David de Rothschild organise sa succession

 |   |  409  mots
David de Rothschild, âgé de 69 ans, organise sa succession. Copyright AFP
David de Rothschild, âgé de 69 ans, organise sa succession. Copyright AFP (Crédits : AFP)
L'offre de retrait sur Paris Orléans, la holding de contrôle cotée de la famille Rothschild, débute aujourd'hui, et court jusqu'au 22 juin inclus. Un lifting de cet empire bancaire qui vise notamment à préparer l'avenir...

Un lifting s'imposait pour la banque Rothschild, âgée de deux cents ans. Ce lundi s'ouvre l'offre publique de retrait sur Paris Orléans, la holding de contrôle cotée de la famille Rothschild. Cette offre, qui court jusqu'au 22 juin inclus, marque l'une des dernières étapes de la réorganisation annoncée début avril par David de Rothschild, président de Paris Orléans. Réorganisation qui va transformer Paris Orléans d'une simple holding de contrôle en maison mère du groupe Rothschild : Rothschild & Cie Banque (RCB) et Rothschild Continuation Holdings (RCH), les entités parisienne et londonienne du groupe, ne seront plus détenues par leurs associés actionnaires, mais par Paris Orléans, ce qui assoira le contrôle de la famille Rothschild sur le groupe.

Une capitalisation boursière doublée

Une simplification destinée à faciliter les synergies entre les différents métiers du groupe, à savoir le conseil en fusions et acquisitions, la gestion de patrimoine, le capital-investissement, la gestion d'actifs. Autant d'activités en butte à une intensification de la concurrence, dans le contexte actuel de crise financière.
Cette modification de l'actionnariat de Paris Orléans permettra également de doubler la capitalisation boursière de la holding, à 1 milliard d'euros. En effet, les associés actionnaires de RCB et ceux de RCH apporteront leurs titres à la holding et recevront en échange des actions Paris Orléans nouvelles. Enfin, ce renforcement des fonds propres de Paris Orléans facilitera l'adaptation du groupe à la réglementation dite de Bâle III, qui impose aux banques d'augmenter leurs ratios de solvabilité.

Une offre de retrait sur 29,10% du capital

Paris Orléans devenant ainsi une structure éminemment stratégique, David de Rothschild, qui, âgé de 69 ans, doit par ailleurs organiser sa succession, a choisi d'en faire une société en commandite par actions, afin de verrouiller son capital. Une décision qui impliquait de lancer une offre publique de retrait, pour laisser aux actionnaires qui ne seraient pas d'accord avec cette mutation la possibilité de se désengager du capital. Propriétaire de 58,42% de Paris Orléans, la famille Rothschild propose de racheter 29,10% du capital, au prix unitaire de 17 euros par action, soit un montant total de 170 millions d'euros. Mais des actionnaires significatifs, comme l'assureur Allianz, qui détient 5,19% de Paris Orléans, auraient décidé de ne pas apporter leurs titres à l'offre. Et donc, de poursuivre l'aventure au côté des Rothschild.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :