La banque qui aide les jeunes à épargner, Chime, lève 18 millions de dollars

 |   |  701  mots
Le slogan de Chime : « Des services bancaires plus malins pour la génération mobile. » La néobanque promet les conditions générales  « probablement les plus sympas du monde. »
Le slogan de Chime : « Des services bancaires plus malins pour la génération mobile. » La néobanque promet les conditions générales « probablement les plus sympas du monde. » (Crédits : DR)
La startup américaine a séduit le fonds franco-chinois Cathay Innovation, le fondateur d'eBay Pierre Omidyar et l'assureur-vie Northwestern Mutual. Sans frais, cette banque mobile aide ses jeunes clients à épargner automatiquement par arrondi à chaque achat. Une vraie rupture au pays de la vie à crédit.

Une banque qui ne se frotte pas les mains dès que vous êtes à découvert, mais au contraire joue les anges gardiens en vous incitant à épargner, automatiquement, à chaque fois que vous utilisez votre carte de paiement. « Un compte bancaire conçu dans votre intérêt, qui assure vos arrières » : telle est la promesse de Chime, une néobanque californienne qui va à rebours de la culture américaine de la consommation à crédit mais aussi des « pratiques prédatrices des banques traditionnelles » qu'elle dénonce.

Son slogan :  « Des services bancaires plus malins pour la génération mobile ».

Lancée il y a trois ans, Chime ("coïncider, s'accorder" en anglais) a ouvert un peu plus de 500.000 comptes aux États-Unis. La startup n'a pas de licence bancaire mais opère en partenariat avec Bancorp sous marque blanche; elle propose un compte courant, une carte de débit Visa et un compte d'épargne, le tout piloté depuis une application, qui signale aussi les distributeurs de billets sans commission à proximité.

Chime vient de boucler une nouveau tour de table, de 18 millions de dollars, mené par le fonds franco-chinois Cathay Innovation, Omidyar Network, la société d'investissement philanthropique du fondateur d'eBay, Pierre Omidyar, et l'assureur-vie américain Northwestern Mutual.

Pas de frais de tenue de compte

La startup de San Francisco avait déjà levé 21 millions de dollars en quatre tours de table, auprès notamment d'Aspect Ventures et de Crosslink Capital qui ont réinvesti.

« C'est la banque mobile des Millennials, avec un business model original : Chime ne prélève pas de frais mais est rémunéré par des commissions des commerçants sur les transactions réalisées avec la carte Visa. Sa mission est d'aider les gens à mieux gérer leurs finances et à épargner sans effort », nous confie Denis Barrier, le cofondateur et directeur de Cathay Innovation, qui a récemment bouclé son premier véhicule d'investissement de 287 millions d'euros.

« Son appli est extrêmement bien notée et les clients la consultent tous les jours. Nous regardons le secteur Fintech partout dans le monde et nous n'avons jamais vu un service bancaire susciter autant d'intérêt auprès des clients. Avec une croissance à trois chiffres du nombre de comptes ouverts, Chime est devenu le leader sur le segment des challengers du secteur bancaire aux Etats-Unis », observe-t-il.

La fondation de Pierre Omidyar, qui finance des ONG ou des entreprises favorisant notamment l'inclusion bancaire, aurait été justement séduite par l'aspect "social" de la démarche de Chime. La fonction (optionnelle) d'épargne automatique permet de mettre un peu d'argent de côté à chaque paiement avec la carte (à l'arrondi au dollar supérieur) ou à chaque virement de son salaire (10% par défaut).

Les conditions "les plus sympas du monde"

Avec un discours assez proche des néobanques européennes comme l'allemande N26 ou le Compte Nickel en France, la startup américaine insiste sur l'absence de frais cachés, l'impossibilité d'être à découvert et des conditions générales « probablement les plus sympas du monde : si elles pouvaient vous faire un câlin, elles le feraient », assure Chime.

« Regardez les titres des médias, il est clair que les banques américaines traditionnelles continuent de décevoir des millions d'Américains avec des pratiques antagonistes et des structures de frais opaques », fait valoir Chris Britt, le cofondateur et directeur général de Chime, dans un communiqué. « Cette levée de fonds nous aidera à développer rapidement cette nouvelle approche de la banque mobile qui améliore réellement la vie financière des gens. »

La néobanque estime à 329 dollars par an le montant moyen des frais et commissions facturés par les banques aux clients.  Elle souligne que plus de la moitié des Américains disposent de moins de 500 dollars d'économies sur leurs comptes, selon Bankrate. Ses membres auraient triplé le montant moyen mis de côté grâce à son système d'épargne automatique.

L'assureur Northwestern Mutual devrait distribuer à ses clients l'offre Chime qui pourrait s'avérer complémentaire de celle de LearnVest, la Fintech spécialiste de la gestion des finances personnelles qu'il avait rachetée en 2015 pour 250 millions de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :