La Tribune

Les autorités américaines poursuivent la petite agence de notation Egan-Jones

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Jérôme Marin, à New York  |   -  515  mots
La Securities & Exchange Commission a lancé des poursuites contre l'agence Egan-Jones. Elle lui reproche des irrégularités dans le dossier déposé en 2008 afin de pouvoir noter des titres de l'Etat et des titres adossés à des actifs.

L'agence Egan-Jones va bien faire l'objet de poursuites officielles de la Securities & Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier américain, également chargé de la supervision des agences de notation. Son patron, Sean Egan, est également dans le viseur des autorités. Elles leur reprochent "des irrégularités et des oublis dans le dossier déposé en juillet 2008" afin de pouvoir noter des titres d'Etats et des titres adossés à des actifs ("asset-backed security" ou ABS), explique ce mardi la SEC dans un communiqué, qui ne précise pas les potentielles sanctions.

L'agence de notation n'avait notamment pas fourni des informations exactes sur son expérience en matière de notation, indiquant avoir déjà émis des notes sur des ABS et sur des emprunts d'Etat depuis 1995. "En fait, au moment de sa demande d'enregistrement, EJR n'avait pas émis de telles notes", indique la SEC. L'agence n'a pas appliqué les mesures nécessaires pour éviter les conflits d'intérêts, "laissant deux analystes participer à la détermination de la note d'un actif qu'ils détenaient". D'autres irrégularités sont reprochées à Egan-Jones, aussi bien dans sa demande de 2008 que dans les rapports annuels communiqués depuis aux autorités.

"Egan-Jones pense que l'action de la SEC est inexplicable si ce n'est comme une volonté de nous faire taire et de maintenir le statu quo du monopole des agences payées par les émetteurs", avait dénoncé jeudi dernier l'agence Egan-Jones. "Nous ne laisserons personne nous intimider", a renchéri le patron de l'agence, Sean Egan, dans le "Wall Street Journal". "Nous nous défendrons vigoureusement contre ses accusations", a-t-il ajouté, promettant de continuer à délivrer "des notes exactes", dénués de tout conflit d'intérêts.

Contrairement aux trois grandes agences de notation (Standard & Poor's, Moody's et Fitch), Egan-Jones fonctionne en effet grâce à un système d'abonnement. Elle n'est donc pas rémunérée par les émetteurs des titres qu'elle note. Un système qui revient, selon l'agence, à demander à un restaurant de payer un critique gastronomique pour l'évaluer.

Dégradation des Etats-Unis

Lancée en 1992, Egan-Jones est l'une des neuf sociétés habilitées par la SEC comme agence de notation. Soucieuse de conquérir des parts de marché, elle a souvent pris les trois grandes agences de vitesse lorsqu'il s'est agi de déclasser certaines dettes souveraines, notamment celles des Etats-Unis. Début avril, elle a d'ailleurs à nouveau dégradé la note américaine, la ramenant d'AA+ à AA. Egan-Jones avait retiré le triple A aux Etats-Unis en juillet 2011, quelques semaines avant Standard & Poor's.

L'agence de notation s'est également distinguée en dégradant certaines entreprises dans le contexte de la crise financière. Fin novembre, quelques jours après la faillite du courtier MF Global, Egan-Jones avait notamment abaissé la note de Jeffries, estimant que son exposition à la dette européenne pourrait également le mettre en difficultés. Cette annonce avait provoqué une chute de l'action du courtier à Wall Street. Le PDG de Jeffries avait alors assuré que le rapport d'Egan-Jones contenait de nombreuses approximations.

Réagir

Commentaires

dédé  a écrit le 25/04/2012 à 7:32 :

c'est tellement voyant que c'en est stupide.tentative d'intimidation qui décrédibilise encore plus la sec

Bastien  a écrit le 25/04/2012 à 6:38 :

Egan-Jones et Dagong sont les deux seuls organismes de notation fiables. Les autres sont totalement aux ordres.

xavier-marc  a écrit le 25/04/2012 à 1:45 :

On se rappelle comme les états-unis ont presque détruit S&P( scindé la boîte et attaqué les analystes et placé les dirigeants presque en prison) pour se venger de l'abaissement de la perte du AAA. Depuis tout le monde se tient à carreau sauf quelques agences rebelles. On sait que la vérité est ailleurs, l'agence chinoise surtout et l'agence Egan-Jones est une des rares en occident à lui servir de concurrent encore crédible.

Le rêve américian n'endort plus personne  a écrit le 24/04/2012 à 21:41 :

J'avais suivi les notations souveraines attribuées par cette agence pas con du tout (en tout cas ça donne l'impression) peut être un peu rapide comme l'est aussi l'agence chinoise, mais au moins c'est vrai qu' a priori son système évite les conflits d'intérêts. Les Etats Unis donnent l'impression d'être un drôle de pays avec de drôles de règles (contournables ou pas selon le moment sans doute et celui qui les enfreint?) avec une application à géométrie variable et des pénalités et condamnations obéissant à la même logique. drôle de "machin' quand on sait que les élus américains ne sont soumis à des obligations de déclaration de patrimoine et opérations financières que très récemment, idem pour l'utilisation, et sauf erreur de ma part, d'informations privilégiées. Les US ne seraient ils pas devenu un Las Végas géant? ça donne pas envie, mais pas envie du tout, et il faut faire gaffe, tout le monde est armé surtout les flics, une balle est vite partie, légitime défense.