Le paiement sans contact progresse lentement en France… mais sûrement ?

 |   |  962  mots
Selon une étude publiée le 19 novembre par Deloitte, seuls 8% des propriétaires de smartphones interrogés ont déjà utilisé leur mobile pour payer en magasin.
Selon une étude publiée le 19 novembre par Deloitte, seuls 8% des propriétaires de smartphones interrogés ont déjà utilisé leur mobile pour payer en magasin. (Crédits : DR)
En 2015, le nombre de paiements par carte sans contact s’élève déjà à 110 millions dans l’Hexagone, selon Visa Europe France. Après un démarrage plutôt tranquille, les comportements des consommateurs évoluent...

Régler par carte en magasin sans taper son code sur le terminal de paiement, ce n'est plus de la science-fiction. Au cours du seul mois de septembre, la France a enregistré près de 22 millions de paiements par carte sans contact, soit un triplement en l'espace de douze mois, selon une étude publiée le 23 novembre par le cabinet Galitt. Les efforts déployés depuis cinq ans par les promoteurs de la technologie sans contact commenceraient-ils enfin à payer ? Ce serait aller un peu vite en besogne, estime en substance Galitt, qui souligne que les 22 millions de transactions sans contact réalisées en septembre représentent 3% seulement du nombre total de paiements par carte effectués sur la même période. Reste que les paiements sans contact ne peuvent aujourd'hui dépasser le seuil de 20 euros par transaction. A l'aune de cette limite, les 22 millions de transactions sans contact de septembre revêtent une tout autre ampleur, puisqu'elles pèsent 30% du total des paiements par carte inférieurs à 20 euros, d'après Visa Europe.

Pour mémoire, lors de la présentation des résultats annuels de l'émetteur européen de cartes bancaires, le 27 janvier dernier, Gérard Nébouy, directeur exécutif de Visa Europe France, avait fait le pari que le nombre de paiements par carte sans contact atteindrait cette année les 100 millions dans l'Hexagone, contre 22 millions en 2014, année qui avait déjà vu les transactions sans contact multipliées par huit. Pari gagné : « Cette année, le nombre de paiements par carte sans contact s'élève déjà à 110 millions en France, ce qui représente un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros. Le démarrage du sans contact avait certes été plutôt tranquille, mais on assiste aujourd'hui à un changement du comportement des consommateurs, qui voient dans ce mode de paiement un gain de temps considérable », indique Gérard Nébouy.

Des consommateurs qui s'inquiètent de la sécurité du sans contact

Outre cette évolution sociétale, les infrastructures indispensable à l'essor du sans contact sont désormais en place. Environ 40 millions de cartes de paiement sans contact ont pris place dans les portefeuilles des Français, ce qui représente 60% du total des cartes. « Les banques ont diffusé massivement les cartes sans contact. Quelque 23,7 millions de cartes Visa sans contact sont ainsi en circulation en France, soit 52% du nombre total de porteurs de cartes Visa », renchérit Gérard Nébouy. Et d'ajouter : « Parallèlement, le cycle de renouvellement des terminaux de paiement permet d'avoir aujourd'hui 500.000 commerçants - dont un nombre croissant de grandes enseignes - équipés du sans contact, soit 30% du parc global. » Pour le dirigeant, « une masse critique a ainsi été atteinte, tant sur le plan du nombre de cartes sans contact que sur celui du nombre de terminaux équipés. »

Il faut dire que le gouvernement pousse à la roue, bien décidé à moderniser les moyens de paiement. Le 15 octobre, lors du lancement d'une stratégie nationale des moyens de paiement, Michel Sapin, le ministre des Finances, avait ainsi indiqué que la totalité des terminaux de paiement des commerçants devraient être équipés de la fonction sans contact, d'ici au 1er janvier 2020. Des efforts qui se heurtent à la crainte des Français de voir leurs données bancaires piratées : d'après un sondage publié début juin par l'institut CSA pour le compte de Bercy, les trois quarts des personnes interrogées considèrent que le paiement sans contact les expose davantage au risque de fraude. « Le paiement sans contact ne génère pas de risque particulier, d'autant plus qu'il ne concerne que des paiements inférieurs ou égaux à 20 euros », affirme Gérard Nébouy.

Seuls 8% des Français ont déjà utilisé leur mobile pour payer en magasin

De fait, le 9 juillet, en présentant le rapport annuel de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, Christian Noyer, qui était alors gouverneur de la Banque de France, avait indiqué qu'à 0,015% du montant total des paiements, le taux de fraude sur les paiements par carte sans contact était à peine plus élevé que celui des paiements par carte en magasin (0,010%), et très inférieur au taux de fraude sur les paiements par carte à distance (0,248%). De plus, pour Gérard Nébouy, un sondage n'est qu'un sondage :

« Le fait que le nombre de paiements par carte sans contact ait dépassé la barre des 100 millions cette année prouve que les consommateurs ne nourrissent pas de craintes particulières. »

Pourtant, c'est bien un sentiment d'insécurité qui est invoqué par 49% des quelque 2.000 Français interrogés par Deloitte pour expliquer leur frilosité au paiement sans contact, non pas par carte cette fois-ci, mais par mobile. Selon une étude publiée le 19 novembre par le cabinet d'audit, seuls 8% des propriétaires de smartphones interrogés ont déjà utilisé leur mobile pour payer en magasin. Et 59% de ceux qui n'ont jamais tenté l'expérience n'ont aucune envie de franchir le pas.

La partie ne semble donc pas gagnée pour les auteurs des diverses initiatives en cours dans ce domaine, l'une des dernières en date étant Orange Cash. La donne changera peut-être lorsqu'Apple Pay arrivera en France, la firme à la pomme s'y entendant pour dicter les tendances. « Nous soutenons Orange Cash, nous sommes associés à Apple Pay au Royaume-Uni et nous travaillons également avec d'autres acteurs, pour développer des solutions sous Android dans le cloud [fonctionnalité HCE (host card emulation) ; Ndlr] », indique Gérard Nébouy. « En matière de paiement mobile, qui vient en complément des paiements par carte, nous sommes agnostiques », insiste le patron de Visa Europe France. En attendant de voir laquelle de ces solutions s'imposera au marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2015 à 20:39 :
Mr. Gérard Nébouy devrait creuser son sujet.
Les cartes sans contact peuvent être piratée à 300m de distance (source Oberthur) avec un équipement réduit.
Or, l'intégralité des informations bancaires de la personne sont transmises. Il est alors possible d'utiliser ces informations directement sur internet ou même d'encoder une carte.
Or, dans ce cas, la fraude sera vu dans les statistiques comme une fraude par internet.

Les banques et les politiques nous imposent de nouveaux systèmes de paiement espérant désespérément que cela pourrait développer l'économie (ou favoriser les amis). A chaque fois, ce sont de nouveaux moyens de fraudes, le pire étant SEPA!
a écrit le 01/12/2015 à 19:09 :
Le consommateur est perdu, complétement paumé. Il veut tout, tout de suite et le moins cher possible. Dans ce jeu, il perd plus souvent qu'il ne gagne tout en étant persuadé du contraire. Avec le paiement sans contact, il va glisser un peu plus vers l'absurde et se faire gentillement plumer! Mais bon, en bon pigeon qu'il est, le mouton bien tondu sera fier d'être branché et moderne.
a écrit le 01/12/2015 à 17:15 :
Pour ma part je trouve l’innovation très bonne; pour être utilisateur de cette forme de paiement, ça ne fonctionne pas vraiment bien, encore trop de soucis "mécaniques" pour être un systême fiable ! Dans 10 ans ça sera peut-être "top"...
a écrit le 01/12/2015 à 13:45 :
"le taux de fraude sur les paiements par carte sans contact était à peine plus élevé que celui des paiements par carte en magasin (0,010%), et très inférieur au taux de fraude sur les paiements par carte à distance" : je voudrais bien savoir d'où on peut sortir cette statistique, dans la mesure où, justement, le problème du paiement sans contact est qu'il est impossible de savoir d'où vient le piratage s'il y en a un !
Pour ma part j'ai fait remplacer ma CB avec paiement sans contact par une CB ordinaire, et je le regrette d'autant moins que j'en n'ai toujours pas compris l'intérêt : en dessous de 20 €, je paie en liquide, au-dessus en CB sans me poser de questions, point-barre !
a écrit le 01/12/2015 à 11:23 :
Le libre Marché grand ouvert aux quatre vents prospère massivement avec les faiseurs de tendances. Malgré la C.N.I.L. presque toutes les grandes banques ont imposé à leurs con-sommateurs les cartes avec paiements sans contact. Les hommes sont devenus "scotchés" à leurs smartphones et ordis, la réactivité immédiate étant leur quasi seule boussole, à la place de valeurs ou repaires abandonnés.
a écrit le 01/12/2015 à 11:00 :
Une démarche insidieuse de plus visant à contrôler votre argent via l'utilisation du paiement informatique et visant à terme à supprimer les chèques puis l'argent en espèce.
Réponse de le 23/02/2016 à 2:44 :
Exact,et la disparition des espèces rendra l argent prisonnier des banques:,en cas de risque de faillites,plus possible de le retirer,les banques ont droit de se renflouer sur le client maintenant et pourront imposer des taux négatifs,sans compter que l État peut se saisir de ce qu il veut suite à ses propres erreurs de gestion pour se renflouer.
a écrit le 01/12/2015 à 10:11 :
Société de consommation et de gaspillage quand tu nous tiens! 20€ par utilisation par jour ! Soit 600€ par mois. Heureux nos compatriotes qui disposent de cette trésorerie disponible une payées les charges fixes. Les banquiers font joujou avec nos vies et voudraient nous faire croire que nous nous en amusons.
a écrit le 01/12/2015 à 9:16 :
en angleterre, ils avait reussit a contourner cette limite de 20 . Elle etait testee pour 20 £ mais si on payait dans une autre devise, un montant plus grand etait autorise. par exemple vous pouviez prelever 2000 € ...

franchement le gain de ne pas devoir sortir sa carte et taper son code par rapport au risque en vaut il la chandelle ?
Car si quelqu un reussi a usurper votre carte, comment allez vous prouver que c est pas vous ?
a écrit le 01/12/2015 à 7:40 :
1 fois sur 2 ca ne fonctionne pas !!!
De plus limité à 20 euros ca limite

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :