Drones : le coup de semonce du ministre de la Défense à Dassault

 |   |  476  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Jean-Yves le Drian, qui a décidé d'une "remise à plat" du dossier sur les drones, doit "avant le 14 juillet" confirmer ou changer d'orientation la politique en la matière. Le précédent gouvernement avait confié l'an dernier le drone de reconnaissance à Dassault Aviation au grand dam d'EADS.

Pour sa première conférence de presse en France, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé une série d'actions qu'il compte mener très rapidement. Comme l'écrivait "latribune.fr", ce sera le cas sur le dossier des drones qui a fait couler beaucoup d'encre l'an dernier. Le prédécesseur de Jean-Yves Le Drian, Gérard Longuet, avait confié en juin à Dassault Aviation le programme de drone de reconnaissance français, soit une version francisée de la plate-forme israélienne Heron TP. Un choix qui devait permettre à l'avionneur "de commencer à structurer une filière industrielle en préparation du futur système de drone Male franco-britannique".

Tout ceci sera peut être rangé dans un placard. Jean-Yves Le Drian a décidé de "remettre à plat sans pression mais avec pragmatisme" ce dossier. "Je vais faire vite", a-t-il promis, une décision sera prise "avant le 14 juillet". Cette sortie apparait cohérente avec la volonté de François Hollande de réduire l'influence de Dassault - même s'il se gardait de nommer un groupe en particulier - sur l'industrie de défense française. Mais faut-il rappeler que cela fait près de dix ans que la France tâtonne dans la mise en oeuvre de sa stratégie industrielle dans le domaine des drones... alors que toutes les armées du monde sont aujourd'hui complètement "addict" à ces engins volants pilotés à distance sur les théâtres d'opération, notamment en Afghanistan et Libye.

La politique industrielle ? Un sujet du ministre de la défense

D'une façon plus générale, il a rappelé toute l'importance de l'industrie de défense, qui est "essentielle pour la France", notamment en termes d'emplois (165.000) et de souveraineté nationale. "Un pays qui n'a pas d'industrie de défense est amputé", a-t-il souligné. Et la politique industrielle du secteur est "un sujet du ministre de la Défense". "J'entends bien l'exercer. Je rentre dans ces dossiers sans a priori (...), avec le souci de conforter les industriels de la défense", a-t-il expliqué. Cette stratégie s'inscrira dans un axe européen et avec la contrainte budgétaire. "Cela demandera du temps et de la détermination", a-t-il estimé.

Les restructurations industrielles devraient néanmoins attendre la rédaction du quatrième Livre blanc (1972, 1995, 2007 et 2013) sur la défense. Jean-Yves Le Drian envisage un calendrier très court. Fin juin, les travaux seront lancés et les auteurs devront rendre leur copie avant la fin de l'année. Soit "une procédure accélérée", selon ses propos. "A la suite de quoi, nous préparerons la Loi de programmation militaire, qui devra aboutir à l'été 2013 et donc soumis au Parlement avant cette date. Nous aurons alors un document capacitaire et financier". Et ce sera aussi le moment des décisions structurelles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2013 à 10:24 :
A part "réduire l'influence de Dassault", quels sont les objectifs de cette "remise à plat" ? Aucun, il s'agit uniquement de s'en prendre à Dassault, parce que c'est une entreprise privée qui réussit, donc un ennemi dans l'idéologie socialiste.
a écrit le 07/02/2013 à 17:32 :
Faire et defaire, n'est ce pas toujours travailler. Le seul probleme est que les credits engagées sont perdus. ou se trouve les economies de ce muinistre?
a écrit le 06/02/2013 à 22:44 :
Bravo. Il faut absoluement detruire ce qui reste de l industrie francaise. Eads cest a terme l angleterre pour l aviationmilitaire et l allemagne pour les avions civils et les chomeurs pour la france.
a écrit le 05/02/2013 à 20:39 :
C'est une pure histoire de politique politicienne, Dassault est de droite c'est tout. Et le nouveau pouvoir veut appâter EADS en échange d'une augmentation du pouvoir des français à sa tête, qui eux sont tous proches du PS.
C'est désastreux de voir encore des gens jouer à cela , de toujours tout remettre en cause alors que l'industrie a besoin de prévisibilité ; en créant des décalages et des pertes de temps, on augmente l'inflation, donc les coûts donc on rend moins compétitif.
Je suis dégoûté, ils n'apprendront donc jamais.
Ils se plaignent de Dassault mais ce dernier n'a presque plus aucune influence parce que justement, il ne vend plus rien, il vit du civil.
Cette guerre politique détruit le pays depuis des décennies, on vit une guerre civile sans le nom dans les hautes sphères où à chaque alternance les gens qui ont obtenu à grande peine de l'expérience doivent déguerpir pour laisser leur places à des gens inexpérimentés.
a écrit le 01/06/2012 à 5:40 :
Est ce que ceux qui critiquent Dassault industrie savent au moins qu il a offert 40% de dassault industrie au Roi Mitterand !! En 1981 ???
Est ce qu il y a plus nationaliste que ce geste ?????
Réponse de le 01/06/2012 à 10:45 :
C'etait pour echapper a la nationalisation qu'il a fait don de 26% de ses actions,ce n'est pas vraiment la meme chose
a écrit le 31/05/2012 à 19:57 :
Le papier n'évoque pas seulement le dossier des drones.Il évoque aussi la rédaction dans des délais très brefs d'un nouveau Livre blanc de la Défense.Cette rapidité s'explique sans doute par la présence aux cotés du ministre d'un conseiller spécial très au fait de la chose militaire puisqu'il a dirigé la dernière commission chargée de rédiger le dernier Livre blanc de la Défense.L'une des nouveauté résidait dans la création d'une cinquième fonction stratégique,' la connaissance et l'anticipation",incluant le renseignement.Il semble pourtant que la réforme du renseignement reste inachevée..
a écrit le 31/05/2012 à 17:53 :
EADS n'aura jamais le budget d'un drone français sauf à voir bouger les Allemands sur la question générale des fusions dans le secteur de l'armement. dassault aura toutes les chances de récupérer une grande partie du budget avec Safran et des objectifs plus ambitieux. Surtout la famille devra prendre des engagements de retrait par rapport à Thalès. On ne rêve plus. Le précédent gouvernement avait laissé traîner le dossier pour ne pas trancher. L'élection a fait la décision. Comme d'habitude l'on avance à pas comptés, l'Allemagne tire la stratégie de ses alliés potentiels en arrière. Ils avaient fait de même à la fin de la guerre avc d'autres raisons.
Soit une certaine manière de faire payer des domages de guerre sans les réclamer.
a écrit le 31/05/2012 à 15:52 :
N'y a-t-il pas un traité avec les Britanniques concernant le développement de la nouvelle génération des drones MALE ?
Attention : la France (tout au moins aux yeux de ses partenaires) a une triste réputation de manque de fiabilité concernant le respect de ses engagements internationaux ; faut-il vraiment la confirmer ?
Réponse de le 31/05/2012 à 17:32 :
oui il y a le traité de lancaster, il a même été précisé que ce développement était confié à BAE et Dassault. Mais cela est à long terme plutot 10ans. Alors qu'ici on parle d'une solution à court terme: 2-3ans max.
a écrit le 31/05/2012 à 15:31 :
Les drones pourtant nécessaires dans les banlieues.
Réponse de le 31/05/2012 à 16:35 :
C'est vrai en effet, mais surtout pour éliminer les vieux propriétaires rentiers qui ruinent les jeunes qui paient leurs retraites. Il faut que les vieux choisissent : la retraite assurée ou des loyers à bas prix! Pas les deux!
Réponse de le 02/12/2012 à 4:27 :
Les jeunes des banlieues qui paient les retraites des vieux rentiers, ce sera vrai le jour où les trafics divers seront taxés et soumis aux charges sociales.
a écrit le 31/05/2012 à 11:25 :
Le drone prototype israelien Heron TP choisi par le ministre Longuet s'est crashé en janvier dernier lorsqu'on a essayé de lui faire emporter une charge utile!
Réponse de le 31/05/2012 à 17:33 :
Le Heron TP est probablement l'un des drones les plus utilisés dans le monde donc dans le genre prototype...
Réponse de le 02/06/2012 à 23:34 :
Bonsoir,
je pense que vous pourriez revoir vos sources, le Heron TP n'existe qu'à une petite demi douzaine d'exemplaire ( cloués au sol depuis février par ailleurs). Le Heron auquel vous faites référence est le Heron de première facture duquel EADS à développé le SIDM français.
Bonne soirée
a écrit le 31/05/2012 à 10:43 :
Combien de temps encore l'état Français va t'il continuer à faire d'énormes cadeaux à la famille Dassault. Ce groupe financé depuis + de 65 ans par le contribuable devrait, d'autant plus par son statut, être depuis longtemps nationalisé... !
Réponse de le 31/05/2012 à 12:32 :
Pour perdre un des fleurons rentable de France? Il me semble que dassault ne doit pas un centimes a l etat et a financer en tres grande partie le rafale !
Réponse de le 31/05/2012 à 16:44 :
@Spaghetti splash Excellent décision du Ministre de la Défense! Sarkozy a été élu en 2007 grâce à l'aide colossale de Serge Dassault notamment par Le Figaro, devenu la Pravda de l'Ump. Pour remercier S.Dassault (et Étienne Mougeotte) de son aide journalo-propagandiste, Sarkozy, qui se souciait peu des finances de la France pour favoriser ses amis, a confié à Dassault la réalisation, digne d'un bricolage infâme, d'un drone sur la base d'un engin Israélien (pourquoi?) au lieu de consulter et associer des entreprises françaises pour ce projet. Pour Dassault, la belle époque est finie : la concurrence va et doit arriver! Ras le bol de ces dirigeants d'entreprises qui réalisent la plus grande partie de leur chiffre d'affaires non pas à l'export, mais à domicile grâce à une fréquentation des politiques. Il ne faut pas alors s'étonner du déficit commercial français à l'export avec ces chefs d'entreprises français, assistés permanents et drogués aux subventions, aides et marchés captifs. Un bon produit, malgré un prix élevé se vend bien : les allemands le démontrent tous les jours. Par contre, le Rafale ne se vend pas. Pourquoi? La fortune de la famille Dassault est de 6,9 milliards de dollars : il revient à l?État français d'en récupérer une grande partie en renégociant à la baisse le montant de la commande des 120 Rafale achetés par Sarkozy et qui nous coûtent une fortune alors qu'il a laissé les finances de la France dans un état catastrophique. La Gauche n'a aucun cadeau à faire au patriarche S. Dassault qui se sent en permanence cerné par des trotskistes, des grévistes Cgt, des socialo-communistes et des chars russes.
Réponse de le 31/05/2012 à 17:39 :
méconnaissance totale de l'industrie de défense et encore plus du groupe dassault aviation. Cette solution de la francisation d'une plateforme israelienne est intérimaire dans la mesure ou dassault avec BAE systems développent une version pour 2020 grosso modo. Deuxiemement, Dassault ne fabrique pas que le Rafale (qui vient d'etre commandé par les indiens) mais surtout des avions d'affaires vendus dans le monde entier! La france achète ses avions de chasse à Dassault tout simplement parce que c'est le seul avionneur français! Enfin ce n'est pas Sarkozy qui a acheté le Rafale, mais c'est Mitterrand qui a lancé le projet! Donc Arretez de voir un complot partout et regardez la composition de l'industrie et ce qu'ils font!
Réponse de le 31/05/2012 à 18:08 :
@ tonton C'est Sarkozy qui a laissé dériver le prix unitaire du Rafale et c'est Sarkozy (ou son ministre des armées) qui a fait signifier la commande à Dassault. Mitterrand (il est mort, vous le savez?) a lancé le programme du Rafale comme De Gaulle a lancé le nucléaire, c'est à dire des grands programmes d'état. Quant à acheter exclusivement à Dassault, c'est un dévoiement du libéralisme cher à Dassault qui veut que l'on fasse d'abord jouer la concurrence et ensuite on choisit : le Rafale est exclusivement français et à ce jour invendu à l'export. C'est un échec! Mais peut-être défendez-vous votre emploi..........
Réponse de le 01/06/2012 à 10:26 :
Le budget du rafale n'a augmenté que de 4% par rapport au budget alloué au début du projet. cf. Rapport de la cours des comptes! Autant dire que sur de tels projets ce n'est rien! Historiquement ce n'est jamais arrivé. Et faire jouer la conccurrence avec quoi? On n'est pas ici dans l'achat d'une télé on parle de l'indépendance de notre défense et Dassault est le seul industriel capable en France de créer un un avion de chasse. Le rafale a été introduit dans l'inventaire de l'armée de l'air en 2000 et Sarkozy n'etait pas président! Ainisi la premiere commande ferme pour 48 avions a été signée en 1997! Donc vous racontez n'importe quoi. et je ne travaille pas pour Dassault! Mais comme vous l'avez souligné Dassault EMPLOIE des gens merci de le souligner!
a écrit le 31/05/2012 à 10:26 :
Donc, si j'ai bien compris tous les commentaires ci-dessous, une "remise à plat" du dossier, d'ailleurs hâtivement attribué à Dassault par G. Longuet, signifie ipso facto "chasse aux sorcières".... Ah bon, EADS est de gauche ??? ne le dites pas Angela Merkel, elle va avaler son bretzel de travers... Quant à Dassault, sous perfusion des commandes étatiques -donc payées par- nous, pendant des décennies, j'ai du mal à verser 1 larme....
Réponse de le 31/05/2012 à 11:38 :
Dassault sous perfusion? Les marchés français ne représentent que 20/25% de son chiffre d'affaire. Les Falcon ne sont pas subventionnés et le Rafale non plus puisque le GIE a l'a financé à 25% Vous préfèreriez une société étatisée qui au lieu de faire chaque année des bénéfices devrait être renflouée par le contribuable?
Réponse de le 31/05/2012 à 12:32 :
si le rafale n est pas subventionne par l etat je veux bien me faire curé

Qui doit acheter des rafale pour faire tourner la chaine de montage ?
Qui a du se contenter de vieux crusader sur ses porte avions en attendant que le rafale marine soit pret (et pas acheter des F18) ?
Qui a le support de l etat (avec eventuellement des alliances qui pourraient nous entrainer dans une guerre, comme avec les emirats) pour essayer de vendre ses avions a l etranger ?
Réponse de le 31/05/2012 à 13:03 :
Entrez dans les ordres alors! Acheter un matériel de guerre ne signifie pas le subventionner! Quand 4 autres pays européens achètent des Eurofighter (plus chers et moins erformants), ils ne subventionnent pas EADS ! Et quand d'autres pays européens participent au programme F35 qui dérive lamentablement en terme de budget, vous trouvez ca politiquement correct vous? Mis si c est Dassault, là on peut raconter n'importe quoi... Ca fait bien, bon gente etc...Lamentable
Réponse de le 31/05/2012 à 14:18 :
Les états qui participent aux programmes militaires financent ou subventionnent à votre convenance les études.Pour exemple l'A 400 appareil uniquement militaire , les études ont été financées par les états si bien que certains ont arrété ce qui a mis le programme à mal sans que je sache aujourd'hui à quel stade d'avancement il en est.Mais oui tous les programmes militaires sont pré financés par l'état.
Réponse de le 31/05/2012 à 16:39 :
Un Etat établit un cahier des charges. Il paye les études du projet. Il existe des contrôles sur les coûts. Puis l'Etat reçoit des redevances lors de ventes à l'exportation. Et ceci dans tous les domaines, pas uniquement Dassault...!
a écrit le 31/05/2012 à 10:24 :
A quand un choix pour des raisons purement objectives techniques et scientifiques ??
a écrit le 31/05/2012 à 8:50 :
La chasse aux sorcières ne fait que commencer:
les décisions de la droite sont évidemment toutes dictées par des intérêts personnels et politiciens alors que la gauche est d'une honnêteté sans faille et ne vise que l'intérêt de la nation.
ben voyons ...........................
Réponse de le 31/05/2012 à 12:35 :
Il est vrai que DASSAULT est connu pour sa neutralité politique.
Complètement UMP des pieds à la tête, il avait obtenu ce marché contre l'avis de la Commission Défense de l'assemblée nationale.
D'ailleurs, ses membres (dont un UMP) avaient publié une tribune dans Le Monde pour exprimer leur désaccord.
Preuve que ce choix était dicté par le copinage SARKO-DASSAULT.
a écrit le 31/05/2012 à 7:37 :
On ne peut que se féliciter d'une remise à plat de ce dossier. Dassault a eu le contrat pour des raisons en partie politiciennes (c'est bien pratique d'avoir un ami président de la République quand même...) et les auditer avant de vérifier qu'ils sont effectivement les meilleurs et de confirmer (ou de modifier) ce choix me parait extrêmement sain.

Le choix politique n'est pas celui d'aujourd'hui, c'est celui qui a été fait par Longuet...
Réponse de le 31/05/2012 à 8:23 :
Vu comment la gauche attaque aveuglement Dassault, il est difficile de faire croire que le retrait du contrat (le but de cette "remise à plat") n'est pas politique.
Réponse de le 01/06/2012 à 0:36 :
Mais qui a fait le choix de mêler mandat politique et business si ce n'est Serge Dassault himself qui s'est fait élire, sous étiquette UMP ? Personne ne l'a forcé que je sache ! Son plus gros client étant public, la suspicion est inévitable ! Il l'a bien cherché, bravo au nouveau gouvernement pour ce rééquilibrage !
a écrit le 31/05/2012 à 7:36 :
Du bon sens dans ces commentaires; je ne vois effectivement pas pourquoi il faudrait entraver cette entreprise qui a toujours contribué à l'indépendance militaire française, qui a toujours tenu ses prévisions budgétaires sur des programmes complexes comme le Rafale qui bien qu'il se soit étalé dans le temps est resté peu ou proue dans l'enveloppe initiale (4%) alors que d'autres programmes concurrents, européens et américains en tête ont toujours explosé souvent de 50% par rapport aux prévisions initiales...
N'oublions pas que les entreprises qui "tournent" derrière DASSAULT sont du "made in france" et qu'elles concernent beaucoup de personnes qualifiées.
Alors s'il vous plait monsieur le ministre, arrêtons la démagogie, soyons pragmatiques et pour reprendre les mots de certains lecteurs ci-dessous laissons faire à DASSAULT aviation ce qu'ils savent faire : des aéronefs militaires. Peut être que la facture annoncée est sévère par rapport à un drone "sur étagère". mais quid de notre indépendance militaire? Pour acquérir des compétences dans un domaine nouveau (comme les drones de surveillance) il faut bien accepter de payer des études qui nous permettrons d'atteindre cette indépendance que la France à toujours recherchée...
Réponse de le 31/05/2012 à 10:17 :
Mais oui il faut accepter de banquer pour cette entreprise dont serge,son ancien president,n'a que mepris pour les pauvres en les qualifiant d'assistes et vout un culte a l'organisation du travail(c a dire aucun code du travail) made in china(a voir sur you tube) Assistes,alors que son cher avio a ete subventionne a 100% par l'etat et donc par nous....Quand on est une boite prive on est cense financer soit meme ses projets ou alors si ce n'est pas le cas,on la ferme sur "l'etat providence"....Bien content que l'etat providence puisse l'enrichir d'avantages mais pas qu'elle aide les plus demunis....Dassault une entreprise a couler. Et l'avenir est europeen,car les projets militaires coutent extremement cher et donc on a besoin d'allies sur ces dossiers,ca s'appelle de l'intelligence et n'enleve rien a la souverainete nationale,d'ailleurs nous sommes europeens....Si vous l'aviez oublie et j'esperes que nous n'avons pas l'intention d'envahir la belgique ou autres pays europeens.....La souverainete n'a rien a voir la dedans.Sortez un peu de vos illusions de la france des annees 50
Réponse de le 31/05/2012 à 11:19 :
"protégez moi de mes amis je me charges de mes ennemis" une industrie de defense forte est essencielle même improbable aujourd hui personne sait ce que demain sera fait , alors coopération européenne oui formidable armée commune génial ca devrait être fait depuis longtemps mais ne dependre de personne pour ce qui est de la conception , l ingeniérie , et la production de nos armes Oui c est moche la guerre c est vilain et tout mais le monde est ainsi "le prix de la démocratie est une constante vigilance" disait Churchill Il n a jamais rien dit de plus vrai
a écrit le 31/05/2012 à 4:05 :
Donc si Dassault était de gauche, Hollande lui donnerait le contrat des drones.
Cela est pathétique de mettre ainsi en danger notre industrie et notre avenir juste pour des histoire d'affiliation politique, et les milliers d'ingénieurs et techniciens ils ne comptent donc pour rien ?
Les derniers jours démontrent un grand nettoyage de Hollande pour placer des gens "de confiance"( personne de raisonnable ne comprend car les gens dont on parle bossent pour l'état et non pour Hollande sauf si c'est pour créer ou étouffer des affaires). Cela fait très peur et n'augure rien de bon pour le pays.
Dans 5 ans il va falloir sans doute élire encore une autre personne pour combler les bêtises en préparation et espérer enfin une dirigeant neutre et juste efficace.
Réponse de le 01/06/2012 à 0:46 :
Oui mais voila, Dassault n'est non seulement pas de gauche, mais il est même élu UMP ! Et son plus gros client est l?état ! Que diriez vous, à chaque nouveau contrat public privé gagné par Vinci, si son PDG etait un élu PS ? Vous trouveriez ça normal ? Moi non, et ici il en est de même avec Serge Dassault.
Si son engagement politique était non calculé, il n'avait qu'à revendre sa société, mais en France on ne doit pas meler business et politique, particulièrement quand votre business est lié à des contrats publics...
a écrit le 31/05/2012 à 3:26 :
Omme D hab la jalousie fait reculer le progres , ca c est le cote maladie des gens se gauche , no comment
a écrit le 31/05/2012 à 1:13 :
comme dit dans l'article, on a confie ce dossier a Dassault avec comme objectif le developpement d'une solution europeenne avec BAE: le Mantis si je ne me trompe pas. Donc justement la creation de la filiere industrielle est lancee avec la dimension europeene! La seule autre solution est d'acheter americain... et on sait tous que la francisation de materiels americains est un leurre. Gardons notre independance! Le heron TP est une plateforme largement utilise dans le monde et les anglais prouvent qu'on peut creer un nouveau produit sur une plateforme israelienne avec le Watchkeeper!
a écrit le 30/05/2012 à 23:49 :
et ça commence ! laissons faire ceux qui savent ! même si c'est une société privée ( à moitié d'ailleurs ) et ne cassons pas tout en raison d'une idéologie imbécile et de l'incompétence
a écrit le 30/05/2012 à 22:03 :
Qui sait faire un aéronef militaire ? Dassault
Qui sait faire un hélico ? Eurocopter (donc EADS)
Qui sait faire un avion de ligne ? Airbus (donc EADS)

Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées...
a écrit le 30/05/2012 à 22:00 :
Il va mettre quoi ? il faut de l'argent et du temps, Dassault à acheter le heron sur étagère pour le modifier et en faire une version intermédiare, après on le jette a la poubelle, une fois le projet franco/britanique mener à terme, La stratégie européenne, ca ne marche pas, eurofighter 60% plus cher que le rafale et il est inadapté aux besoins actuels, on l'a constaté en libye, un A400M hors de prix avec des moteurs fragile, on aurait du faire une nouvelle version modernise des transall qui étaient bien suffisant. C'est la France qui est incohérente dans l'évaluation des besoins sur les drone. Dassault est un constructeur, il construit ce qu'on lui demande. Les drones c'est bien, il faut des station sol pour les piloter,il faut beaucoup de satellites militaire sécuriser les communications, des avions relais, ca coute assez cher. si il y a pas de satellite qui couvre la zone, on ne peut pas déployer des drones à moyen/long rayon d'action.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:MQ-1_Predator_controls_2007-08-07.jpg
Par contre le programme Neuron va très bien et il est dans les clous, il va voler cet été, un superbe programme de drone bombardier furtif, vu que c'est un démonstrateur de technologie, vivement que son successeur soit interconnecter avec le rafale.
a écrit le 30/05/2012 à 21:55 :
Décision stupide, guidée par les manoeuvriers d'EADS. Sur le drone, il s'agit d'avancer, et vite, en confiant à Dassault, qui sur ce point a des longueurs d'avance sur EADS Cassidian ! Que les socialistes ne se trompent pas de cible : ils sont aux responsabilités maintenant, et doivent agir pour l'intérêt du pays et non par vengeance ou pour favoriser telle ou telle côterie d'incompétents.
Réponse de le 31/05/2012 à 13:11 :
Le drone de Cassidian marche très bien : lui, il ne se plante pas quand on le teste !
a écrit le 30/05/2012 à 21:36 :
Quelle bonne idée ! Remettre en cause (pour des raisons épidermiques politiciennes) une stratégie déjà élaborée pour le moyen et long terme avec l'Israélien IAI et le britannique BAé, c'est ne pas comprendre l'intérêt et l'urgence d'avoir un vrai capitaine (non pas de pédalo) d'industrie et retomber vers EADS (dont le coté germanique est hélas pour nous prépondérant) qui accumule les fiasco avec le Talarion, l'A400M, le 380 et ses câblages et ses fissures sans parler se l'Eurofighter et ses lacunes opérationnelles et ses coûts prohibitifs de maintenance....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :