La Tribune

Pour la première fois, les navigants d'Easyjet en France appellent à la grève

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
latribune.fr  |   -  321  mots
Un préavis de grève des personnels navigants de la compagnie britannique low cost en France a été déposé par le syndicat des hôtesses et stewards Unac pour des raisons salariales.

Une première chez Easyjet en France ? Peut-être. Selon nos informations, le syndicat des hôtesses et stewards Unac appelle à la grève les personnels navigants en France de la compagnie britannique low-cost en juillet pour des raisons salariales. L'arrêt de travail concerne le personnel basé aux aéroports de Roissy, d'Orly et de Lyon pour une période de 48 heures, à partir du 12 juillet à 00h00 et court jusqu'au 13 juillet à 23 h 59.

L'Unac est minoritaire. Néanmoins, il assure représenter 40 % des navigants de cabine, après les dernières élections du personnel. Interrogé, Easyjet, a confirmé l'existence de ce préavis. Mais prétend ne pas s'attendre à de grosses perturbations. Ceci car les syndicats majoritaires ont signé l'accord d'entreprise contesté par l'Unac.

DIminution de salaire

Ce dernier demande une hausse de 4 %. La direction propose +2,6 % et +3 % pour les pilotes. Le syndicat souhaite aussi la mise en place au sein de la compagnie d'une grille salariale, prenant en compte l'ancienneté. Et non un système de « grade » dans lequel à la fonction de personnel de cabine est attachée une part fixe et variable sans notion d'ancienneté.

« Le principal sujet de mécontentement vient du fait que l'entreprise refuse un accord d'intéressement et qu'elle refuse d'améliorer la couverture sociale en maladie ou en accident du travail. Aujourd'hui, ils ne perçoivent que la part fixe de leur rémunération ce qui représente une diminution d'environ 40 % de leur salaire. Nous voulons le maintien du salaire moyen pendant la période maladie », explique un syndicaliste.

Au grand étonnement des dirigeants des grandes compagnies traditionnelles comme Air France qui prédisaient, il y a quelques années l'échec des low-cost par une fronde des personnels, la grève est extrêmement rare, voire inexistante chez les compagnies à bas coûts. Il est vrai que chez certaines low-cost comme Ryanair, les syndicats ne sont certes pas en odeur de sainteté. F. G.

Réagir

Commentaires

ttt  a écrit le 21/06/2011 à 11:11 :

Je cite "Le syndicat souhaite aussi la mise en place au sein de la compagnie d'une grille salariale, prenant en compte l'ancienneté". C'est bien français ça! s'attendre à une augmentation tous les ans juste parce qu'on a pris un an de plus dans la compagnie! pour un travail aussi "codé" que le leur cela ne se justifie absolument pas. Encore un syndicat qui n'a pas compris qu'est-ce que "compétitivité" peut bien vouloir dire.

uuu  a répondu le 21/06/2011 à 22:05:

je ne sais pas de quel pays vous êtes mais votre commentaire parait un copié collé de la bêtise prônée par les partis pro-exploitation de l' homme par l' homme comme les très peu démocrates qui nous gouvernent encore en ce moment... vous seriez un peu moins neuneu vous sauriez que le principal problème de compétitivité des pays d' Europe est avant tout le fait de garder l' Allemagne dans la zone euro et le fait de garder cette monnaie à un tau aussi fort ... mais bon on ne change pas un âne...

Gilles  a écrit le 21/06/2011 à 9:37 :

Surtout que les compagnies de ce type font en sorte d'avoir le moins possible de personnel sous statut français. Ainsi à l'aéroport franco-suisse de Bâle/Mulhouse la majorité des transporteurs est basée en secteur helvétique. La France a totalement raté (comme dans d'autres domaines) le phénomène "bas coût". Air France a fait chasser il y a quelques années Ryanair de Strasbourg. Aujourd'hui l'aéroport alsacien est au fond du trou.

tio  a répondu le 21/06/2011 à 12:19:

Ca a failli etre le cas a Marignanne, mais l odeur de l argent est trop fort : ils sont revenus apres 4 mois d arret . Sinon l aeroport devenait ZNC (zone non considerata)

Vrai  a répondu le 21/06/2011 à 12:56:

Pas faux, c'est le même constat pour les équipages de croisières. On fait machine arrière avec le retour des exploitants/exploités ou la dignité humaine a disparu. On a la société que l'on mérite.

p111  a répondu le 21/06/2011 à 13:35:

arretez de confondre Ryanair et easyJet.
Easyjet a des contrats français pour ses 3 bases françaises.
Pas ryanair

p222  a répondu le 27/06/2011 à 11:33:

les syndicats sont interdits chez ryanair, ce que permet le droit irlandais, plus facile d'être compétitif dans ces conditions...
l'europe permet ce genre de mise en concurrence des salariés...merci l'europe