Paiements : LBO record de 4,45 milliards d'euros en Scandinavie

 |   |  436  mots
L'an dernier, Nets a lancé Dankort une carte de paiement sans contact qui peut aussi être intégrée dans son smartphone pour du paiement mobile.
L'an dernier, Nets a lancé Dankort une carte de paiement sans contact qui peut aussi être intégrée dans son smartphone pour du paiement mobile. (Crédits : Nets)
Le numéro un scandinave des paiements Nets, qui avait annoncé en juillet avoir été approché, a accepté l'offre du fonds d'investissement américain Hellman & Friedman. Il s'agirait du plus gros rachat par endettement (LBO) en Europe depuis mars 2013.

Tout juste un an après son introduction en Bourse sur le Nasdaq de Copenhague, le numéro un scandinave des paiements, Nets, vient d'accepter l'offre de rachat du fonds d'investissement américain Hellman & Friedman pour 33,1 milliards de couronnes (4,45 milliards d'euros) en cash.

Il s'agirait du plus gros rachat par endettement (LBO) en Europe depuis mars 2013 selon le Financial Times - dépassant celui du fabricant de médicaments génériques Stada. Au vu du montant, le fonds de private equity californien s'est associé au fonds souverain de Singapour, GIC, au sein d'un consortium.

Des actionnaires représentant 46% du capital de Nets ont accepté l'offre, recommandée par le conseil d'administration qui la présente comme "la meilleure alternative sur la table".

"Nous pensons que Hellman & Friedman est un propriétaire responsable, axé sur la croissance, qui sera en mesure d'adopter une approche stratégique de long terme au bénéfice des actionnaires" a déclaré le président du conseil d'administration, Inge Hansen dans un communiqué.

Bulle du private equity ou des paiements ?

Est-ce le signe d'une bulle du private equity, qui ne sait plus quoi faire de ses milliards de poudre sèche ("dry powder", les fonds levés non investis) ? Le danois Nets, issu de la fusion de plusieurs systèmes de paiement des banques des pays nordiques, avait été vendu par celles-ci en 2014 à d'autres fonds, Advent, Bain Capital et le fonds de pension danois ATP, qui l'avaient ensuite mis en Bourse. Il ne sera pas facile aux nouveaux propriétaires de trouver de nouvelles sources d'économies ou de redressement des marges. La société avait annoncé avoir été approchée le 1er juillet dernier.

L'opération montre surtout le fort attrait des investisseurs pour le secteur des paiements, en pleine concentration. Cet été, l'américain Vantiv a racheté le britannique Worldpay 8 milliards de livres, le français Ingenico a acquis la Fintech suédoise Bambora pour 1,5 milliard d'euros, et les fonds Blackstone et CVC ont déboursé 3,3 milliards d'euros pour le britannique Paysafe. Ce n'est pas tout : le Paypal chinois, le géant  Ant Financial (de la galaxie Alibaba), se démène pour obtenir le feu vert du rachat à 1,2 milliard de dollars de Moneygram. Le fonds Permira a aussi investi dans la Fintech suédoise Klarna un ticket estimé à environ 250 millions de dollars sur la base d'une valorisation de 2,5 milliards. Les nouveaux propriétaires de Nets ont probablement l'intention de réaliser d'autres opérations de consolidation en Europe, en s'appuyant sur la plateforme de l'entreprise nordique, en avance en matière de paiement numérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :