Le Crédit Agricole grevé par la Grèce mais tiré par la banque de détail en France

 |   |  557  mots
Le siège social de Crédit Agricole SA à Montrouge, proche de Paris.
Crédit Agricole SA le véhicule coté de la banque verte enregistre une perte de 2,5 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année mais les caisses régionales en France affichent un résultat net positif de 2,2 milliards d'euros.

La banque verte n'a pas encore fini de payer pour la Grèce. A la fin du troisième trimestre, l'impact total de la Grèce sur Crédit Agricole SA s'élève à 3,2 milliards d'euros. Ce chiffre comprenant la vente de la filiale locale Emporiki à Alpha Bank. C'est l'explication principale de la lourde perte nette du véhicule coté de la banque verte qui s'élève à 2,85 milliards d'euros au troisième trimestre et - 2,48 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de 2012.

CASA a dû intégrer dans ses comptes du troisième trimestre, en plus de la Grèce, à une série d'évènement exceptionnels en particulier l'effet de la déconsolidation de Bankinter dont il détient désormais moins de 20% du capital. Parmi les évènements exceptionnels majeurs figurent également la réévaluation de sa dette, la dépréciation des activités de crédit à la consommation en Italie lié à un écart d'acquisition (good will), ainsi que l'effet de la cession de sa filiale de courtage Cheuvreux qui va être reprise par Kepler.

En dehors de ces exceptionnels, le bénéfice net normalisé s'élève à 716 millions d'euros, soit "une performance opérationnelle satisfaisante", estime Crédit Agricole SA. La banque maintient d'ailleurs son objectif de solvabilité qui est d'atteindre l'objectif d'un ratio "Common Equity Tier 1" selon les normes prudentielles Bâle 3 supérieur à 10% fin 2013 y compris "le coussin" supplémentaire exigé du fait de son caractère d'établissement présentant un risque systémique. 

Bonne tenue des caisses régionales en France

Le résultat net des caisses régionales s'établit à 853 millions d'euros au troisième trimestre et à 2,6 milliards pour les neuf premiers mois 2012. Il illutre la bonne résistance de l'activité de banque de détail en France dans un contexte difficile. La collecte de dépôts a progressé globalement de 3,8% au troisième trimestre 2012 par rapport à la même période en 2011. Et en matière de crédit, la banque se distingue de ses concurrents avec un encours en hausse de 1,7 % par rapport au 30 septembre 2011, à 394,9 milliards d'euros au 30 septembre 2012.

Alors que les crédits immobilier sont à la peine pour l'ensemble du marché, ils progressent +2,8% sur un an dans les caisses régionales du Crédit Agricole. En revanche, les crédits conso sont en recul. Au total, les caisses enregistrent une hausse de 3,9% de leur produit net bancaire au troisième trimestre 2012. 

La BFI et le crédit conso en cours de restructuration

Les deux métiers visés depuis septembre 2011 par un plan de restructuration, la Banque de financement et d'investissement (BFI) et les Services financiers spécialisés, voient toujours leurs activités fondre ce qui réduit en parallèle les besoins de liquidité qui leur sont affectés. La Banque de financement et d'investissement réalise selon le groupe "une performance satisfaisante avec une baisse limitée de son résultat normalisé" au troisième trimestre 2012 de -15% et de -16,6% sur les neuf premiers mois de 2012. "Le rebond des activités de marché à un impact moins fort que chez nos concurrents", lié au choix stratégique de limiter le poids de ces activités dans le groupe, a expliqué Jean-Paul Chifflet le directeur général de Crédit Agricole SA lors d'une concurrence téléphonique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2012 à 17:47 :
"Mon véritable adversaire n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, et pourtant il gouverne (...), c'est le monde de la finance", a déclaré dimanche 22 janvier François Hollande. Le bon peuple attend maintenant qu'il gouverne, que le (candidat) président socialiste fasse voter « une loi qui oblige à séparer les crédits, des opérations spéculatives", il y a urgence, les banques nous sucent !!!

http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120122.OBS9489/faut-il-couper-les-banques-en-deux-comme-le-veut-hollande.html
a écrit le 09/11/2012 à 16:14 :
ils ont du fric 5 millions euros pour le numerique
a écrit le 09/11/2012 à 16:02 :
Il semble que cela étonne beaucoup - Est-ce qu'ils ont cru que la vente des intérêts bancaires en Grèce se ferait avec bénéficies ou même à prix coûtant?

Cordialement,

giantpanda
a écrit le 09/11/2012 à 15:14 :
Où va ACA avec près de -9%?
a écrit le 09/11/2012 à 11:39 :
avoir 200000 euros chez erreur de ma part lors d'une demande chequier demande 2 chequiers remarque du personnel du cout d'un chequier je vais partir
Réponse de le 09/11/2012 à 12:10 :
à realité- heu en français dans le texte , vous voulez dire quoi?
Réponse de le 09/11/2012 à 12:13 :
Remarque très intéressante!!!
Réponse de le 09/11/2012 à 18:47 :
@ réalité : moi aussi, j'aurais fait l'inverse, mais quand même pas autant....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :