La Tribune

Rafale: les espoirs déçus de Nicolas Sarkozy

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Michel Cabirol  |   -  1341  mots
Il y a encore quelques jours, le président de la République espérait s'envoler pour Abu Dhabi et signer une commande de 60 Rafale. Las. Tous les efforts qu'il aura consacrés au cours de son mandat afin de décrocher un premier contrat à l'export pour le fleuron de l'aéronautique militaire française auront été vains. Il faudra attendre le prochain quinquennat...

Et Nicolas Sarkozy ne vendit pas le Rafale sous son quinquennat... Cela a été pourtant l'un de ses défis quelques mois après son arrivée à l'Elysée. Une obsession déclenchée par l'échec cuisant du Rafale au Maroc qui a préféré acheter, à l'automne 2007, des F16 américains. Une défaite pourtant inenvisageable et un véritable affront pour le nouveau président qu'il était. D'autant que dans le cas d'espèce, sa responsabilité ne pouvait pas être engagée. Résultat, vendre le Rafale est devenu au fil du temps un leitmotiv. A tel point qu' il s'est battu jusqu'au dernier moment pour convaincre les Emirats arabes unis (EAU) de signer un contrat dans le courant du premier trimestre 2012. En vain.

Et pourtant, une visite de Nicolas Sarkozy avait été programmée le 12 février, puis en mars. Il était prêt à sauter dans un avion pour signer à Abu Dhabi cette commande de 60 appareils. Un petit Etat du Golfe, situé à quelques kilomètres des rives iraniennes, à qui Nicolas Sarkozy a beaucoup donné, dont notamment la base interarmées tricolore doublée d'un renforcement de l'accord de défense de 1995 liant les deux pays. Ce nouvel accord prévoit que les deux pays décident "en commun de réponses spécifiques et adaptées, y compris militaires, lorsque la sécurité, la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'indépendance des Émirats arabes unis sont affectées". Il n'a pas eu en retour ce contrat. Un échec personnel même si Dassault Aviation, qui ne voulait rien lacher sur les marges de ce contrat, n'a pas toujours été un partenaire facile pour convaincre les Emiriens. Il sera vraisemblablement signé par le prochain président. Cruel pour Nicolas Sarkozy s'il n'était pas réélu en mai.

Sarkozy a tout tenté

L'aventure du Rafale à l'export est devenue une série à rebondissements pour les observateurs  A quelques jours de la fin de la cinquième saison, le constat est sévère. Pas de commandes fermes. Et pourtant, le 18 juin 2008 le secrétaire général de l'Elysée d'alors, Claude Guéant, fanfaronnait sur « Europe 1 » que Paris allait vendre bientôt « une centaine » d'avions de combat tricolores. Pour l'heure, seules des négociations exclusives sont en cours avec les Indiens pour un contrat de 126 appareils.

Pour vendre le Rafale à tout prix, Nicolas Sarkozy a donc tout tenté.. ou presque. Y compris en le proposant à des pays, où il avait peu de chance de réussir. C'était le cas du Koweït (14), qui avait pourtant exprimé un intérêt pour l'avion tricolore, ou d'Oman (12). Mais ces deux pays du Moyen Orient, sous forte influence américaine pour l'un, britannique pour l'un, n'avaient aucune marge de man?uvre pour s'offrir un avion compétitif. Le président a même pris des intitatives périlleuses en tentant de le placer au colonel Kadhafi, lorsqu'il était venu à Paris en 2007 planter sa tente dans le parc de l'Hôtel Marigny. Le Guide aura au moins pu constater, peu avant sa mort, toute l'efficacité opérationnelle du Rafale lors de la campagne de Libye (opération Harmattan).

Le Brésil, espoir déçu

Le Brésil, autre pays, autre échec. Le président Lula avait promis de sélectionner le Rafale peu avant son départ en décembre 2010. Nicolas Sarkozy, qui une nouvelle fois s'était personnellement investi, a donné beaucoup de son temps pour décrocher cette commande de 36 appareils. Au final, Lula n'a pas tenu parole. Pourquoi ? Mystère. Mais des rumeurs de rétrocommissions ont plané, avec la présence de certains intermédiaires français, qui apparaissent aujourd'hui dans des affaires sulfureuses autour du président de la République.

Et pourtant en septembre 2009, Nicolas Sarkozy tenait la grande forme à Brasilia. « Cela était devenu une affaire personnelle », notait alors un proche de la délégation. Le dimanche, avant de s'envoler vers Brasilia, le chef de l'État sentait le succès à portée de main même si, à son départ, rien n'était acquis, les Brésiliens restant encore très prudents sur une éventuelle annonce. Mais vendre le Rafale était encore la priorité de cette visite éclair de 48 heures à Brasilia, alliée au plaisir de revoir son homologue brésilien Lula avec qui il entretenait, en dépit de leurs différences politiques, de très bonnes relations. « Le lien affecif qui les unissait pouvait laisser croire que tout était possible », assurait-on alors.

Le fol espoir brésilien

À l'issue du dîner restreint offert par Lula ce soir-là, sentant qu'il pouvait faire basculer la décision et revenir à Paris avec une promesse de vente, Nicolas Sarkozy s'accroche. Il retourne voir, tard dans la soirée, la délégation élyséenne et celle de Dassault Aviation, dont le PDG Charles Edelstenne, pour leur demander de retravailler avec les Brésiliens la proposition française selon leurs dernières exigences . « Il faut battre le fer tant qu'il est chaud et tant que nous sommes sur place », avait-il exigé. Les équipes travailleront jusqu'à l'aube pour arrêter, vers six heures du matin, l'offre qui va définitivement convaincre les Brésiliens. Bousculés, ces derniers ne peuvent plus refuser.

« Nicolas Sarkozy a lessivé toute la délégation française, y compris Charles Edelstenne réputé increvable, par son dynamisme », se rappelle-t-on dans la délégation. « Le chef de l'État nous a fait gagner en moins de 48 heures des mois de travail », soulignait-on chez l'avionneur. Car c'est bien une négociation exclusive ? même si ce terme n'a pas été inscrit noir sur blanc ? qu'a arrachée in extremis Dassault Aviation. Ou plutôt le chef de l'État comme l'indiquait au « Monde » Charles Edelstenne : « C'est Nicolas Sarkozy qui a vendu le Rafale, ce n'est pas nous. Le succès lui revient ». Et pourtant ce sera l'échec. Là encore, le prochain président aura de très bonne chance de signer un contrat.

La Suisse, une maladresse qui coûte cher

En Suisse, Nicolas Sarkozy s'est pratiquement tiré une balle dans le pied. Berne n'a guère apprécié les propos de Nicolas Sarkozy lors du G20 à Cannes lorsqu'il avait dénoncé les « déficiences » dans les efforts de la Suisse pour ne plus être considérée comme un paradis fiscal. « Nicolas Sarkozy a probablement un problème avec nous, je ne sais pas lequel », avait ensuite déclaré, le 11 novembre, la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey. De là à dire qu'il porte la responsabilité entière de cet échec...

Officiellement, Berne, et plus précisément le ministre en charge de la Défense, Ueli Maurer, ont notamment justifié leur choix du Gripen suédois par des considérations budgétaires, l'offre du Rafale étant estimée par les experts supérieure d'un milliard d'euros. Soit 4 milliards de francs suisses au lieu de 3 milliards, qui étaient à peu près le budget que Berne envisageait pour renouveler sa flotte d'antiques F5 Tiger. « Les arguments financiers ont joué un rôle déterminant dans le choix du type d'avion, a confirmé un communiqué officiel.

Et l'Inde ?

C'est le point positif. Le Rafale est en pole position mais pour l'heure, rien n'est signé.  De surcroît, il est difficile de mettre ce début de succès au crédit de l'Elysée, tant Nicolas Sarkozy a multiplié les maladresses lors de ses visites en Inde. Même si l'Etat français a, à l'été 2007, poussé Dassault Aviation, qui était très hésitant, à concourir pour cet appel d'offres mirifique estimé à 18 milliards de dollars. A l'époque, Dassault Aviation attendait des garanties de Paris.

Tout comme aux Emirats et au Brésil, le prochain président de la République devrait en toute logique assister à la signature de ce contrat en Inde. Ce sera aussi probablement le cas au Qatar (entre 12 et 26), et peut-être en Malaisie (18). Il le devra en grande partie à l'obsession de son prédécesseur...

Réagir

Commentaires

jpav  a écrit le 13/04/2012 à 17:40 :

Un produit qui ne se vend pas est un mauvais produit, quel que soit le voyageur de commerce...., d'autant plus que ce derrnier se prend définitivement pour la star du
marché des centrales atomique, des avions de combat, etc...

Sed  a répondu le 15/04/2012 à 18:48:

idiotie , un avion de combat n'est pas un produit commercial. La geopolitique compte bien plus que le rapport qualité/prix

citoyen  a répondu le 08/02/2013 à 13:27:

-> jpav
Non seulement vous n'avez rien compris aux règles du jeu, mais en plus vous semblez être un bel anarchiste qui s'assied sur l'intérêt de la nation. Bref, des propos de soixantehuitard totalement inconscient et dangereux...

Raphael  a répondu le 08/02/2013 à 17:36:

Et vous semblez répondre à un article datant de 1 an, ainsi qu'à un commentaire aussi vieux.
Quant à l'utilité du message. On repassera.

rectif  a écrit le 13/04/2012 à 14:38 :

Eh oui! Sarkozy veut récupérer les fruits d'une des décisions du sommet de Turin en 1985 ou la France dont François Mitterrand et Charles Hernu sont à l'éxecutif décident de se retirer du projet EST-EFA pour lancer le projet Rafale,un bébé socialiste.

jet86  a répondu le 13/04/2012 à 16:42:

"un bébé socialiste" ... Dassault est une entreprise socialiste??

Il faut faire attention au raccourci. C'est quand même Dassault qui fait le choix de se retirer en premier lieu, validé ensuite par l'état (niveau budget surtout).

napalm  a écrit le 13/04/2012 à 10:33 :

Ah, bon .... le Brésil n'a pas acheté le Rafale ...
A entendre N.S., on était pourtant sûrs que le Brésil AVAIT acheté le Rafale ..
C'est un peu comme pour la visite à Fukushima, alors ?
Du virtuel !

chs  a écrit le 13/04/2012 à 1:06 :

Un très bon résumé de kiki: ce n 'est pas Dassault Aviation qui a décidé de faire un Rafale. C'est l' Etat qui a défini un cahier des charges à partir duquel les ingénieurs ont conçu cet avion.Un avion par ailleurs réussi puisqu'il est revenu moins cher que son concurrent fabriqué par 4 nations, l' Eurofighter qui, de plis, n'est même pas omnirôle ni navalisé....De surcroît, les industriels ont participé à hauteur de 25% au programme...Dassault n 'est donc ni une "vache à lait" (les impôts des français auraient été plus lourds si un avion "étranger" avait été acheté) et Dassault n'esr pas une société publique et rapporte combien de millions à l' Etat de part ses impôts, de part les cotisations sur les salaires des 8000 salariés directs, sans parler du fait que ses bénéfices sont réalisés pour 80% à l'export et pour 75% sur le marché des avions civils...Sans parler de tous les empois induits (Thales, Safran, MBDA et tous les sous-traitants).Ne faudrait-il pas des centaines de sociétés comme Dassault Aviation afin que la France et les Français vivent mieux, plutöt que des ras de sociétés subventionnées (avec "nos" impôts) et qui trop souvent font faillite? Si demain le Rafale était vendu à l'Inde, au Brésil, aux EAU, au Qatar, au Koweit, en Libye, en Malaisie il y aurait encore ici des commentaires acerbes (et très souvent truffés de fautes d'orthographe, c'est dire le niveau) pour se morfondre d'une réussite française....

Kiki  a écrit le 12/04/2012 à 20:21 :

Non, un avion de chasse n'est pas un produit de grande consommation. Il n'a pas été conçu pour être vendu comme on vendrait une tablette. L'Etat français a spécifié un avion répondant aux besoins de l'armée française uniquement. La logique de rationnalisation du type d'appareil n'est pas idiote économiquement parlant. Alors ça n'est peut être pas le meilleur avion du monde, ça n'est pas le moins cher à l'unité, mais c'est celui qui répond le mieux au besoin français parmis ceux disponibles sur le marché. À partir du moment où l'Etat français souhaitait un renouvellement de sa flotte, existait-il un choix plus rationnel que celui du Rafale? Personnellement, je ne le crois pas. La vente à l'export n'est que la cerise sur le gâteau qui permettrait entre autre de réduire les coùts non récurrents de l'appareil.

Maxim  a répondu le 13/04/2012 à 5:10:

Pour remplacer nos Super Etendards, les marins avaient opte pour le F18. Il y avait donc une alternative au Rafale, un choix plus rationnel et moins couteux. Nous avons bien des C 135 ravitailleurs et de AWACS qui sont des versions militaires du Boeing 707. Oui nous aurions pu satisfaire les pilotes de la marine nationale en optant pour le F18. Ces pilotes suivent aussi une formation aux US en immersion totale au sein de l'US Navy. Neanmoins, le Rafale reste un avion d'excellente qualite, son seul probleme, son cout.

Patriote  a écrit le 12/04/2012 à 19:36 :

Même si les commissions dans l'armement reste tres liées aux affaires politiques au moins on pourra pas dire que le Président SARKOSY a touché un bakchich, sauf si un jour il s'avère qu'il ne negociait pas pour Dassault Aviation.

Havoc  a écrit le 12/04/2012 à 19:08 :

Pour sauver le Rafale, il faut voter Mélenchon. C'est le candidat le plus proche de Serge Dassault.

TARTARIN  a écrit le 12/04/2012 à 18:49 :

Sauros,

vous savez bien que les politiques ne sont ni des chefs d'entreprise, ni des directeurs marketing !!! Cet avion, il fallait que l'armée de l'air en passe commande dès le début pour convaincre tout de suite les clients potentiels à l'exportation de l'acheter. En France, nous avons de remarquables ingénieurs, mais de piètres vendeurs. Ce n'est pas nouveau et pas de changer...

petit scarabé  a répondu le 12/04/2012 à 19:49:

J ai du rater un épisode : l'armée de l'air l'a commandé dés le début et je dirais même avant puisqu'elle en a déterminé les spécifications.

sauros  a écrit le 12/04/2012 à 18:16 :

Le problème du Rafale est le problème que connait tout produit qui ne se vend pas dès qu'il est mis en place sur les marchés. Il est irresponsable de la part de Mitterrand d'avoir ordonné la construction et ne rien faire derrière pour vendre cet appareil.Patron de PME ,j'ai toujours sut qu'il fallait pénétrer le marché en vendant si besoin était sous le prix de fabrication le temps que le produit soit connut. La Libye a été un terrain d'essais grandeur nature favorable au Rafale ,les responsables des futurs pays acheteurs ne s'y sont pas trompés ,le Rafale alligne d'énorme possibilités face aux concurrents.

MAISENCORE  a écrit le 12/04/2012 à 18:12 :

QUE DE COMMENTAIRES PUANTS!!! ET DIRE QUE SI CELA SORTAIT DE N'IMPORTE QUEL PERSONNAGE PUBLIQUE ILS SERAIENT TOUS OUTRES!

petit scarabé  a répondu le 12/04/2012 à 18:33:

Je pense que c'est la premiere fois que tu lit les commentaires suite à un article, tu verras tu t'y habituras vite ou alors tu les zapperas definitivement.

.  a écrit le 12/04/2012 à 16:17 :

Coup de chance, la Tribune vient fort à propos de nous expliquer que l?armée de l?air indienne a un taux d?accidents de ses avions de combat très élevé, et que l?armée américaine a récemment perdu un F-18?
Avec ça, c?est sûr il faudrait être fou pour ne pas considérer que le Rafale est un avion que tout le monde devrait s?offrir?

petit scarabé  a répondu le 12/04/2012 à 18:35:

Encore la théorie des complots...

patex  a écrit le 12/04/2012 à 15:37 :

@Michel Cabirol: j'apprécie votre suivi de l'actualité du Rafale, qui en règle générale est de qualité et bien renseigné. En revanche, le titre de votre article "Rafale: les espoirs déçus de Nicolas Sarkozy" me paraît assez douteux et indigne de Latribune.fr. L'objectif est de vendre le Rafale à l'étranger, que le client soit émirati ou autre n'y change pas grand chose. L'Inde vaut bien plus comme client que ces Etats insignifiants que sont la Suisse ou les EAU, et un client comme l'Inde est une garantie incomparable pour de futures exportations. Je suis curieux de voir ce qu?il restera des EAU quand les réserves de pétrole et de gaz se seront taries... Ces gens là se sont trouvés les poches bourrées de pétrodollars en quelques décennies, mais le retour de bâton sera très violent. La stratégie de la France doit naturellement s?orienter vers des pays qui domineront le monde demain. Les émirats n?en font pas partie. La France n?a pas non plus vocation à concentrer autant d?efforts pour un petit confetti de désert assis sur des réserves de pétrole. On a l?impression qu?il faudrait se plier en quatre pour satisfaire ces gens là !
A mon sens la mission de l'Etat et des industriels est gagnée avec le succès en Inde. Les Brésiliens se prononceront pour le Rafale dans les prochaines semaines, et les EAU, Qatar et Koweit le feront à leur tour un peu plus tard. Il faut juste un peu de patience pour les faire mûrir, vous auriez du y penser en rédigeant votre billet. Les efforts diplomatiques déployés mettent toujours du temps pour porter leurs fruits, mais il ne faut pas perdre de vue qu?en fin de compte, c?est Dassault qui décidera si oui ou non le Rafale leur sera vendu. C?est eux qui veulent notre avion, n?inversons pas les rôles ! Ne perdons pas de vue non plus qu?il vaut mieux pour Dassault que ces commandes interviennent à intervalle régulier dans le temps que toutes au même moment : la chaîne de production risque d?être mise sous tension.Une avalanche de commandes et des délais de livraisons serrés se traduiraient pour l?industriel par des coûts supplémentaires...

oeillères  a répondu le 12/04/2012 à 18:08:

@patex, votre anti pays producteurs de pétrole primaire, vous empêche de comprendre la réalité!
les qatar le koweit, et les autres états du golfe , par leurs fonds d'investissement détiennent des parts très importantes des plus grosses sociétés européennes et américaines. ils dépensent certe beaucoup, mais investissent encore plus!
faites un peu plus de géopolitique, avant de cocoricoter.
ceci mis à part NS est nul, il avait promis et il n'a pas tenu!, comme la majorité de ses promesses dailleurs. dehors en avril ou en mai.

patex  a répondu le 12/04/2012 à 18:44:

@oeillères
Mon propos n?a rien d?une diatribe primaire contre les producteurs de pétrole ou les micro-états du Golfe. Il est indéniable que ces états ont des participations utiles (mais à surveiller de près, elles doivent dans tous les cas rester minoritaires) dans nos fleurons, mais vous qui parlez de géopolitique comme un élève de seconde sans apporter d?arguments consistants, devriez savoir que ce genre d?alliance comme celles qui ont été faites avec le Qatar ou Abou Dhabi sont risquées pour la France, car toute agression contre ces pays exposerait directement notre pays et par corollaire l?Europe toute entière. Cela ne ferait que montrer au grand jour l?absence de politique militaire stratégique commune, nos partenaires ne manquant pas à l?occasion de nous laisser seuls avec nos problèmes. Ce genre d?engagement politique sent la doctrine américaine à plein nez. En cas de conflit régional, nous nous retrouverons embarqué malgré nous, ce que nous avons eu l?intelligence de ne pas faire en 2003. Le nain Sarkozy est tombé dans le panneau, et revenir maintenant sur ce type d?accord se fera à grand frais. Les américains qui entendent toujours peser dans la région, ont une implantation permanente à Abou Dhabi (sur la base d?Al Dhafra), ça suffisait largement. Cette région est une poudrière, et la prochaine fois qu?il y aura une crise, nous y serons impliqués. La France s?est engagée auprès de ces pays en espérant y vendre des avions, et pour attirer des fonds qui viendront en France comme ils auraient pu le faire dans n?importe quel autre pays. Le bilan : des négociations soit disant bien engagées, mais pas de concret, et un point chaud de plus à surveiller et à défendre pour notre pays. Il me semble que c?est votre analyse qui manque de hauteur de vue et d?anticipation dans le temps ! C'est en cela que j'estime que notre stratégie est à orienter vers des grands pays qui feront le monde de demain et non vers des pays insignifiants....

stoppeur  a écrit le 12/04/2012 à 15:06 :

Pour démontrer la qualité des armements français dans le monde,ou bi
en il faudrait que De Gaulle et Napoléon Ier sortent de leur tombe;
ou que l'Allemagne ait un ascendant irrésistible au niveau européen,
économiquement et militairement;ou encore confier le commandement de
l'armée française à Israël...Dassault étant né Bloch,il avait été re
marqué par les plus grands militaires de la Luftwaffe durant sa pério
de de détention,à la 2è guerre...Hélas,la France n'a même pas eu l'
intelligence de partager ses marchés d'armement avec des "pays frères
" comme la Pologne...Cela aurait permis d'abaisser le prix de ses équipements à vendre,d'une part;et il y aurait alors eu un engouement
irrésistible chez tous les militaitres d'Europe pour se les appropri
er...Les Américains et les Russes en auraient conçu un complexe...

la méthode  a écrit le 12/04/2012 à 15:02 :

mais pourquoi n'invite-t-il pas ces dirigeants a venir planter leur tente dans les jardins de l'élisée ou à trôner à coté de lui au défilé du 14 juillet?
il a pourtant montré qu'il savait choisir et faire plaisir à ses amis présidents (ou pas) ,o)

Patrickb  a écrit le 12/04/2012 à 14:22 :

Si la famille Dassault n'avait pas été dans le sérail des copians des copains, il y a longtemps que l'entreprise aurait été délocalisée en Chine !!!

stoppeur  a répondu le 12/04/2012 à 15:25:

Certes,encore faut-il ne pas oublier que l'entreprise s'est const
ruite avec le seul argent de l'Etat français...Ce qui est navrant,
c'est de ne pas avoir nommé Marcel Dassault Ministre de la Défense
!Et qu'il n'ait pas été + "intéressé" par la Présidence de la Ré
publique...Les Allemands lui avaient proposé-durant sa captivité-
de servir le Reich!Etonnant,non?Tout l'armement français est excep
tionnel...Ce qui l'est moins,c'est la mentalité des politiques du pays...Pour l'agriculture,il y a la PAC;mais pour que l'Europe de
vienne une seule entité militaire et politique,qu'y a-t-il...?La
France n'a même pas encore eu l'idée de proposer à un pays comme
la Pologne de construire ce qu'elle conçoit:navires,avions,sous-
marins,missiles,chars,etc...quel manque d'audace face aux USA,la
Russie,la Chine...Pourtant,il n'y a pas plus fiable allié que la
Pologne pour la France,en Europe...Mais ça ne lui a "servi" qu'une
fois:lors de la percée des armées bolcheviques en Europe,après la
1ère guerre mondiale:De Gaulle,officier de renseignement a "consei
llé" à l'état-major polonais de scinder l'armée en 2 et de laisser
l'armée russe s'y engouffrer.On sait ce qui arriva...Morale:une ar
mée peut avoir les meilleures armes,sans la matière grise pour la commander,sans audace stratégique géniale,ça ne sert à rien...

stoppeur  a répondu le 12/04/2012 à 15:31:

C'est évident:la France n'a pas les politiques qu'il faut pour per
mettre à son armée d'être leader en Europe,même avec les équipeme
nts que ses ingénieurs sont capables de créer...Peut-être faudrait
-il créer un pôle d'armement franco-germano-polonais?Et l' "axe"
d'état-major qui le servirait?Et en confiant le "commercial" à
Dsssault?

Dédé35  a écrit le 12/04/2012 à 14:16 :

Sarko a traité par le mépris les hommes des affaires étrangères avant de découvrir que ce sont ceux-là qui soutiennent partout dans le monde, au jour le jour, les exportations françaises. Il croyait qu'il pouvait tout faire lui-même avec ses (chers) consultants de l?Élysée. Le bilan c'est notre déficit commercial abyssal et tous ces échecs Rafale, TGV, Areva,...

stoppeur  a répondu le 12/04/2012 à 15:37:

De Gaulle a été visionnaire en matière de techniques de pointe fra
nçaises...et en politique,aussi.Il n'a pas connu de successeur en
tant que tel,sauf Dassault en ingénierie aéronautique,et d'autres
que je ne connais pas en matière navale,d'équipements radars,de mi
ssiles,etc...Décidément,il manque toujours une pièce dans le puzz
le pour le finaliser avec bonheur...

Jean-Christophe Destailleur  a écrit le 12/04/2012 à 14:13 :

Je suis pour le moins interpellé, lorsque je lis certaines réactions fustigeant le coût du projet Rafale...

Réalise-t-on le nombre d'emplois induits par ce projet ?
Et surtout, sans le Rafale, réalise-t-on que notre pays serait contraint d'importer ses avions de chasse ? Faut-il rappeler combien ceci serait désastreux pour notre balance commerciale, déjà ultra-déficitaire ?

Par ailleurs, pourrait-on se satisfaire d'être dépendant de l'étranger pour notre matériel militaire et notre défense ?



Ce qu'on ne voit pas...  a répondu le 12/04/2012 à 14:47:

Mesure-t-on le nombre d'emplois DETRUITS par les taxes qui ont financé les subventions versées au projet Rafale ? 10 fois le nombre d'emplois créés, au minimum !

Tauf  a répondu le 12/04/2012 à 15:09:

non "on" ne realise pas , reflechir et s'informer c'est tres compliqué pour certains...

Tauf  a répondu le 12/04/2012 à 15:09:

non "on" ne realise pas , reflechir et s'informer c'est tres compliqué pour certains...

Domi  a répondu le 12/04/2012 à 15:34:

Effectivement , le projet Rafale a permit a beaucoup d'entreprises de faire un bond technologique qui leur permet aujourdhui d'etre competitive voire en pointe dans leur secteur, c'est le cas pour Thales avec le radar AESA , c'est le cas de SNECMA avec le M88 . On aurait payé plus cher pour participer a l'Eurofighter ou acheter des F35 et la France aurait perdu bien plus que des emplois, un savoir faire que seul une toute petite poignee de pays maitrise encore.

TOUCHE COULE  a écrit le 12/04/2012 à 13:46 :

Pauvre sarko, qu'il se rassure, la lutte finale est pour très bientôt!!! allez, encore quelques jours de patience!!! Mon choix 58-42 Qui dit mieux????

damien2007  a répondu le 12/04/2012 à 15:09:

Pour moi même 55/45 ce sera super du moment qu'il D É G A G E !... Et peut être c'est Hollande qui signera les contrats du Rafale... LOL

!!  a répondu le 12/04/2012 à 16:17:

Avec de tels commentaires, et de telles mentalités vous meritez vraiment votre situation et votre futur président !! Repensez a vos propos dans 6 mois !!

gégé  a répondu le 12/04/2012 à 16:25:

même à 50.01 % contre 49.99 % je prends. Pourvu que l'on s'en débarasse !!!

ff  a répondu le 12/04/2012 à 16:32:

c'est surtout hors sujet, je ne comprends pas la moderation

gégé  a répondu le 12/04/2012 à 16:46:

Non au contraire c'est en plein dans le sujet, pas d'avion vendu donc bilan négatif, tout comme les inombrables promesses non tenues, il faut donc partir de gré ou par la force des urnes; ne vous déplaise.

loulou  a répondu le 12/04/2012 à 17:16:

ne confondez pas les contrats d'armements avec des contrats de vente d'ustensiles de cuisine... vôtre anti -sarko vs fait perdre la raison !!

Ben voilà  a répondu le 12/04/2012 à 17:17:

Pour les bilans futurs de vos amis socialistes, on en reparlera dans 5 ans... Le sujet de l'article me semble ailleurs. La seule chose qui compte est d'exporter cet avion... Le reste n'est que gesticulations inutiles.

Imaginr  a répondu le 12/04/2012 à 18:00:

Beaucoup sont en train de vendre la peau de Sarko avant même de l'affronter ! Je pense que la surprise sera d'autant plus grande... Quant au sujet proprement dit, ce n'est pas la première fois que la France sait être en avance en matière d'aviation, civil ou militaire et qu'elle ne sait pas vendre sa technologie, les exemples sont nombreux et les français n'ont pas de mémoire. La faute à Sarko ? Elle est tellement facile celle-la qu'elle frise l'absurdite. Si on prend en compte la crise en général, c'est déjà un exploit d'avoir pu mener ces négociations jusqu'à ce stade ; beaucoup auraient laisse tomber avant. Alors ceux qui se réjouissent déjà à l'idée qu'il ne fera pas un second mandat, si cela arrive, vont vite, très vite déchanter dans quelques mois ...

Paco  a répondu le 12/04/2012 à 18:09:

Belle conclusion pour un article sur Sarko 1er, les espoirs déçus, les promesses non tenues.

Jean05  a répondu le 12/04/2012 à 18:49:

Entièrement d'accord avec Imaginair,si FH passe vive la révolution dans 6 mois. C est pas faute de vous avoir prévenu, vous voulez Flamby ( il va se faire gober ) juste le temps de le dire. D'ailleurs hier les journalistes ne lui ont posés aucunes questions gênante , comme cela.il à encore esquivé toute réponses qui l aurait mis dans l embarras. Il est reste dans le flou et quand il y a du flou d 'après M Aubry il y a un loup

Gilles1  a écrit le 12/04/2012 à 13:33 :

Les Français ont joué et jouent encore avec le feu avec le voisin suisse en lui cherchant sans cesse des poux dans les cheveux. Woerth par exemple (arroseur arrosé). Au lieu de faire comme les Allemands et les Anglais qui ont signé un accord. Et en oubliant surtout que 100 000 frontaliers sont employés dans la Confédération avec des salaires plus que confortables. Les régions françaises limitrophes entre Bâle et Evian seraient au niveau de la Lorraine sans cette bouffée d?oxygène.

Nono  a répondu le 12/04/2012 à 14:14:

Je ne dénigre pas mais c'est bien mal connaître un département comme la Haute-savoie qui est juste le premier département touristique sur l'année dans un pays qui est le premier au monde en nombre de touristes !

Frank  a répondu le 12/04/2012 à 14:48:

Les derniers chiffres 2011 annoncent 150'000 frontaliers français travaillant en Suisse. Est-ce que le tourisme de la Haute-Savoie va leur trouver du travail au salaire suisse?

Déclin  a répondu le 12/04/2012 à 15:00:

"Nono" vous nous rabachez les fausses informations rabachées elles même par les UMP. En Haute Savoie, en 1975 il y avait 1 200 entreprises de décolletage. En 2011 il en reste moins de 300. Le Haute Savoie, elle est comme lereste de la France, les friches industrielles sont devenues des lieux touristiques en devenir pour les Chinois qui s'enrichissent sur notre dos avec la bénédiction des gouvernements Raffarin, DeViIllepin et Fillon.

stoppeur  a répondu le 12/04/2012 à 15:50:

Si la France avait la même "sagesse" politico-économique que ses
voisins helvétes,peut-être que cela aurait évité 2 guerres mondia
les + le désastre de 1870-71 + 2 guerres coloniales malheureuses.
..Les chemins de fer connaîtraient un essor tout autre que celui
du TGV,notamment dans les régions où les autoroutes ne peuvent pé
nétrer sans défigurer les paysages et mutiler les économies loca
les traditionnelles(ex:l'agriculture).Quoi qu'il en soit,certains
retraités suisses n'hésitent pas à franchir la frontière pour ve
nir acheter un bien immobilier et s'offrir une retraite dans not
re doulce France...Qui s'en plaindrait?Il faudrait les naturali
ser,non?

on est les meilleurs ...  a écrit le 12/04/2012 à 13:16 :

On s'en fiche nous on vend les droits de l' homme !

stoppeur  a répondu le 12/04/2012 à 16:00:

C'est bien vrai,ça!Mais ça ne sert à rien,en fait!Sauf à Dassault,
qui est l'industriel français le plus irréprochable...Que n'a-t-il
eu d'ambitions à devenir Président de la République,chef des armé
es,et de la diplomatie française?L'Europe existerait déjà depuis
belle lurette,militairement,diplomatiquement,économiquement...Tout
comme Mouton-Rothchild,côté vins...Effectivement,il manque un
"grand timonnier" à la France pour...faire valoir ses armes...!!
La France,c'est comme un mauvais boulanger avec la meilleure fari
ne...

albert²  a écrit le 12/04/2012 à 13:05 :

on a à faire à de grands spécialistes ici ...!!!

Photo73  a écrit le 12/04/2012 à 13:02 :

Quand Siemens vend un TGV dans un pays quelconque, est-ce la chancelière qui va signer la commande ? Nous sommes un pays un peu spécial. Comme disent certains, ça rend toute négociation lourde car multi-partite. Les entreprises font presque partie de l'Etat mais pas totalement, un truc hybride.

Gilles  a répondu le 12/04/2012 à 13:36:

On appelle cela la société d'économie mixte. Tout un programme. Avec de belles planques ici ou là pour les copains.

Patrickb  a répondu le 12/04/2012 à 14:24:

@Ohoto73: les entreprises sont "publiques" quand il s'agit de demander des subventions ou de combler les pertes, mais privées quand il s'agit de croquer les bénéfices...et Dassault est un excellent exemple de cela.

GuiBeau  a répondu le 12/04/2012 à 15:09:

Auriez vous la naîveté de penser que dans les ventes d'avions US ou EADS les politiques n'interviennent pas ? Pourquoi serions nous les seuls à ne pas soutenir nos entreprises à l'export ?

Domi  a répondu le 12/04/2012 à 15:14:

le developpement des avions de combat est 100% financés par les etats. Le Rafale est un cas unique ou 25% de la RD a ete pris en charge directement par les industriels.
Il ne faut pas se meprendre , l'etat français a bien plus besoin de Dassault que l'inverse...

petit scarabé  a répondu le 12/04/2012 à 15:21:

Je savais pas que Siemens vendait nos TGV (naïvement je pensais qu'il nous concurrencait avec leur ICE), concernant le Rafale il s'agit souvent de contrat d'etat à etat il est donc souhaitable que notre representant fasse acte de présence, c'est s'il ne venait pas que cela serait incomprehensible et inacceptable. Rappellons par ailleurs que Mme Merkel ne s'est pas gené pour écrire personnellement une lettre au gouvernement indien ventant tous les benefices que leur apporterait l'Eurofighter

stoppeur  a répondu le 12/04/2012 à 16:04:

Oui,mais on ne peut pas dire que Dassault n'a pas su valoriser l'
argent de l'Etat français...!!Si Dassault avait été Ministre de la
Défense à vie,la France réussirait à vendre les Rafale,les chars
Leclerc comme son électronique,aujourd'hui;et aussi son aviation
d'affaires...

vente  a écrit le 12/04/2012 à 12:31 :

Hahahahahaha qui peu croire une seconde que l'on peu vendre un avion de guerre à ce tarif avec l'image de la France qui se dégrade tout les jours, en plus c'estr déjà vieux comme avion ! Sarkozy a réellement tenté la dessus rien à redire mais la réalité est bien différente. Je ne crache pas sur mon pays mais il va bien falloir se réveiller et comprendre que nous ne sommes plus si fort et si malin. Fini la grande époque, ce sont nos impots qui ont financé tout le programme alors évidement il coûte le double !!! POURQUOI ??? Demandé un devis "vous payez = xxx" subvention ="xxx+xxx" !!! Pas besoin de chercher ou est l'erreur.

petit scarabé  a répondu le 12/04/2012 à 14:29:

Evaluation officielle anglaise du cout de l'eurofighter : 270 millions d'euros l'unité , evaluation de la cours des comptes du programme Rafale : 150 millions d'euros l'unité. Pour info au cours actuel du dollar un F22 : 266 millions d'euros donc avant d'étaler ces raisonnements mals étayés il faudrait peut être se renseigner.

Vente  a répondu le 12/04/2012 à 16:46:

Allez sur wikipedia et lisez "Coût unitaire 63 millions ? (coût flyaway) 1
88,4 millions ? (coût d'achat 2007) pour l'eurofighter" et "Coût unitaire 142,3 M? avec les coûts de développement ? (c'est quoi)" Si vous avez une calculette et arrêtez de délirer dire 266 millions franchement c'est pas sérieux ! Alors en effet ce que je dis est sérieux, AU FAIT SI ON EST SI BON MARCHE pourquoi on n'en vend pas UN !!!!

petit scarabé  a répondu le 12/04/2012 à 18:29:

@ ventes : les couts que j 'ai donnés sont fly away + R&D, je n ai pas besoin de sortir ma calculette (heureusement!) ces données sont disponible sur wikipedia ou en epluchant les comptes rendus de la cours des comptes , 266 millions d'euros pour le F22 cela t'etonne mais c est sur WIKI (enfin 350 millions de dollars), le chiffre de 142.3 millions d euros que tu donne pour le Rafale a été legerement revu à la hausse suite à l'integration de l'AESA et de quelques "accessoires" soit à peu prés 150 million d'euros maintenant ; concernant l'eurofighter (272 millions d'euros) je comprend ton etonnement mais il est clair que ce programme a completement derapé , j'avais trouvé ce chiffre sur un extrait du rapport britanique que je ne trouve plus mais ce n'est pas un secret car tu peux trouver sur wiki dans le paragraphe cout :"En 2011, la hausse du coût du programme Eurofighter Typhoon a conduit le ministère de la Défense britannique à réduire la cible de 232 à 160 appareils et la Cour des comptes britannique (National Audit Office) estime que les 160 appareils de la Royal Air Force coûteront aux Britanniques 37,1 milliards de livres (43,6 milliards d'euros) soit 272 millions d'euros (+75 % du coût initial) pour chacun des 160 Eurofighter commandés, soit près du double du coût unitaire estimé de chaque Rafale (142,3 millions d'euros)" et sache que les britaniques cherchent à se debarasser des premiers eurofighter recus et à vendre leurs options sur la derniere tranche à venir ce qui en dit long sur leur envie d'avoir ce chasseur en ligne ...

miche77  a écrit le 12/04/2012 à 12:02 :

C'est certainement un très bel avion soi-disant supérieur à la concurrence sur le plan technologique et du prix, mais quand on s'aperçoit que l'on a pas vendu un seul à l'export depuis des années pour Dassault la France est une vache à lait et je pense que le monopole devrait cesser et que le cocorico nous coute très cher!
dans une période de crise des économies seraient les bienvenues!

Bon avion  a répondu le 12/04/2012 à 12:26:

Aux dires des pilotes, c'est un très bon avion. Mais le problème est qu'il est en concurrence avec les avions américains beaucoup moins chers. Pourquoi moins chers ? Parceque quand la France commande 100 Rafale, les USA commandent 1000 avions. Donc la part des frais de recherche et développement dans chaque avion américain coûte 10 fois moins que dans un Rafale (1/1000 contre 1/100). Cela c'est pour le prix. Ensuite, il y a les facteurs politiques.

Tribun  a répondu le 12/04/2012 à 12:37:

Pour Dassault les commandes militaires de la France représentent moins de 25% de son chiffre d'affaires, moyenne des 5 dernières années.

UT  a répondu le 12/04/2012 à 14:12:

aneries , que doit on faire alors ? acheter americain ou russe plutot que d'impliquer des centaines d'entreprises françaises ? Bon Avion et tribun ont raison

Dédé35  a répondu le 12/04/2012 à 14:18:

Dassault se contente du marché garanti par l'état qui lui apporte une rente sans avoir à se battre sur les marchés extérieurs. Il est temps de mettre fin à l'assistanat au lobby militaro-industriel,...

Ben voyons  a répondu le 12/04/2012 à 15:11:

Dassault ne se contente de rien , Informez vous sur Rafale International. Vendre des avions de combat c'est autre chose que de debiter des aneries sur internet

stoppeur  a répondu le 12/04/2012 à 16:07:

Il faut nommer un Dassault,un Lagardère à la tête du Ministère de la Défense;si ce n'est l'élire Président de la République,et donc
chef des armées de la France...

Jean-Christophe Destailleur  a écrit le 12/04/2012 à 12:01 :

1981-2012. Nous avions vu François Mitterrand inaugurer le TGV, réalisé sous le mandat de Valery Giscard d'Estaing. Verrons-nous également, s'il est élu le 6 mai prochain, François Hollande signer le contrat Rafale, décroché grâce à la pugnacité de Nicolas Sarkozy ? C'est tout à fait possible ...

N'exagérons rien !  a répondu le 12/04/2012 à 13:10:

Il ne faudrai pas attribuer à Sarkozy des mérites injustifiés. En revanche, il serait justifié d'attribuer à Sarkozy la désindustrialisation, la fermeture de 900 sites industriels, la montée énnnoorrmme du chômage, la création des auto-misères et des travailleurs pauvres qui se lèvent tôt pour gagner beaucoup moins.

Jean-Christophe Destailleur  a répondu le 12/04/2012 à 13:59:

Effectivement n'exagérons rien ... ! Lorsque vous parlez de désindustrialisation, vous semblez faire l'impasse sur le fait qu'Alstom, constructeur du TGV, véritable fleuron industriel français, à deux doigts de la faillite, à été sauvé par Nicolas Sarkozy.
Soyons franc et sincère, si Ségolène Royal avait été élue en 2007, cette entreprise n'existerait sans doute même plus...
Concernant le chômage : 1,2 millions de chômeurs en 1981 avant l'arrivée de Mitterrand puis 3,1 millions de chômeurs après le départ de Mitterrand. Aujourd'hui : 2,8 millions.. alors que nous sommes plongés dans la crise la plus grave depuis 1929, du fait de la gabegie des gouvernements socialistes. Enfin, lorsque vous parlez de la création des "auto-misères" ... faites-vous allusion au statut d'autoentrepreneur, qui satisfait ces derniers à 87 % ?
Quand aux travailleurs pauvres qui se lèvent tôt ... qui a créé le RSA afin d'améliorer leurs conditions ?

Je suis par conséquent d'accord avec vous : N'exagérons rien !!!

petit scarabé  a répondu le 12/04/2012 à 14:32:

@ "n'exagérons rien" tu as oublié la secheresse, la famine dans le monde, le cancer du rectum et la tourista...

sauros  a écrit le 12/04/2012 à 11:56 :

l'histoire du Rafale démarre en 1976 ,1988 verra les premiers essais et 1993 Mitterrand donnera son accord pour la fabrication de cet avion révolutionnaire. Depuis rien a été fait pour le vendre ,l'égo de Dassault l'emportait sur le bon sens . 2007 N Sarkozy est arrivé a fait une obsession pour vendre cet appareil .Aujourd'hui cela est en train de payer ,l'Inde est en négociation privée ,la Suisse ,les Emirtas et le Brésil revoient leurs position ,ce sera tout bénéfice pour le futur président.Personne avant N Sarkozy ne c'est autant employé pour cet avion ,Mitterrand ,Chirac.Ont peut critiquer Sarkozy ,mais là il lui faut reconnaître son avantage ,j'espère que le futur président autre que lui en sera reconnaissant ,il a toujours été difficile de lutter contre les Américains dans ce domaine ,voir les avions ravitailleurs entre autre.

Trou sans fonds  a répondu le 12/04/2012 à 12:38:

Depuis 1976, plus de 30 milliards d'euros de fonds publiques donnés a Dassault ...

rb  a répondu le 12/04/2012 à 13:12:

Dassault aviation sous perfusioon d'argent publique,ce qui n'empeche pas son ancien patron de denoncer l'horrible assistanat pour les plus demunis.Le cynisme n'a plus de limite.Les premiers assistes de france,les potos du cac 40

sauros  a répondu le 12/04/2012 à 13:57:

dans le même registre d'argent publique : SNCF ,SNCM ,dockers ,Air France etc,etc, Vibrachoc société Patrice Pelat amis de Mitterrand acheté 5 fois sa valeur par l'Etat Français . Le programme Rafale a permis de développer le logiciel CATIA qui par la suite à servis a l'automobile puis l'industrie courante. Je salue l'effort vain de Monsieur le président de la république Française Nicolas Sarkozy.

pmxr  a écrit le 12/04/2012 à 11:38 :

il y'a un mois ... c?était hip hip hourra ... maintenant on nous dit que c'est pas ça dutout ! Bref ! si je comprends bien les mauvaises nouvelles tombent en rafale !

a mon avis  a répondu le 12/04/2012 à 11:52:

ce n'est ni l'un ni l'autre , il faut juste .. apprendre a lire

petitjean  a écrit le 12/04/2012 à 11:30 :

je déteste Sarkozy, mais cet article et ces commentaires sont lamentables !

quelque chose d'essentiel n'est pas dit : nos "amis" américains sont toujours à la manoeuvre pour nous empêcher de vendre nos armements, surtout aéronautique.
Tous les tests ont prouvé la supériorité de notre avion. Mais les contrats sont très souvent dans une logique politique.
Les pressions qui subit l'Inde, de la part de nos "amis" américains, pour la dissuader d'acheter nos rafales, est absolument incroyable !

JEf  a répondu le 12/04/2012 à 11:39:

et des britanniques

GIJO  a répondu le 12/04/2012 à 13:09:

Arrêter petit jean,bientôt vous aurez les socialistes avec en association les communistes vous allez pouvoir rêvez.

mlou1  a écrit le 12/04/2012 à 11:17 :

Combien de centaines de milliards engloutis dans le rafale qui aura servi une seule fois en Libye pour arriver au résultat déplorable que l'on connait...Combien de missiles à 350000 Euros utilisés pour rien...alors que près de 10 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté...Pauvre France...

rb  a répondu le 12/04/2012 à 11:35:

C'est le copinage qui prime sur la raison. Les oligarques se serrent les coudes et depensent l'argent public pour des potos meme si le projet industriel est bancale.Bienvenue en republique bananiere

JUMM  a répondu le 12/04/2012 à 11:55:

bah vu la profondeur de raisonnement du "petit peuple" , autant rester entre oligarques

mlou1@  a répondu le 12/04/2012 à 13:43:

Pour JUMM:
Le p'tit peuple pourra surement un jour récupérer tous les biens que tu lui as piquer...et estime toi heureux de ne pas en perdre la tête...;-)

Bof  a répondu le 12/04/2012 à 15:43:

Il s'en fiche JUMM , il a surement ses entrees en Suisse ou au Luxembourg ou il investira son argent pour creer des emplois. Pour le reste il sera difficile de spolier les incapables qui resteront

élénore  a écrit le 12/04/2012 à 10:57 :

Vous critiquez notre Président mais reflechissez donc a ce qu'aurait pu faire la gauche si elle avait ete au pouvoir : pire !!!

Zargan  a répondu le 12/04/2012 à 11:15:

Pire que zéro vente ???

Vous pouvez développer ? ;-)

Sed  a répondu le 12/04/2012 à 11:26:

Nous n'en savons rien ...
En ce qui concerne le Rafale , il est clair que Sarkozy a ouvert des portes mais il est tout aussi vrai que son manque de suite dans les idées n'a pas permis de conclure les contrats. On va pouvoir bientot juger de l'efficacité de Hollande...

c'est lassant ce genre d'argument pipo surtout !  a répondu le 12/04/2012 à 11:34:

C'est surtout toujours l'argument "massue" : "de toute façon les autres auraient fait pire!", ce qui est à la fois lassant, et surtout c'est une affirmation gratuite à l'emporte pièce. C'est ce qu'on sort à tout bout de champ quand on n'a rien d'autres : " de toute façon les autres auraient fait pire!". Il y a un moment ou ma récation c'est de dire "bon, ça suffit là, de dire à chaque fois que meme si ca rate les autres feraient pas mieux!, aller jouer ailleurs et on va déjà voir ce que les autres sont capable de faire avant de dire qu'ils feront pire!!" Donc deja, on va essayer les autres et puis là on verra bien ce qu'il en est. Et pour répondre sur le même ton : "de toute façon, avec ceux qui auraient fait pire, ça pourra être pire qu'avec les actuels !"

arph  a écrit le 12/04/2012 à 10:11 :

quelques sources diplomatiques haut placées m'indiquent que c'est plus encore la prétention irraisonnée de nos ingénieurs-commerciaux que la cherté de nos solutions qui serait la cause principale des échecs du Rafale, du nucléaire ou des TGV...

Prétention Irraisonnée  a répondu le 12/04/2012 à 10:46:

Vous êtes très bien renseigné. Les prétentions irraisonnées commencent dans les grandes écoles dont les directeurs et les professeurs sont frappés eux même de prétentions irraisonnées qu'ils transmettent en les martelant à leurs élèves tellement fiers eux mêmes de s'auto-proclamer les meilleurs et les plus forts du monde. Sauf que la France n'est que 11ème sur 27 pays européens en matière d'innovation... http://ec.europa.eu/enterprise/policies/innovation/files/ius-2011_en.pdf

Jules  a répondu le 12/04/2012 à 11:16:

Pour la simple et bonne raison que les ingénieurs français se voient offrir de bien meilleur salaire à l'étranger... La formation supérieure en France est réputée partout dans le monde, ce n'est pas nouveau, et nous ne sommes pas les seuls à le penser.

DAT  a répondu le 12/04/2012 à 11:36:

debat stupide , la vente d'un avion de combat obeit surtout a des criteres politiques et geostrategiques.

Auto-proclamation  a répondu le 12/04/2012 à 11:49:

Le cancer de la France c'est la maladie de l'auto-proclamation, l'auto-satisfécit, l'auto-prétention, l'auto-machin, l'auto-vantardise, l'auto-attribution !!!

gijo  a répondu le 12/04/2012 à 13:10:

OUI LE CANCER DE LA FRANCE C'EST DE SE PLAINDRE SANS ARRÊT PAUVRE FRANCE QU'ILS AILLENT VOIR AILLEURS.

petit scarabé  a répondu le 12/04/2012 à 15:02:

@ "auto proclamation" le cancer de la France c'est plutôt l'auto flagelation

pasquedubien  a écrit le 12/04/2012 à 10:03 :

Pas de souci..Mossieu " Moi-Je", va régler le probléme, en imposant cet avion au reste du monde..

bien qu 'il sagisse de Dassault, un exécrable riche...

Quand on est François IV ou V, on réussit tout, et le reste !!!

bili hari  a écrit le 12/04/2012 à 9:31 :

On confine au ridicule avec le rafale..Il n'y a évidemment aucune critique à adresser au Chef de l'Etat, mais beaucoup d'argent public a déjà été englouti et il faut savoir mettre un terme à une aventure et sauver les meubles. Concentrons-nous sur des dossiers qui ont de l'avenir..

DAT  a répondu le 12/04/2012 à 11:20:

raisonnement completement stupide , surtout au moment ou les investissements consentis commencent a porter leurs fruits.

les enjeux sont plus large  a répondu le 12/04/2012 à 11:41:

La question est tres large, car si ele comporte un aspect économique, elle comporte aussi unn aspect de maitrise de la technologie, et derrière cela confère le droit de parlerà la "table des grands". Un abandon de celà signifiera l'obligation (en tant que bon allié) de contribuer à l'éffort de maintien des capacités militaires communes mais en tant que simple obeissant, et avec une facture sur laquelle vous ne pouvez plus que vous aligner sans rien dire au fur et à mesure qu'elle augmente. C'est le cas des clients du F35 par exemple : les néerlandais sont pris au piège, les norvégiens aussi, et les anglais qui en tant que "pseudo-grand pensait être au rang de partenaires industriels via la partie réacteur (il devait y avoir une version produite par Roll-Royce) se sont bien fait avoir, car pour des raisons de hausse des coût la version des Anglais a été supprimée. La vassalisation industrielle est une réalité, et derriere entraine une relegation pure et simple au randg d'exécutant et d'acheteur forcé.

Réalité  a écrit le 12/04/2012 à 9:16 :

La réalité c'est que Sarkozy n'a aucun pouvoir, il n'a d'ailleurs jamaien vendu, il n'a jamais rien sauvé, Sarkozy n'est l'homme providentiel qu'il voudrait laisser croire. A l'évidence Sarkozy ne sait pas ce que c'est UNE USINE, une PRODUCTION. Sarkozy nous laissera un très mauvais souvenir, bien pire que le mauvais souvenir de Mitterand et de Chirac.