La carte bancaire va devenir biométrique et se dématérialiser

 |   |  749  mots
La carte sans contact biométrique, conçue par Oberthur Technologies-Morpho (devenu Idemia), est équipée d'un lecteur d'empreinte digitale. Encore au stade du prototype, elle sera testée courant 2018 avec des clients avertis.
La carte sans contact biométrique, conçue par Oberthur Technologies-Morpho (devenu Idemia), est équipée d'un lecteur d'empreinte digitale. Encore au stade du prototype, elle sera testée courant 2018 avec des clients "avertis". (Crédits : CB)
Concurrencé par le numérique, le moyen de paiement préféré des Français doit se réinventer. La carte sans contact sera bientôt équipée d’un lecteur d’empreinte digitale pour valider des paiements plus importants. L’arrivée du paiement instantané risque de lui prendre des parts de marché mais la carte peut aussi être dématérialisée dans le smartphone.

Ce petit rectangle de plastique, qui est devenu le moyen de paiement préféré des Français depuis 2003, survivra-t-il à la vague numérique ? Le sujet était au cœur des débats du Forum CB organisé ce jeudi par le Groupement cartes bancaires CB à Paris. Le président du conseil de direction du GIE, Pascal Célérier, par ailleurs directeur général adjoint de Crédit Agricole S.A., en charge du pôle fonctionnement et transformation, a fait valoir que l'usage de la carte est loin d'être en déclin :

« Le digital va-t-il tuer la carte bancaire ? C'est la théorie de certains, mais dans la pratique, on constate que la CB ne s'est jamais aussi bien portée,  avec plus de 12 milliards de transactions en 2016 et près de 600 milliards d'euros de chiffre d'affaires, c'est-à-dire 40% des dépenses de consommation interne des ménages français », a relevé Pascal Célérier.

« Les banquiers savent dématérialiser, la carte a été dématérialisée et téléportée dans le smartphone, par exemple avec Paylib. La carte, ce n'est pas le plastique, c'est tout le système technique de lutte contre la fraude et le réseau d'acceptation », a-t-il souligné.

Cependant, la solution franco-française Paylib de paiement en ligne n'est pas universelle : conçue au départ par la BNP, la Société Générale et la Banque Postale, rejointes par le Crédit Agricole, les Banques populaires et Caisses d'Epargne et Crédit Mutuel Arkéa, elle a été étendue au paiement mobile (sous Android) sans contact en magasin. Elle décolle très doucement : elle approche du million d'utilisateurs sur plus de 40 millions de porteurs de cartes. Paylib doit notamment affronter la concurrence de Paypal mais aussi de toutes les solutions propriétaires comme Apple Pay pour iPhone (les données d'usage sont confidentielles), Android Pay, Samsung Pay.

Argent plastique et empreinte digitale

Le Groupement Cartes Bancaires ne possède pas de statistiques sur le paiement mobile, qui est reconnu par le terminal en magasin comme une transaction sans contact. Or, les Français se sont clairement mis au sans-contact, qui explose : le nombre de transactions est en croissance à trois chiffres et a doublé depuis un an. Il devrait dépasser le milliard sur l'ensemble de l'année et de l'ordre de 11 milliards d'euros.

Le passage progressif du plafond sans code de 20 à 30 euros, désormais officiel mais seulement pour les cartes nouvellement émises, va encore doper les usages. Cependant, une innovation permettra bientôt de s'affranchir de ce seuil et du code : la carte biométrique. Présentée au Forum CB, cette carte, développée par Oberthur Technologies-Morpho (rebaptisé récemment Idemia), intègre un lecteur d'empreinte digitale mais n'est pas plus épaisse qu'une carte classique, donc compatible avec les terminaux existants.

Encore au stade de prototype, cette carte biométrique sans contact fera l'objet d'expérimentations pilotes avec des clients « avertis » dans le courant de 2018. Cet ajout de la biométrie pourrait convaincre les derniers consommateurs réticents à utiliser le sans contact, alors que les cas de fraude sont pourtant « caractérisés quasi exclusivement par le vol de la carte et sans vulnérabilité technologique avérée sur ce canal de paiement », selon l'observatoire de la sécurité des moyens de paiements de la Banque de France.

Paiement en temps réel

Or, la biométrie est plutôt bien perçue par les Français. Selon la dernière enquête annuelle Digital Payments Study de Visa, 79% des consommateurs français considèrent que « les solutions biométriques offrent un moyen sûr d'authentification », et ce, tant chez les baby-boomers que chez les Millennials. Le scan des empreintes digitales et de l'iris de l'oeil sont perçus comme « les moyens les plus sûrs d'authentification biométrique » (71% et 68%, respectivement).

Cette technologie pourrait donc donner une nouvelle jeunesse à la carte. Cependant, l'arrivée du paiement instantané dans toute l'Europe l'an prochain risque de lui faire de la concurrence. Ce virement en temps réel, irrévocable, sera bien accueilli par les commerçants mais sera sans doute davantage plébiscité pour les transferts d'argent entre particuliers que pour les gros achats, alors que certaines cartes permettent le débit différé.

 « L'Instant Payment va trouver son usage, il y aura plutôt cohabitation que réelle concurrence », a estimé Loÿs Moulin, le directeur du développement du Groupement CB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2017 à 14:45 :
Un code secret sera toujours plus fiable qu'une empreinte digitale. Une empreinte peut très facilement être récupérée sur un verre, une poignet de porte etc et tout aussi facilement duplicable (impression sur un feuille plastique pour projecteur pour obtenir du relief + colle à bois pour simuler la peau).

Par contre, pirater un cerveau pour en extraire un code secret, c'est une autre affaire.

La biométrie type empreinte digitale c'est vendre une illusion de sécurité au prix fort, rien de plus.
a écrit le 08/10/2017 à 16:28 :
COMBLE DE L HORREUR : DANGER EN ETHIQUE ET LIBERTES FONDAMENTALES
Réponse de le 08/10/2017 à 19:47 :
Puce dans le crane pour achever....... police politique
Réponse de le 08/10/2017 à 19:48 :
Puce dans le crane pour achever....... police politique : roumanie ceaucescu et rda ACTUALISEES
Réponse de le 09/10/2017 à 9:33 :
"roumanie ceaucescu et rda ACTUALISEES"

Heu non, faut arrêter les obsessions c'est très mauvais pour le raisonnement parce que ne pas voir que les banques ne sont que le pur produit du capitalisme et rien d'autre c'est de l'aveuglement total.

Arrêtez d'avoir peur et pensez.
a écrit le 08/10/2017 à 8:58 :
Méfiance !!!!!!!!!!!!
a écrit le 07/10/2017 à 22:37 :
ca va etre genial le jour ou vous avez une fuite de donnees comme celle qui a eut lieux aux USA. changer un mot de passe est simple mais changer ses empreintes digitales ???
comment peut on imaginer des systemes aussi dangeureux ?
en plus c est meme pas securisé : vous avez pas besoin de couper le doigt de la victime, il suffit de dupliquer son empreinte sur une espece de gelatine

la cerise sur le gateau etant evidement la carte sur le telephone, histoire de bien tracer les gens.
a écrit le 07/10/2017 à 21:59 :
Les banques rackettent un abonn carte, et 0.5% de com sur C.A, exo totale de la grande distrib. ! Chèques et espèces non payant à utiliser au max. Les banques font trop de profits sur CB
a écrit le 07/10/2017 à 3:52 :
Si elle fonctionne avec Androïd Google enregistre tout
a écrit le 06/10/2017 à 19:03 :
La carte bancaire le moins possible, les espèces où le chéquier résistons....
Réponse de le 11/10/2017 à 9:35 :
LA RESISTANCE S'ORGANISE ALLONS-Y CAMARADES !!!
a écrit le 06/10/2017 à 13:45 :
En attendant, il existe déjà des moyens de payer entièrement numérique et futuriste : Bitcoin!
a écrit le 06/10/2017 à 13:33 :
La biométrie, cette technologie pas encore au point : j'avais vu un reportage de cash investigation sur la technologie biométrique dans les aéroports. Les portes s'ouvraient même si l'empreinte ne correspondait pas à celle du passeport... Quelle sécurité quand même...
a écrit le 06/10/2017 à 12:42 :
Pour information, il existe encore des cartes sans le "sans contact".
Réponse de le 09/10/2017 à 14:39 :
En effet, l'@ccess MasterCard n'a pas l'option sans contact par exemple (c'est pour cela que je l'ai choisi à l'origine).

Cependant, il est très facile de bloquer cette fonctionnalité sur les autres cartes. Il suffit de percer la carte au niveau des connecteurs NFC (visible par transparence via une lampe torche dernière la carte). C'est radicale et bien plus fiable qu'une simple désactivation à distance.
a écrit le 06/10/2017 à 12:38 :
D'un coté il y a les Elites ( pas Mme et M tout le monde , qui ont les postes de pouvoir deja decidé a leur naissance 😂)
ne veulent pas perdre leur privilege ( d'ou cette nouvelle carte)
de l'autre coté vous avez la population qui recoit les changements ( en pleine tronche) notament les personnes agées , qui ne peuvent plus deplacer car les banques ont supprimer 5000 postes et 2000 agences et plus sans oublier la dernier categorie : les charlatants et les escrocs... quel beau monde , n'est ce pas ?
en fait on doit situer la " démocratie ou"?
a écrit le 06/10/2017 à 11:09 :
Les banques imposent leurs visions de l'ultra libéralisme, l'état et les citoyens doivent obéir à leur injonctions.
a écrit le 06/10/2017 à 10:27 :
Donc maintenant dans les vols avec violence de carte bleu; il y aura aussi pince coupante et doigt arraché.
Perso je prendrai l’empreinte du petit doigt d’en la main gauche...;-(
Réponse de le 06/10/2017 à 14:47 :
Et avec la reconnaissance par pupille?l'oeil droit ou gauche?
a écrit le 06/10/2017 à 9:21 :
De toutes façons en néolibéralisme nous n'aurons pas d'autres choix que de suivre ce que nous imposent les banques, comme d'habitude.
Réponse de le 06/10/2017 à 16:38 :
Font-elles machines à laver ?
Réponse de le 06/10/2017 à 19:17 :
Ha oui ,mais c'est dommage
Réponse de le 08/10/2017 à 19:41 :
Ça pour être dommage...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :