La Tribune

EADS : Le futur président s'installera à Toulouse

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Fabrice Gliszczynski  |   -  255  mots
Tom Enders, le PDG d'Airbus qui prendra la présidence d'EADS en juin veut rester à Toulouse. Une partie du siège parisien du groupe va migrer dans la ville rose, près de sa principale filiale, Airbus.

Un pas supplémentaire dans le rapprochement des activités du groupe d'aéronautique et de défense européen (EADS) et de sa principale filiale Airbus. Tom Enders, aujourd'hui PDG d'Airbus et futur président exécutif d'EADS après le départ de Louis Gallois en juin, va déplacer une partie du siège français du groupe, aujourd'hui à Paris, à Toulouse selon des sources internes au groupe, confirmant une information de l'AFP.

Tom Enders, aujourd'hui basé à Toulouse en tant que PDG d'Airbus restera dans la ville rose quand il sera patron d'EADS. C'est ce qu'il a annoncé à 200 cadres d'EADS réunis à Séville mardi. Il veut regrouper les fonctions les plus importantes d'Airbus et d'EADS. Ceci pour plus d'efficacité opérationnelle.  Thierry Barril a été nommé directeur des ressources humaines d'EADS tout en conservant celle d'Airbus. Double casquette aussi pour Harald Wilhem, le directeur financier d'Airbus qui occupera ces fonctions pour EADS.

Pour autant, les locaux d'EADS ne seront pas dans ceux d'Airbus selon nos informations. Et Tom Enders conservera un bureau à Paris.

Une grande partie des 300 personnes du siège devraient être contraintes à déménager. Mais le processus prendra du temps avec tout le processus de consultation et de négociation du projet avec les représentants du personnel. Au final, le siège, situé actuellement au 37 boulevard Montmorency dans le 16ème arrondissement de Paris, pourrait être vendu.

EADS dispose aussi d'un siège à Munich. Le conseil d'administration, lui, se tient à Amsterdam, EADS étant une entreprise de droit néerlandais.


 

Réagir

Commentaires

le spiss  a écrit le 18/02/2012 à 11:18 :

Bonjour, petit rappel
Il a du travail le gas, l?action du groupe est passé de 42 à 27 Euros, ils on licencié des tas de personnel, mais il n?arrive par la livré des avions dans les délais?..
Donc du travail il y en a, mais encore, il faut être capable de respecter les engagements (au niveau du prix et des livraisons). Le groupe est bien bas, espérons qu?ils seront gagné de l?argent, nouveau patron nouvelle impulsion, un bon salaire pour le patron, pourquoi pas, mais il faut encore faire beaucoup de bénéfice?.

BRERA  a écrit le 13/02/2012 à 22:52 :

Oui, pas mal... Et tant qu'a poursuivre dans cette direction, à quand l'abandon du siège à Amsterdam...

goussedail  a écrit le 10/02/2012 à 14:20 :

Un patron épicurien, ce Tom Enders ! Toulouse est une bien belle ville où il fait bon vivre.

Patron  a écrit le 10/02/2012 à 13:48 :

Serais-ce un patron qui souhaite être près des commerciaux et des usines, plutôt que des dîners parisiens ?

Michel  a répondu le 10/02/2012 à 17:37:

@Patron: Vous avez vu juste, le directeur commercial d'Airbus (John Leahy) l'a dit lui même: il se plaît à Toulouse, plébiscite les qualités de la ville, la qualité de vie qu'on y trouve, est ravi d'être en France et fuit l'establishment parisien.
Source: http://www.lefigaro.fr/societes/2011/06/18/04015-20110618ARTFIG00005-l-americain-qui-vend-des-airbus-au-monde-entier.php

Tribun  a écrit le 10/02/2012 à 11:36 :

Formidable retour de la DATAR, "métropoles d'équilibre" (1963) M. Enders ne pouvait faire meilleur choix, de lointains ancêtres Wisigoths?

jdm  a écrit le 10/02/2012 à 11:06 :

s'il n'y a que 300 personnes bd de Montmorency, il faut déménager tout de suite

GERARDC27  a écrit le 10/02/2012 à 9:51 :

Finalement je trouve que Tom, en décidant de rester à Toulouse sans que les barons du groupe ne pipent mot, ça a de la gueule. C'est aussi ça l'Europe des grandes métropoles. Tout ne doit pas se décider dans les cabinets parisiens à l'épaisse moquette bouclée. Et toc.