La Tribune

L'Etat à la manoeuvre pour sauver la banque PSA Finance

Séverine Sollier  |   -  312  mots
Le groupe PSA Peugeot Citroën confirme que des négociations sont en cours entre le gouvernement et plusieurs établissements bancaires afin de soutenir la Banque PSA Finance (BPF), la filiale de crédit automobile du constructeur automobile en difficulté.

Un plan de sauvetage de la banque PSA Finance se prépare. "La direction du groupe PSA Peugeot Citroën examine différentes options visant à définir la mise en place de solutions permettant à Banque PSA de maintenir un volume de financement vers ses clients finaux et les réseaux de concessionnaires suffisant au bon fonctionnement de la filière automobile et du groupe PSA dans son ensemble", a confirmé à l'agence Reuters un porte-parole du groupe. Mais "ni le principe, ni les modalités de ces solutions ne sont aujourd'hui arrêtées", a-t-il ajouté.

Il réagissssait aux informations publiées par le Figaro, selon lesquelles cette filiale qui finance à la fois les concessionnaires Peugeot et Citroën et les achats de leurs clients, serait au coeur de discussions entre le ministère des Finances, le Trésor et des banques françaises afin de trouver une solution. La crise qui secoue le groupe PSA et la dégradation de la note de crédit du constructeur, risque en effet de faire s'envoler les taux d'emprunts de PSA Finance et de rendre difficile son refinancement alors que, comme les autres établissements de crédit spécialisés, PSA Finance n'a pas de dépôts pour alimenter ses besoins en liquidités.

Depuis deux semaines des  "négociations intenses" auraient débuté avec avec "les banques de la place" en vue d'un  sauvetage qui aurait trois volets. Les banques créancières de BPF repousseraient des échéances de remboursements "sur l'équivalent de 4 milliards d'euros de dettes". Elles pourraient apporter jusqu'à 1,5 milliard d'euros de nouveaux crédits à la filiale. Et l'Etat garantirait les nouveaux emprunts de BPF à hauteur de 4 milliards d'euros.

L'objectif serait d'aller vite, notamment pour que la garantie gouvernementale puisse être intégrée dans le projet de loi de Finances 2013, dont l'examen vient de commencer au Parlement.

 

 

Réagir

Commentaires

Gerard71  a écrit le 17/10/2012 à 23:46 :

Laisser tomber cette banque. Ce n'est pas le metier d'un constructeur de jouer au banquier. Qu'ils se contentent de faire des voitures donnant l'envie de lesacheter
J'ai comparé les offres de financement de Renault et Citroen (sur le site de Peugeot je n'ai pas trouvé, apparemment non possible). Une offre de financement Citroen est au minimum 10% plus couteuse qu'une offre Renault. Malgré ces couts, ils sont en difficulté. Pour moi, c'est de l'incompétence
La faillite de cette banque n'aura aucun effet. Ce n'est pas là qu'on place nos petites économies

jeanmimi9  a répondu le 18/10/2012 à 10:25:

Non, mais c'est la que les concessionnaires se financent et financent leur stock. Ensuite, c'est la que le constructeur peut financer les clients de ses operations de promotion.a des conditions "canon" .

dourdy  a écrit le 17/10/2012 à 17:13 :

L'etat garantirait les nouveaux emprunts de BPF à hauteur de 4 milliards... Après avoir déplacé les entreprises publiques et leur extrème générosité envers leurs salariés sur le régime général (Sncf 178000 agents, 195000 retraités, 122000 ayants droit) RATP, EDF,La Poste en versant des soultes misérables, scandaleusement modeste (Figaro magazine 13mai 2010) n'a plus les moyens de protéger les retraites complémentaires et se porte garant, caution de la BPF... ça des socialos, pas mieux que l'équipe Sarko objet des précèdents accords...

jeanmimi9  a écrit le 17/10/2012 à 16:17 :

BPF est en risque avance de liquidite, situation bien connue pour ce genre d'etablissement non adosse a une banque de dépot. Dans les annees 1970, la Cie Bancaire avait ainsi rachete COFICA.
Si PSA accepte l'aide de l'Etat, ils ne mourreront pas de cette mort mais d'une autre, celle proposee par Montebourg.
Par contre, il est incomprehensible que la BNP, ou GE Capital ne soitent pas en nego pour tt reprendre sans aucune aide de l'Etat.

Didier  a répondu le 17/10/2012 à 16:35:

PSA et l'industrie automobile française sont condamnés à terme (les marques survivront peut-être). Nous sommes trop chers. PSA se fait avaler par GM. Bientôt la fusion avec Opel, avec perte de la minorité de blocage de la famille Peugeot. Après ?

Didier  a écrit le 17/10/2012 à 15:30 :

Au vu des commentaires, l'article n'explique pas assez clairement que la banque PSA doit emprunter elle-même pour prêter aux acheteurs d'automobiles : elle n'a pas de dépôts et le groupe détruit actuellement de la liquidité.

Cette avance de l'Etat ne sera pas gratuite, ce n'est pas une subvention mais cela aidera le groupe à ne pas se financer trop cher. Cela donnera aussi un moyen de pression pour préserver des emplois.

mdr  a écrit le 17/10/2012 à 13:44 :

Un groupe de fonctionnaires , enseignants , avocats ,avec comme chef un prof d'allemand
sont aux manettes , rajoutez à cela Mollasson 1er qui vie à nos crochets depuis sa majorité
et vous allez voir le résultat !!

CIFTOUJOURS  a écrit le 17/10/2012 à 12:47 :

Etrange, fondamentaux bons, bénéficiaire, fortement capitalisée, ratio de liquidité supérieur à 13%, pas de dépôts et dégradée. On croirait lire un article sur le Crédit Immobilier de France. Mais là ou Bercy réclame la fin du CIF, obligatoire parait-il pour avoir l'accord de Bruxelles lors d'une garantie étatique accordée à une banque , je ne vois pas de mise en extinction demandée par le gouvernement pour PSA Banque alors que la procédure est identique.
Pourquoi 2 poids 2 mesures ?
Financer l'accession sociale à la propriété est moins valorisant que des automobiles ?
Les bénéfices du CIF sont utilisés pour des missions sociales de rénovations et la construction de 25000 logements d'ici 2017 sous convention avec ce même État qui veut sa perte. Toujours ça de moins à financer par le budget de l'Etat et ça fait travailler le bâtiment (équivalent 35 000 emplois). Je n'y comprends rien !!! Une explication svp ?
Bercy beaucoup de m'éclairer sur ces points.

FATCAT  a répondu le 17/10/2012 à 15:13:

Euh non la situation est moins idyllique que cela, PSA risque de passer en catégorie spéculative avec des conséquences catastrophiques sur ses coûts de refi donc à moyen terme les ratios vont se dégrader, la charge financière s'alourdira considérablement, il faudra prêter aux particuliers en marge fortement négative pour rester compétitif avec un risque dégradé, le tout dans un contexte très difficile sur le front industriel.

floppy  a écrit le 17/10/2012 à 12:44 :

PSA est une société mal gérée et mal dirigée. Laissez tomber leur banque. Vendez la pour 1 Euro à celui qui voiudra bien faire le ménage. Il ne faudrait pas mettre 1 centime de l argent des payeurs d impots francais.
Ou alors, saisissez les biens de la famille Peugeot pour la même somme avancée.

Bartg  a écrit le 17/10/2012 à 12:34 :

Et qui va payer??? le contribuable...Aucune fausse honte aucune pudeur...on sauve toutes les banques et les organismes financiers...Je ne suis pas revolutionnaire dans l ame mais greve generale pour paralyser et faire tomber ce systeme...Il n y a plus de bon sens
La famille peugeot a du donner sa caution et a fait une manip financiere il n y a pas longtemps,,,,On se fout de notre gueule a gauche comme a droite...je ne veux pas entendre le marchand d armes coppe...

industriel et banquier sont 2 métiers différents.  a écrit le 17/10/2012 à 12:28 :

Si cet organisme de credit ne peut se refinancer autant qu'il soit cedé à une institution de credit independante et dont c'est le métier!

Stop !  a écrit le 17/10/2012 à 12:08 :

On privatise les bénéfices et on nationalise les pertes, je me demande vraiment à quel moments les citoyens vont dire STOP !

werf  a écrit le 17/10/2012 à 12:00 :

En 2010, "le groupe PSA annonce qu'il va rembourser de manière anticipée un tiers de l'aide accordée par l'Etat en 2009, soit un milliard d'euros (sur trois prêtés), car il a "redressé sa trésorerie". Son concurrent, Renault, fait de même. Les deux groupes annonceront en avril 2011 avoir remboursé l'intégralité du prêt, avec à la clé un bénéfice total pour l'Etat de 715 millions d'euros d'intérêts." L'état est toujours appelé au secours par le privé et Mme Parisot, honteux! Les actionnaires ont touché de l'argent de l'Etat!

sherpa  a répondu le 17/10/2012 à 12:24:

"avec à la clé un bénéfice total pour l'Etat de 715 millions d'euros d'intérêts" et " Les actionnaires ont touché de l'argent de l'Etat!". êtes vous conscient de la contradiction entre ces deux phrases ? l?État à prêté aux constructeurs , et en retour, il a reçu 715 millions ! c?est l?État qui à gagné de l'argent. C?est également ce qui c?est passe avec les banques, d'ailleurs...

werf  a répondu le 17/10/2012 à 17:08:

Vous êtes bien naïf ! Ils ont distribué des dividendes à leurs actionnaires ces années là, regardez le rapport des commissaires aux comptes. En outre, le taux d'intérêt demandé par l'Etat était dérisoire par rapport à celui pratiqué par une banque à une entreprise qui n'a pas beaucoup de trésorerie!

ça suffit  a écrit le 17/10/2012 à 10:21 :

^PEUGEOT SE FOURVOIE EN PRODUISANT DES VEHICULES QUE LES GENS NE PEUVENT ACHETER, ILS FONT DU SOI DISANT PREMIUM QUI NE VAUT RIEN, ET IL FAUT METTRE LES MAINS A LA POCHE POUR LEUR CONFUSION R&D = MONTEE EN GAMME ? JE REGRETTE LA R&D PEUT AUSSI ETRE DANS L'APPROCHE VEHICULE DE MOINS EN MOINS CHER. CA SUFFIT, ON NE VA PAS PAYER POOUR LEUR BANQUE DE CREDIT. LE GOUVERNEMENT SE FOURVOIE. SI LA BANQUE N'EST PAS VIABLE, POURQUOI L'AIDER ? LE GOUVERNEMENT FAIT-IL LES COMPTES DE TEMPS EN TEMPS...? NE PAYEZ PLUS VOTRE CREDIT, ET VOUS VERREZ BIEN SI ON NE VOUS TOMBE PAS DESSUS. AYRAULT, HOLLANDE, MONTEBOURG, HONTES NATIONALES.

emma_bonnefoy  a répondu le 17/10/2012 à 13:20:

En cherchant bien, vous trouverez sur votre clavier la touche qui déverrouille les lettres capitales (Caps Lock).



eh guginol  a répondu le 17/10/2012 à 21:41:

Pour saisir une virgule, c'est bien une minuscule. A bon entendeur salut, inutile commentateur...

stop stop stop  a écrit le 17/10/2012 à 10:18 :

Mais que vient faire l'Etat là dedans. Si ça doit fermer, que ça ferme. On ne va pas payer deux fois sa Peugeot non ? Ca suffit les aides les subventions pour des entreprises qui ne tiennent pas la route ! ! !
LE GOUVERNEMENT ENDORT LES GENS, ET PAIE PLEIN POT !!!
J'ai honte d'^tre Français et de payer des impôts pour enrichir des fils à papa qui se dorent au soleil. Ils n'ont qu'à travailler, si leur banque en est là c'est qu'ils n'ont pas assez bossé qu'on se le dise. Il faudrait qu'on bosse pour eux sans avoir aucun avantage. Hollande et Ayrault, s'il vous plaît arrêtez de dilapider les fonds publics, merci !

yvan  a répondu le 17/10/2012 à 11:14:

Vous n'avez pas compris. C'est la même chose que d'habitude : il "faut" sauver les banques et, bien évidemment, les actionnaires. Soit, on nationalise les pertes.

en prison !  a répondu le 17/10/2012 à 11:22:

C'est du racket, tous les membres du gouvernement doivent être arrêtés.

floppy  a répondu le 17/10/2012 à 12:53:

regardez le niveau des saliares des peugeots et autres dirigeants chez PSA qui sont mis sur internet. ils s en foutent plein les poches. ils en ont rien à foutre de développer des bonnes voitures et de donner du travail a des gens. ils se gavent. honte à ces personnes pas fréquentables. maintenant il faut sauver leur banque? hollande a peut-ere fait des études, mais ceci ne l aide pas à comprendre qu il doit faire ce que ses électeurs veulent et pas ce que les banques lui demandent.

yvan  a répondu le 17/10/2012 à 13:20:

Et les US ont fait quoi, à votre avis..?? MEME chose. Car la FDIC ne peut pas sauver tout le monde et de plus en plus de banques en faillite ne sont pas rachetées. Là, il s'agit de ne pas plomber plus les banques qui soutiennent la banque de PSA.

Gilles1  a écrit le 17/10/2012 à 10:02 :

Si les véhicules ne se vendent plus, il n'y a pas besoin de crédit. Avec la contre publicité faite par le gouvernement et certains salariés de la firme, la clientèle ne doit pas se précipiter. On peut se demander dans quelles conditions les véhicules sont fabriqués !

pNv6wY  a écrit le 17/10/2012 à 9:22 :

Il y a de nombreuses banques qui n'ont pas de réseaux et qui se refinancent sur le marché .En ce qui concerne la banque psa elle a gagné de l'argent par le passé.
Tous les grands constructeurs ont leur banque ou leur société de crédit pour financer les véhicules qu'ils vendent .
Je pense qu'il est grand temps que certains cessent de pratiquer le dénigrement ( bashing) systématique et apportent des contributions quelque peu constructives .

STOP2  a répondu le 17/10/2012 à 10:00:

Pensez aux sociétés en question et à tous ceux qui y travaillent avant de critiquer souvent un peu trop facilement.
En effet, l'activité bancaire n'est pas une nouveauté chez les constructeurs automobiles et ils le font certainement de manière raisonnable et professionnelle, même si le financement n'est pas leur coeur de métier.
Les difficultés du CIF et de la banque PSA Finance montrent surtout la fragilité du business model de ces entités financières qui font de la banque à une jambe (uniquement du crédit et pas de dépôt) et qui plus est sur un seul type de produit voire avec un risque lié à un unique secteur d'activité (c'est le cas de banque PSA Finance sur l'automobile).
Après, à tous ceux qui s'inquiètent de l'utilisation de l'argent de l'Etat, il ne semble pas à priori que celui-ci soit disposé à verser un seul euro mais seulement à garantir les emprunts de la banque PSA finance pour annuler l'effet d'autre chose : la méfiance des marchés financiers à l'encontre du secteur automobile (français devrais-je peut-être ajouter) et la notation en baisse du groupe PSA qui fait que sa banque doit payer plus cher pour se financer.
L'avenir nous dira l'issue de ce coup de pouce, mais il ne coûtera à priori rien aux contribuables, et peut-être même au contraire puisque cette garantie, si elle est mise en place, fera certainement l'objet du paiement d'une prime à l'Etat !

Tony  a répondu le 17/10/2012 à 11:22:

Sauf qu'une garantie est une caution, et que si elle est activée c'est bien l'état qui paye...

alain 893  a répondu le 17/10/2012 à 11:45:

C'est surtout quelle n'aurait jamais du pouvoir exister comme banque de crédit, elle n'est pas la seul.

pNv6wY  a répondu le 17/10/2012 à 11:48:

Quand l'état ou toute autre collectivité se porte caution cela permet à l'emprunteur d'obtenir immédiatement un crédit et surtout des taux acceptables, dans bien des cas cette bouée de sauvetage est salutaire pour l'entreprise .Enfin rare sont les cas où la caution est amenée à payer.
Sachez que cela se pratique trés régulièrement par les chambres de métiers ou de commerce et d'industrie pour aider au démarrage des créateurs d'entreprises .

STOP2  a répondu le 17/10/2012 à 11:54:

Bien sur, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle est rémunérée... et grâce à cette éventualité qu'elle a une importance et un impact !
Cela dit, avant la garantie de l'Etat, il y a le groupe PSA... et à priori l'Etat ne sera amené à payer que si le groupe PSA n'en est plus capable... Et dans ce cas, le gros et vrai coût pour la France au sens large ne sera pas un montant potentiel à verser dans le cadre d'une garantie, mais bien les milliers d'emplois en jeu...

Je n'y comprend plus rien !  a écrit le 17/10/2012 à 9:14 :

Pourquoi decide t on de sauver PSA Finance et ne sauve t on pas le Credit Immobilier de France ? Leur fonctionnement est pourtant identique... Pas de depot et activité basée uniquement sur un refinancement sur les marchés... Sauf que le CIF finance des acquisition immobiliere et gagne de l'argent alors que BPF finance l'acquisition de voiture et le fonctionnement de concessionaire et en plus perd de l'argent... Bref ce gouvernement m'exaspere dans sa gestion des dossiers!

pNv6wY  a répondu le 17/10/2012 à 10:15:

L'activité du Crédit Immobilier de France est reprise par la Banque POstale .Vous dites" leur fonctionnement est identique" mais qu'en savez vous , à vous lire vous n'etes pas un spécialiste de la banque comme moi d'ailleurs et il nous est difficile de comprendre toutes les subtilités de la finance mais sachez qu'il existe une réglementation européenne trés contraignante qui est en passe de se mettre en place et qui pose bien des difficultés à nombre d'organismes preteurs .

sherpa  a répondu le 17/10/2012 à 10:26:

la différence , c?est déjà la dimension : la garantie de l?état serait limitée (et la seule garantie, ça ne coute rien au contribuable ), alors que pour le CIF, les somme sont plus importantes, sur de plus long terme, et surtout, il faut verser du cash ! la nature des encours est assez différents , également : un impayé sur un crédit immobilier de 20ans, ça n?est pas le même problème que sur un LOA de 48 mois...Le CIF, c?est peut être juste trop lourd pour être sauvable.

ensuite, l?intégration : PSA finance est un levier du financement du groupe, c?est aussi une de ses sources de profit (elle est bénéficiaire l'an dernier) . Si elle tombe, cela fragilisera encore plus le groupe, par un effet domino. Accessoirement, cette banque est aussi une protection anti-OPA. Ces organismes de financement "maison" existe dans de nombreux autre domaines- aéronautique, par exemple, ou même chez Renault (DIAC, de mémoire...)...avec le même risque de blocage si les couts de refinancement explosent.

Bercymatué  a répondu le 17/10/2012 à 11:29:

Sherpa, Concernant le Cif il n'y a pas d'apports en cash, il est bénéficiaire , a un ratio de liquidité supérieur à PSA banque déjà fortement capitalisée, 13,9 % contre 13,3%. PSA banque a des lignes de crédits auprès des banques françaises plus facile à renégocier que des émissions obligataires comme le CIF. La durée de vie moyenne d'un crédit immobilier au CIF est de 8 ans. Surtout Bercy a justifié qu'une garantie de l'Etat ne pouvait être validée par la commission européenne que s'il y avait mise en extinction de la banque et la CE vient de retoquer le dossier du gouvernement. J'attends de voir comment Bercy va se contorsionner pour accorder sa garantie sans demande la mise en extinction après avoir indiqué que c'était une obligation pour Bruxelles, peu importait la banque.
Les bénéfices du CIF sont utiliser pour financer 25000 logements d'ici 2017 hors budget de l'Etat donc. Ce même Etat qui a ponctionné en 2006 500 millions de fonds propres au CIF pour la rénovation urbaine. Il y a beaucoup à dire sur le dossier du CIF.

@Pnv6wy  a répondu le 17/10/2012 à 11:48:

Il me semble que la Banque Postale ne reprend pas l'activité du CIF, elle va créer une activité similaire et reprendre 200 personnes du CIF (sur 2500...) déjà formé et operationnel... Ou il y a de la gene il n'y a pas de plaisir...

Bercymatué  a répondu le 17/10/2012 à 12:24:

Effet d'annonce de la Banque Postale et déformation par la presse, dans le communiqué détaillée elle ne parle que d'un produit spécifique d'accession. Le CIF a un savoir faire dans la solvabilité des ménages modestes et des accompagnements que ne font pas les autres banques. La clientèle modeste ne les intéresse pas, pas de produits rémunérateurs à lui vendre en plus du crédit immobilier qui devient couteux en liquidités (-31% d'octroi de crédits au 1er semestre, réduction de la durée moyenne et forte augmentation de l'apport personnel demandé). Pendant ce temps la BP achète une banque de gestion privée. Nous sommes loin du social.....

sherpa  a répondu le 17/10/2012 à 12:36:

@ Bercymatué : effectivement , il y soucoupe à dire sur le CIF. maintenant, je note que l?État à apporte sa garantie à plusieurs banques en 2008, sans mise en extinction. il faut je pense voire les paramètres généraux de l'opération : degré de dégradation par les agences (donc cout de refinancement ) , risque de distorsion de concurrence (limité dans cas de banques "captives " , nature des engagements couverts par la garantie...SI je comprend bine, par exemple, les banques sont prêtes à refinancer, alors que le CIf devait retourner sur les marchés avec sa notes dégradée, et risquait de ne pas pouvoir refinancer les prêts à long terme (même si en réalité , ils se débouclent en 8 ans). SI le 2 modèles présentent semble t'il le mêmes faiblesses, les situations concrètes semblent assez différentes..

Bercymatué  a répondu le 17/10/2012 à 13:00:

Un crédit auto peut se faire ailleurs que chez PSA, là il il y distorsion de la concurrence. Quant au CIF il y a des enjeux de pouvoir derrière, des règlements de compte personnels avec l'ancienne direction et une certaine connivence entre les différents acteurs, c'est un peu petit meurtre entre amis. Comme par hasard on supprime le CIF au moment ou le Foncier en perte de 400 millions et recapitalisé a hauteur de 1,5 milliard en 2011décide de se recentrer sur le marché français. Certains décisionnaires dans le dossier de la non reprise du CIF par la BP pourraient se retrouver à la tête du Foncier (pour faire simple) et étaient camarades de promo à l'Ena. Les sénateurs et députés PS envoient une lettre type identique pour répondre aux interrogations des salariés du CIF. Etrange non ? Et la presse n'en parle pas sauf en province pour relater les manifestations. Rien sur Paris ou au niveau national sauf un peu la Tribune et le Monde et surtout Médiapart bien informé.

STOP  a écrit le 17/10/2012 à 9:05 :

Ben voyons !!! Ca veut construire des voitures et ça se lance dans la banque ! Ca fait n'importe quoi et ça échappe à la faillite ? Pendant combien de temps notre fric ne va servir qu'à ça ???

SUCEZ PEUGEOT  a répondu le 17/10/2012 à 10:22:

si si sucez Peugeot. Et si vous vous ne voulez pas...sucez Peugeot.

Titou2012  a écrit le 17/10/2012 à 9:02 :

PSA Finance ne bénéficie pas de dépôts pour financer son activité, dites-vous, alors pourquoir vouloir "jouer" au banquier quand on n'en a pas les moyens. Pourquoi ces difficultés alors que cet établissement et bien d'autres existent depuis des années et qu'ils pratiquent des taux à la limite de l'usure.
PSA Finance va rejoindre le sort de DEXIA, dont l'état français est aussi au capital et qui se trouve en situation financière catastrophique...mais pour des motifs d'opératrions hasardeuses aux USA, pour des opérations de "crédits toxiques" qui n'ont rien à voir avec les crédits aux collectivités locales....PSA Finance n'aurait-il pas dévié vers ce type d'opérations ?

Tomc@T  a répondu le 17/10/2012 à 11:59:

Effectivement PSA Finance joue au banquier sans en avoir les moyens...

Mais pour vendre plus facilement des céhicules, il faut faire du crédit, qui du coup est accordé bien plus facilement que si il était réalisé par une vraie banque...

amnesique  a écrit le 17/10/2012 à 8:59 :

il y a bien longtemps que cette banque ne survit que par le soutien permanent de PSA, maintenant que PSA est en difficulté cela devient plus difficile

En effet,  a répondu le 17/10/2012 à 11:57:

vous êtes amnésique. BPF est bénéfitaire depuis de nombreuses années et a compensé notamment les déficits de l'activité automobile de Peugeot lors de la crise.

sherpa  a répondu le 17/10/2012 à 12:05:

euh...cette banque est une banque interne à PSA : elle propose des solutions de paiements aux acheteurs de voiture - ça pemret d?en vendre, et prêtent aux concessionnaires...ca permets de vendre des voitures, ce genre de banque "interne "est assez fréquente, Renault en a une, Airbus s'implique également dans le montage des financement t d?acquisition de ses avions...par ailleurs, PSA banque est bénéficiaire ..comme le groupe en général , d'ailleurs : c?est sa filiale auto qui est en difficulté...

amnesique  a répondu le 17/10/2012 à 17:20:

quand une banque indépendante veut être présente dans tout le réseau pour avoir accès aux clients elle paie le constructeur, combien paie BPF : ZERO
quand BPF fait des financements promotionnels qui paie? réponse PSA
donc ne confondons pas le résultat comptable affiché et la rentabilité réelle

Pour être bien clair  a répondu le 17/10/2012 à 18:26:

Que vous le vouliez ou non, BPF génère des bénéfices par son activité propre (sans aide de Peugeot). Elle est d'ailleurs ici impactée par la dégradation de la note du constructeur automobile qui se répercute sur ses marges alors qu'elle n'en est en rien responsable. Pour trouver des coupables, regardez plutôt du coté des dirigeants de PSA et de la stratégie du Groupe. BPF ne peut de son coté que subir la dégradation financière du Groupe auto auquel elle est rattachée.

PSA  a écrit le 17/10/2012 à 8:48 :

Des taux de crédit mirobolants et ils sont en faillite ?
Elle est bien bonne celle-là !