La Tribune

Ariane 6, c'est parti !

L'actuel lanceur européen, Ariane 5 Copyright Reuters
L'actuel lanceur européen, Ariane 5 Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Michel Cabirol  |   -  746  mots
L'Agence spatiale européenne a confié au maître d'œuvre du lanceur européen Ariane 5 depuis 2003, Astrium, 108 millions d'euros de contrats de maîtrise d'œuvre portant sur les développements des lanceurs Ariane 6 et Ariane 5 ME.

Ariane 6, c'est parti. Le 9 janvier, l'Agence spatiale européenne (ESA) a confié au maître d'?uvre du lanceur européen Ariane 5 depuis 2003, Astrium, 108 millions d'euros de contrats de maîtrise d'?uvre portant sur les développements des lanceurs Ariane 6 et Ariane 5 ME. Ces contrats font suite aux décisions prises lors de la conférence ministérielle de l'ESA les 20 et 21 novembre 2012 à Naples. "Aux termes de ces contrats, Astrium va lancer les premières études de définition et de faisabilité du futur lanceur européen Ariane 6, a expliqué Astrium dans un communiqué. Prévues pour six mois, ces études doivent préciser le concept et l'architecture retenus pour le lanceur Ariane 6 et permettront de figer les principales caractéristiques du nouveau lanceur avant la mise en ?uvre de son développement industriel". Le coût de développement de ce nouveau lanceur est estimé à 4 milliards d'euros, en incluant les coûts de management et 20 % de marges liées aux éventuels aléas.

Pour autant, les contours d'Ariane 6 sont déjà définis : il s'agira d'une fusée modulable d'une capacité d'emport de 3 à 6,5 tonnes en orbite géostationnaire. Baptisée PPH, la configuration du lanceur comporte deux étages inférieurs à poudre et un étage supérieur cryogénique propulsé par le moteur réallumable Vinci®, mis au point par Snecma (Groupe Safran)." Astrium doit maintenant étudier les différentes configurations PPH possibles et proposer la meilleure solution vis-à-vis des objectifs techniques et calendaires du programme, mais aussi respecter l'objectif budgétaire (70 millions d'euros par lancement) et le même impératif de fiabilité que pour Ariane 5", a précisé la filiale spatiale d'EADS. Le président d'Astrium, François Auque, avait salué lundi lors de la présentation de ses voeux à la presse, comme "une très bonne nouvelle" le démarrage du programme Ariane 6. Avec Ariane 5 ME et Ariane 6, "la pérennité d'Ariane est assuré à court et à long terme ", avait-il expliqué. Tout en rappelant toutefois que Ariane 6 "nécessitait une confirmation en 2014" au moment de la prochaine réunion ministérielle des Etats membres de l'ESA.

Poursuite du développement d'Ariane 5 ME

Avec l'ensemble de ses partenaires industriels, Astrium va également poursuivre le développement d'Ariane 5 ME (Midlife Evolution). "Cette version modernisée d'Ariane 5 apportera un gain de performance de 20 % pour le même prix, soit une réduction de 20 % du coût du kilo transporté par rapport au lanceur actuel", a fait valoir Astrium. Pour autant, Fançois Auque a reconnu lundi que "Ariane 5 ME sera peut-être au kilo légèrement plus cher que le lanceur américain Falcon 9". Tout en demandant à voir les performances opérationnelles de ce lanceur : "Il y a plus de paroles que de lancements mais cela viendra...". Les ministres des pays membres de l'ESA avaient confirmé son développement en vue d'un premier vol prévu en 2017 ou 2018. François Auque a rendu "hommage" à la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Genevière Fioraso, en charge des questions spatiales, pour sa capacité "en très peu de temps" à coordonner la politique spatiale française. "Nous n'avions pas vu depuis longtemps une telle implication personnelle et une capacité d'écoute".

Astrium doit maintenant adapter le programme, conformément aux décisions prises lors de la conférence ministérielle, en prenant en compte les synergies avec le programme Ariane 6, tout en continuant à viser une date de mise en service au plus tôt. La filiale spatiale d'EADS, qui coordonne une chaîne industrielle regroupant plus de 550 entreprises (dont plus de 20 % de PME) dans douze pays européens, va organiser le développement des éléments communs à Ariane 5 ME et à Ariane 6, parmi lesquels le moteur réallumable Vinci®, qui devrait équiper l'étage supérieur des deux lanceurs et rechercher toutes les synergies possibles entre les deux programmes. "L'Agence spatiale européenne vient de nous renouveler sa confiance en tant que maître d'?uvre avec la signature de ces contrats, qui font suite aux décisions prises lors de la dernière conférence ministérielle de l'ESA à Naples, s'est félicité le président d'Astrium Space Transportation, Alain Charmeau. Les études pour le développement industriel d'Ariane 6 vont tracer la route de cette prochaine génération de lanceur. La fabrication d'Ariane 5 ME va commencer sans délais. Avec plus de trois ans de travail déjà accompli, nous sommes prêts pour le premier vol prévu dans cinq ans".

Réagir

Commentaires

Mecatroid  a écrit le 30/01/2013 à 17:08 :

Souhaitons leurs une réussite aussi belle que pour les générations précédentes, et profitons en pour les féliciter de maintenir dans le temps un niveau de qualité aussi élevé.

jcc  a écrit le 30/01/2013 à 12:45 :

Très très bonne nouvelle, nous garderons et améliorerons nos compétences et cela donnera des milliers d'heures de travail super.