La Tribune

Première européenne pour Dassault avec le vol inaugural du drone de combat nEUROn

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Michel Cabirol  |   -  993  mots
Le démonstrateur technologique européen d'avion de combat furtif sans pilote, le nEUROn, a effectué samedi son premier vol à Istres. Une étape majeure pour l'avenir de l'aviation de combat européenne.

C'est une première européenne. Ce qui démontre tout le savoir-faire de maîtrise d'oeuvre et technologique de Dassault Aviation. Lancé en 2003 par la France, le démonstrateur européen d'avion de combat furtif sans pilote (UCAV), le nEUROn, a effectué samedi "avec succès son premier vol depuis la base d'essais" de l'avionneur tricolore à Istres, en collaboration avec les équipes Essais en vol de la direction générale de l'armement (DGA), a indiqué dans un communiqué publié samedi Dassault Aviation. Le nEUROn, en tant que démonstrateur technologique, n'a pas vocation à effectuer des missions militaires.

Dès le début du programme, la France a clairement inscrit le projet de démonstrateur technologique dans la dynamique de l'Europe de la défense, en l'ouvrant complètement à la coopération. C'est pourquoi, environ la moitié de la charge de travail a été confiée à des partenaires industriels non français. Notifié à Dassault Aviation par la DGA en 2006 ainsi que les contrats de partenariats industriels pour un coût de 400 millions d'euros, le programme nEUROn associe la France, l'Italie, la Suède, l'Espagne, la Grèce et la Suisse. Sous la maîtrise d'oeuvre de Dassault Aviation, le programme a été construit "pour fédérer les compétences et les savoir-faire" d'Alenia Aermacchi (Italie), Saab (Suède), EADS-Casa (Espagne), HAI (Grèce), Ruag (Suisse) et Thales (France), a rappelé Dassault Aviation. Ce projet est "également un moyen de mettre en oeuvre un processus innovant en termes de gestion et d'organisation d'un programme mené en coopération européenne", a estimé l'avionneur, qui assure qu'il "définit un avenir pour l'excellence aéronautique de l'Europe". L'objectif de ce projet n'était "pas de créer de nouvelles capacités technologiques en Europe, mais de tirer le meilleur bénéfice des niches existantes", selon la stratégie immuable établie par Dassault Aviation.

Une étape majeure" pour le futur de l'aviation de combat européenne

"Ce vol est une étape majeure dans ce projet ambitieux, a estimé pour sa part le ministère de la Défense dans un communiqué publié samedi. Elle ouvre la voie aux campagnes d'essais en vol du démonstrateur en Italie, en Suède et en France". Ces essais ont pour objectif de démontrer les qualités de vol de la plateforme, mais aussi d'en évaluer la furtivité et les aptitudes au combat. Le programme nEUROn représente une opportunité majeure pour l'industrie européenne de "développer ses capacités dans le domaine des systèmes aériens sans pilote, de maintenir ses compétences pour la prochaine génération d'avions de combat européen et d'expérimenter une nouvelle forme de gestion de programme plus optimisée au sein d'une coopération internationale", a estimé Dassault Aviation.

L'objectif du programme nEUROn est de démontrer la maturité et l'efficacité de solutions techniques, notamment la forme de l'aéronef (aérodynamique, structure composite innovante, soute interne), les technologies liées à la furtivité, l'insertion de ce type d'aéronef dans la zone d'essais, les algorithmes de haut niveau nécessaires au développement des automatismes, ainsi que la place de l'élément humain dans la boucle de la mission. Une autre technologie importante qui sera démontrée est la capacité à emporter et à tirer des armements à partir d'une soute interne. Aujourd'hui, tous les avions européens font appel à des capacités d'emport externes pour les bombes et les missiles. "A travers ces missions de démonstration, l'objectif est de valider des technologies de commandement et de contrôle d'un véhicule sans pilote, d'une taille équivalente à celle d'un avion de combat, disposant de tous les modes secours nécessaires pour garantir le niveau de sécurité requis", a rappelé Dassault Aviation.

Un effort pour maintenir les compétences industrielles européennes essentielles

D'une longueur de 10 mètres, pour une envergure de 12,5 mètres et un poids à vide de 5 tonnes, l'avion est propulsé par un moteur Rolls-Royce Turbomeca Adour. Le nEUROn poursuivra ses essais en France jusqu'en 2014, date à laquelle il sera envoyé en Suède, à Vidsel, pour une série de tests à caractère opérationnel. Il rejoindra ensuite le polygone de Perdadesfogu (Italie) pour d'autres essais, notamment de tirs et de mesure de furtivité. Financé sur le budget des études amont du ministère de la défense, le nEUROn "marque un effort de recherche et technologie majeur pour préparer l'avenir et maintenir des compétences industrielles essentielles", a précisé le ministère, qui estime qu'il "inaugure la prochaine génération d'aéronefs de combat, qu'ils soient pilotés ou non, avec l'ambition de préserver l'autonomie européenne dans ce domaine". Et de rappeler que "c'est un défi majeur tant sur le plan technologique qu'industriel".

Concernant l'organisation industrielle, Dassault Aviation en tant que maitre d'oeuvre du projet, est responsable de la conception générale et de l'architecture du système, des commandes de vol, des dispositifs furtifs, de l'assemblage final, de l'intégration des systèmes, ainsi que des essais au sol et en vol. Alenia Aermacchi (Italie) contribue au projet avec un concept novateur de soute interne d'armements (Smart Integrated Weapon Bay, SIWB), un capteur interne EO/IR, les portes de soute et leur mécanisme d'ouverture, ainsi que le système électrique de la plateforme, et l'anémométrie, Saab (Suède) est en charge de la conception du fuselage principal, des trappes de train, de l'avionique, ainsi que du système carburant. EADS Casa (Espagne) apporte son expérience pour les ailes, le segment sol, et l'intégration de la liaison de données. Hellenic Aerospace Industry (Grèce) est responsable de la section arrière du fuselage, de la tuyère, ainsi que de la fourniture de racks du « banc d'intégration global. Enfin, Ruag (Suisse) prend en charge les essais de soufflerie basse vitesse, et les interfaces entre la plateforme et les armements.

Réagir

Commentaires

gerardc27  a écrit le 03/12/2012 à 10:34 :

On peut constater qu'en matière d'EUROPE c'est quand même léger. DASSAULT s'arroge la part du lion et laisse ses miettes aux autres (c'est tout de même un début). Cependant et c'est un symbole la GRECE (?) y participe. Le moteur lui est antique (ADOUR également sur JAGUAR). Enfin une fois de plus les anglais et plus encore les allemands sont hors du coup. C'est bien et valorisant de montrer son "know how" mais faut pas nous refaire le coup du RAFALE et son coût exorbitant.

iCitoyen  a répondu le 03/12/2012 à 11:24:

Vu le "grand succès" de l'eurofigther dont les allemands ne veulent pas tellement il est mauvais, Dassault a bien raison de rester leader.
Faire à plusieurs n'est pas un but en soi: le but c'est de faire un appareil efficace et qui fonctionne à moindre coût!
De plus ce sont des emplois en France, ce qui est bon pour notre économie.. à moins que vous ne préfériez laisser votre emploi pour un anglais ou un allemand?

chs  a répondu le 03/12/2012 à 12:28:

Coût exhorbitant du Rafale? Quelles sont vos sources pour affirmer ça? Ce programme, dixit la Cour des Comptes, a subi un dépassement de 5% de son budget...Et ceci malgré les reports dü à l'Etat ! Comment qualifieriez-vous alors le coût de l'Eurofighter qui a été produit 4 pays et qui n'a même pas les performances du Rafale?

iCitoyen  a répondu le 03/12/2012 à 14:29:

Et j'ajoute: le Rafale est le seul avion de sa catégorie avec le F-22. Or le F-22 n'est pas à vendre car trop sensible et BEAUCOUP trop cher; à tel point que même les US ne peuvent remplacer un appareil détruit.
De plus, le F-22 à nécessité 35 ans pour être produit (prototype YF22) pour un moment qui se chiffre en dizaines de milliards.
Le américains ont alors lancé le F-35 pour le vendre aux autres nations, que les anglais ont acheté comme un seul homme... sans lire les petites lignes qui indiquent qu'aucun transfert de technologie n'aura lieu et que les entretiens se feront aux USA! moyennant 15 ans de leur budget armée RAF!
Enfin, avec sont nouveau radar, les entraînements ont montrée la performance du Rafale.

D'ailleurs  a répondu le 03/12/2012 à 20:54:

D'ailleurs le PDG de Dassault Aviation avait proposé aux Anglais de remplacer leur F35 qui coute très très cher par un appareil plus abordable: le Rafale :-)

jos  a écrit le 02/12/2012 à 21:51 :

Quid des satellites pour contrôler ces magnifiques drones ? Ce seront des drones de combats contre avions ou des drones bombardement ? quand on sait que la forme aile volante est plutôt furtive qu' hyper-man?uvrante.

Mordrakheen  a répondu le 03/12/2012 à 10:44:

tout depend de la taille de l aile volante déja en 1944-45 les allemands avaient construit un chasseur aux performances étonnantes adptant ce profil Je penses malheureusement que nous vivons les derniéres générations d avions de combat avec pilotes les prochains seront pilotés à distance (gain de cout de production (la cellucle de survie du pilote est particuliérment couteuse) , ils seront plus petits et plus maniables (plus autant de contrainte qu avec un pilote) et en cas de perte de l appareil on ne perd plus le pilote ce qui est aussi au dela de l aspect humain une énorme économie en terme de formation et de risque de sauvetage

Un citoyen taquin  a écrit le 02/12/2012 à 18:43 :

La France a raté le passage aux drones MALE, plutôt que de s'acharner à vouloir donner un successeur aux Harfang de l'AA, autant se contenter de Watchkeeper pour l'A d T afin de bloquer tous les crédits sur un véritable drone de combat successeur du projet Neuron. Nous avons raté l'étape du drone MALE, passons de suite à l'étape du drone de combat....

baubman  a écrit le 02/12/2012 à 15:47 :

Je pense que vous n'avez pas compris qu'il s'agit d'un drone pour le combat aérien, ce qui n'existe pas actuellement. Le pilote est le point faible de l'avion pour les évolutions aériennes très serrées, car il ne peut pas supporter les virages très serrés.
Donc rien à voir avec les drones actuels qui font surtout de l'observation et de l'attaque au sol

martin  a écrit le 02/12/2012 à 13:23 :

bravo pour la maîtrise technique et surtout la coopération des européens,dans l'espoir d'une bonne commercialisation.

jboss  a écrit le 01/12/2012 à 22:48 :

Il me semble que la difficulté c'est pas de le faire voler (un avion télécommandé coûte moins de 100 ? partout), c'est la restitution d'informations et leur analyse pour action. ET là on n'a pas d'infos.

patex  a répondu le 02/12/2012 à 1:46:

Parce que vous vous imaginez qu'on communique au premier clampin venu des informations sur un programme militaire ?

Kiri  a répondu le 02/12/2012 à 10:25:

Un avion de 5t complètement instable de par son architecture...Si! C'est une réelle difficulté de le faire voler!

chs  a répondu le 02/12/2012 à 11:24:

Si jbiss sait faire voler sans difficulté un tel engin (ce n'est plus un avion) sans dérive, sans ailerons, il faut vite qu'il postule chez Dasssault Aviation: un pont d'or lui sera offert. Et si, de plus, il sait maîtriser la furtivité...!

annees60  a écrit le 01/12/2012 à 18:32 :

avec 2 EXOCETS parfait vous savez ceux qui ont détruit le SHEFFIELD fleurons de la flotte anglaise encore BRAVO!!!!!!

Longcours  a répondu le 02/12/2012 à 6:53:

Commentaire obscur.. pas de drones à l'époque... années 60 ? Difficile à vivre, le monde moderne, non ?

Yann  a répondu le 03/12/2012 à 13:49:

Il n?empêche que l'exocet est pour l'instant un des plus grands succès de commercialisation d'un produit de défense français. Depuis MBDA et autres Dassault n'ont pas fait mieux.

fleur bleue  a écrit le 01/12/2012 à 18:28 :

il n'est pas prés d'arriver dans l'armées francaise , ils attendent toujours l'a400 m , celui qui devait remplacer les transals ( 50 ans age)

mouai  a répondu le 01/12/2012 à 19:01:

Mais si car EADS est hors du coup!

annees60  a répondu le 01/12/2012 à 19:08:

oui mais on le pose sur 400 m tout terrain et avec le LYCOMING on decole sur 300

HmHm  a répondu le 03/12/2012 à 12:34:

Il me semble que Dassault est plutôt dans ceux qui tiennent leur délais...

MAGNUM  a écrit le 01/12/2012 à 17:35 :

Un programme européen qui poursuit son chemin, qui entretien nos bureaux d'études et qui démontre au monde que les U.S.A ne sont pas les seuls à travailler sur les drones de nouvelle génération.

urbi et orbi  a répondu le 02/12/2012 à 4:16:

il serait temps de cesser de toujours vouloir "montrer aux américains" on est pas là pour ça, de toute façon les américains ici comme ailleurs auront été les premiers! quand on veut trop montrer aux américains , on finit par faire des zinzins comme le concorde !

Longcours  a répondu le 05/12/2012 à 2:59:

@urbi et orbi: faut lire avant de répondre... Magnum n'a pas écrit "montrer aux américains", mais "montrer au monde", ce qui a une utilité: vendre des produits et avoir une politique indépendante. Evidemment, quand ensuite on donne les codes aux Américains, on ne vend plus de produits, vu que personne ne croit plus aux vertus indépendantes de l'achat en France: bon, ça c'est pour les erreurs du passé qui nous coûteront cher pendant encore longtemps, mais n'en parlons plus......

Tip top  a écrit le 01/12/2012 à 17:35 :

En attendant, ce moteur est entre en service 73 et a depuis ete mis au gout du jour. Utilise aux US, au Japon, il serait etonnant de le voir figurer sur une version industrialisee du nEUROn. Esperons que Safran en sera le maitre d'oeuvre plutot que RR.

binocle  a répondu le 02/12/2012 à 1:50:

vous avez mal lu, le fournisseur est Rolls Royce Turbomeca, et Turbomeca appartient à ... SAFRAN, qui coopère avec RR depuis des années avec succès. Si on veut construire une Europe de la défense (progressivement, bien entendu) ce genre de partenariat est toujours le bienvenu. La liste de partenariats Franco-Britanniques en motorisation aéro ne manque pas !

Patriote  a répondu le 02/12/2012 à 3:12:

Une Europe de la Défense, vous y croyez tellement ^^
Pourtant, l'Europe qu'on nous a vendus, une Europe qui allait faire notre bonheur, et bien cette Europe était vouée à l'échec dès le début, même chose pour cette Europe de la défense.

DG Seattle  a répondu le 02/12/2012 à 3:27:

Non, j'ai tres bien lu et je sais tres bien que l'adour est franco-anglais, je connais Safran puisque je suis Safran et je connais egalement TM. Je dis seulement que Safran pourrait tres bien motoriser seul la version industrielle du nEUROn. Nous n'avons pas besoin de RR. Les succes dont vous parlez sont des succes techniques, pas commerciaux. L'adour est un moteur remarquable mais son architecture est ancienne et son rapport poids/poussee est trop eleve pour un drone. Juste OK pour un demonstrateur. Merci qd mm pour la reponse.

DG Seattle  a répondu le 02/12/2012 à 3:32:

et pour + d'info: http://www.turbomeca.com/francais/nos-produits/turboreacteurs-avions/adour/?lang=fr ;-)

Chloebea  a écrit le 01/12/2012 à 16:18 :



Quelqu'un peut-il s'il vous plaît me dire comment contourner un hack de compte. J'ai téléchargé cet outil et d'un compte piraté et il me demander de l'argent? pour pirater plus

Je l'ai eu ici facehacktool.blogspot.com

Chloe Beauchene  a écrit le 01/12/2012 à 16:18 :



Quelqu'un peut-il s'il vous plaît me dire comment contourner un hack de compte. J'ai téléchargé cet outil et d'un compte piraté et il me demander de l'argent? pour pirater plus

Je l'ai eu ici facehacktool.blogspot.com

Robot  a écrit le 01/12/2012 à 16:15 :

Un Drone de la taille d'un mirage, autonome réellement , et capable d'emporter des armes . Belle réussite ! Pourquoi ne pas en faire en suivant une petite série ? Cela ne devrait pas être si cher le développement étant déjà payé et cela permettrait de combler notre retard en terme de drones vis a vis des américains.

Marousan  a écrit le 01/12/2012 à 15:48 :

Un prototype censé convaincre les militaires européens. C'est un démonstrateur technologique tout simplement.
Si les armées européennes sont enthousiastes et intéressées, un véritable projet sera amorcé avec furtivité, armement et démonstration d'opérations.
Le réalisme économique est de rigueur étant donné que plusieurs armées commandent déjà les drones américains.
Il y a malheureusement assez peu de patriotisme européen, c'est dommage pour nos emplois et industries en tout genre.

FB  a écrit le 01/12/2012 à 14:50 :

Un drone de combat qui n'a pas vocation a effectuer des opérations militaires?
Vraiment n'importe quoi !

Totoff  a répondu le 01/12/2012 à 15:09:

Faudrait savoir lire. C'est le Neuron, démonstrateur technologique, qui n'a pas de vocation des opérations militaires...

Totoff  a répondu le 01/12/2012 à 15:09:

Faudrait savoir lire. C'est le Neuron, démonstrateur technologique, qui n'a pas de vocation des opérations militaires...

Totoff  a répondu le 01/12/2012 à 15:25:

Un problème de lecture ? C'est le démonstrateur technologique qui n'a pas vocation à effectuer des opérations militaires et non pas un drone de combat.

???  a répondu le 01/12/2012 à 16:07:

C'est un démonstrateur qui comme son nom l'indique a pour but de démontrer pas d'effectuer des opérations militaires, enfin pas encore.

jules  a répondu le 02/12/2012 à 1:52:

FB n'a rien compris, laissez tomber...

Tangyra  a écrit le 01/12/2012 à 14:05 :

L'Europe est soit extrêmement en retard, soit extrêmement discrète sur son programme de drones. A part ce nEUROn, quelles sont nos systèmes d'armes pour l'interception, la reconnaissance, le bombardement, l'attaque furtive. Les missions aeriennes sont variées et les drones sont censés apporter des solutions sans passer par un aeronef polyvalent, mais justement avec des dimensions sur un spectre large adaptées à ses missions.

VVV  a répondu le 01/12/2012 à 14:44:

VOUS ne savez pas de quoi vous parlez ! C normal!!! en france !tout est furtif! nos dirigeants,nos banques!!! et meme notre pays!!!! comment voulez vous attaquer un pays furtif??? C cela qui fait notre force!!!et puis si jamais un fou nous attaquait,Israel nous defendrait IMMEDIATEMENT $$$$$$$ ne serait ce que pour proteger ses interets... ETC!

Gogo  a répondu le 01/12/2012 à 14:52:

Ben... le Rafale

Eh eh  a répondu le 01/12/2012 à 18:59:

Une rafale de nEUROn !!

Mordrakheen  a répondu le 03/12/2012 à 15:23:

encore heureux qu on ne sache pas tout sur un programme militaire??? vous voulez pas non plus qu on vous donnes une petite plaquette avec les plans???? Les américains si accros aux technologies "Stealth" sont à mon sens bien trop bavards sur des tas de sujets Nous n avons pas besoin de tout savoir des vies sont parfois en jeu