Grandeurs et misères de l’après COP

 |   |  1006  mots
Adoption de l'Accord de Paris en décembre 2015.
Adoption de l'Accord de Paris en décembre 2015. (Crédits : JACKY NAEGELEN)
Revers pour Obama sur son Clean Power Plan, guéguerre française entre Royal et Fabius pour la présidence de la COP jusqu'en novembre…le chemin vers la ratification de l’Accord de Paris, prévu le 22 avril prochain à l’ONU lors de la Journée de la Terre, est semé d'embûches.

Pour les observateurs des négociations sur le climat, le revers infligé mardi au président Obama par la Cour Suprême américaine, qui a décidé de suspendre le Clean Power Plan (CPP), pièce maîtresse de sa politique climatique, a un (mauvais) goût de déjà vu. Il rappelle en effet le souvenir funeste de la non ratification par les Etats-Unis du protocole de Kyoto, qu'ils avaient pourtant signé lors de la COP de 1997.

Mais, au-delà de la Maison Blanche, nombreux sont les observateurs pour qui cela ne remettra pas en cause les engagements pris par le président américain lors de la COP 21. Certes, le Clean Power Plan, qui doit permettre de diviser par trois les émissions des centrales à charbon d'ici à 2030, est un levier essentiel des engagements américains, qui consistent à réduire les émissions nationales de 26% à 28% entre 2005 et 2025. Mais d'aucuns jugent que d'autres éléments récents de la réglementation américaine, notamment la prolongation du crédit d'impôt pour les énergies renouvelables décidée en décembre, pèsent tout autant dans la capacité des Etats-Unis de respecter leurs objectifs.

Les grands électriciens américains maintiennent leurs plans de transition

D'ailleurs, plusieurs Etats américains, Californie et New York en tête, ont affirmé que cette décision ne modifierait en rien leurs projets et qu'ils continueraient à dérouler leur plan pour se mettre en conformité avec le Clean Power Plan, à savoir la réduction d'un tiers des émissions des centrales à charbon à l'horizon 2030. D'autres, au contraire, dont bien sûr les 27 qui ont attaqué le CCP, ont décidé d'interrompre leurs actions jusqu'à ce que la Cour Suprême rende son verdict définitif, ce qui a peu de chances d'arriver avant que Barack Obama quitte la maison Blanche en janvier 2017. D'autres encore continueront de poursuivre les mêmes objectifs mais s'octroient la liberté d'en choisir les moyens...

A l'international, de la Commission européenne au ministère français de l'Ecologie (et, depuis jeudi soir, du climat), on se montre confiant dans la perspective du 22 avril. C'est ce jour-là en effet que les 195 pays signataires de l'Accord de Paris doivent le ratifier lors d'une cérémonie à l'Onu. Ou, à tout le moins, au moins 55 d'entre eux, représentant au moins 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre...

Le fait qu'Obama ait joué un rôle majeur dans la COP21, en annonçant parmi les premiers sa venue à Paris puis en affichant des ambitions communes avec la Chine, est à double tranchant dans la situation actuelle. Certains lui font d'autant plus confiance pour trouver une issue positive, tandis que d'autres redoutent sans trop le dire que ce blocage n'en entraîne d'autres dans son sillage. Mais de l'avis des experts, la Chine, qui a pourtant montré dans un passé récent sa volonté de faire jeu égal avec les Etats-Unis sur le front du climat, ne changera pas ses plans pour autant. A cela, une explication bien simple : elle y trouve son intérêt sur le plan politique et économique.

Même son de cloche du côté des énergéticiens américains. Certes, dans un premier temps, la décision de la Cour Suprême a fait bondir les cours de Bourse du secteur charbonnier. Mais la plupart des grands électriciens ont réaffirmé que cela ne les ferait pas dévier de la transition qu'ils ont déjà entamée vers plus de gaz et de renouvelables au détriment du charbon. Si les banques de Wall Street ont récemment décidé d'investir des milliards de dollars dans les énergies vertes, elles l'ont fait pour des raisons plus économiques et financières que réglementaires.

Ségolène Royal reçoit ses homologues européens...et lorgne la présidence de la COP

C'est d'ailleurs ce qu'a rappelé Ségolène Royal vendredi matin, en marge d'une réunion à laquelle elle avait invité ses homologues européens en amont du Conseil européen de l'Environnement du 4 mars prochain. A l'ordre du jour de cette réunion, organisée conjointement avec les Pays-Bas qui exercent actuellement la présidence de l'UE : la mise en œuvre de l'Agenda des Solutions, ces initiatives des collectivités et entreprises rassemblées en 70 coalitions, où, selon la ministre, la France joue un rôle de premier plan. Ce vendredi à Paris, il a surtout été question de la tarification du CO2, des transports propres, de l'économie circulaire et de la nécessité de mobiliser le plus grand nombre possible de chefs d'Etats et de gouvernements le 22 avril.

Une question était sur toutes les lèvres au lendemain du remaniement ministériel français. Qui, de Laurent Fabius ou de Ségolène Royal, exerce aujourd'hui la présidence de la COP ? Le premier martèle depuis plusieurs semaines qu'il conservera cette « fonction  internationale, personnelle et non-rémunérée » et cette « position bénévole qui n'a pas d'incidence ou de contradiction avec le gouvernement ».  Mais la seconde, qui a bien veillé à ce que les « relations internationales sur le climat » figurent dans son nouveau périmètre et a annoncé dans la foulée reprendre « la totalité de l'application de l'accord de la COP21» se pose publiquement des questions sur la compatibilité de cette fonction avec celle de Président du Conseil Constitutionnel à laquelle Laurent Fabius vient d'être nommé.

« J'attends que les décisions soient prises, je ne demande rien, j'attends qu'on me dise exactement comment cela va se passer »,

a-t-elle affirmé, précisant que les Commissions des deux Assemblées - qui vont auditionner M.Fabius - tout comme l'actuel Président du Conseil Constitutionnel, Jean-Louis Debré, devraient pouvoir apporter des réponses.

« Il faut clarifier les règles du jeu (...) pour que nos homologues à l'échelle planétaire puissent être au clair sur les procédures qui seront suivies »,

a-t-elle conclu. Un tantinet moins déterminant, sans doute, que les conséquences potentielles du revers subi par le président américain...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2016 à 18:05 :
Comment être crédible lorsque Laurent Fabius se présente ivre-mort à Prague ?
a écrit le 16/02/2016 à 17:56 :
Les USA sont une démocratie.
A quand un réferendum en France sur l'éolien terrestre et en particulier sur la distance minimum entre les éoliennes et les habitations?
a écrit le 16/02/2016 à 15:01 :
Vous pourriez rappeler ce qui a été réellement signer durant la COP21? Pour ma part je ne vois que du "foin"...
a écrit le 13/02/2016 à 17:49 :
Quelle importance l'un comme l'autre ne vaut pas un clou pas plus que l'ONU et son GIE.
Ils ont bananés tout le monde en nous parlant des gaz à effet de serre mais parmi ceux-ci le CO2 ne vaut pas 2 % car il fallait trouver un ennemi qui parle à la populace.
Mais on n'a pas parlé de beaucoup plus importants et gênants le méthane et surtout la vapeur d'eau qui représente 97%.
Alors ces guignols on peut largement s'en passer.
a écrit le 13/02/2016 à 15:08 :
Ce qui est interessant dans ce debat sur Le rechaufement de la planate c'est que Le sujet de la surpopulation de la planete est a peine sinon pas aborde.
Rendezvous dans 50 and et bonne chance.
Réponse de le 13/02/2016 à 16:07 :
Ce n'est pas la démographie le principal coupable puisque les émissions par habitant sont les plus fortes dans des pays pas forcément les plus peuplés. La Chine est un cas particulier puisqu'elle produit jusqu'ici pour le monde entier et doit se retourner vers son marché intérieur. La démographie n'en reste pas moins un problème important à traiter.
a écrit le 13/02/2016 à 14:40 :
Le climat, c'est bien beau, mais l'argent avant tout. Le pire c'est que sans climat : pas d'argent...
Réponse de le 13/02/2016 à 16:04 :
L'argent investi dans la réduction du réchauffement climatique est bien inférieur aux conséquences financières de ce réchauffement. de plus il permet une transition énergétique inévitable vue la baisse irrémédiable des ressources à terme + une meilleure utilisation de celles-ci + moins de pollution + l'usage de ressources pour la plupart illimitées et gratuites (vent, soleil, marée etc). Donc le bilan global est très largement positif entre les investissements et les retours sur investissements.
Réponse de le 13/02/2016 à 20:17 :
J'adore les écolos : ils ne pensent qu'au fric. S'ils savaient que c'est justement le fric qui tue la planète... Laissons-les rêver...
a écrit le 13/02/2016 à 9:52 :
Il est pour le moins "louche" "trouble" "suspicieux que msieu Fabius s'accroche à ce point à la COP21 dont le résultat réel, in finé est dans la vacuité des accords signés, des accords creux insignifiants,

il semble que Hulot soit bien en retrait, masquant une certaine déception.

mais que peut avoir comme intérêts msieu Fabius à s'accrocher à cette Présidence, y-aurait-il des dessous financiers affriolants ?

ce n'est qu'une question ... to follow
a écrit le 13/02/2016 à 9:17 :
Donc le sigle COP21 signifiait que les bonnes résolutions POUR LE PLANÈTE n'étaient en fait qu'une grosse arnaque politico-médiatique destinée à redorer des blasons fortement ternis. Il ne restera en mémoire que des éclopés de l’environnement..............rends moi mon portefeuille !!!!
Réponse de le 16/02/2016 à 15:05 :
Pire encore la COP 21 n'a servi qu'à nourrir à pris très cher une bande de politiciens qui n'ont fait que "dormir" sans aucune contrepartie. J'aimerais savoir combien "écologiquement parlant" nous à couter leur déplacement, logement et nourriture.
a écrit le 13/02/2016 à 7:12 :
Suite. Le chomage est en fait du temps de travail libéré par les gains de productivité que l'énergie nous procure. L'énergie doit participer au financement de ce temps "libéré". Il faut mettre une taxe sur l'énergie pour financer les charges sociales. Cette taxe serait également favorable au climat.
a écrit le 13/02/2016 à 7:05 :
Quand arriverons nous à comprendre que l'énergie bon marché comparée au cout du travail est la cause de tous nos ennuis dans le cadre de nos problèmes économiques, chomage et croissance. Il faut appliquer la note n°6 du conseil d'analyse économique.
a écrit le 12/02/2016 à 20:46 :
C'est un combat d'arrière-garde du congrès américain puisque la création d'emplois est nettement en faveur des énergies renouvelables qui vont d'autant plus être dopées par les avancées du stockage et la baisse des coûts. La Chine entre autres est résolument orientée pour des raisons encore plus fortes vers ces mêmes énergies renouvelables, tout comme beaucoup d'autres pays et en particuliers les émergents à présent. La finance mondiale l'a également compris comme les investisseurs particuliers et les chiffres le démontrent également. Il est en outre impossible de se placer en dehors des technologies d'avenir en matière d'énergie. Le pétrole est temporairement peu cher mais c'est une anomalie qui coûte trop cher aux producteurs pour pouvoir durer longtemps. Le climat fait des siennes et çà coûte de plus en plus cher dans les budgets et notamment les comptes des assureurs et des pays les plus exposés avec l'instabilité politique et les migrations que cela entraîne. En bref le congrès a fait un mauvais coup ponctuel mais sera obligé dans les quelques années à venir de s'en remettre à la réalité qui va majoritairement à l'encontre de leur position erronée. Les Etats qui auront pris les mauvaises décisions auront du retard. On peut citer pour exemple les gérants des grandes compagnies russes qui admettent publiquement que la Russie est bien trop dépendante des énergies fossiles et çà va lui coûter cher pour changer. C'est dans une moindre mesure pareil pour la France qui s'était un peu trop reposée sur son nucléaire qui devient trop âgé, dont la part est trop importante et dont le secteur énergétique malgré tous les efforts du gouvernement actuel a encore du chemin à faire pour être modernisé et en pointe. La baisse actuelle du prix des énergies fossiles devrait être un peu plus fortement mise à profit pour financer ce changement qui nous permettra d'être en avance dans quelques années et ce alors pour longtemps puisque la ressource renouvelable est majoritairement gratuite.
Réponse de le 14/02/2016 à 9:05 :
EXAT? BONNE ANALYSE?IL ON TOUS INTERES A ALLEZ VERS LES ENERGIES NOUVELLES. CAR LA DETERIORIATION DE LA NATURE ON LA VOIE DE PLUS EN PLUS? ET PERSONNE NE SERAS EPARGNE? CE N EST PAS LEURS COMPTE EN BANQUE QUI LES PROTEGERAS???
a écrit le 12/02/2016 à 19:47 :
Gestion catastrophique et en plus bataille de gamins 😡

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :