JPMorgan et Microsoft forment une grande alliance dans la Blockchain

 |   |  443  mots
De BP à Telindus, en passant par une flopée de banques et de géants de la tech, une trentaine d'entreprises se sont unies au sein de cette alliance pour développer Ethereum, un type de Blockchain permettant de créer des contrats intelligents (smart contracts).
De BP à Telindus, en passant par une flopée de banques et de géants de la tech, une trentaine d'entreprises se sont unies au sein de cette alliance pour développer Ethereum, un type de Blockchain permettant de créer des contrats intelligents (smart contracts). (Crédits : EEA)
Santander, ING et UBS sont aussi de cette alliance, aux côtés d'Intel et de BP, dans le but d'élaborer des standards d'utilisation de cette technologie émergente de stockage et de transmission d'information.

Une trentaine d'entreprises, principalement des secteurs de la banque et de la technologie, viennent d'annoncer ce mardi la création d'un vaste consortium, "Enterprise Ethereum Alliance", autour d'un projet fondé sur la Blockchain, la technologie novatrice de stockage et de transmission d'informations dite de "chaînes de blocs" (le sous-jacent de la monnaie virtuelle Bitcoin), que l'on compare volontiers à "un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable".

La première banque américaine, JPMorgan Chase, mais aussi les espagnoles Santander et BBVA, la néerlandaise ING, Crédit Suisse et UBS, et la taïwanaise Fubon Financial, se sont associées à Microsoft et Intel, Accenture et Thomson Reuters, ainsi que le géant pétrolier BP et des startups (Brainbot, ConsenSys, BlockApps, String Labs, etc) dans l'objectif d'élaborer des standards d'utilisation d'Ethereum, un type de Blockchain, un protocole d'échanges décentralisés permettant de créer des "contrats intelligents" (smart contracts), qui a le potentiel de révolutionner de nombreux champs d'activité, du paiement au commerce international.

Ethereum est un type de Blockchain développé par le jeune programmeur russo-canadien Vitalik Buterin (23 ans), qui était présent au lancement de l'alliance ce lundi.

Blockchain mode d emploi

[Blockchain, comment ça marche ? Crédit : Blockchain France]

Exploration des cas d'usage

Certains participants décrivent cette alliance au New York Times comme une façon de s'assurer une autre option que celle poussée par IBM, le projet collaboratif Hyperledger, lancé par la Fondation Linux, dont Intel, Accenture et JPMorgan font aussi partie, aux côtés d'Airbus et BNP Paribas par exemple. En parallèle, une soixante d'entreprises financières se sont associées au sein de la "startup" R3 CEV, un consortium développant des applications commerciales de la technologie Blockchain, autour des données de connaissance client (le "KYC") par exemple, qui a subi une série de défections (Morgan Stanley, Goldman Sachs, Santander) ces derniers mois. D'autres institutions financières, telles que Citigroup, Capital One, Nasdaq ou Visa, ont investi dans la startup californienne Chain Inc (aux côtés du français Orange Digital Ventures) qui veut bâtir une infrastructure blockchain dédiée aux services financiers.

La vaste alliance Enterprise Enthereum montre à quel point les grandes multinationales, en particulier de la finance, prennent au sérieux cette nouvelle technologie. Pour autant,celle-ci n'est pas encore mature, relève Antoine Oliveau, associé chez Deloitte, spécialiste des stratégies d'innovation dans la banque.

« La Blockchain en est encore dans la phase d'exploration des cas d'usage et son développement se fait à un rythme beaucoup plus lent qu'anticipé. Son déploiement à grande échelle ne se fera pas avant 2020-2025 » prédit-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2017 à 17:25 :
Je pense que ceux qu'il y a quelques mois publiaient des papiers admiratifs sur la blockchain vont commencer à déchanter. Deux empires économiques de la sorte qui commencent à mettre la main dessus est définitivement une mauvaise nouvelle pour tous les partisans, comme moi, de la transparence des transactions.

Le capitalisme étant incarné par les actionnaires majoritaires tient toujours parce qu'il a toujours su avaler tout ce qui aurait pu le contrecarrer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :