La Tribune

Airbus débute le salon aéronautique du Bourget en fanfare

Copyright Reuters
Copyright Reuters
M. C. et F. G.  |   -  354  mots
Fidèle à sa tradition, l'avionneur a assommé la concurrence le premier jour du salon. Il a enregistré 156 commandes ou intentions de commandes.

Si ses avions vedette (A380 et A400M) ne volent pas au Bourget, les contrats se multiplient pour Airbus. Au premier jour de l'ouverture du plus grand salon aéronautique du monde, l'avionneur européen a annoncé lundi 156 commandes ou intentions d'achats, d'une valeur de 15,1 milliards de dollars au prix catalogue. Il dépasse son rival Boeing, traditionnellement peu coutumier d'annonces de contrats. Le géant américain a toutefois annoncé deux contrats concernant 26 gros porteurs. Deux belles commandes qui concernent six B777-300 ER (Qatar Airways) et 17 Jumbos B747-8 pour deux clients qui ont souhaité rester anonymes pour le moment. Trois contrats qui s'élèvent à 7,1 milliards de dollars. Sur le long courrier, Airbus n'a annoncé qu'une commande de quatre A330-300 pour Saudi Arabian Airlines (890 millions) et onze A330 pour le loueur Air Lease.

Cette première journée au Bourget a toutefois confirmé le succès de l'A320 remotorisé Neo (New engine option) d'Airbus, lancé fin 2010 pour une mise en service fin 2015. Les sociétés de leasing GE Capital Aviation Services (Gecas) et Air Lease (protocole d'accord) en ont commandé respectivement 60 et 50 exemplaires. Le transporteur scandinave SAS s'est quant à lui engagé pour 30 appareils pour renouveler sa flotte moyen-courrier. Comptabilisant déjà plus de 300 commandes ou intentions avant le salon, Airbus va dépasser son objectif de plus de 500 exemplaires espérés à l'issue de cette semaine. L'avionneur européen va également concrétiser en commandes fermes l'intention d'achat de l'indien Indigo signé en janvier portant sur 150 A320 neo (+ 30 A320 classiques). Surtout, il devrait annoncer la plus grosse commande de l'histoire de l'aéronautique jeudi avec Air Asia (plus de 200 A320 Neo). Les rivaux de Boeing et Airbus sur cette famille d'avions ont été plus discrets lors de cette première journée. Le canadien Bombardier a obtenu une commande de dix C-Series.

Ce succès de l'A320 Neo, censé apporter des économies de carburant de 15 %, profite aussi à CFM International (General Electric et Safran). Ainsi, CFMI a engrangé deux contrats, l'un émanant de Gecas pour les moteurs de 60 A320 Neo (1,4 milliard de dollars), l'autre de SAS pour 30 A320 Neo (710 millions).

Réagir