La Tribune

Les introductions en Bourse redémarrent en fanfare

L'Allemagne et le Royaume-Uni ont tiré le marché européen des introductions en Bourse, au premier trimestre 2013, alors que la Bourse de Paris a fait pâle figure. Copyright Reuters
L'Allemagne et le Royaume-Uni ont tiré le marché européen des introductions en Bourse, au premier trimestre 2013, alors que la Bourse de Paris a fait pâle figure. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Christine Lejoux  |   -  531  mots
Après cinq années d'hésitation, le groupe allemand de chimie Evonik s'est enfin introduit en Bourse, ce jeudi. Au premier trimestre, les introductions en Bourse ont rebondi de 40%, à 3,2 milliards d'euros, en Europe, selon PricewaterhouseCoopers.

Enfin ! Le groupe allemand de chimie Evonik a fini par s'introduire en Bourse, ce jeudi, à Francfort et à Luxembourg, ce qui lui a permis de lever 345 millions d'euros. Le sponsor officiel du club de foot allemand Borussia Dortmund souhaitait procéder à cette opération depuis cinq ans, mais il l'avait toujours différée, jugeant les conditions de marché défavorables. Cette « IPO » (initial public offering) est symptomatique d'un changement d'état d'esprit, chez les émetteurs. En effet, après deux années de sinistrose, qui ont vu le marché européen des introductions en Bourse progresser de 1% seulement en 2011, puis s'effondrer de 59% en 2012, celui-ci a rebondi de 40%, à 3,2 milliards d'euros, au premier trimestre 2013, selon les données de PricewaterhouseCoopers.

L'Allemagne et le Royaume-Uni tirent le marché

Ce redémarrage a été tiré par l'Allemagne et le Royaume-Uni. En levant 1,2 milliard d'euros de capitaux, le groupe allemand d'immobilier LEG Immobilien a signé la plus importante IPO du trimestre, en Europe. Outre-Manche, les sociétés Countrywide et eSure se classent, elles aussi, dans le « Top 5 » des plus grosses introductions en Bourse de ce début d'année. Spécialisée dans l'immobilier, la première a récolté 237 millions d'euros, et la seconde, axée sur l'assurance en ligne, a engrangé 703 millions. A côté, la Bourse de Paris fait pâle figure, avec au compteur deux IPO seulement - celles de la société de sécurité informatique Login People et du groupe médical Spineway -, pour des montants respectivement limités à 2,5 et à 4,9 millions d'euros.

Plusieurs introductions en Bourse prévues à Paris

Mais la place parisienne pourrait refaire une partie de son handicap, au cours des prochains mois, plusieurs entreprises françaises ayant annoncé, début avril, leur intention de tenter de l'aventure de la Bourse. C'est le cas de la société biopharmaceutique Erytech Pharma, d'Ekinops, un fournisseur de solutions de transport optique pour les réseaux télécoms à très haut débit fixe et mobile, ou bien encore d'Ymagis, spécialiste des technologies numériques pour le cinéma. Voire de l'opérateur de réseaux Numericable, si l'on en croit le Financial Times ! Sans oublier la Fnac, dont PPR/Kering a récemment annoncé l'introduction en Bourse, pour le 20 juin, et que les analystes financiers valorisent entre 400 et 800 millions d'euros.

Des IPO dans la banque, l'assurance, l'immobilier

« Les Bourses européennes semblent bien parties pour connaître une année de reprise, si le contexte de marché actuel perdure », confirme Philippe Kubisa, associé chez PwC. Autrement dit, il faut que les principaux indices boursiers européens - qui affichent des hausses de 2% à 9% depuis le 1er janvier -continuent de résister, et que la volatilité des marchés actions demeure faible. Des conditions qui, depuis le début de l'année, ont permis à nombre de fonds d'investissement de se délester enfin de participations acquises en 2006 ou en 2007, au plus haut du marché. Une tendance qui fait dire à Philippe Kubisa que« l'activité (sur le marché des introductions en Bourse), devrait, tout au long de l'année, concerner divers secteurs, notamment la banque, l'assurance, l'immobilier et le divertissement. »


 Pour aller plus loin, retrouvez toutes les introductions en bourse

Réagir

Commentaires

simple citoyen  a écrit le 26/04/2013 à 2:33 :

Hum... ce sont des introductions en bourse ou des IPO dont on parle? Gageons que se défaire de la dette sera un peu plus difficile dans quelques temps quand les liquidités viendront à manquer et que les taux repartiront à la hausse. Entre temps, une petite fenêtre de tir pour plumer le pigeon? ;-)

oups  a écrit le 25/04/2013 à 17:09 :

Rien de plus normal qu'elles redémarrent après le vote du mariage pour tous !!