La Tribune

L'adieu à la dissuasion nucléaire ?

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Michel Cabirol  |   -  651  mots
C'est la rentrée pour le monde de la défense avec la dixième université d'été de la défense, qui se tient lundi et mardi à Brest. Dans une période de fortes contraintes budgétaires, la dissuasion nucléaire devrait à nouveau faire débat.

La dissuasion nucléaire est une nouvelle fois au c?ur du débat. Au début de l'été, deux grands responsables socialistes, l'ancien Premier ministre, Michel Rocard, et un ancien ministre de la Défense, Paul Quilès, ont préconisé un abandon de la dissuasion nucléaire. L'un pour faire des économies - 16 milliards d'euros avait-il expliqué -, l'autre parce qu'elle s'apparente à "une assurance-mort". Le président François Hollande ainsi que son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ont très clairement verrouillé le débat : la dissuasion ne sera pas remise en cause.

La dissuasion, assurance-vie de la France

Mais qu'est-ce qu'en pensent les chefs d'état-major des armées ? Pour l'amiral Edouard Guillaud, chef d'état-major des armées, la dissuasion nucléaire c'est plutôt "l'assurance-vie de la Nation", avait-il expliqué lors de son audition en juillet à l'Assemblée nationale devant la Commission de la défense. Elle "nous protège d'un conflit majeur, une grande invasion en Europe", avait-il précisé. S'agissant du coût de la dissuasion nucléaire, l'amiral Guillaud a estimé que c'était "presque bon marché". Et de rappeler que la France "dépense tous les ans pour sa dissuasion nucléaire en moyenne environ 3,4 milliards d'euros et cela couvre tout : depuis les laboratoires de recherche jusqu'à la fabrication, la mise en oeuvre et le démantèlement. Cette somme couvre tout le financement de la recherche fondamentale, de la recherche et technologie".

Un sous-marin lanceur d'engins en permanence à la mer

Presque bon marché ? Il donne un exemple pour la marine. "La Force océanique stratégique (FOST) est mise en oeuvre par 3.200 marins, effectif équivalent à celui des agents municipaux d'une ville comme Montpellier". La France dispose actuellement de quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE). Parmi les opérations permanentes fixées par le livre blanc pour la marine, figure au premier rang la dissuasion. "Notre mission est d'avoir au moins un sous-marin déployé en permanence, a assuré le chef d'état-major de la marine, l'amiral Bernard Rogel. Ce qui suppose la mobilisation de frégates et d'avions de patrouille maritime pour assurer la sûreté des approches pour le départ des sous-marins, ainsi que des moyens sur l'ensemble de nos zones d'intérêt, pour leur donner des renseignements dont ils ont besoin".

"Audacieux de penser réaliser des économies substantielles"

Aujourd'hui, la modernisation de la dissuasion nucléaire est quasi terminée pour la composante aéroportée. En contrepartie, elle a été réduite "d'un tiers dans le cadre du principe de juste suffisance", a rappelé le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Jean-Paul Paloméros. Seul point noir, l'âge des avions ravitailleurs qui approche maintenant la cinquantaine d'années. D'une façon générale, le général Paloméros estime qu'en dépit des contraintes budgétaires, "il serait audacieux de penser que l'on pourra réaliser des économies substantielles sur le financement de la composante aéroportée, qui repose sur deux escadrons polyvalents - concentrés sur cette mission mais non dédiés à celle-ci". Et de rappeler que "si la France est le seul pays européen à mettre en oeuvre cette composante aéroportée, notre force de dissuasion protège non seulement no intérêts nationaux mais aussi nos alliés".

3,4 milliards par an sur le 20 prochaines années

La modernisation de la composante aéroportée "va s'achever pour le M51 avec ses nouvelles têtes", a précisé l'amiral Guillaud. Aussi, a rappelé le chef d'état-major des armées, la France continue "à investir pour assurer les renouvellements nécessaires et il faudra donc sans doute ponctuellement un peu plus de 3,4 milliards d'euros annuels, mais, sur les vingt prochaines années, c'est une somme qui restera à peu près inchangée en euros courants".

Réagir

Commentaires

roger  a écrit le 11/09/2012 à 20:41 :

la question et de savoir combien cela couterai a la France de faire une guerre et de la perde....
L'ocupation du pays de 1940 - 1944 nous a surrement couter bien plus que les économie de l avant guerre, je ne parle pas des perte humaine et encore moins des destructions...

MAGNUM  a écrit le 11/09/2012 à 11:02 :

De toute manière, même si l'on supprimait nos forces stratégiques, les quelques dizaines de milliards économisés seraient noyés dans les autres budgets, eux-mêmes en réduction.
Autant conserver nos moyens actuels à leur niveau, pour ne pas s'affaiblir, cela ne nous empêchera pas de nous appauvrir avec cette crise actuelle...

Clémentine  a écrit le 11/09/2012 à 7:30 :

Pourquoi ce titre provocateur ?
Une assurance-vie ne se réfléchit pas plus que la défense pour les cinq minutes qui viennent. Quelqu'un trouve le monde paisible ?

Thrond  a écrit le 10/09/2012 à 20:26 :

A entendre certaines personnes, on dirait qu'il n'y a point de salut sans l'arme nucléaire... Comment font ils, tous ceux qui ne l'ont pas? ils sont envahis tous les 15 jours par d'autres pays?
La dissuasion nucléaire ne dissuade personne, la France n'osera jamais balancer la moindre bombe où que ce soit (on a vu les résultats économique désastreux d'un simple essai nucléaire à mururoa).
Du fric foutu en l'air.

LA REPONCE  a répondu le 12/09/2012 à 20:12:

Ils sont en guerre tout les 10 ans et il ont leure gouvernement renvercer tout les 3 ans, il ne sont plus depuis longtemps dans une démocracie. Les exemples ne manque pas dans le monde.

GERARDC27  a écrit le 10/09/2012 à 14:34 :

La dissuasion nucléaire coûte terriblement cher, c'est certain et la responsabilité la plus importante du président toutes choses égales par ailleurs est bien celle d'appuyer sur le "bouton" en cas de menace avérée. Hors actuellement c'est le désert des tartares pour la dissuasion. Comme on habite en Europe et que celle-ci fait envie il faut mutualiser les moyens et faire payer tout le monde car seuls la France et l'Angleterre possèdent cette capacité. A quand l'Europe de la défense?

tontonkeke  a répondu le 12/09/2012 à 18:31:

Et encore les anglais utilisent les missiles américains. Nous sommes les seuls à avoir la technologie de A à Z!

cifra42  a écrit le 10/09/2012 à 13:16 :

tout passe,comme d'ailleur une impropable ménace nucléaire.Qui nous ménace ? A présent per
sonne,seulement le chomage,la pauvreté,l'illetrisme,etc.etc.Dans ce conteste planetaire,la Fran
ce n'a plus rien à dire.On n'est pas capable de stopper de kwassa,kwassa à Mayotte alors com
ment jouer encore le petit sherif? Ridicule

damb  a écrit le 10/09/2012 à 12:57 :

En 1956, lors de l'affaire du canal de suez, les russes nous avaient menacés de nous atomiser toutes les 5 minutes, les américains qui s'etait rallié à leur position n'en avait rien a faire de nous. Nous avons développer l'arme nucleaire pour etre en mesure de répondre, on a developper le plateau d'ablion avec les s3, les char pluton, les snle, les mirage 2000N et on a envoyé le message suivant aux russe, envoyer vos 20000 chars du pacte de varsovie sur nous et on les atomise avec les pluton, ils ont répondus alors on ripostera avec l'arme nucleaire, mais la, on a répondu soit! alors on vous atomise en 15 minutes. A ce jeu la, ils ont commencés à faire machine, car ils voyaient qu'on ne plaisantait plus, depuis qu'ils nous menaçaient, parce que la ils commençaient à nous énerver, leur menaces n'ont pas disparus, les russes nous menacent tout autant. a cela s'ajoute de nouvelle menaces, notamment l'iran qui aura bientôt un lanceur de 3000/4000km Shahab 4/5.
l'europe sera à porté de tir. les menaces n'ont pas disparues, elles sont beaucoup plus diffuses (peu mediatiser) et elles ont fortement augmentées dans les risques de conflit nucleaire. Non pas à l'echelle mondiale mais sur un plan régionale, elle a changée de forme. Pour le comprendre, il faut suivre le monde geo politique, l'europe desarme, mais pas le reste du monde, pour eux c'est la course à l'armement, avec une inquietude des USA grandissante, avant c'etait simple, y avait les USA et les Russe, maintenant il y a plein d'ennemis ayant des armes nucleaire. Quand aux accords sur les armes nucleaire, ca concerne les ibcm, mais pas les armes taticques. La crainte du riposte est la seule chose que craigne les autres pays, quand aux abm, ils ne peuvent arrêter que quelques missiles, venant de l'iran, coré du nord, et cela concerne que les missile balistique. la France développe une nouvellle version de l'aster pouvant intercepter les missile supersonique et balistique dans le cadre de notre bouclier (damb) meme si elle prétend ne pas avoir de bouclier, alors que tout indique qu'elle en a déjà un, pour éviter de froisser les susceptibilités..
nos satellites sont soit disant expérimentaux, pourtant leur role et de detecter les departs de misiles balistique pour relayer l'info au centre de détection. 3 milliards ca ne représente rien, c'est autre chose que les 300 milliards des 14 ligne de tgv à construire, alors qu'elle ne sont ni vitale ni véritablement utile. si il y a une dissuassion c'est parce qu'il y a une menace. ne l'oubliez jamais et elle n'a jamais aussi présente. C'est pas parce que vous n'entendez pas parler qu'elle est partie. Iran, CDN, pakistan,israel,chine,inde, bientot japon, etc..

aka  a répondu le 11/09/2012 à 11:07:

Le problème c'et que a partir du moment où un seul pays à cette "assurance vie", tous les autres voudrons tôt où tard l'acquérir. Le seul obstacle est d'ordre financier. Si toute la planète accède a cet armement ça va faire combien d'essais à mener en réel? Et ça va donner quoi si il y en a finalement un a appuyer sur le bouton une fois cette technologie généralisée?

Fred  a écrit le 10/09/2012 à 12:25 :

La guerre froide est finie, il serait temps de se réveiller... Le contexte international rend une attaque frontale contre la France totalement improbable d'ici les 20 prochaines années. Quant à l'utiliser, c'est encore plus incertain : qui prendra le risque de larguer une bombe faisant 100 hiroshimas sur des civils ? Nous sommes victimes du lobby militaro-industriel qui a besoin de ces commandes de matos de mort inutile.

Ghostly  a écrit le 10/09/2012 à 12:21 :

Pendant la guerre froide, la dissuasion nucléaire avait un sens vis à vis des USA et de l'URSS. Qui craint on aujourd'hui ? Qui mérite de se prendre la déflagration d' une de nos bombes nucléaires? Avons nous (eu) besoin de cette dissuasion au Mali, en Mauritanie, au Niger, en Libye, en Afghanistan, en Bosnie, au Tchad, au Liban, ... Cet héritage national, si on décide de le conserver, ne pourra que survivre que dans un cadre européen (coût,stratégie, ...).

Tahi  a écrit le 10/09/2012 à 12:03 :

Au delà de l'aspect moral et de son coût, je suis très réservé sur le rôle de la dissuasion nucléaire. Elle donne un faux sentiment de sécurité et affaiblie la nation. Existe t il vraiment une nation qui serait prête à vaporiser ses voisins à coup de charges nucléaires? Sérieusement je ne crois pas, car les représailles seraient forcément terribles, soit par la cible, soit par ses alliés, soit par tout ceux qui pourraient s'estimer victime dans le futur d'une telle folie. Si la France entrait en guerre avec une puissance moyenne ou forte, aurions nous utilité de cette arme? Je ne crois pas : si un jour un pays nous coupe l'accès au pétrole nous serions dans une telle faiblesse qu'une invasion directe serait aussi désagréable... Bref, on peut garder des bombes, mais rien ne sert de trop y investir de mon point de vue.

Mustafa  a écrit le 10/09/2012 à 11:57 :

En dépit des contraintes budgétaires de la crise,préserver la paix n'a pas de prix!Depuis que l'équilibre de la terreur s'est imposé entre les nations détenant un arsenal nucléaire, l'instinct de conservation a prévalu sur la lutte des intérêts nationaux concurrentiels et sur la tentation de domination entre les nations adversaires devenues des sanctuaires inviolables par la grâce du feu nucléaire ! Si cet équilibre de la terreur s'instaurait un jour au moyen orient, les dirigeants militaristes de l'état d'Israël seraient moins souvent tentés de se lancer dans des aventures militaires qui entrainent chaque fois des conséquences désastreuses pour la paix et la stabilité dans le monde! Alors,vivement une dissuasion nucléaire ( ou mieux un désarmement nucléaire généralisé!) au moyen orient !

Tahi  a répondu le 10/09/2012 à 12:05:

L'équilibre de la terreur n'est qu'un leurre, une abstraction... Vous croyez vraiment que l'URSS aurait attaqué l'Occident, sans l'arme nucléaire?

BRERA  a répondu le 10/09/2012 à 18:19:

NON, c'est sur, par contre si eux ils ne l'avaient pas eu, c'est certain que nous les aurions attaqués...

Mustafa  a écrit le 10/09/2012 à 11:17 :

En dépit des contrantes de la crise,préserver la paix n'a pas de prix!Depuis que l'équilibre de la terreur s'est imposé entre les nations détenant un arsenal nucléaire, l'instinct de conservation a prévalu sur la lutte des intérêts nationaux concurrentiels et sur la tentation de domination entre les nations adversaires devenues des sanctuaires inviolables par la grâce du feu nucléaire ! Si cet équilibre de la terreur s'instaurait un jour au moyen orient, les dirigeants militaristes de l'état d'Israël seraient moins souvent tentés de se lancer dans des aventures militaires qui entrainent chaque fois des conséquences désastreuses pour la paix et la stabilité dans le monde! Alors,vivement une dissuasion nucléaire ( ou mieux un désarmement nucléaire généralisé!) au moyen orient !

tonton  a répondu le 12/09/2012 à 18:26:

Le problème reste posé: Et si un fou n'hésite pas à appuyer sur le bouton rouge?

Yves-Jean  a écrit le 10/09/2012 à 11:12 :

On ne peut tout et son contraire!
Pour exister, respecter ses engagements, la France doit-être en état de se défendre et de protéger ses alliés; c'est à ce prix qu'elle peut concevoir dans les cannées à venir sa participation à l'intégration européennes des forces classiques. Le choix de nos anciens permet au pays de bénéficier d'un bouclier qui, du faible au fort représente la dissuasion. C'est pourquoi, si nous voulons demeurer, la force nucléaire doit être une réalité!
D'autre part la majorité de nos concitoyens semble oublier notre présence mondiale, atout majeur et déterminant de notre économie de demain. Cela signifie un renouveau de notre présence maritime et nous impose une réflexion quant à la protection de nos côtes, de nos territoires, de notre liberté de traffic, ceci est rarement mis en équation.
Le volant de dépenses des armées est connu, ses retombées économique le sont moins, doit-on licencier? augmenter le déficit de notre balance commerciale en supprimant nos entreprises, notre recherche, notre savoir faire pour abandonner à certains grands pays un marché ou nous ne sommes pas mal placé?
Ayons une vision prospective offensive pour la France et son développement à l'échelle de l'ensemble de nos territoires et intérêts dans le monde.Redevenons grâce au savoir faire de nos ingénieurs, à la capacité de nos Etats-Majors des créateurs d'emplois!

Mastery  a écrit le 10/09/2012 à 10:44 :

LOVE ARABRE IN FRANCE LOVE INDE IN FRANCE,,,,?????????????????????????PENSE!

xavier-marc  a écrit le 10/09/2012 à 10:30 :

Notre pays est géré de façon absurde, il perd naturellement 5% de son PIB par an( déficit commercial+intérêts internationaux de la dette) que l'état cherche à compenser au lieu de réduire, et nous ne sommes plus à l'époque de l'étalon-or, il n'y a donc aucune contrainte budgétaire dans l'absolu. C'est un choix de nos élites de couler le pays parce qu'il dérange la construction européenne, les américains, les anglais; mais à un moment donné la géopolitique va remonter à la surface et les intérêts vitaux de la nation vont la faire sortir par la force de l'eurozone actuelle.
Nous avons la seconde ZEE au monde et éparpillée sur toute la planète, nous sommes le pays le plus grand d'europe à l'ouest de l'Ukraine; la surface demande des hommes pour l'occuper et la défendre, pour cela que nous aurons toujours bureaucratie et armée plus importantes que les pays voisins, ce qui demande un système différent de gestion.
Nous ne pouvons réduire notre défense tant qu'il n'existe pas un équivalent européen pour défendre nos dom-tom( transfert vertical de souveraineté), c'est à dire quand il y aura des frégates italiennes, espagnoles danoises qui défendront aussi la martinique, la réunion etc.. à tour de rôle.

KCM67  a répondu le 10/09/2012 à 11:27:

L'Europe de la défense se crééra aussi par ricochet de l'Eurozone.

aka  a écrit le 10/09/2012 à 9:56 :

3,4 MDS annuel pour la dissuasion? Le chiffre de Rocard 16 MDS semble plus réaliste. Un sous marin c'est vaguement 6MDS et les nouveaux missiles 12 MDS + le fonctionnement + la recherche ... faire tenir tout ça dans 3,4 MDS j'ai un sérieux doute.

tonton  a répondu le 12/09/2012 à 18:23:

parce que vous n'y connaissez rien... c'est 16 milliards sur 5ans (16/5=3,2) on ne construit pas des SNLE tous les ans et ceux ci ne se construisent pas en un an. De meme les nouveaux missiles ne se développent pas et ne s'achètent pas en un an. Bref vous confondez cout annuel et cout global...comme Rocard!

Steph  a écrit le 10/09/2012 à 8:55 :

Avec 30 annees piteuses durant lesquelles nous avons depense plus que nous n'avons gagne, il va arriver le jour ou nous allons devoir faire un choix dans les missions que nous dedions a la sphere publique.

Nous allons etre contraint a choisir entre la dissuasion, voire notre armee, le machin social (CMU, RMI RSA....), nos ecoles et tant d'autres missions.

aka  a répondu le 10/09/2012 à 9:52:

+1/ Il va bien falloir faire des choix pour adapter l'Etat a la situation économique du pays a moins de vouloir courir a la banqueroute.

Popop  a répondu le 10/09/2012 à 13:20:

+1 : les lendemains s'annoncent difficiles. Le "machin social" mériterait d'être repensé sérieusement.

JJG  a écrit le 10/09/2012 à 7:41 :

Tout se perd !