Les distributeurs automatiques acceptent désormais les tickets restaurants

 |   |  322  mots
Il est désormais possible de payer en tickets-restaurants les snacks achetés dans les distributeurs automatiques des entreprises / Reuters.
Il est désormais possible de payer en tickets-restaurants les snacks achetés dans les distributeurs automatiques des entreprises / Reuters. (Crédits : dr)
Depuis le début du mois, il est désormais possible de payer un snack acheté dans un distributeur automatique d'entreprise en ticket restaurant. La Chambre syndicale de la distribution automatique (Navsa) et la Commission nationale des titres restaurants (CNTR) ont signé une charte en ce sens en juillet dernier.

Les snacks pris à toute vitesse le midi au distributeur automatique de votre entreprise ne vous coûteront plus aussi cher. La Chambre syndicale de la distribution automatique (Navsa) a annoncé, lundi 9 septembre, qu'elle avait signé une convention avec la Commission nationale des titres restaurants (CNTR) pour autoriser le paiement en ticket resto des snacks achetés en distributeur. Cette nouvelle mesure ne concerne cependant que les machines situées sur les lieux de travail.

La Navsa et la Commission nationale des titres restaurants (CNTR) ont signé une convention, le 16 juillet dernier, effective depuis le début du mois. Elle comprend toutefois de nombreuses restrictions. S'il sera désormais possible de choisir plusieurs articles sur un même ticket, le client ne pourra pas récupérer de monnaie dessus. Et tous les snacks ne pourront pas être payés ainsi."Les sociétés exploitantes devront chaque année soumettre la liste mise à jour des articles éligibles aux titres-restaurants" à la CNTR, qui choisira de les valider ou non, ont précisé les deux organismes.

Une revendication vieille de 10 ans

Cette charte s'applique à toutes les sociétés exploitantes de distributeurs automatiques. Chacune d'elles peut désormais demander à bénéficier de nouveaux distributeurs équipés pour accepter les titres restaurants, avant les tickets restaurants numériques ou à puce. L'installation de ces nouvelles machines sera soumise à un contrat de location, précise la Navsa.

>> Lire aussi : La carte à puce veut grignoter les tickets-restaurants

Cela fait plus de dix ans que les sociétés de distribution automatique demandaient le règlement de leurs denrées en titres restaurants, à l'image des sandwichs vendus en boulangerie. Le CNTR a accepté de signer cette charte suite à la mise en place de nouvelles offres de restauration "plus équilibrées sur le plan alimentaire" (programme "Feelgood") proposées dans certains distributeurs.

Pour aller plus loin :

>> Argent sale, mode d'emploi : la bonne recette des tickets-restaurants

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2013 à 16:36 :
Les tickets restaurant sont une privatisation progressive de la monnaie. Comment les CONsommateurs peuvent trouver les tickets restaurant attractifs quand il faut avancer de l'argent qui a une durée limité, et qui rapporte une taxe à la compagnie qui les édites ? Cela revient à payer une entreprise pour avoir le droit d'utiliser sont propre argent. La participation des entreprises à l'achat de ces tickets est répercutée sur leurs coûts de production, et donc sur le prix de vente. C'est le client final qui se fait avoir, et donc aussi celui qui croit faire une affaire en convertissant son argent en tickets.
Réponse de le 11/09/2013 à 17:17 :
Le ticket resto est avantageux pour l'entreprise:
celle-ci a l'obligation de prendre en charge la restauration de ses employés. Le ticket resto, exonéré de charges est souvent plus avantageux que la mise à disposition de locaux et de matériel. Ce n'est donc pas le client final qui est pénalisé puisque la charge existe de toutes façons.
Le salarié paye une partie du ticket et a un abondement non-taxé de l'employeur. Cela lui permet donc de se nourrir à moindre frais et de façon plus conviviale que la "gamelle" dans un local inadapté.
Par ailleurs, cela est bénéfique pour les commerçants et restaurateurs qui sans ces tickets, certes contraignants, perdraient beaucoup de clients.
Quand à la taxe perçue par le fournisseur ticket, c'est pareil pour le règlement par carte bancaire. L'argent sonnant et trébuchant est en tout état de cause en déclin.
a écrit le 10/09/2013 à 15:51 :
A tous les coups ils vont s'arranger pour qu'il soit impossible d'avoir un compte juste en achetant avec des TR.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :