La Russie pourrait autoriser le Bitcoin en 2018

 |   |  267  mots
En 2014, la Russie a justifié son interdiction des crypto-monnaies en invoquant une lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.
En 2014, la Russie a justifié son interdiction des crypto-monnaies en invoquant une lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. (Crédits : BENOIT TESSIER)
Alors que les crypto-monnaies étaient interdites en Russie depuis 2014, le gouvernement de Vladimir Poutine serait en train de revoir son jugement.

Légaliser le Bitcoin pour mieux le contrôler ? L'hypothèse a été avancée ce mardi dans Bloomberg par Alexey Moiseev, ministre adjoint russe des Finances. En accord avec la Banque centrale, le pays pourrait autoriser le Bitcoin et les crypto-monnaies en 2018. Objectif affiché : renforcer sa lutte contre le blanchiment d'argent. "L'Etat doit savoir à chaque instant qui se situe des deux côtés de la chaîne financière", assure Alexey Moiseev. "Lorsqu'il y a une transaction, les personnes qui la facilite devraient pouvoir comprendre à qui ils ont acheté et à qui ils vendent, tout comme les opérations bancaires", poursuit-il.

Le Bitcoin accusé de faciliter le blanchiment d'argent

Réputé pour l'anonymat de ses transactions, le Bitcoin a été perçu par la Russie comme un moyen de faciliter des activités criminelles. Car cette monnaie virtuelle s'échange sans passer par l'intermédiaire de banque ou de sociétés tierces de paiement en ligne, comme PayPal. En 2014, la Russie a justifié son interdiction des crypto-monnaies en invoquant une lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. En avril dernier, le pays est allé plus loin. Le ministre des Finances envisageait de punir les utilisateurs de crypto-monnaies avec une amende pouvant aller jusqu'à 38.000 dollars et 7 ans de prison, rapportait alors Bloomberg.

| LIRE AUSSI : Bitcoin: monnaie dangereuse mais technologie vertueuse?

Le manque de traçabilité des monnaies virtuelles n'inquiète pas seulement le gouvernement de Vladimir Poutine. En février dernier, Pékin a annoncé un durcissement des contrôles sur la monnaie virtuelle, tentant d'enrayer les fuites de capitaux hors du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :