétenteurs de contrats : ils ponctionnent donc davantage leurs contrats arrivés à maturité ou ceux qui servent un rendement inférieur". Avant d'ajouter que "dans la banque privée, les niveaux de rachat sont plus élevés et correspondent à des arbitrages vers l'immobilier, vers le Luxembourg ou à une stratégie de répartition entre différentes compagnies".

Attentisme pré-électoral

En ce début d'année, les épargnants ont moins ponctionné leur contrat. "Après une panique à l'automne sur la restructuration des dettes souveraines, l'assurance vie a quand même rassuré en servant un taux moyen de 3%. S'il n'est pas exceptionnel, il montre que le choc a pu être absorbé par les compagnies", explique Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet Facts & Figures. Par contre, les épargnants ont moins versé d'argent sur leurs contrats, adoptant une posture d'attentisme, comme souvent en période pré-électorale. Daniel Collignon confirme : "Nous sommes souvent interrogés sur des stratégies de placements importants, qui, finalement, ne se font pas. La période pré-électorale engendre peu de passage à l'acte".

En creux et en pics

Des périodes de "creux" ont déjà été observés : décembre 2010 affichait par exemple une collecte nette proche de zéro, décembre 2008 une décollecte de 300 millions d'euros et octobre 2008 une décollecte de 3.1 milliards en octobre 2008. Mais l'assurance vie n'a pas toujours été boudée par les Français, loin s'en faut. En juillet dernier, juste avant la période de décollecte, l'assurance affichait encore une collecte nette de 2.7 milliards d'euros. Loin des pics enregistrés par le passé. A titre d'exemple : 6.9 milliards d'euros en juillet 2010 et en juillet 2009, 7.8 milliards d'euros en janvier 2007, 9.3 milliards d'euros en janvier 2006, ou encore 8.7 milliards d'euros en décembre 2001.

Des infidélités aux livrets d'épargne

Les épargnants sont également inconstants avec le livret A : il atteint aujourd'hui des records de collecte malgré un gel de son taux à 2.25% en février, à mettre sur le compte d'un effet de vase communicant avec l'assurance vie et d'un attrait pour les produits d'épargne, perçus comme plus sécurisant en temps de crise. Cela n'a pas toujours été le cas. Il est arrivé à plusieurs reprises aux livrets d'épargne réglementés de décollecter : au mois de novembre 2011, les retraits ont ainsi dépassé les dépôts, générant une collecte nette négative de 40 millions d'euros pour le livret A et de 430 millions d'euros pour le LDD. Les professionnels évoquaient alors des retraits liés à la période des achats de Noël et de paiement des impôts. Dans un passé récent, le phénomène s'est reproduit pour le livret A en juin, octobre et novembre 2010. Quant au LDD, il a affiché 7 mois de collecte nette négative en 2011 et 7 mois en 2010.

 

Réagir

Commentaires

Laurent K  a écrit le 20/04/2012 à 14:14 :

Il faudrait être fou pour investir son argent dans un produit financier par les temps qui court:
1. La planche à billets tourne à plein (Quantitative Easing aux Etats-unis, les LTRO en Europe) sans pour autant relancer la croissance
2. les bilans des institutions financières sont truqués (changement de la règle de valorisation des actifs pour ne pas refléter l'impact des crise immobilières),
3. Les impôts augmentent par tous les moyens pour ne pas toucher au rentes de situations (notamment le refus absolu de laisser couler les banques en faillite -belle incitation à continuer les mêmes bêtises pour celles-ci...) et vous pouvez être certains que l'assurance vie sera ponctionnée.

Je pourrais aussi évoquer les prix de l'immobilier exorbitants qui ne peuvent que baisser sur le long terme, les guerres monétaires pour savoir comment on va remplacer le dollar US comme monnaie de réserve mais tout peut se résumer en deux mots:

aucune confiance

mathilde  a écrit le 20/04/2012 à 13:54 :

N'oublions que c'est l'assurance vie qui alimente le trésor public. Le prochain président et son gouvernement n'auront pas intérêt à modifier les conditions des contrats, sinon à démobiliser les épargnants soit une bonne partie des français.

pmxr  a écrit le 19/04/2012 à 20:00 :

Pour info ... regarder où le petit Nicolas à placé ses sous !

Jules  a répondu le 19/04/2012 à 20:52:

Alors où ????

pmxr  a répondu le 20/04/2012 à 9:33:

assurance vie !

pmxr  a écrit le 19/04/2012 à 19:28 :

"Hollande recule sur la taxation de l'assurance-vie" c'est pas moi qui le dit ... "la Tribune" !!!!!!!!!!!!

gg  a répondu le 19/04/2012 à 20:52:

Annoncer la taxation de l'assurrance vie avant une élection c'est du suicide politique !
Après cela sera différent !

Bastien  a écrit le 19/04/2012 à 18:11 :

On se fiche de la gu... de qui ? Les assureurs, l'Etat, l'Europe ont mis les épargnants à genoux, se préparent à les tondre avant de leur vider la moelle et ce sont les épargnants les "méchants" ? Dans quel monde vivez-vous ?

gg  a répondu le 19/04/2012 à 21:08:

Vous ne comprenez pas que l'épargnant capitaliste libérale démontre une fois de plus que le grand capital est appatride, et spoliateur !
En effet, l'épargnant devrait investir massivement dans les contrats d'assurance vie en fonds euros ! Oui, je geste civique fort, permettrait au pauvre banquier et assurreur spoliés de satisfaire plus
facilement les normes BALES III. D'autre part, cela permettrait la stabilisation de la dette des pays européens menacés de faillite ! En effet, les fonds euros contiennent des emprunts, Espagnols, Italiens !
Pourquoi donc l'épargnant ne participerait il pas à la grande aventure de la dette européenne! Avanture profitable puisqu'il les taux des dits emprunts sont en hausse !!!
Mais non, l'épargnant égoiste qui veut sauver son maigre capital, les économies d'une vie, redire LACHEMENT ses billes !!!

pmxr  a écrit le 19/04/2012 à 17:58 :

Ne vous inquiétez pas .... un tas de contrats ont été signés avant fin mars ... le prochain président ne pourra pas revenir de façon rétroactive sur les contrats.... les ressources de l'assurance vie sont équivalentes à la dettes de la France ! ... Ce qui en dit long !!! Les frelons politiques rêvent d'y mettre la main (droite et gauche) !

churchill  a répondu le 19/04/2012 à 18:07:

la non retroactivite n'est cependant pas inscrite dans la constitution, vaut mieux etre prudent la dessus, meme si effectivement la seule retroactivite dans les faits est la retroactivite in nitius

Bastien  a répondu le 19/04/2012 à 18:12:

Faux, chaque contrat d'assurance vie comprend, parce que c'est la loi, la possibilité pour l'Etat de se saisir de l'épargne placée si la situation du pays l'exige. Vous croyiez que l'exonération après 8 ans de détention (et prochainement 12 puis 25) était du seul fait de la bonté ?

pmxr  a répondu le 19/04/2012 à 18:44:

Pour info ... DSK c?était fait retoqué par le conseil constitutionnel sur le sujet !

gg  a répondu le 19/04/2012 à 20:59:

Pour ma part : je crois pas que le contrat en lui meme sera modifié !
Par contre le Fond Euros, qui contient de la dette européenne alors la !!!! Cela sera différent !

Liquide !  a écrit le 19/04/2012 à 17:52 :

En devenant liquides, certains épargnants espèrent se mettre hors de portée du pouvoir de nuisance de l'Etat-providence moribond qui pourrait être tenté, pour survivre, de s'approprier les comptes d'épargne. Pourtant, il serait si simple et efficace de baisser les dépenses publiques massivement, jusqu'à 15% du PIB et que l'Etat, recentré sur ses missions régaliennes, se mette enfin au service de la population.

pmxr  a répondu le 19/04/2012 à 18:54:

"En devenant liquide"... vu l'inflation qui pointe son nez ... (le pétrole par exple) .... ces liquidités risquent de partir en fumée !... Dans le pire des cas reste la pierre ! (l'or vaste bêtise aux vues de ce qui est détenu)

Felix  a écrit le 19/04/2012 à 17:30 :

Le taux du livret A a déjà été rogné pour ne pas faire d'ombrage à l'assurance vie dont le taux diminue toujours. Les choses ne devraient pas s'arranger et les assureurs feraient bien de baisser leur frais: 3% de prélèvement sur le capital investi d'entrée de jeux, ce n'est plus supportable.

pmxr  a répondu le 19/04/2012 à 18:03:

Ce sont les frais " catalogue " ... il y a moyens de les réduire fortement !

Bastien  a répondu le 19/04/2012 à 18:14:

Sans compter que vous ne reverrez pas votre argent.