Industrie : le coût du travail est désormais moins élevé en France qu'en Allemagne

 |   |  208  mots
Le coût du travail dans l'industrie manufacturière atteint 36,8 euros par heure en france contre 38,5 en Allemagne.
Le coût du travail dans l'industrie manufacturière atteint 36,8 euros par heure en france contre 38,5 en Allemagne. (Crédits : reuters.com)
Il a progressé quasiment trois fois moins vite qu'en Allemagne au deuxième trimestre 2014, grâce au crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) d'après une étude de Coe-Rexecode.

La France rattrapait l'Allemagne, elle l'a désormais bel et bien dépassée. Le coût du travail dans l'industrie manufacturière a progressé au deuxième trimestre de 1,3% contre une hausse de 3,6% outre-Rhin, révèle une étude de l'institut Coe-Rexecode publiée mardi 14 octobre. Le coût atteint désormais 36,8 euros par heure dans l'Hexagone contre 38,5 pour son voisin européen.

Une hausse sous la moyenne européenne

Entre 2003 et 2010 l'Allemagne avait creusé l'écart, le coût du travail de son industrie s'accroissait deux fois moins vite qu'en France. Mais à partir de 2011, la tendance s'est inversée, le coût progressait alors 0,8 % plus vite outre-Rhin. Les deux pays se talonnaient en 2012 avec respectivement 36,10 euros pour l'Hexagone et 36,13 euros outre-Rhin. Égalité quasi-parfaite en 2013 également.

Avec l'arrivée du CICE, c'est un nouveau retournement de situation qui survient en faveur de la France cette fois-ci après de premières évolutions au début de l'année 2014.

Au sein de la zone euro, au deuxième trimestre, la croissance du coût du travail est en hausse de 1,8%. Il atteint 31,7 euros par heure. En Espagne, pays qui a connu une forte baisse des salaires depuis la crise, le coût horaire atteint 22,9 euros, ajoute l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2014 à 9:35 :
@A vos détracteurs :
C'est ce que font les peuples du Nord : ils évitent d'acheter français par idéologie et par principe (aussi par patriotisme) .
Donc n'achetons rien d’allemand.
Réponse de le 19/10/2014 à 12:52 :
Vous avez des sources? Non certainement pas. Commentaire polémique et idiot, on ne vous remercie pas pour votre contribution.
a écrit le 15/10/2014 à 9:05 :
Des différences de cout du travail ridicules qui ne peuvent pas expliquer la différence de compétitivité entre les deux pays.
C’est bien la compétitivité-produit et non pas la compétitivité-cout qui est à l’origine du grand écart.
Le vrai problème de l’hexagone c’est le trop peu d’entreprises avec un plan produits compétitif
a écrit le 15/10/2014 à 8:51 :
Le salut pour la France : devenir la Chine européenne ?
a écrit le 15/10/2014 à 7:52 :
Quelques idées de marque française : l'arbre vert lessive, petole hahn, elgydium dentifrice, linvosges, celio, vigor, cristel casserole, le slip français, et certaines marques distributeurs U ou intermarche qui soutiennent les produits locaux.
Réponse de le 15/10/2014 à 8:52 :
mdr vos commentaires (ou plutôt vos bandes-annonces à répétition) me font rigoler de mon mieux ! mdr
Réponse de le 15/10/2014 à 9:12 :
un peu ridicule à notre époque de mondialisation et de création de l’Europe.
C'est un peu comme si les bretons ou les basques refusaient les produits corses ou auvergnats !
en tout cas j’espère que les autres pays européens ne feront pas comme vous et continuerons d'acheter français.
a écrit le 15/10/2014 à 7:15 :
France sous-payée car peu de capital, peu d'innovation et peu de clients. L'appauvrissement se réalise. On aura toujours nos bras à vendre à moins de chercher du boulot en Allemagne et ça compensera leur faible taux de natalité.... Le Portugal et la Grèce ont un coût de main d'œuvre encore plus bas. Faudra faire des efforts....
a écrit le 15/10/2014 à 4:39 :
La France commerce en majorité en Europe, 50% avec l'Allemagne, 10% avec les USA. Une baisse de l'euro ne rendra pas la France plus compétitive puisqu'elle commerce INTRA zone euro et qu'elle est sous compétitive vis à vis des pays développés...
Réponse de le 15/10/2014 à 7:40 :
50% avec l'Allemagne, ben tiens! l'autre ne perd pas le nord ; on a qu'à moins acheter allemand !
a écrit le 14/10/2014 à 23:35 :
Tocards: la valeur ajoutée est inférieure de moitié. Vous oubliez la balance!
Les as de la loose, c'est à la française!
a écrit le 14/10/2014 à 21:31 :
L'évolution du coût du travail vient aussi de la pression du chomage de masse sur les salaires qui freine les revendications. Le accords compétitivité emploi devenu possible dans les entreprises est aussi une des causes, les salariés renonçant temporaireement au 35 heures renforcent cette tendance
a écrit le 14/10/2014 à 21:30 :
SAUF QUE LE CÔUT DE L'ENTREPRISE DES CHARGES FR TOTALES NE LEUR LAISSE PAS FAIRE DE PROFITS, DONC À LICENCIER,,,,BONJOUR À LA COURBE DE CHÔMAGE, LA SEULE QUI MONTE DANS CE PAYS KRYPTOSOCIALISTE !
a écrit le 14/10/2014 à 19:52 :
Enfin la compétitivité française commence à reprendre quelques couleurs ! Une bonne nouvelle vraiment pas désagréable à entendre !
Réponse de le 15/10/2014 à 7:53 :
ah, bon? encore + de 500 chômeurs en vue, là sur L T , tout va très bien Mme la Marquise !pffffft !
a écrit le 14/10/2014 à 18:57 :
en allemagne, il n'y a pas la cgt ni fo, il n'y a pas les lois florange, il n'y a pas de projet de loi qui propose de rendre une boite responsable des agissements de ses filiales, fournisseurs ou clients, en allemagne on n'insulte pas ni mittal ni taylor, ni le Betriebsführer ( boss) ni l'actionnaire, en allemagne quand le chef dit qqch on ne commence pas a saccager son outil de travail ou une sous prefecture, on n' pas un droit du travail ' facon conti' ou ' facon mory tnt'' qui remet en permanence les accords en cause, etc.....
Réponse de le 14/10/2014 à 19:01 :
mais allez donc y travailler dans votre Allemagne que vous admirez tellement!
Réponse de le 14/10/2014 à 19:44 :
En Allemagne le Code du travail 800 pages, et en France 3000. Mais la Loi Française se couvre elle meme "nul n'est censé ignorer la loi". Alors plus de C.D.I que des C.D.D, L'employeur face à la C.G.T des prudhommes ne peut etre innocentée qu'en appel. Ne surtout pas dépasser les 49 salariés...etc...
Réponse de le 14/10/2014 à 21:42 :
On n'est pas des fourmis,nous on a quelque chose entre les 2 oreilles,et on n’obéit pas a tous les ordres ,on sait ce que les fourmis sont capables de faire!
Réponse de le 15/10/2014 à 0:06 :
Que les allemands meurent au travail dans ce cas..

Il ne faut pas se laisser faire de toute façon les patron ne sont t pas la pour nous rendre service
a écrit le 14/10/2014 à 18:49 :
Ecart peu significatif les produits fabriqués sont peu comparables regardez l'automobile
Réponse de le 14/10/2014 à 19:53 :
Justement, l'automobile est un bon exemple : Notre retard par rapport aux allemands est toujours là, mais il se réduit petit à petit.
Réponse de le 15/10/2014 à 2:59 :
Concernant les constructeur comme Wolkswagen ou en encore OPEL les automobiles françaises sont équivalentes voir très souvent supèrieures depuis 3 ans.
Pour ce qui est des constructeurs comme BMW qui à la base était tout de même une entreprise d'aviation ou encore pour Audi, les constructeurs français commencent à créer des gammes spécifiques pour les concurrencer.
Mais l'automobile n'est plus et ne sera plus jamais un marché significatif (la fin du pétrole + la société du partage auront enteré la voiture individuelle dans 20 ans au plus tard ...). La véritable industrie se trouve dans l'électronique, la robotique, la pharmacie, le spatial, la Chimie etc ... .
Réponse de le 15/10/2014 à 9:07 :
Euh, j'ai eu une Audi et une BMW, je n'envisage plus de reprendre une voiture allemande. Trop d'ennuis mécaniques et électroniques. Les voitures françaises se sont révélées bien plus fiables. La finition (allemande) n'est pas la fiabilité....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :