La Tribune

Boeing se prépare à une chute des dépenses militaires aux Etats-Unis

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr avec Reuters  |   -  244  mots
La division défense de Boeing se prépare au "pire", à savoir une diminution du budget défense des Etats-Unis de 1.000 milliards de dollars (734 milliards d'euros) sur dix ans, a annoncé jeudi Dennis Muilenburg, directeur général de la division.

S'exprimant lors d'un forum organisé par Bank of America Merrill Lynch, il a déclaré que le constructeur aéronautique devait se montrer réaliste en matière des perspectives budgétaires.

"D'un point de vue opérationnel, du point de vue de la productivité, nous partons du principe que ce scénario du pire va arriver. Nous adoptons notre structure de coûts pour faire face à une réduction du budget de 1.000 milliards de dollars", a poursuivi Dennis Muilenburg.

Le comité spécial du Congrès mis sur pied cet été à la suite du relèvement du plafond de la dette des Etats-Unis doit faire ses recommandations ce mois-ci sur 1.200 milliards de baisses des dépenses.

Si un accord n'est pas trouvé, des coupes automatiques entreraient en vigueur, devant être réparties de manière égale entre programmes militaires et programmes civils.

Cela forcerait le département de la Défense à prendre d'importantes mesures de réduction des dépenses en plus des 350 milliards de coupes déjà programmés pour la prochaine décennie.

Les groupes de défense suppriment des postes et vendent des filiales considérées comme étant non stratégiques dans l'anticipation de la contraction du budget militaires aux Etats-Unis.

Dennis Muilenburg a cependant ajouté qu'il y avait des opportunités à l'international, notamment au Moyen-Orient et dans la région Asie-Océanie.

Kyle Peterson et Karen Jacobs, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité Danielle Rouquié

Réagir

Commentaires

Macabre  a écrit le 18/11/2011 à 7:22 :

Merci Boeing de nous dire que la peur de la Chine c'est du cinéma. N'allons-nous donc assister ces prochaines années qu'à une coproduction sino-américaine de tensions et de détentes ?