La Tribune

L'ancien patron de Bankia poursuivi par la justice espagnole

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr (avec agences)  |   -  294  mots
La justice espagnole a ouvert des poursuites, ce mercredi, à l'encontre de Rodrigo Rato, l'ancien patron de Bankia, et 32 autres responsables de la banque espagnole, qui a fait l'objet d'un sauvetage historique de plus de 23 milliards d'euros.

La justice espagnole, saisie de plusieurs plaintes, a ouvert mercredi des poursuites contre Rodrigo Rato, ancien président de Bankia, dont le sauvetage historique de 23,5 milliards d'euros a précipité l'annonce d'un sauvetage européen pour le secteur bancaire. Trente-deux autres responsables de la banque sont également mis en cause. Les responsables concernés, qui devront comparaître en personne, sont accusés de fraude, de manipulation de prix et de falsification de comptes. L'ancien gouverneur de la Banque d'Espagne, Miguel Angel Fernandez Ordonez, sera quant à lui entendu en tant que témoin. Au total, quatre plaintes ont été déposées contre la banque et ses dirigeants au cours des dernières semaines, par le groupe d'extrême droite Manos Limpias, le parti centriste UPyD, le collectif Democracia Real Ya et le mouvement des "Indignés".

Rodrigo Rato avait démissionné peu avant le sauvetage de Bankia

Rodrigo Rato, qui a été ministre de l'Economie du pays de 1996 à 2004, puis directeur général du FMI jusqu'à 2007, a démissionné le 7 mai, peu avant l'annonce du sauvetage historique de Bankia, la plus grande union de caisses d'épargne espagnole. Confrontée à de lourdes pertes, la banque avait alors été nationalisée : il était devenu évident qu'elle ne serait pas en mesure d'éponger un passif creusé par l'octroi inconsidéré de prêts durant la bulle immobilière espagnole.

Cette annonce a précipité, quelques semaines plus tard, la décision de la zone euro d'accorder une aide financière pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros aux banques espagnoles, fragilisées depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008. Les négociations sur le montant exact et les conditions de cette aide seront au menu de la prochaine réunion de l'Eurogroupe, le 9 juillet.

Réagir