LCL prévoit de fermer près de 250 agences à l'horizon 2020, sans licenciement

 |   |  338  mots
La filiale de Crédit agricole SA mise principalement sur les départs en retraite et précise qu'elle maintient  l'objectif d'embaucher en moyenne 1.000 CDI par an au moins jusqu'en 2018.
La filiale de Crédit agricole SA mise principalement sur les départs en retraite et précise qu'elle maintient l'objectif "d'embaucher en moyenne 1.000 CDI par an au moins jusqu'en 2018". (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
La filiale de Crédit Agricole compte fermer près de 250 agences d'ici à 2020, soit 13% de son réseau, une nouvelle réorganisation qui se traduirait par "350 à 400 suppressions d'emplois" sans licenciement, selon Force ouvrière, contactée jeudi par l'AFP.

Après la Société Générale mercredi, la banque LCL a annoncé, jeudi 10 mars, une nouvelle "organisation". Les syndicats ont été informés par le directeur des ressources humaines de la mise en œuvre d'un projet visant "280 fermetures d'agences à horizon 2020, avec 350 à 400 suppressions d'emplois", a indiqué Philippe Kernivinen, délégué national FO. Seules les agences secondaires, qui fonctionnent avec 2 ou 3 salariés, seraient concernées, précise-t-il.

La direction a assuré "qu'il n'y aurait pas de licenciement", mais plutôt "des mobilités fonctionnelles et géographiques et des départs naturels", selon le syndicaliste.

LCL dément les chiffres avancés sur les suppressions de postes

Interrogée par l'AFP, la direction confirme uniquement qu'une "reconfiguration d'agences" est envisagée en raison d'une baisse de fréquentation, mais conteste les chiffres avancées par FO. Selon un porte-parole, LCL souhaite réduire son réseau de 1.887 agences actuellement à 1.640 en 2020, soit 247 fermetures.

Sur les suppressions de postes avancées par le syndicat, "on dément ces chiffres parce qu'il n'y a encore aucune projection précise à ce stade", ajoute le porte-parole.

La filiale de Crédit agricole SA mise principalement sur les départs en retraite et précise qu'elle maintient  l'objectif "d'embaucher en moyenne 1.000 CDI par an au moins jusqu'en 2018".

Réorganisation déjà annoncée en 2014

Une précédente réorganisation, annoncée en 2014, prévoyait plus de 1.600 suppressions de postes d'ici à 2018, principalement dans les agences mais aussi dans les services de back-office (après vente, support technique). Cette fois encore, il y a "des sites de back-office qui vont fermer, avec aussi des suppressions d'emplois", comme sur "le site de Bayeux qui emploie 150 salariés", déplore la FO.

Il y a deux ans, LCL prévoyait sur l'ensemble du plan la fermeture nette de 10 agences. Mais "ils ne respectent absolument pas leur projet", puisque le cumul net à fin 2016 devrait atteindre 49 fermetures, assure le délégué national FO.

(Avec AFP)

   | Lire aussi: Les banques ont supprimé 600.000 emplois dans le monde depuis 2008

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2016 à 9:36 :
Sale temps pour les banques également donc mais personne ne les pleure ne vous en faites pas et n’hésitez surtout pas à nous donner régulièrement des nouvelles de leur déroute, c'est plutôt agréable même, merci.
a écrit le 11/03/2016 à 1:07 :
A l'heure des banques en ligne, les agences font figure de dinausores qui ont oubliés de mourir. D'une manière générale, la banque elle-même n'a plus lieu d'être puisque son rôle dans la relance de l'économie réelle est quasi-nulle.
a écrit le 10/03/2016 à 21:13 :
moi je quitte lcl car ils me chassent en voulant me ponctionner deux euros par mois a compter d'avril pour avoir le privilege d'avoir un chargé de clientele toujours injoignable et personne qui traite en son absence
pour zero euro une banque en ligne est toujours joignable la carte bancaire est gratuite et lorsque l'interlocuteur est nul (ce qui arrive quand meme certes deux fois sur trois) il suffit de lui raccrocher au nez et de rappeler pour en avoir un autre
a écrit le 10/03/2016 à 20:52 :
De toute façon, les clients n'ont plus aucun services dans les banques. On doit tout
faire sans l'aide d'un conseiller. En plus, il faut avoir beaucoup de chance pour obtenir
un crédit. C'est terrible,partout la même chose, la Poste , la RATP , les supermarchés etc
Ils vont fermer 250 agences , encore du chômage en perspective.
a écrit le 10/03/2016 à 19:29 :
ou sont les imbéciles qui croyait et qui le disait qu'internet allait créer des emplois....la banque les assurances tous ces metiers et la vente directe vont etre totalement désorganisé... et on ne parle que du triomphe d'internet....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :