Le London Stock Exchange "continue de travailler dur" à la fusion avec Deutsche Börse

 |   |  245  mots
Dimanche, l'opérateur de la Bourse de Londres affirmait que le feu vert de Bruxelles au rapprochement était peu probable. Ce vendredi, le LSE assure qu'il œuvre toujours  à ce mariage.
Dimanche, l'opérateur de la Bourse de Londres affirmait que le feu vert de Bruxelles au rapprochement était peu probable. Ce vendredi, le LSE assure qu'il œuvre toujours à ce mariage. (Crédits : Reuters)
L'opérateur de la Bourse de Londres affirme ne pas avoir renoncé à son rapprochement avec le groupe allemand, qui semble pourtant s'être aussi fait une raison à l'abandon du projet.

C'est une petite phrase au milieu du communiqué des résultats annuels du London Stock Exchange Group (LSEG) publié ce vendredi matin. L'opérateur de la Bourse de Londres, qui a annoncé dimanche soir qu'il ne se plierait pas aux dernières exigences de la Commission européenne et qu'en conséquence il jugeait peu probable le feu vert de cette dernière à sa fusion avec son homologue allemand, écrit ainsi :

"Le groupe continue de travailler dur à sa proposition de fusion avec Deutsche Börse AG, en attendant l'issue de l'enquête approfondie (phase II) de la Commission européenne d'ici au 3 avril 2017."

Or mercredi, le patron de Deutsche Börse, Carsten Kengeter, avait lui-même reconnu que la fusion avait peu de chance d'avoir lieu.

"Nous nous sentons tout à fait préparés pour l'avenir" si le groupe doit continuer en solo. "Spéculer sur les raisons qui ont motivé notre partenaire de fusion serait sans intérêt."

C'est en effet le LSEG qui s'est refusé tout net à envisager la cession de sa participation dans la plateforme italienne d'échanges sur les marchés de MTS. Cependant, le directeur général du London Stock Exchange Group, le Français Xavier Rolet, ne s'est pas étendu sur la question vendredi. Un nouveau coup de théâtre semble peu probable au cours du mois à venir. Peut-être le groupe britannique veut-il simplement faire porter à Bruxelles l'entière responsabilité de l'échec de la fusion.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :