La Tribune

Pourquoi Lagardère vend sa participation dans EADS plus vite que prévu

le PDG du groupe Lagardère, Arnaud Lagardère Copyright Reuters
le PDG du groupe Lagardère, Arnaud Lagardère Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Michel Cabirol  |   -  973  mots
Arnaud Lagardère a annoncé ce mardi que son groupe sortira "très probablement" du capital d'EADS en 2013. Car selon lui les programmes du futur long-courrier A350 et de l'avion de transport militaire A400M semblent désormais bien engagés. Et surtout le cours d'EADS superforme en bourse.

Arnaud Lagardère n'attendra pas le premier vol commercial de l'A350 en 2014 pour se désengager du capital d'EADS... comme il l'avait pourtant promis. Le PDG du groupe éponyme, a annoncé mardi devant des analystes la sortie "très probable en 2013" de son groupe du capital du groupe européen. Lagardère, qui revendique le co-contrôle de la société EADS, détient 7,41 % du capital. "C'est désormais clair, avec le gouvernement français et tout le monde au sein d'EADS, qu'il est plus que probable que nous sortirons l'année prochaine", a expliqué Arnaud Lagardère  lors d'une conférence téléphonique sur le chiffre d'affaires trimestriel de Lagardère. "Nous avons les feux verts sur EADS et c'est pourquoi c'est facile pour nous de prendre une décision, a-t-il précisé. Nous avons une fenêtre maintenant que la plupart de nos projets - sinon tous les projets - semblent bien engagés". Les programmes en question sont le futur long courrier A350 et l'avion de transport militaire A400M.

Dans un communiqué, le groupe Lagardère SCA a confirmé "sa volonté de céder sa participation dès que les conditions de marché et opérationnelles le permettront" et a "considéré que les conditions de cette cession pourraient être réunies dès 2013". Selon le groupe de médias, ce projet, "déjà annoncé à de nombreuses occasions", s?inscrit dans la stratégie de Lagardère, qui a déjà vendu 7,5 % du capital d'EADS en 2006, "de céder ses participations minoritaire".

La participation de Lagardère dans EADS vaut 1,63 milliard d'euros

Au cours actuel d'EADS, la participation de Lagardère vaut 1,63 milliard d'euros. La question est de savoir si Arnaud Lagardère a renoncé ou pas à la vente de sa prime de contrôle sur EADS, qui n'en est pas une... dès lors qu'il souhaite vendre. Cette prime de contrôle n'est pas transmissible à l'acheteur en vertu de la législation néerlandaise, EADS étant une société de droit néerlandais. En 2011, EADS avait contribuà 79 millions d'euros au résultat net de Lagardère. "Le résultat des sociétés mises en équivalence s'établit à 112 millions d'euros, soit une hausse de 72 % par rapport à 2010, qui s'explique essentiellement par la progression des résultats d'EADS. Hors EADS, ce résultat passe de 22 millions d'euros à 33 millions d'euros grâce à une meilleure contribution de Marie Claire et de Gulli", avait expliqué le groupe dans son communiqué à l'occasion des résultats annuels de 2011. Au permier semestre, grâce à la progression des résultats d'EADS, la contribution du groupe européen s'est élevé à 42 millions d'euros, contre 9 millions d'euros au premier semestre 2011.

Pourquoi Lagardère veut-il se désengager aussi vite ?

Plus de cinq mois après avoir faire des pieds et des mains pour devenir le président du conseil d'administration d'EADS en vertu d'un pacte conclu en 2007 entre Paris et Berlin, Arnaud Lagardère, qui d'ailleurs avait séché l'assemblée générale qui l'intronisait à cette fonction le 1er juin, prend la poudre d'escampette. Le groupe Lagardère et l'Etat français sont actionnaires d'EADS à hauteur de 22,35 % mais ce sont les représentants de Lagardère, qui siègent au conseil d'administration. Daimler exerce 22,35 % des droits de vote pour l'Allemagne. Pour certains analystes, ce n'est pas réellement une surprise. "Lagardère veut profiter de la sortie du constructeur automobile allemand Daimler (15 % du capital, ndlr) pour en faire autant sans qu'il y ait des soupçons de délits d'initié", estime l'un d'eux interrogé par "latribune.fr". La banque publique allemande KfW devrait porter sa participation dans EADS de 1% à 13 % d'ici à la fin de l'année. Elle devrait racheter dans un premier temps une participation 4,5 % au consortium de sept banques allemandes, Dedalus (7,5 % du capital), puis la moitié des 15 % de Daimler.

Arnaud Lagardère a en outre considéré que c'était le "bon moment" pour céder sa participation, vu le parcours d'EADS en Bourse, qui surperforme encore le CAC40 cette année même s'il n'a pas compensée la chute accusée par le titre à la mi-septembre après l'annonce du projet de fusion entre EADS et BAE Systems. Vers 16h00, l'action d'EADS dépassait les 26,2 euros, en hausse de 0,44 %. "Nous avons très clairement dit que notre objectif était évidemment d'être du côté des intérêts de Lagardère, mais c'est un groupe complexe et il aurait été très difficile pour nous de vendre notre participation dans EADS et de ne pas protéger dans une certaine mesure les intérêts français", a observé Arnaud Lagardère.

Les doutes de Lagardère sur la fusion EADS/BAE Systems

Le groupe Lagardère avait exprimé début octobre ses doutes sur le projet de fusion entre EADS et le britannique BAE Systems, qui a finalement capoté le 10 octobre, un échec attribué au veto de la chancelière allemande Angela Merkel. Dans un communiqué, Lagardère avait estime en tant qu'actionnaire de référence d'EADS, que "ce projet, en dépit du potentiel industriel et stratégique qui lui est prêté, n'a pas démontré à ce jour qu'il était créateur de valeur pour EADS. Lagardère estime, à ce stade, insatisfaisantes les conditions de rapprochement entre EADS et BAE. Par conséquent, Lagardère invite la direction exécutive d'EADS à engager sans attendre l'indispensable réexamen du projet de rapprochement d'EADS et de BAE, en prenant mieux en compte l'ensemble des intérêts de l'actionnariat français de contrôle d'EADS".

"Ce qui est formidable concernant la négociation avec BAE, c'est que tout a été mis sur la table", a poursuivi Arnaud Lagardère, faisant référence à la probable sortie de Daimler du capital d'EADS. "Il y a eu une très large communication sur le pacte".

Réagir

Commentaires

YADELABU  a écrit le 14/11/2012 à 18:15 :

A part l'argent immédiatement disponible, je ne vois pas ce qui pourrait retenir Jade. des héritiers qui se désintéressent de l'entreprise transmise par papa, ça existe, seul l'argent compte, en voici la preuve. De toute façon quand il y a incompétence, il vaut mieux laisser le bébé à quelqu'un d'autre.

ngorto  a écrit le 14/11/2012 à 13:06 :

Il ramasse le beau cadeau fait à son Papa part l'état français. Merci qui?

chatlibre  a répondu le 14/11/2012 à 18:05:

Merci Jacques, merci Dominique.

xavier-marc  a écrit le 14/11/2012 à 9:52 :

Tous les empires se fondent sur une rente d'origine, une coeur métier qui rapporte de l'argent de façon structurelle, et qui va permettre ensuite permettre d'acheter et de se développer tout en parant aux mauvais investissements.
Dans le cas de Lagardère, la rente est une participation dans EADS, alors, à moins d'avoir un projet très précis, tout le monde se demande bien pourquoi vendre, à quoi va servir l'argent; les milliardaires et les femmes aiment le luxe, alors peut-être un changement de cap dans le groupe vers ce domaine.

a1039  a écrit le 13/11/2012 à 17:50 :

Arnaud, à la différence de son père, n'a jamais été intéressé par cette branche (par opposition au spor et à la communication, ses marottes).
C'est contraint et forcé (paiement des droits de succession) qu'il a dû assumer, poussé par son "frère" Sarko (;!)
La question, désormais, sera plutôt qui va bien pouvoir acheter et dans quel montage ? Même si, pour en parler aussi ouvertement, une piste doit désormais avoir été quasiment validée...

Lagardère vends sa participation dans EADS  a répondu le 13/11/2012 à 19:24:

aux contribuables, pardi !

issa nissa  a écrit le 13/11/2012 à 17:39 :

cet homme est vraiment le cas d'école à ne reproduire sous aucun prétexte : héritier d'un empire de la part d'un père qui le détestait . résultat, le fils prend un malin plaisir à détruire le travail du père et prend des décision stratégiques particulièrement risquées ( sport, édition, communication juvénile....) . espérons que le gvnt ne laissera pas EADS aux mains de financiers peu scrupuleux.

samarinda  a répondu le 13/11/2012 à 18:46:

M.Lagardère père a eu un empire industriel non pas par ses compétences mais par "son ami", M. Chirac.Souvenez vous du démantèlement d'Aérospatiale pour faire cadeau à M. Lagardère des fleurons de cette Ste dont M. Gallois à l'époque était le patron avant de se voir "muté" à la SNCF puis à EADS pour cesser les agissements du triste Forgeat..L'Entreprise Lagardère sans ses amis politiques seraient aujourd'hui un industriel tout a fait commun. Il est inadmissible que les citoyens ne récupèrent pas la part du Groupe Lagardère dans EADS car cette part est sur le fond usurpée.

Democratix  a écrit le 13/11/2012 à 17:26 :

Parce qu'il doit financer un tour du monde en voilier avec Jade !

donfriou  a répondu le 14/11/2012 à 7:31:

Merci j'ai bien ri