Levée du secret bancaire, actionnaires mécontents... Les banques suisses traversent des temps difficiles

 |   |  580  mots
La fin du secret bancaire pourrait vider les coffres de Credit Suisse et d'UBS de 65 milliards de francs suisses, au total, selon les deux banques. Copyright Reuters
La fin du secret bancaire pourrait vider les coffres de Credit Suisse et d'UBS de 65 milliards de francs suisses, au total, selon les deux banques. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Si les actionnaires de Credit Suisse ont approuvé le programme de rémunération des dirigeants, ce vendredi, l'assemblée générale d'UBS pourrait s'avérer plus houleuse, à l'image de celle de Julius Baer. Malmenées par leurs actionnaires, les banques suisses subissent de plus une pression croissante pour lever le secret bancaire, à l'origine de leurs activités les plus lucratives.

Est-ce la perspective d'un dividende en cash et non plus en actions, annoncée deux jours plus tôt ? La publication, le 24 avril, d'un bénéfice net multiplié par près de 30, au premier trimestre ? Toujours est-il que les actionnaires de Credit Suisse ont voté en faveur du plan de rémunération des dirigeants proposé par la banque, lors de l'assemblée générale annuelle de cette dernière, qui s'est tenue ce vendredi.
La partie semblait pourtant loin d'être gagnée pour Brady Dougan, le patron de la banque helvétique. La société américaine de conseil aux actionnaires ISS avait en effet recommandé aux porteurs d'actions Credit Suisse de voter contre le projet de la banque d'émettre 27 millions d'actions nouvelles en faveur de ses hauts dirigeants. Au motif qu'une telle opération diluerait les actionnaires existants et ne reposait sur aucun critère de performance financière.

La fondation Ethos hostile à la rémunération du patron d'UBS

Il y a deux semaines, ISS avait été entendue par les actionnaires de Julius Baer. Ces derniers avaient voté - de façon consultative - contre une proposition de la banque suisse, qui prévoyait d'accorder au directeur général, Boris Collardi, une rémunération annuelle totale de 6,6 millions de francs suisses (5,4 millions d'euros), au titre de l'exercice 2012.
Qu'en sera-t-il pour UBS, qui tiendra son assemblée générale le 2 mai ? Une certitude : la fondation Ethos, qui regroupe quelque 140 fonds de pension suisses, a indiqué la semaine dernière qu'elle jugeait la rémunération de Sergio Ermotti trop élevée. Le big boss d'UBS doit percevoir près de 9 millions de francs suisses, au titre de 2012, année au cours de laquelle la banque a accusé une perte.

Une pression croissante pour lever le secret bancaire

Les temps ne sont décidément pas simples pour les banques suisses. Non seulement leurs actionnaires sont décidés à ne plus leur faire de cadeaux, dans le cadre d'un mouvement plus global de rébellion contre les rémunérations excessives des grands patrons suisses, mais elles subissent de plus une pression croissante de la part de pays comme la France, l'Allemagne et les Etats-Unis pour lever le fameux secret bancaire suisse. Si nombre d'Etats militent pour la fin de ce secret bancaire depuis la crise financière de 2008, ils se sont faits plus insistants encore ces derniers mois, en raison de l'affaire Cahuzac et des révélations de l' "OffshoreLeaks".

Jusqu'à 65 milliards retirés des coffres d'UBS et de Credit Suisse

Le hic, c'est que ces activités dissimulées figurent parmi les plus lucratives des banques suisses. Pour la simple raison que les évadés fiscaux sont, pour la plupart, des clients fidèles, peu enclins à se plaindre des tarifs de leur banque et à la mettre en concurrence avec d'autres, discrétion oblige. Or, une éventuelle levée du secret bancaire conduirait les clients européens de Credit Suisse et d'UBS à retirer jusqu'à 65 milliards de francs, au total, des coffres des deux banques, ont récemment indiqué ces dernières.
Un tribut pourtant bien moins lourd que celui que paieraient les petites banques privées helvétiques, beaucoup moins diversifiées que Credit Suisse ou UBS. Au nombre de 169 il y a quatre ans, ces petits établissements, qui ont pour seule spécialité la gestion de fortune, n'étaient déjà plus que 148 l'an dernier, selon Ernst & Young.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2013 à 17:04 :
qui existe depuis 1291 grâce à son travail bien fait, sa discipline, sa démocratie participative,son industrie très importante de produits haut de gamme et ses exportations très
importantes, sa stabilité politique et sa modestie . L'Euro se cassera la g....le avant que l'on puisse casser la Suisse. Le succès de ses banques n'est basé que sur la peur de nos voisins
de perdre leurs économies et par les charges bien trop élevées que l'on prélève sur leurs revenus.La Suisse a de gros atouts pour se défendre en cas d'agressivités de ses voisins,
300000 frontaliers et 2000000 d'étrangers qui y vivent bien et n'aimeraient pas retourner
au chômage dans leurs pays d'origine.Il y aurait aussi la possibilité de faire connaître la liste des étrangers très connus qui ont planqué leur argent en Suisse mais qui ne seraient pas aimables avec notre pays.

Que vive la Suisse qui est un exemple à suivre. Jacques
a écrit le 28/04/2013 à 18:08 :
est provoquée par la peur des voisins de la Suisse de perdre toutes leurs économies en cas de chaos de l'Union Européenne. La Suisse, elle, héberge ceux qui ont peur de leurs systèmes politiques, économiques et financier et qui viennent d'eux mêmes frapper à la porte des banques suisses. Les responsables ne sont pas les suisses mais les dirigeants européens incapables de maitriser leurs dépenses et leurs coûts. La France emploie deux fois plus de fonctionnaires par habitant que l'Allemagne et elle provoque le chômage de masse en aidant ceux qui ne font rien pour trouver du travail ( aides sociales stupides)
Tant que les systèmes français, italien,espagnols et autres paus au bord de la faillite ne réviseront pas leurs méthodes de fonctionnement et leurs dépenses, les banque suisses auront de plus en plus de succès chez ceux qui ont peur de tout perdre.
Alors arrêtons de trouver un coupable en la Suisse qui est un pays qui fonctionne bien et qui ne polémise pas à longueur de journées.
Jacques
Réponse de le 29/04/2013 à 9:40 :
Bravo Jacques, enfin un article positif envers la Suisse. Surtout venant de la France qui condamne tout les autres pays d'Europe. Constatant « leur » crise interne et voulant surtout pas changer de cap. Demandant moins d?heures de travail, plus de salaire, retraite avancée et plein de ministres demandant leurs voitures de fonction.
a écrit le 28/04/2013 à 15:05 :
Il est temps que l'on règle le cas du Luxembourg (et ensuite des autres îles anglaises) qui est un Chypre bis (puisque inclus dans la CEE). Pour la Suisse, non incluse dans la CEE, ils ont évidemment le choix de leur politique en toute indépendance mais on a bien le droit de les mettre sous pression, ça fait partie du jeu.
Réponse de le 28/04/2013 à 15:47 :
Les pays anglo-saxons (USA et Royaume-Unis) gèrent le 65% de la finance offshore mondiale. Et vous croyez que la CEE ou plus précisément l'UE va leur faire rendre les armes? Vous êtes bien naïf, mis sous pression, le Royaume-Uni quittera l'UE si elle ne le fait pas avant...
Réponse de le 29/05/2013 à 12:32 :
sera la taxe tobin, l'UK quittera l'UE quand ses 9% de PNB seront mis en péril par Bruxelles, c une question de mois, ainsi les dépendances et baillages, en ce compris Gibraltar et divers, pourront respirere et ne demanderont pas leur indépendance. Les Français pourront perrorer et s'appauvrir doucement comme ils le font depuis 10 ans...
a écrit le 28/04/2013 à 10:06 :
Le véritable objectif des grandes puissances c'est de détruire la Suisse ! même pensée qu'un certain Kadhafi ! et donc non seulement le secret bancaire et/ou de ce qu'il en reste ( le blanchiment en France, par exemple, on connait très bien avec les dirigeants des pays africains ... ) Mais, ce petit pays démocratique ( le seul ) dérange de plus en plus des dirigeants incapables de gérer correctement leurs pays à son image. Et après avoir détruit la Suisse, que se passera-t-il avec l'UE ?
a écrit le 27/04/2013 à 21:12 :
Il faut les aider !
a écrit le 27/04/2013 à 11:42 :
a chaque fois qu'un politique européen voudra lever le secret bancaire suisse,le no de son propre compte suisse fuitera
a écrit le 27/04/2013 à 11:24 :
La France: un modèle de réussite au niveau internationale, y a pas photo! Pitoyable! Essayer de soigner les effets secondaires vos politiques ne vas pas vous sortir de la crise... Prenez exemple sur des pays comme la Suisse ou la Corée du Sud :P
Réponse de le 27/04/2013 à 16:05 :
La Corée du Sud colle un contrôle fiscal dans l'année a tout acheteur de voiture étrangère (ce pays a pourtant signé un traité de libre échange avec l'Europe mais ne se gène pas pour garder des barrières non douanières) . Il faudrait que la France en fasse autant avec tout acheteur de voiture Coréenne. Selon "Un Suisse" la France devrait prendre exemple sur sa patrie qui recycle l'argent sale Européen et qui vit de l'exil fiscal de chez ses voisins, exil lui aussi illégal. Bref Oui pour réussir comme la Suisse il ne faut aucun scrupules, prendre le pognon d'ou qu'il vienne sans surtout ne se poser aucune question. Que c'est beau une réussite sans scrupules basée sur une accumulation d'argent sale !
Réponse de le 27/04/2013 à 17:55 :
@Voui La finance suisse ne représente que 10-11% du PIB suisse. Sa véritable force c'est son industrie. Il y a en Suisse une quantité incommensurable de PME industrielles actives dans des secteurs à haute valeur ajoutée. Par ailleurs, de nombreuses multinationales industrielles suisses font la fortune de ce pays, à l'exemple de Novartis, Roche, ABB, Schindler, Oerlikon, Syngenta, Sulzer, Swatch group, Richemont, Leica geosystem et bien d'autres encore. La Suisse est le pays le plus compétitif du monde et l'un des plus innovants selon les classements du WEF et de l'INSEAD (organisme français). Le Suisse travaille au minimum 42 heures par semaine et le code du travail suisse est réduit à sa portion congrue. Ce qui permet de licencier facilement, mais également d'embaucher facilement..

Certes, les banques suisses ont de l'argent sale dans leur coffres et permettent aux Européens de frauder leur fisc, ce qui est inadmissible. En tant que Suisse, croyez-moi, j'en suis révolté et je suis loin d'être le seul. Mais il n'y a aucune raison que la Suisse devienne le dindon de la farce. D'autres paradis fiscaux, à l'exemple des USA et de la city de Londres doivent également nettoyer leur place....

Il y a une campagne de désinformation sur la Suisse depuis 2008, date de début de la crise. Alors svpl, essayez de vous renseigner le plus objectivement possible sur ce pays, qui est bien loin d'être le diable si décrié par les médias français.

Pour finir, oui....l'Europe devrait beaucoup plus s'inspirer de la Suisse et de ses institutions cela ne fait aucun doute.

Bien à vous
Réponse de le 27/04/2013 à 18:47 :
Mais trés bien ! Si la Suisse est forte et ne se sert pas de son argent sale pour baisser l'impôt de ses entreprises, elle peut sans problèmes mettre fin au secret bancaire ? non ?
Réponse de le 27/04/2013 à 19:04 :
Oui, elle le peut et le fera, lorsque les autres places financières seront à la même enseigne. Les trusts anglo-saxons sont bien plus opaques que le secret bancaire suisse, mais personne ne s'en offusque, du moins, jusqu'à présent...On verra..En tous cas, les banques suisses ont fait énormément de tort à l'image de la Suisse
Réponse de le 27/04/2013 à 20:41 :
La Suisse arrêtera donc de subventionner son industrie avec l'évasion fiscale de ses voisins et l'argent sale Européen quand tous les autres paradis fiscaux auront arrêté avant ? Belle mentalité !
Réponse de le 28/04/2013 à 1:50 :
Sauf votre respect, je vous trouve pathétique. Je ne sais pas ce que vous voulez insinuer, mais je pense que vous ne savez pas bien comment fonctionne l'économie en général et l'économie suisse en particulier. Alors au lieu de dire tout et n'importe quoi, réfléchissez deux secondes et revenez avec des arguments plus percutants que la Suisse, blablabla argent sale blablabla...L'argent sale est partout cher Monsieur, et particulièrement en France, par le biais d'investissements dans l'immobilier...Mais si vous souhaitez persister dans votre croyance qui consiste à dire que d'un côté il y a la "gentille" France et de l'autre côté les "méchants" Suisse, je crois qu'il est inutile de parler avec vous.
Réponse de le 28/04/2013 à 10:38 :
Aux gens qui s'en prennent à la Suisse : Il est vrai que ce pays à une industrie et surtout des personnes sages et responsables. A ceux qui prétendent que la Suisse aiment l'argent sale, C'est vrai que lq France est exemplaire : combien de pays par le passée a-t-elle pillée ? Et la Francafrique ?
Encore une incapacité des gens de ce pays à assumer leur erreurs !
Réponse de le 28/04/2013 à 10:50 :
Je suis un Français installé en Suisse, et oui, la Suisse a plus d'atouts que ce que le Français moyen imagine. La Suisse a un réseau de PME très performantes, un système universitaire extrêmement efficace avec l'EPFL et l'ETHZ. Alors qu'en 2009 je ne pouvais pas trouver de travail intéressant en France, j'ai été contacté pour venir travailler en Suisse.
Réponse de le 28/04/2013 à 12:22 :
Que la Suisse arrête donc de subventionner son industrie avec l'évasion fiscale de ses voisins et l'argent sale Européen !
Réponse de le 28/04/2013 à 15:52 :
Ahbon, il faut se renseigner avant de dire des conneries:A l'inverse de la France, la Suisse est un pays libéral où le gouvernement ne passe pas son temps à soutenir une économie moribonde: soit l'entreprise est pérenne, soit elle part en faillite!
a écrit le 27/04/2013 à 9:52 :
La Suisse profite du fait que les pays europeens ont des impots confisquatoires et un nombre de fonctionnaires beaucoup plus eleve environ 2 fois plus qu en Suisse. A la place de se plaindre l Europe devrait plutot s inpirer de la Suisse. A mais zut cela ferait moins de fonctionnaires a Bruxelle. La Suisse a des lois beaucoup plus strict sur le blanchiment que l autriche ou la Gb ou le secret bancaire existe aussi. De plus il est devenu impossible pour un europeen d ouvrir un compte non declarer en Suisse depuis 2011. En plus la Suisse a propose de rembourser tous les pays europeen pour solder le passe. L autriche et l angleterre ont accepte cette accord et ont recu quelque milliard d euro. A la place de critiquer la Suisse posez vous la question pourquoi l europe est si mal gerer ? Nb la Suisse a du activer une clause de sauvegarde vis a vis de l europe tellement l immigration europeenne est forte. Si vous n aimez pas la Suisse qu est ce que vous venez y faire ? Occupez vous plutot de faire les reformes qui permettent de creer des vrais emplois en Europe et de la rendre competitive en lieu et place de critiquer les autres.
Réponse de le 27/04/2013 à 10:29 :
La fiscalité dans son ensemble (de la TVA a l IRRP en passant par l IS) est intimement lié a la protection sociale dans son ensemble (Sante, Retraite...) donc c est un sujet extremement complique dont la perception est aussi complique, personnellement je suis dans la tranche marginale d irpp a 14%, donc loin d etre un nanti, pas non plus "un pauvre" mais ce niveau de revenu exclu tout droit a aide.... et le probleme est la, dans la perception que nous avons de notre contribution, je comprend tout a fait que le patron de PME qui gagne durement sa vie trouve honteux d etre "saigné" a 46% tout comme il est honteux que certain "abusent" de la generosité de notre systeme. Si on revient a la base meme de notre IRPP sa construction etait on ne peux plus juste, un bareme progressif a assiete large (en theorie 100% des contribuable y sont assujetit), or aujourd'hui via diverses usine a gaz 52% des contribuables de tout "niveau de salaire" y echappent ca cree forcement un injustice patente.
Donc les 48% restant voient "leur prelevements toujours augmenter", pour compenser, dans le meme temps cette pressions fait "fuir ceux qui le peuvent"...
Chacun dans son petit coin reclame plus de justice mais refuse qu on touche a SES avantages...... Je pense qu'il nous faudra atteindre le degrés de "décheance" de l Espagne, Grece, Chypre pour qu enfin tous acceptons la realite et qu'un politique ai le courage de taper du point sur la table pour remettre tous le systeme a plat..... C'est triste a dire mais je pense que les reformes nécéssaire ne seront menées que lorsque nous seront dans l abime.....
Réponse de le 27/04/2013 à 12:59 :
Chris et Fabrice, Je n'aurais pas mieux dit. Le pire est que l'incompétence de nos dirigeants à prendre les bonnes décisions ( différentes des décisions qui plaisent pour se faire réélire) va même jusqu'à chercher un bouc émissaire pour se justifier. Voyez ce qui se passe depuis que l'UMP, et Sarkozi ne sont plus là, le gouvernement actuel commencent à en dire que la crise est dut à l'Allemagne et Merkel. Bientôt, ils vont dire que c'est A.Merkel qui a dépenser notre argent, qui a voté notre budjet, qui dépense 110% du PIB depuis 15 ans, qui détruit les emplois...Jamais ils ne se remettent en question. Vraiment, il faut une mini révolution pour que nos dirigeant ne soient plus nanti, avec pointage des heures à l'assemblé sinon, pas payé (comme en entreprise), divisé par 2 ou 3 leur nombres et salaire moyen indexé sur le salaire moyen des Français soit 1650? par mois.
Réponse de le 27/04/2013 à 18:09 :
Et surtout en terminer avec toutes les retraites cumulées des politiques ,que le système de retraite soit le même pour tous sans aucune exception .
a écrit le 27/04/2013 à 9:18 :
La collectivitié c'est bien cela le gros mot, le mot qui fait peur, les voleurs, car tous ceux qui mangent sur ceux qui travaillent, qui ne se lèvent pas qui profitent du système, le problème c'est la courroie de transmission de ces assistés, la France qui dort qui se repose sur celle qui travaille,l'état c'est la pieuvre, ceux qui mangent au râtelier des travailleurs, il suffit de réduire de comprimer d'austériser l'état et tout ira mieux, et de remettre au travail les faux chômeus et surtout les politiques. Car les poitiques nous font croire que l'argent du contribuable qui se transforment en argent public est gaspillé et jeté par les fenêtre au passage l'écôt des politiques est prélèvé pour les petits fours de Hollande c'est cela le problème le noeud gordien à trancher, mais qui aurai le courage de le faire ?
Réponse de le 27/04/2013 à 11:13 :
il existe d'excellents médicaments pour soigner la migraine et les aigreurs d'estomac .bonne journée quand même.
a écrit le 27/04/2013 à 9:17 :
La violette est une plante toxique.
Réponse de le 27/04/2013 à 21:22 :
et probablement un tantinet hallucinogène ! La Violette Suisse est bien connu pour être un palliatif à la cocaïne très souvent utilisée par les traders et les banquiers.
a écrit le 27/04/2013 à 9:14 :
Pauvre Suisse prise comme bouc emissaire parce qu'elle veut continuer a profiter de l evasion fiscale (pas tres moral qd meme) et du blanchiement de l'argent sale. Et en plus il faudrait accepter qu'elle nous donne des le?s!
Réponse de le 27/04/2013 à 11:16 :
Pauvre Suisse! Non mais ce qu'il faut pas entendre de ce qui ne savent rien! En attendant il y a plus de 300 000 français qui passe la frontière pour venir travailler dans la dite Suisse car un certain pays préfère mieux s'attaquer aux effets secondaire de ses propres politiques qu'à causes. C'est pas en travailler moins que vous aller créer plus de richesse, ni en taxant à excessivement les entreprises et les contribuables que vous allez les inciter à rester. Nous sommes dans un système où c'est la richesse qui crée la richesse et non la pauvreté š!!!!!
Réponse de le 27/04/2013 à 16:10 :
"La richesse crée la richesse" : C'est un dogme libéral a deux francs. Le Luxembourg et la Suisse sont riches du secret bancaire (et de l'argent sale dans leurs banques) si on le leur retire et ces pays seront de suite beaucoup moins riche. Le Brésil des années 80 avaient des ultra riches alors que la grande majorité de la population était maintenue dans la misère et devait travailler a merci, et pourtant c'était un pays pauvre. Un gouvernement de gauche est arrivé (Lula) et a rééquilibré le pays ce qui a créé une catégorie moyenne et fait décoller le pays économiquement. La réalité contredit souvent le blabla des dogmes.
Réponse de le 27/04/2013 à 18:31 :
Le Brésil est un des états les plus riches d'Amérique du sud avec d'énormes réserves pétrolières. Et le fait que le pays a pu s'en sortir est dû à une politique de rigueur mené par le ministre de l'économie de Lula du nom d' Antonio Palocci cf http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_du_Br%C3%A9sil. De plus en Suisse, la finance pèse 12% PIB contre 40% au Luxembourg. Et oui en Suisse on fait aussi du chocolat , des montres :-) Quand à l'argent sale en Suisse c'est un mythe. La Suisse possède la législation la plus restrictive en matière de blanchiment d'argent. Cependant il est vrai que le secret bancaire à la base pour protéger les citoyens de l'état fouineur (big brother) et a été détourné pour cacher de l'argent des fiscs du pays d'origine. Cependant la sphère privée n'est malheureusement plus tendance aujourd'hui et on se dirige tout droit vers "1984" de George Orwell. Peux-t-on avoir confiance en la démocratie en Europe ou on a à faire a une nouvelle caste les "technocrates". L'Europe n'est pas une véritable démocratie direct ou la corruption est très difficile à mettre en place. Avec L'Europe facile: un groupe de pression (généralement pour protéger les riches et les grandes compagnies industrielles) à Bruxelles et on a des règles essayer comme d'imposer les OGM en Europe sans demander l'avis au citoyen. Il est clair que l'Europe à besoin d'un plan de relance tout en réformant les institutions sociales. La richesse crée la richesse veut simplement dire que l'on ne peut partager de la richesse s'il n'y en a pas. Il faut donc promouvoir les entrepreneurs et leurs donner un cadre pour qu'ils puissent s'exprimer facilement au mieux et employer le plus de personnes.
Réponse de le 27/04/2013 à 20:44 :
"La Suisse possède la législation la plus restrictive en matière de blanchiment d'argent. " Comment vérifier c'est secret ! Non soyons sérieux , la Suisse subventionne son industrie avec de l'argent sale , c'est tout!
Réponse de le 28/04/2013 à 2:29 :
C'est pourtant vrai! Allez vérifier dans la législation suisse...Il est clair qu'avoir un système bancaire développé joue un rôle dans le développement de l'industrie suisse, mais il y a d'autres facteurs qui font que créer une entreprise industrielle en Suisse s'avère plus profitable qu'en France. Par exemple : la stabilité de la Suisse, son droit du travail non contraignant, la quasi absence de grèves, les charges sociales moins élevées, les bonnes infrastructures, etc. C'est donc un ensemble de facteurs mis bout à bout qui font que l'économie suisse fonctionne...Je sais bien que mes explications ne servent à rien et que pour la majeurs partie des Français, les Suisses ne sont que des salauds...On a l'habitude, cela fait des années que ça dure.
Réponse de le 28/04/2013 à 11:03 :
"La Suisse possède la législation la plus restrictive en matière de blanchiment d'argent. " Comment vérifier c'est secret !

Il y a la FINMA pour ça. Et elle ne rigole pas. Si les banques ne respectent pas les règles, elles perdent leur licence.
Réponse de le 28/04/2013 à 12:33 :
Voici ce que dit la FINMA "La FINMA analyse le comportement des acteurs des marchés financiers. Pour protéger efficacement des abus les clients des marchés financiers, il est toutefois indispensable de fixer des règles de comportement claires aux prestataires financiers, de demander une meilleure documentation sur les produits et d?exiger davantage de transparence.". Exiger davantage de transparence , c'est clair , non ? C'est très bien que la FINMA existe mais des organisme de surveillance des marchés existent partout et n'ont en aucun cas empêché la crise des Subprimes et la crise systémique que nous vivons encore, et n'empêche pas le blanchiment d'argent sale et l'évasion fiscale.
a écrit le 27/04/2013 à 8:20 :
On rigole sur la bêtise des journalistes, qui nous disaient que l'initiative Minder voulait limiter les bonuse des patrons, le CS a fait application de l'initiative Minder les ploucs les patrons gagneront encore plus alors que les journalistes avaient dit que l'initiative avait pour but de diminuer les bonus, ce sont des journalistes au rabais. Ensuite, je conseille de faire un trust par un avocat et le mettre dans une banque suisse, celui qui avait mis 100'000 franc or en 1958 serait millionnaire tandis que s'il avait gardé du franc français à ne pas conseiller, le résultat aurait été que sur son compte il n'aurait plus que 250'000 franc français, les politiques français sont tellement bonnes, vous vous rappelez la phrase "on aura tout fait contre le chômage, oué, ils l'ont augmenté continuellement, Hollande, VGE, Chiraac,Sarkosy, ils sont forts ! Ils vous ruinent ils mentent, ils trichent et mentent s'en mettent plein le fouilles sur le dos du public bonne vache !
a écrit le 27/04/2013 à 6:41 :
Les banques suisses traversent des temps difficiles...et avec ce genre de décision l'Europe traversera des temps encore plus difficiles encore. Car si ceux qui entreprennent n'ont plus aucune motivation (sauf à payer encore plus d'impôts et devenir en quelque sorte bénévoles) et bien ils n'entreprendront plus rien !! Qui crée la richesse ? Les élus ? les fonctionnaires ? les chômeurs ? les retraités ? les assistés ? les écoliers ? Sans une juste récompense à leurs efforts, ceux qui créent la richesse ne créeront plus rien du tout. L'économie déjà fort mal en point sera encore plus moribonde. Et le chômage sera partout la règle. Que du bonheur !
Réponse de le 27/04/2013 à 7:56 :
par définition celui qui met d l argent sur des comptes en suisse de manière non déclaré c est pas pour l investir dans l économie de son pays .et il fait en sorte de ne pas payer les impôts se référent a celui-ci .
donc votre soi disant investisseur au grand c?ur n est d autre qu un tricheur sans foi ni loi
Réponse de le 27/04/2013 à 9:05 :
@violette .donc pour vous l'argent n'a pas d'odeur .ceux qui planquent leur argent n'ont rien à faire de la collectivité.leur devise ,pile je gagne ,face tu perds .vous encouragez des criminels vis à vis de leur pays et donc des peuples .c'est lamentable et l'on comprend pourquoi les choses ne vont pas bien .
Réponse de le 27/04/2013 à 19:01 :
Que faut-il penser des artisans, des mécaniciens-garagistes, des professions-libérales qui vous demandent à être payer en espèces de préférence ? Sans doute est-ce pour ne pas perdre de temps à déposer les chèques à la banque ? ou Bien ? Maintenant si vous êtes certains que ce sont les élus, les fonctionnaires, les chômeurs, les assistés, les écoliers, les retraités, ceux qui débarquent d'Afrique ou d'ailleurs, Roms etc. qui créent de la richesse alors je suis convaincu que la France va très vite sortir de ce mauvais pas et que le chômage ne sera plus qu'un mauvais souvenir. Maintenant avec une imposition raisonnable nul besoin de mettre son argent ailleurs, nul besoin de s'expatrier comme le font de plus en plus de jeunes diplômés. Nul besoin même pour un plombier ou un peintre de se faire payer en espèces. En France même les spécialistes médicaux se font payer une partie en espèces. Sont-ils tous criminels ? Alors il y en a un sacré paquet !!
Réponse de le 27/04/2013 à 19:27 :
@violette. Les français veulent s'expatrier aux USA pour payer moins d'impôts, les Américains veulent s'expatrier a Porto Rico pour payer moins d'impôts. Nous en voulons toujours moins "d'impots". De toute manière sans contrôle suffisamment sévère c'est humain personne ne voudrait payer d'impôts et sans contrôles suffisamment sévère tout le monde bénéficierait d'assurance chômage même en étant en activité ou bien de l'hôpital gratuit sans payer les assurances (parfois privées comme aux USA qui contrôles les cartes bleus à l'entrée à l'hôpital) . Demandez d'ailleurs ce que pensent les assureurs (privés) encore de certains de leur clients peu regardants avec l'honnêteté de leurs déclarations ! Donc des contrôles de la part de l'état c'est pénible c'est vrai mais c'est indispensable en regard de certains services fournis et il n' y a pas que l'état qui "contrôle" les assureurs privés aussi (et nous en sommes parfois mécontents aussi !) . D'autre part le dumping fiscal c'est bien , cela fait rêver et c'est parfois légal quand nous faisons le choix d'un autre pays mais nous ne pouvons pas tous nous installer a Porto Rico pour bénéficier de 10% d'impôts maxi . Et quand il suffit d'ouvrir un compte en Suisse sans même y résider pour réduire drastiquement ses impôts c'est de mon point de vue amoral. Si les Suisses sont si forts qu'ils le montrent ! qu'ils renoncent au secret bancaire et qu'ils montrent qu'ils arrivent a rester aussi fort qu'avant. ,Cela fera la démonstration du bienfait de leur modèle. Tant qu'il ne le font pas on pourra toujours considérer qu'ils subventionnent leur industrie avec l'évasion fiscale ou l'argent sale Européen.
Réponse de le 27/04/2013 à 21:31 :
Ce qui me frappe le plus c'est que ceux qui votent allègrement les augmentations d'impôts (ou les impôts nouveaux) n'en paient pratiquement pas eux-mêmes (indemnités non-imposables) . Ils ne sont donc pas concernés alors qu'il sont censés être des exemples et devraient participer eux-aussi à l'effort national. Pourquoi et de quel droit s'arrogent-ils d'être des citoyens au-dessus des lois ? Bien sûr c'est plus facile (et surtout plus agréable) de faire payer les autres....
Réponse de le 27/04/2013 à 22:34 :
Peut être voir même sans doutes , mais cela ne justifie pas l'évasion fiscale et les paradis fiscaux.
Réponse de le 27/04/2013 à 23:32 :
Il y a paradis fiscaux pour l'unique raison qu'il y a enfers fiscaux. Au dessus de 45 % de prélèvement obligatoires comme c'est maintenant le cas, je n'ai plus envie de me lever tôt le matin pour aller au travail. La grasse matinée, les journées sans stress, le farniente, j'apprécie aussi. Il suffit d'y goûter pour s'en convaincre.
Réponse de le 28/04/2013 à 0:43 :
A qui tu fais allusion ? pour ma part je suis un bête cadre dans une entreprise privée française, un salarié fainéant ! Au forfait jour , c'est a dire que je fais de 42 à 55h semaines payées 35h (et pas compté dans chiffres officiels) , dans le stress et dans une organisation française à la mode "logique floue", une hiérarchie pléthorique et qui a un mode de fonctionnement à l'Européenne (il faut que tout le monde soit d'accord, beaucoup de temps est consommé en "politique" inefficace) . Ta vision des autres catégories que les "Entrepreneurs" (je suppose) Violette est assez étrange pour quelqu'un qui est réellement intégrée dans le monde du travail ? A moins que tu ne sois traders ? banquier dirigeante ? profession libérale genre chirurgienne esthétique façon Cahuzac ? De plus 45% de prélèvements obligatoire cela veut dire quoi ? Saches qu'aux USA puisque tu semble rêver de l'herbe verte du voisin, les assurances santé privées sont horriblement chères, les frais de scolarité (dans le privé pour une qualité moyenne) sont eux aussi horriblement chers , et certes ce ne sont pas des prélèvements "obligatoires" mais le bon sens la bas veut qu'on les paye quand même en plus de ses impôts à 30% et de sa participation a son église locale à 10 % du salaire . bref fait l'addition et tu dépassera aussi allègrement tes 45% limites . Pour ma part entre les cotisations salariales et les impôts je les dépasse déjà ces 45% et n'importe quel cadre débutant ou technicien expérimenté y est presque. Donc si on t'écoute ma chère Violette personne n'aurait envie de se lever pour bosser le matin : "bel exemple "
a écrit le 26/04/2013 à 23:35 :
Et on ne fait pas la même chose avec la Grande_Bretagne et les États-Unis? Ce sont pourtant les plus gros paradis fiscaux, et eux ne répondent pas quand on leur demande des renseignements....c'est moins risque de ne s'attaquer qu'aux petits !
Réponse de le 27/04/2013 à 0:09 :
Eh non, la Suisse est un bien plus gros poisson que les autres. Il est temps d'en finir:
http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2012/02/daily-chart-6
a écrit le 26/04/2013 à 22:43 :
Les marchands de coffres forts se frottent les mains. Rien de tel pour échapper au fisc que de mettre de l'argent liquide ou de l'or dans un coffre à la maison ni vu ni connu. Une très bonne alarme et le tour est joué. Pas besoin d'amener son magot ailleurs d'autant que l'argent ne rapporte plus rien !
a écrit le 26/04/2013 à 22:15 :
Washington ne se satisfait pas d'infos à la demande et exige un échange automatique. Toutes ces infos risquent d'atterrir encore dans les bases de données des fonds d'investissement affiliés à l'administration US qui se feront un plaisir de récupérer nos comptes les mieux garnis pendant leur prochaine offensive sur la fuite des capitaux européens.
a écrit le 26/04/2013 à 21:35 :
cette transparence partout ;le sexe,l'argent,le patrimoine la santé de chacun .On va tous devenir invisibles comme nos dirigeants qui ainsi n'ont plus aucune auréole!..
Réponse de le 26/04/2013 à 22:49 :
maintenant c'est sous les aisselles ... les auréoles.
a écrit le 26/04/2013 à 21:34 :
Et si la France et l'Allemagne en profitent pour en faire autant que les US et virer les banques Suisses de leur territoire (ce qui ravira les banques Françaises et Allemandes concurrentes) ? Hummm que c'est bon quand le protectionnisme et la lutte contre l'évasion fiscale peuvent se rejoindre !
a écrit le 26/04/2013 à 21:00 :
Les accords sur le désarmement acceptant le transparence du nombre de fusées ont abouti quand chacun eut maitrisé les charges nucléaires à tête multiple. Il n'est plus besoin d'être une île physique offshore pour être un paradis fiscal. Une île virtuelle ou un archipel virtuel suffisent.
a écrit le 26/04/2013 à 20:47 :
PAS FORCEMENT UN GROS CHANGEMENT POUR LE LUXEMBOURG MAIS SANS DOUTE PLUS POUR LA SUISSE
Réponse de le 28/04/2013 à 13:11 :
Je pense tout l'inverse. Le luxembourg à part la finance, c'est quoi ? La culture de patates ?
a écrit le 26/04/2013 à 19:40 :
Au Luxembourg comme en Suisse il y aurait des licenciements notamment de travailleurs frontaliers français. Pas une bonne nouvelle pour la Lorraine notamment.
Réponse de le 26/04/2013 à 20:55 :
Les frontaliers travaillent tous dans la banque ? je suis surpris. Et cela prouve surtout que la "réussite" de ces pays se faisait au dépend de leur voisins. Ce ne sont pas les frontaliers et leurs "sous-salaires" par rapport aux Suisses qui peuvent justifier le mmaintient de ces activités illégales. Ou alors il faut légaliser cette activité et faire revenir Cahuzac au gouvernement.
Réponse de le 27/04/2013 à 8:48 :
Il y a des frontaliers dans tous les secteurs et même à des postes de responsabilité dans la banque. J'ai travaillé 10 ans dans ce pays. Je sais de quoi je parle. La Suisse (et le Luxembourg) font vivre des régions frontalières entières lesquelles sans cet apport seraient au niveau de Nord/Pas de Calais. Il suffit de voir le flot de voitures matin et soir sur les axes Luxembourg-Thionville ou Bâle-Mulhouse.
Réponse de le 27/04/2013 à 20:58 :
Quand il sera possible d'avoir des liaisons "frontalières" Poitiers-Luxembourg ou Chateauroux- Luxembourg l'ensemble, on pourra pleurer le cas des frontaliers.
a écrit le 26/04/2013 à 18:24 :
Mais pourquoi la Suisse accepte-t-elle le diktat de ses voisins, elle qui avait résiste à celui de Hitler ?
Réponse de le 26/04/2013 à 19:32 :
Mais elle n'accepte pas le diktat de ses voisins. Elle a juste dit que le jour où le monde entier serait vertueux et appliquerait la transparence bancaire, la Suisse lèvera le secret bancaire.

Comme nos politiques de pays en crise ont besoin de présenter des réussites, ils ont tous mis l'accent sur le début de la phrase des suisses, mais ont tous oublié de parler de la 2ème partie de la phrase qui dit "on lève le secret sous conditions".

Comme les USA ou le Royaume-Uni qui gèrent, avec leur propres paradis fiscaux plus de 60% des avoirs offshore du monde ne sont pas prêt d'appliquer la transparence, la Suisse ne le fera pas non plus.

L'UE et plus particulièrement la France ont très peu de mémoire et une totale méconnaissance de leur petit voisin: Ils oublient que l'origine même de la Suisse, il y a 700 ans, est le regroupement de paysans alpins qui ont décidé de refuser les diktats du Saint Empire Germanique, ils ont proclamés leur indépendance et ont combattu avec succès toutes les troupes qui leur ont été envoyées pour mater la rebellion.

Cet esprit d'indépendance est toujours extrêment vivace au sein de la population suisse (c'est d'ailleurs cela qui soudent le pays avec ses 4 régions linguistiques différentes à l'inverse de la Belgique). Lorsque les USA ou l'UE font pression sur la Suisse, leur politiques cèdent, mais la population reprend la main à l'aide de referendum et s'oppose fermement à toutes les pressions extérieures.

Ce n'est pa demain que la Suisse cèdera
Réponse de le 26/04/2013 à 20:37 :
Sauf que les US ont un gros levier: supprimer les licences bancaires des établissements qui ne respectent pas les règles qu'ils édictent. Or UBS comme les autres grands groupes ne peuvent pas se passer du marché US. Les fraudeurs pourront toujours se cacher dans des établissements plus petits, mais ils seront d'autant plus facile à localiser puisque toutes les transactions de ces établissement seront forcément suspectes: la nasse est en train de se resserrer depuis 2009. La Suisse peut avoir l'esprit d'indépendance qu'elle veut, la limite entre l'indépendance et l'autarcie devient dans son cas de plus en plus mince.
Réponse de le 26/04/2013 à 20:59 :
Et si la France et l'Allemagne en profite pour en faire autant que les US et virer les banques Suisses de leur territoire (ce qui ravira les banques Françaises et Allemandes concurrentes) ? Hummm que c'est bon quand le protectionnisme et la lutte contre l'évasion fiscale peuvent se rejoindre !
Réponse de le 26/04/2013 à 21:49 :
Et les banques française en Suisse, à Monaco, aux Bahamas, à Singapour, etc. vous croyez qu'elles font quoi?
Réponse de le 26/04/2013 à 22:56 :
Ah bon ? il suffit d'appeler son conseillé BNP pour déposer de l'argent non déclaré à Monaco ? Je ne crois pas. Par contre qu'elles utilisent certaines de leur filiales pour certaines activités obscures je n'en doute pas (j'espère non liée a des citoyens français, sinon pourquoi Cahuzac aurait il eu besoin d'une banque Suisse?). Est ce un drame si cela s'arrête ? pas sûr.
Réponse de le 26/04/2013 à 23:10 :
@Charles, si la moitié des petites banques Luxembourgeoises et Suisses coulent suite à la perte de leurs clients amateurs d'évasion fiscale à la Cahuzac, je ne pense pas qu'il soit si intéressant que cela pour les banques Françaises de rester dans ces pays. Donc même en cas de mesure de réciprocité elles ne perdraient pas grand chose et encore je pense qu'elles ne verront aucun inconvénient a donner à la Suisse ou au Luxembourg des renseignements fiscaux sur leur citoyens LOL !!!
Réponse de le 27/04/2013 à 0:48 :
Que de théories! La réalité est autre: les USA comme l'UE sont en faillite. Les banques suisses se désengagent des ces territoires pour se repositionner en Asie qui se développe en faisant mourrir l'économie occidentale.

La France n'a aucun bras de levier sur la Suisse qui lui achète plus de services et de produits que ne lui en vend, qui maintient pour la France un taux d'intérêt faible en achetant massivement de la dette française, qui donne du travail à plus de 200'000 français dont 150'000 frontaliers qui évitent ainsi d'être à la charge du chômage français.

La triste réalité est que la France prend la Suisse comme un bouc émissaire au lieu de se réformer et de se remettre au travail.
Réponse de le 27/04/2013 à 9:17 :
@pauvre France euh oui mais faudrais voir a nuancer votre propos: 1 oui la Suisse est un paradis fiscale, donc oui beaucoup d industrie s y installent et y installent leur siege pour beneficier de cette fiscalité avantageuse. Ca c est pour votre "bras de levier" et votre apologie de la Suisse Sauveuse de la France.... 2 le plus gros acheteur de dette Europeenne, et US ce sont la Chine et l Asie, donc la encore votre Suisse "sauveuse"......3 comme deja dit plus haut votre soit disant "investisseur" ce n est pas sur un compte numéroté en Suisse qu il met son argent.... Donc gain pour l economie Reelle=0
Apres cela ne remet en rien en cause les nécéssités de reforme dans les pays en crise mais cessez d affirmer que tous ces paradis fiscaux sont des "bienfaits".
La seule solution pour l UE et les USA (qui compte effectivement au sein de leur etats federal, des "etats paradis fiscaux" comme le Delaware) et de mettre en place une fiscalite commune, car tant que vous aurez des Etats avec des Taxes et des prelevements elevés ne touchant qu'une minorité des contribuable et de l autre des Etats qui taxent 100% de leur contribuable avec des taxes tres inferieurs il y aura des paradis et des enfers fiscaux!!!
Réponse de le 27/04/2013 à 11:59 :
Par rapport à la France, oui, la Suisse est un paradis. La Suisse n'attire pas seulement des entreprises à cause de sa fiscalité, mais également pour sa stabilité, ses infrastructures et la qualité de ses universités et de sa recherche...Des unis comme l'EPFL arrivent à débaucher des professeurs du MIT, à titre d'exemple.

S'agissant de l'industrie, il y a une quantité incommensurable de PME suisses actives dans des secteurs à haute valeur ajoutée comme les microtechniques, les nanotechnologies, la biotech, la pharmacie, la chimie et l'électronique..Il y a également de nombreuses multinationales industrielles suisses comme Novartis, Roche, Nestlé, Oerlikon, Sulzer, Syngenta, ABB, Schindler, Mettler Toledo, Leica geosystem, Bobst, et bien d'autres encore. L'industrie en Suisse ne se résume pas aux entreprises étrangères attirées par sa fiscalité.


Pour finir, oui, que cela vous plaise ou non, la Suisse achète massivement de la dette européenne et permet à la France d'emprunter à des taux plus bas...Donc en quelque sorte la France et la Suisse se tiennent mutuellement par les c..... si vous me passez l'expression
Réponse de le 27/04/2013 à 15:39 :
@Realité + 1000 Tous est bien expliqué sur la Suisse, les Banques Suisses ne représente que le 8% du PBI, les Américains, les Allemands non plus de compte secret bancaire en Suisse, les personnes avec des comptes bancaires non déclaré sont invité de partir de la Suisse, mais cela le gouvernement ne le dit pas au Français c'est plus facile de trouver un bouc émissaire que de faire une saine gestion de la France.

Français réveiller vous.....vous êtes manipulé a longueur de journée.
Réponse de le 27/04/2013 à 21:03 :
Oui mais la Suisse subventionne ses universités , son industrie et donc sa réussite avec l'évasion fiscale de ses voisins et l'argent sale Européen !
Réponse de le 28/04/2013 à 2:16 :
@Voui Vos propos sont simplistes...Les banques suisses ne se résument pas à l'évasion fiscale, elles ont d'autres compétences qu'elles ont acquises au cours des siècles..Par ailleurs, les gens ne déposent pas uniquement leur argent en Suisse pour son secret bancaire, mais également pour la stabilité de ce pays. Si j'étais français, au vu de la situation cataclismique de votre pays, et de votre gouvernement marxiste, je mettrais mon argent en Suisse, même sans secret bancaire.
Réponse de le 28/04/2013 à 12:47 :
Donc la Suisse peut mettre fin a son secret bancaire.
a écrit le 26/04/2013 à 18:06 :
sauve qui peut tous aux abris .
a écrit le 26/04/2013 à 17:29 :
On va pleurer ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :