Une Blockchain de commerce international pour PME lancée par SocGen, Natixis & co

 |   |  773  mots
La technologie sous-jacente du Bitcoin peut faciliter et sécuriser des échanges dans de nombreux cas, en particulier le commerce international, en connectant les différentes parties prenantes d'une transaction, l'acheteur, la banque de celui-ci, le vendeur et sa banque, le transporteur.
La technologie sous-jacente du Bitcoin peut faciliter et sécuriser des échanges dans de nombreux cas, en particulier le commerce international, en connectant les différentes parties prenantes d'une transaction, l'acheteur, la banque de celui-ci, le vendeur et sa banque, le transporteur. (Crédits : IBM.)
Le consortium européen Digital Trade Chain, qui inclut notamment HSBC et Deutsche Bank, a choisi lBM pour construire une plateforme de financement pour les PME européennes. Logé dans le cloud du groupe américain, cet outil de suivi 100% numérique des transactions promet d'être plus rapide, moins cher et plus sûr.

Les banques européennes ne sont pas à la traîne en matière de Blockchain, cette technologie émergente de stockage et transmission d'informations, sous-jacente du Bitcoin. Un consortium de sept banques parmi les plus grandes européennes, HSBC, Deutsche Bank, Société Générale, Natixis, UniCredit, Rabobank et KBC, constitué en janvier pour lancer une plateforme de financement du commerce international destinée aux PME, reposant sur cette technologie des « chaînes de blocs », vient d'en donner le coup d'envoi.

La « Digital Trade Chain » a choisi l'américain IBM pour construire cette plateforme numérique et l'héberger dans son « cloud » (sur ses serveurs informatiques), à l'issue d'un appel d'offres international auxquels ont répondu sept SSII. Le développement a démarré et les premiers tests auront lieu cet automne, les premiers clients en pilotes réels d'ici à la fin de l'année.

« Dans une première phase, ce sera une solution destinée aux PME pour le commerce intra-européen. Sur une même interface, sur une application comme on peut le faire sur Uber, les services import-export ou achats de PME pourront suivre, de la validation du bon de commande jusqu'au règlement, toute leur transaction », nous explique Anne-Claire Gorge, responsable mondiale des produits de "trade service" à la Société Générale, qui suit ce projet.

Suivi 100% digital, plus rapide

Grâce à la technologie de registre distribué numérique, toutes les étapes de la transaction sont enregistrées de façon sécurisée ce qui accélérera le cycle de vie de la transaction et diminuera les échanges papier. De quoi alléger les tâches administratives des PME en digitalisant tout le processus de la chaîne d'approvisionnement.

 « Pour nos clients, ce n'est pas tant l'aspect technologique de la Blockchain et du smart contract, généré automatiquement par la plateforme, qui importe que la simplicité d'utilisation et le gain en efficacité. La technologie reste un moyen, pas une fin », souligne Anne-Claire Gorge.

La plateforme proposera trois niveaux de service : le paiement conditionnel (le contrat qui définit les conditions de paiement), en option l'engagement de la banque de l'acheteur (sur le modèle du crédit documentaire - un engagement irrévocable de paiement délivré par une banque à un exportateur - utilisé pour le grand commerce international), et en plus la possibilité du financement du différé de paiement par la banque du vendeur, ce qui pourrait être de 30 à 60 jours en fonction des réglementations et des pratiques,

Ce sera plus cher qu'un simple virement mais beaucoup moins qu'un crédit documentaire, qui peut coûter plusieurs centaines d'euros, est souvent long à mettre en œuvre et pas adapté à du commerce intra-européen, caractérisé par une certaine sécurité juridique et un temps de transport court.

« Nous espérons débloquer certains échanges qui ne se font pas aujourd'hui à cause de craintes de ne pas être payés, et favoriser le commerce intra-européen. Mais nous avons tous l'ambition d'élargir ensuite à d'autres zones géographiques », confie la responsable des produits de "trade service" de la Société Générale.

S'ouvrir à d'autres banques

Si HSBC finance largement le commerce vers et depuis l'Asie, où se trouvent les grands exportateurs, la Société Générale est présente en Russie et en Afrique notamment. Or, ces partenaires, qui sont aussi co-investisseurs pour certains (HSBC, Natixis et Société Générale) dans la startup R3 qui va développer des applications commerciales de la Blockchain, sont aussi concurrents sur certains marchés.

« Chaque banque pourra proposer d'autres services. Chacune définira aussi sa tarification, seule la solution technologique est mise en commun », relève Anne-Claire Gorge.

La  « Digital Trade Chain » sera bâtie sur la plateforme open source Hyperledger Fabric issue de la fondation Linux et développée par IBM (qui travaille notamment avec l'armateur danois Maersk pour digitaliser le suivi de transport maritime), réputée pour sa robustesse et sa longueur d'avance en la matière. Mais elle s'appuie initialement sur un prototype créé par la banque belge KBC, qui est allé chercher d'autres partenaires.

« Nous avons la conviction d'être les premiers à construire une plateforme réelle dans le commerce international. Dans ce domaine, on ne peut rien faire seul, il faut créer un réseau, il y a un enjeu d'adoption. Cette plateforme sera ouverte à d'autres banques, européennes dans un premier temps. Nous avons déjà de premiers entretiens avec certaines d'entre elles », précise Anne-Claire Gorge.

D'autres partenaires commerciaux pourraient à terme rejoindre la plateforme, notamment des transporteurs de fret et des agences de crédit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2017 à 14:21 :
Bolckchain et société générale... Heu ils sont où tout ceux qui voyaient un espoir dans cette innovation svp ? Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :