La Tribune

Santé : l'accès aux soins se dégrade

Séverine Sollier  |   -  458  mots
Selon l'Observatoire de l'accès aux soins en France du cabinet conseil Jalma, les Français jugeant l'accès aux soins difficile sont de plus en plus nombreux.

Les Français, jugeant l'accès aux soins difficile sont 37% en 2012 contre 32% en 2011. Selon l'observatoire de l'accès aux soins en France réalisé par l'Ifop pour le cabinet conseil Jalma, deux Français sur trois déclarent renoncer à des soins chez un spécialiste en raison du délai trop long pour obtenir un rendez-vous ou en raison du coût de la consultation (pour 42% d'entre eux).

Le délai pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste s'allonge

Le délai moyen d'obtention d'un rendez-vous chez un médecin spécialiste passe de 44 à 48 jours, soit plus d'un mois et demi. En particulier dans les spécialités prenant en charge les maladies chroniques et le vieillissement (rhumatologie et cardiologie). De plus, l'observatoire de Jalma fait ressortir que les délais d'attente sont deux fois plus longs dans les communes rurales qu'en région parisienne.

En revanche, les Français se rendent fréquemment chez le médecin généraliste puisque 86% en ont consulté un depuis moins d'un an. Et l'Observatoire constate que "en première analyse le taux de recours aux examens de dépistage est satisfaisant". Les Français semblent bien réaliser les examens de dépistage recommandés concernant la tension, le bilan sanguin, le dépistage du cancer du sein, de l'utérus et du côlon... "même si environ 15% d'entre eux n'ont jamais réalisé d'examens de dépistage, particulièrement pour ceux qui ne sont pas couverts par une assurance santé complémentaire", nuance cependant le cabinet Jalma.

Malades et médecins d'accord pour changer d'organisation des soins...

Selon le sondage réalisé pour le cabinet Jalma, les Français sont globalement partisans de la mise en place de nouvelles solutions d'organisation comme la téléconsultation ou la télésurveillance pour améliorer l'accès aux soins et le suivi des maladies chroniques. De leur côté, les médecins se déclarent majoritairement favorables, dans cette enquête, aux évolutions d'organisation et aux innovations technologiques, dès lors que leur pratique en la matière est rémunérée. Un résultat intéressant après la levée de boucliers de certains médecins, dentistes et internes concernant les réseaux de soins agréés des complémentaires santé.

 

Méthodologie : Enquête réalisée par l'Ifop auprès de Français et de médecins, comprenant deux volets. Un volet patients (échantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus) et  un volet médecins (échantillon de 501 médecins, constitué de 2 sous-échantillons : 290 médecins généralistes et  211 médecins spécialistes). Questions déjà posées l'an dernier, pour permettre une comparaison.

Réagir

Commentaires

capcha  a écrit le 14/12/2012 à 17:48 :

On laisse les citoyens dans l'ignorance de leur corps. Dès qu'il y a un petit bobo, on court chez le médecin ou pire, aux urgences.
Lorsque la S.S. a été créée, il y a avait d'une part une conscience sociale et d'autre part moins de sophistication des matériels donc moindre coût.
Dès qu'on se présente chez le médecin, il vous envoie faire des examens complémentaires, bien souvent inutiles, mais il faut se couvrir au cas où!
Il y a le dépistage comme par exemple la mammographie, une fois sur deux mon épouse doit refaire faire des radios car elles sont troubles, et le radiologue lui-même dit que ces radios de contrôle ne sont pas adaptées.
Il y a des soins gratuits pour toute une population en difficulté sociale, qui "abuse" du système, non pas consciemment, mais "soigner" le mal sociale qui les ronge et dont la médecine ne peut rien.
Il y a les "adeptes" de la visite médicale qui vont chez le médecin comme on va au super marché. Sauf que là çà ne leur coute qu'un euro et encore, çà leur permet de lire la presse people gratuitement...
Il y a les malades qui avec un minimum de prévention pourrait éviter la maladie, mais comme elle sont dans l'ère du temps, alors on rembourse à 100%.
Enfin, il y a le pauvre type qui à la chance d'être en bonne santé (ou qui a su s'y maintenir) et qui lorsqu'il va chez le médecin pour une raison valable se voit payer des sur-honoraires, payer des médicaments non remboursés, ni par la S.S., ni par sa mutuel et il ne sait même pas pourquoi on ne rembourse pas.
Il y a ceux qui en profite au maximum, car ils savent que çà ne pourra durer longtemps car le bateau coule et que le capitaine à déjà pris sa place dans le premier canot!
Voilà en raccourci pourquoi la santé va mal et qu'elle ira de plus en plus mal, tant qu'un conseil de sages ne sera pas nommé pour faire le bilan historique et sociologique de notre système et de faire des propositions pour sa remise en ordre.
J'oublie aussi, l'argent que l'Etat doit et que d'autres Etats doivent à notre vénérable système, sans que personne ne bronche.
Enfin un ultime conseil, brave gens, mourrez en bonne santé, çà sera bon pour tout le monde!

tarzan31  a écrit le 13/12/2012 à 22:27 :

J'habite à Tarbes (65) j'ai pris rendez vous la semaine dernière chez l'ophtalmo, il ne peut me prendre qu'en mars 2013. J'en ai appelé plusieurs, c'est pareil.Tous les spécialistes en profitent. Il y a deux ans, l' orthodontiste que je vois à Tarbes ( Françoise P...) Me dit que ça me coûterait environ 1200 ?uros de réaligner mes dents. J'en suis actuellement à 1800 ?uros et elle me dit qu'il y en a encore pour environ 6 mois. Je pense que ces spécialistes jouent sur le fait que c'est esthétique, donc font traîner les traitements et ils arnaquent les patients. Ce doit être une habitude de la profession, car avant de déménager, je me faisais suivre à Cazères (31), et l'ancienne orthodontiste a aussi fait traîner, en ne me posant des bagues que sur les dents du bas. Après 16 ans ce n'est plus remboursé par la sécu. Pour moi orthodontiste = profession d'arnaqueurs.

titine25  a répondu le 15/12/2012 à 22:28:

Plaignez vous pas, dans le Doubs, le délai est 1 an!!!

jpav  a écrit le 11/12/2012 à 17:49 :

Quand un ministre (ou ex-ministre) a un bobo, il file au Val de Grâce. Pas d'attente!!!

accès aux soins  a écrit le 11/12/2012 à 15:04 :

l'accès aux soins me parait satisfaisant au regard d'autres pays

Gracious  a écrit le 11/12/2012 à 14:41 :

Connaissez-vous un seul autre pays au monde avec autant de pharmacies que la F. ? Moi non. On entre, on fait la queue, on donne son ordonnance, on sort sa p'tite carte verte et paf c'est le sésame pour un gros sac de bonbons. Magnifique ! Reste plus qu'à faire la queue pour sortir.

trape  a écrit le 11/12/2012 à 10:01 :

Nous avons la médecine que nous payons, et il faudrait que les français ne se plaignent pas trop, comme cela se voit dans les forums, car toute cette économie est alimentée par l'emprunt depuis des dizaines d'années...et c'est Monsieur Michel Rocard qui le dit, en substance : le social, a été géré ainsi, avec beaucoup de lâcheté, autant à Droite qu'à Gauche.
Les règles économiques étant les mêmes pour tout secteur; ce "léger" oubli conduit, et ce n'est qu'un "léger" début, à ce délitement. Les politiques pourront voter ce qu'ils veulent; mais s'il n'y a pas d'attractivité à devenir médecin, infirmière, kinésithérapeute ( ce qui est le cas présent), cela ne servira à rien. Seule une véritable libéralisation de cette économie, avec une redéfinition, une limitation du champs de la SS, permettrait un redémarrage. L'exemple d'une médecine étatisée, comme celle des anciens pays de l'Est, n'a servi à rien; et les politiques continuent dans la démagogie, et l'assistance. Madame Marisol Touraine est dans la continuité. En matière de santé, depuis 40 ans, depuis le conventionnement, il est de bon ton de faire croire que l'on peut avoir "le beurre, l'argent du beurre et la crémière".
Ce qui est décrit dans cet article, comme les délais d'obtention de RV, les difficultés d'avoir un lit,...correspond à ce que nous pouvions lire sur la médecine des anciens pays communistes...et dont les médecins, comme ceux de Roumanie, alimentent actuellement, pour une part, la France et d'autres pays.
A cette composante majeure financière , existe aussi celui de l'évolution inéluctable de la médecine vers la spécialisation, l'hyper-spécialisation (du fait de l'inflation des connaissances), de sorte que faire croire que l'avenir d'une médecine moderne , de pointe est "généraliste", fait sourire.
Une médecine moderne, pour un individu, ne pourra donc être que chère ou très chère et faire croire qu'un objectif de santé publique, sous contrôle étatique, pourra être du même niveau, est un mensonge pour "bisounours". La réalité est bien différente.

AWI1  a écrit le 11/12/2012 à 9:59 :

Dans une interview accordée à la webradio indépendante AWI, Gilles Filiberti, directeur de la CPAM du Val-de-Marne tente pourtant de démontrer le contraire. Il précise en outre pourquoi et comment le régime général d'assurance maladie met tout en oeuvre pour préserver l'accès aux soins de tous les Français. Une interview consultable sur PC et smartphone via internet.

Meslier2000  a écrit le 11/12/2012 à 9:19 :

Prenons l'exemple sur les Pays-Bas. Système de santé efficace et moins coûteux qu'en France. Les médecins n'y sont pas payés à l'acte (système inflationiste) mais au forfait et ils ne peuvent s'installer où ils veulent.

Meslier2000  a écrit le 11/12/2012 à 9:16 :

En Europe, la France est le pays qui dépense le plus pour la santé et l'efficiece du système se dégrade. Pourquoi?

Enjoy  a écrit le 11/12/2012 à 8:28 :

et pourtant on crache encore et toujours plus au bassinet ... bravo pour la superbe gestion de nos énarques !

MaltraitancesHonteuses  a écrit le 10/12/2012 à 22:07 :

Dans certains hôpitaux, les chirurgiens bousculent ou virent avec véhémence les malades alors qu'ils sont encore sous le choc de l'anesthésie, parfois même alors qu?ils vomissent encore !!! dans la Vallée de l?Arve en Haute Savoie, pays des Riches parvenus, c'est absolument insupportable, tout ca pour faire tourner les lits... nous sommes revenus au goulag des années 40 ou au régime de Ceausescu

alfa  a écrit le 10/12/2012 à 22:00 :

Quand martine aubry a dit dans un dis court a la
Télé: il. n est pas normal que les français
Paient leur médicaments ! Mais
Nous les payons toujours et de plus en
En plus .alors les promesses on les
Attends toujours!!!

Patrickb  a écrit le 10/12/2012 à 21:21 :

Il faut arrêter rapidement la sécu et l'enseignement gratuit. cela coûte une fortune et quand on voit les résultats, cela n'en vaut vraiment pas la peine.

candide  a répondu le 11/12/2012 à 12:56:

C'est bien ce qu'ils veulent, privatiser les deux secteurs et revenir 100 ans en arrière.
Par contre, personne n'explique que depuis des années la France est la pompe à fric (sur notre dos) des laboratoires pharmaceutiques. Ce système à 20 ans d'avance sur ce qui se passe aujourd'hui : la privatisation du reste du secteur public, avec en plus avec notre argent : c'est nous qui avons construit cela est on va nous l'acheter pour une bouché de pain (voir comme exemple les autoroutes !) voir ce qui se passe en Grèce.

yvan  a écrit le 10/12/2012 à 21:19 :

L'objectif est clair : nous sommes riches et il FAUT privatiser. Quoi de plus normal..??

Santé à 2 vitesses  a écrit le 10/12/2012 à 20:11 :

Que du bonheur!! quelle belle perspective de vie, d'avenir ! de quoi prendre un bouillon de onze heures", et hop! plus de problème!