Norvège : le fonds souverain passe les 1.000 milliards de dollars, soit 2,7 fois le PIB

 |   |  384  mots
Avec 5,3 millions d'habitants, la Norvège représente moins de 0,1% de la population mondiale.
Avec 5,3 millions d'habitants, la Norvège représente moins de 0,1% de la population mondiale. (Crédits : Flickr/401(K) 2012)
Créé en 1990 pour recueillir les revenus tirés de l'exploitation pétrolière et gazière afin d'en faire profiter les générations futures, ce fonds détient 1,3% de la capitalisation boursière mondiale.

À sa création, les projections initiales voyaient le fonds souverain norvégien atteindre un pic de valeur dans les années 2020, autour de 1,3 fois le PIB du pays. L'estimation a pu paraître optimiste il y a 30 ans de cela et pourtant, elle a largement sous-évalué les performances de ce qui est désormais le fond souverain le plus important au monde. Tiré par le dynamisme des Bourses et par la vigueur de l'euro, celui-ci a atteint mardi le montant record de 1.000 milliards de dollars. La mise à jour en direct de la valeur du fonds sur son site internet donnait en effet à 10h34 GMT un montant de 7.851 milliards de couronnes, soit 1.000 milliards de dollars ou 835 milliards d'euros.

Créé en 1990 pour recueillir les revenus tirés de l'exploitation pétrolière et gazière afin d'en faire profiter les générations futures, ce fonds  - il commence à être abondé en 1996 et à pouvoir investir sur les places boursières en 1998 - vaut désormais environ 2,7 fois plus que le produit intérieur brut de la Norvège (370,6 milliards de dollars en 2016, selon la Banque mondiale).

1,3% de la capitalisation mondiale

Placé sous la tutelle de la banque centrale norvégienne, ce fonds investit l'intégralité de ses ressources dans des actions, des obligations et des placements immobiliers à l'étranger, avec des participations réparties dans un total de 77 pays. Quasiment deux tiers de ses actifs étaient des actions à la fin du deuxième trimestre, avec des parts dans environ 9.000 entreprises lui permettant de posséder 1,3% de la valeur globale des marchés actions dans le monde. Un ratio qui monte à 2,3% pour la capitalisation européenne.

À cause de la chute du prix des hydrocarbures, Oslo puise désormais plus dans le fonds qu'il ne parvient à y placer. Cette pratique est toutefois très encadrée : pour éviter que le bas de laine ne finisse par rétrécir, l'équipe de droite au pouvoir a décidé d'abaisser à 3%, contre 4% auparavant, le plafond des ponctions autorisées. Malgré les "retraits" de l'État, le fonds parvient tout de même à générer de l'argent. Pour l'ensemble du premier semestre, le rendement global s'élevait ainsi à 6,5%, soit un gain de 499 milliards de couronnes, le résultat le plus élevé de l'histoire du fonds.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2017 à 16:29 :
Nous, on a pas de pétrole mais on a des idées, surtout celles imposées par les autres, l'UE de Bruxelles, que l'on appelle "réformes"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :