Nouvelle amende de 247 millions pour BNP aux Etats-Unis

 |   |  365  mots
La Réserve fédérale américaine a annoncé lundi avoir infligé une amende de 246 millions de dollars (environ 215 millions d'euros) à BNP Paribas pour des pratiques risquées et discutables sur le marché des changes dans les années 2007-2013.
La Réserve fédérale américaine a annoncé lundi avoir infligé une amende de 246 millions de dollars (environ 215 millions d'euros) à BNP Paribas pour des pratiques "risquées et discutables" sur le marché des changes dans les années 2007-2013. (Crédits : © Yuya Shino / Reuters)
La banque française annonce un accord avec la Fed américaine au sujet de ses pratiques passées de manipulations de taux de change. En mai elle avait déjà écopé d'une amende de 350 millions de dollars pour les mêmes faits.

La Réserve fédérale américaine a annoncé lundi avoir infligé une amende de 246 millions de dollars (215 millions d'euros) à BNP Paribas pour des pratiques "risquées et discutables" sur le marché des changes, où ses cambistes "achètent et vendent des dollars et d'autres devises pour les comptes de la banque ou de ses clients."

Fin mai, la banque française avait déjà écopé d'une amende de 350 millions de dollars du régulateur financier de New York (Department of Financial Services) pour les mêmes faits, qui remontent à la période 2007-2013.

"La firme [BNP] n'a pas su détecter ni apporter de solutions au fait que ses traders utilisaient des chatrooms électroniques pour communiquer avec des concurrents sur leurs positions de trading", justifie la Fed dans son communiqué. "La décision du conseil [de la banque centrale américaine] exige de BNP Paribas qu'elle améliore la supervision de sa direction et ses contrôles sur les activités de courtage sur les marchés des changes".

"Profonds regrets" de la banque française

La banque française souligne de son côté que "la Réserve Fédérale américaine a reconnu les initiatives d'amélioration entreprises" depuis.

"BNP Paribas regrette profondément ces manquements passés qui ont conduit à cet accord, et qui sont clairement en décalage avec les standards de haut niveau mis en œuvre par le groupe. Gérer l'activité de manière responsable et éthique constitue un principe essentiel pour BNP Paribas qui continuera à progresser dans ce domaine pour exercer ses responsabilités vis-à-vis de l'ensemble de ses parties prenantes" assure la banque de la rue d'Antin dans son communiqué.

En janvier, la Fed avait interdit toute activité à vie sur le marché des changes à un ancien trader de BNP Paribas, Jason Katz. Elle a également interdit à la banque  de ré-embaucher toute personne ayant été impliquée dans ces manipulations de taux de change. En se concertant sur des forums de discussion en ligne, les opérateurs de marché parvenaient à infléchir les cours de certaines devises (notamment le rand sud-africain, le forint hongrois, la livre turque) et à empocher ainsi des plus-values indues.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2017 à 0:47 :
1/ Il s'agit clairement d'une nouvelle demande de rançon exigée par les autorités américaines. Comment réagira la France ? L'Union Européenne ? 2/ Le Management de la Banque, qui ne contrôle rien, est particulièrement lamentable et devrait démissionner.
a écrit le 18/07/2017 à 14:21 :
Si il y a eu triche, c'est toujours au détriment de quelqu'un. En l'occurrence, les clients.
Donc, si je comprends bien, les USA sont dédommagés mais qu'en est-il de tous les clients français qui ont été floués ?
Réponse de le 20/07/2017 à 6:11 :
Le boursicoteur français veut du rendement et BNP et consœur lui en donne ...
Pour ça , en modifiant des taux de change ils ont pu acheter et vendre des devises pour récupérer entre les opérations une plus value pour leurs clients !
Ce n'est pas le client qui ce fait flouer , c'est les pays attaqués sur leurs monnaies qui payent .

Si les EU ont réclamé des sanctions c'est que ses opérations ont été effectué en $ US et ça ils l'interdisent .

a écrit le 18/07/2017 à 10:05 :
Décidemment, BNP collectionne les déboires avec la justice financière américaine.
Au moins cette fois-ci l'amende est moins salé du fait qu'ils ont tout de suite cherché à négocier une indemnisation à l'amiable. Toute fois, ces banquiers qui ont grugé le système mériterait aussi un procès en France car à cause d'eux, des milliards d'euros n'ont pas été récupéré par le trésor public français en impôt sur les sociétés.
a écrit le 18/07/2017 à 9:07 :
Où l'on sait que les circuits d'argent de blanchiment de la mafia et financiers sont indissociables et au final à se demander si mafia et finance ne sont pas le même chef d'orchestre.

Notons par contre comme la personne morale a bon dos, quand il y a des malversations et il y en a beaucoup, contrairement à vos confrères des médias de masse vous les répertoriez et depuis que je viens des magouilles de banquiers j'ai ai lu plusieurs dizaines ici, ainsi quand ils se font choper ils font sauter un fusible, un laquais quelconque, et peuvent recommencer aussitôt après.
a écrit le 18/07/2017 à 7:41 :
" La banque française annonce un accord avec la Fed américaine au sujet de ses pratiques passées de manipulations de taux de change "

je ne sais pas vous , mais cette phrase résume une situation inquiétante et brise le principe fondamental de l'économie notamment le marché .

Comment peut on encore faire confiance à un soit disant marché où certains acteurs (les banques et les autres institutions ) ont le pouvoir de manipuler les cours au détriment des petits boursicoteurs
a écrit le 18/07/2017 à 4:31 :
"Profonds regrets", c'est sur faut payer.bnp: le non sens.
a écrit le 17/07/2017 à 23:01 :
Et nous ne faisons pas payer les banques us pour la crise économique démarrée en 2008. "Logique", non..?? Pourtant, Roosevelt avait mandaté Ferdinand Pecora...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :