Rafale : et si le Qatar se décidait avant la fin de l’année

 |   |  998  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Qatar souhaite s’équiper de 72 avions de combat. Il pourrait choisir d’ici à la fin de l’année un fournisseur entre Dassault Aviation, Lockheed Martin et le consortium Eurofighter pour un premier lot de 36 appareils. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rend ce lundi à Doha pour consolider les liens politiques entre la France et le Qatar.

Toute la filière aéronautique militaire française retient son souffle. Avec l'Inde, le Qatar est aujourd'hui le deuxième prospect le plus sérieux pour le Rafale, et ce bien avant les Emirats arabes unis (EAU). Ces derniers, même s'ils ont repris langue avec Dassault Aviation et ses partenaires, ne semblent pas réellement pressés de choisir entre le Rafale et le Typhoon du consortium Eurofighter (BAE Systems, EADS et Finmeccanica). Au Qatar, il y a peu de temps encore, ce n'était pas non plus le cas. Mais Doha a semble-t-il décidé d'accélérer au début de l'été son processus d'acquisition pour remplacer ses douze Mirage 2000-5 -les seuls avions de combat dont il dispose à ce jour- et renforcer sa flotte. « L'opération Harmattan en Libye, menée aux côtés de la France, notamment des aviateurs français, a permis au Qatar de voir quel rôle cet émirat peut jouer au niveau international », explique-t-on au ministère de la Défense.

 Le Qatar veut 72 avions de combat

 « Le Qatar veut aller vite », confirme à La Tribune une source proche du dossier. De douze appareils, ils voudraient passer à 72, dont un premier lot de 36, selon des sources concordantes. Un client qui a les moyens de s'offrir ces avions de combat. Dans ce cadre, l'émirat a récemment envoyé un appel d'offre (Request for Proposal) à trois candidats : Dassault Aviation, Lockheed Martin (F-35) et le consortium Eurofighter. Selon un calendrier informel, le Qatar pourrait choisir un fournisseur pour un premier lot de 36 appareils d'ici à la fin de l'année, peut-être à l'automne, et entrer avec ce constructeur en négociations exclusives. Un contrat serait signé en 2014. Même si certains espèrent un contrat d'ici à la fin de l'année, plusieurs sources interrogées par La Tribune estiment que ce n'est pas possible de négocier aussi rapidement un tel contrat. D'autant que Doha veut suivre un processus d'acquisition normal.

La formation des pilotes, un point clé 

A Paris, on croit fort à un succès du Rafale au Qatar. Notamment pour le premier lot de 36 appareils. Car dans un second temps, les Qataris pourraient choisir de s'offrir le F-35 de Lockheed Martin. L'un des éléments clés d'un éventuel succès tricolore portera sur la formation des pilotes, peu nombreux au Qatar. "Il faudra présenter un dossier solide sur la formation", explique-t-on à La Tribune. En juillet 2012, le Rafale avait impressionné les Qataris à l'issue d'une campagne extrêmement positive par temps chaud (50 degrés) dans le ciel du Qatar... sans aucun coup de chaleur contrairement à certains de ses concurrents américains, les appareils de Boeing, les F-15 et les F-18.

 Jean-Yves Le Drian A Doha

 Cette visite au Qatar est la troisième de Jean-Yves Le Drian depuis son entrée en fonction, en mai 2012. Début août, il avait indiqué que le Qatar, comme l'Inde et "d'autres pays", était intéressé par l'achat du Rafale. Fin juin, le président François Hollande avait évoqué lui-même le dossier du Rafale avec les dirigeants qataris, lors d'une visite à Doha. Pour Jean-Yves Le Drian, pas question pour autant de harceler les responsables qataris avec le Rafale lors de sa visite au Qatar. Fidèle à sa stratégie qui lui a si bien réussi aux Emirats arabes unis avec la signature de deux contrats (satellites d'observation et radars), il souhaite avant tout construire un lien politique fort avec le Qatar. Il évoquera surtout avec le nouveau cheikh francophile Tamim ben Hamad Al Thani, qui a succédé à son père fin juin, les dossiers syriens et égyptiens. Ils parleront peut être foot avec le propriétaire du Paris-Saint-Germain (PSG), le ministre étant un fervent supporter des Merlus (FC Lorient). Plus sérieusement, il rencontrera également le nouveau ministre de la Défense qatari.

 A l'issue de sa visite au Qatar, il rendra visite à l'homme fort des Emirats arabes unis, le prince héritier cheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan. « Une façon de maintenir les très bonnes relations entre les deux pays et d'envoyer un signal au cheikh : cette relation va au-delà des contrats signés », explique-t-on à Paris.

 Plus de 20 milliards d'euros de prospect au Qatar

 Au-delà de cette visite politique, la France joue gros au Qatar. Les industriels de l'armement tricolores sont en course pour plusieurs prospects d'une valeur de plus de 20 milliards d'euros. Paris croit également aux chances du véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter qui est arrivé également dans le groupe de tête à l'issue de récentes évaluations face à ses rivaux allemand (Boxer de KMW et Rheinmetall), finlandais (Patria AMV) et turc. Doha souhaite acquérir 480 véhicules pour les forces terrestres ainsi que 200 exemplaires pour la garde spéciale de l'émir.

 Par ailleurs, Eurocopter espère vendre le NH90 dans sa version terrestre et navale. Le constructeur travaille sur deux propositions, l'une étant de panacher la version terrestre (12 modèles TTH) et navale (10 NFH), l'autre étant de proposer que du NFH (22 exemplaires). Face au NH90, les Américains proposent le Seahawk de Sikorsky. En revanche, les Qataris préféreraient pour renouveler leur flotte d'hélicoptères de combat (soit une douzaine d'appareils) l'Apache de Boeing au Tigre d'Eurocopter.

 Le missilier MBDA dispose également au Qatar de bonnes chances d'équiper les forces armées dans le domaine de la défense aérienne. Le groupe européen propose le VL-Mica ainsi que le système SAMP/T équipé de missiles antimissiles Aster Block 1 pour la défense anti-aérienne. A plus long terme, MBDA et le groupe naval DCNS proposeront des frégates équipées de systèmes anti-missiles Aster 30. Problème, les eaux peu profondes de l'émirat compliquent le dossier... Enfin, le Qatar pourrait choisir rapidement à l'issue d'un appel d'offre un constructeur pour équiper la marine qatarie de quatre corvettes. DCNS est sur les rangs et propose son système de combat, le Setis.

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2013 à 12:22 :
Maintenant que droite et gauche leurs on fait cadeau des banlieues, ils peuvent bien en acheter quelques uns, même si c'est pour pas s'en servir.
Allez quoi, ayez pitié !
a écrit le 01/10/2013 à 21:38 :
On se demande ou est l'Europe dans la démarche de Dassault !! Il y a belle lurette que la France ne peut plus prétendre développer toute seule ses avions de combat!!
Dassault (Marcel) avait insisté pour faire le Rafale tout seul...et voila le résultat!!
Le Rafale sera produit à 225 exemplaires pour la France.....ce qui est ruineux !!!!!
En outre la dernière génération, qui arrive, c'est le F 35 pas le Rafale!!!
a écrit le 03/09/2013 à 17:23 :
Et si l'espoir de vendre des Rafales était la raison d'être de notre désir d'intervenir en Syrie? en effet, de bonnes frappes efficaces sur les forces de Damas encourageront peut-être les décideurs du Qatar à acheter français d'autant que ce pays fait désormais partie de la Francophonie!!!
Réponse de le 03/09/2013 à 23:00 :
C'est un jeu dangereux aussi : il ne faut pas jouer aux têtes brûlées contre un ennemi qui pourrait nous piéger si on estime mal ses forces... Bref, j'aurais tendance à penser que notre volonté d'intervenir (mais pas tout seul) n'est pas guidée par la volonté de faire une démonstration technique.
a écrit le 30/08/2013 à 14:33 :
les américains le disent eux-même dans cette émission "américaine" http://www.youtube.com/watch?v=pteMgYPm1xM (F35 JSF Stealth or How the West was Lost.flv). Selon un expert américain, en l'état actuel du développement du F 35, celui-ci est incapable d'esquiver un missille et même un F-16 le mettrai en miette. Par ailleurs il résiste moins bien à la chaleur du désert que le rafale.
Réponse de le 30/08/2013 à 14:52 :
et aucun prototype n'était proposé avant investissement, son système informatique est tellement complexe qu'il est devenu un cauchemar. Ils n'arrivent pas à faire communiquer les systèmes entre eux. C'est inquiétant.
Réponse de le 31/08/2013 à 10:40 :
Oui, le F35 suit encore son chemin de croix mais je ne pense pas qu'il faut l'enterrer trop vite .
J'attend de voir encore 5 ans, les ingénieures auront fini par déverminer le programme. C'est toute la réputation de l'industrie aéronavale américaine et de Lockeed Martin qui se joue sur programme, il y a trop de partenaires et de pays impliqués, ils vont finir par trouver les solutions à leur problèmes. Les états unis ne peuvent se permettre cette humiliation internationale et les conséquences politiques et financières que cela engendreraient
a écrit le 28/08/2013 à 13:55 :
logiquement ils vont prendrent le rafale , avion au top et bonne relation entre les deux pays . daussault tres aprecies en orient
Réponse de le 29/08/2013 à 12:42 :
'Logiquement' oui, mais politiquement ?
Logiquement, Singapour devait en acheter, c'était parfait pour eux, mais l'Us Navy leur a fait des offres de protection et de participation à leur flotte du pacifique, qu'ils n'ont pu refuser.
La Corée du sud aussi, les américains les ont laissé libres, juste ils rapatriaient les 300.000 soldats qu'ils ont sur place... Tiens curieux, les sud-coréens ont choisi des F-15 finalement...
Réponse de le 18/09/2013 à 15:10 :
tant de concession de la part de la france, franchement cela serai un vraie coups de poignard dans le dos. faut y croire ou possitivé +/
a écrit le 28/08/2013 à 13:48 :
En échange d'une intervention armée aux cotés des USA de la France en Syrie?
a écrit le 28/08/2013 à 12:51 :
Quoi qu'en disent les détracteurs du Rafale, son principal concurrent, l'Eurofighter a été battu à chaque fois qu'il y a eu des comparaisons en vol faites par des propects. Les performances du Rafale ont été à chaque fois supérieures. Quant au Gripen, n'en parlons pas, c'est un monoréacteur qui ne cherche pas à concurrencer le Rafale. Les Suisses l'on choisi parce que leur gouvernement a renoncé à avoir un avion de combat, ils ont seulement voulu chasser les drones et surveiller les infiltrations de petits avions.
Réponse de le 28/08/2013 à 16:26 :
Mort de rire! Le Rafale n'a pas de concurrent... Mais seuls les "concurrents qui n'existent pas" arrivent à trouver des acheteurs sur le marché de l'avion de combat au détriment du Rafale. C'est incoyable le nombre de pays qui achètent et ensuite volent sur des "non-avions". Cela doit être ça, la réalité virtuelle!
Réponse de le 28/08/2013 à 18:30 :
Je ne dirais pas non plus que le Rafale n'a pas de concurrent mais force de constater que dans les marchés où il y a eu comparaisons technico-opérationnelles, le Rafale n'a perdu que face au F-35 qui était (ou qui est encore) un avion "sur papier".
Réponse de le 29/08/2013 à 12:37 :
Certes technologiquement c'est le meilleur, et moins cher que le Typhoon (qui vient d'être vendu à Oman), ce ne sont pas les utilisateurs, mais les Politiques (payeurs) qui décident... !
Réponse de le 29/08/2013 à 12:48 :
Depuis quand les Politiques sont les payeurs? C'est le PEUPLE qui paye avec ses impôts, il paye pas seulement des avions de chasse mais également les salaires des Politiques!
Réponse de le 29/08/2013 à 15:46 :
Le rafale n'est qu'une version amélioré du F16 et encore les derniers F16 sont bien meilleur que le rafale. Mais bon puisque c'est français on dira que c'est le meilleur avion au monde que même les ricains nous envie tellement !
Réponse de le 29/08/2013 à 15:59 :
@ riton : Meilleurs dans quel domaine? Il y a toujours des choix à faire, et un chasseur ne peut pas être meilleur qu'un autre en TOUT. Un F-16 modernisé, tels que les block 60 des EAU, doit logiquement se rapprocher pas mal d'un Rafale, aussi bien en performance qu'en prix d'ailleurs...
a écrit le 28/08/2013 à 8:34 :
Le Qatar un point stratégique que ce pays veut défendre avec sa flotte d'avions militaire? Pipeau! C'est simplement un micro état dont l'émir veut s'acheter des jouets pour Noel. En cas de conflit, le Qatar compte sur les USA et pas sur des avions dont il peinera à trouver une place pour les parquer dans leur micro territoire
Réponse de le 28/08/2013 à 11:03 :
non, ce pays est protégé des invasions terrestres par l'Arabie Saoudite. Le risque est maritime, ses moyens de répliques aériens. Ce n'est pas une stratégie idiote.
Réponse de le 28/08/2013 à 11:48 :
Le Qatar est incapable de se défendre seul contre un agresseur (qui serait immanquablement l'IRAN). Et l'attaque ne viendra pas de la mer mais du ciel (des missiles iraniens fournis principalement par la Corée du Nord). Avec ou sans Rafale, les missiles pleuveraient sur ce micro-état sans qu'il puisse se défendre...
Réponse de le 28/08/2013 à 13:55 :
@ @tahi : ne vous inquiétez pas pour eux, les pays du golfe sont très en pointe pour s'équiper de systèmes anti-missiles...
Réponse de le 29/08/2013 à 12:50 :
Les pays du Golf recoivent gratuitement des systèmes anti-missiles Patriot de l'Oncle Sam. Bien que ces systèmes n'ayant qu'une efficacité relative face à des missiles, ils sont toujours plus efficaces et toujours moins chers que le Rafale pour faire ce job
Réponse de le 29/08/2013 à 13:10 :
Depuis quand le Rafale fait de l'anti-missile? Il peut certes le faire dans des conditions très particulières mais ce n'est pas son rôle. Un système anti-missile ou même anti-aéronef est complémentaire d'un avion comme le Rafale, on ne les utilise pas dans les mêmes conditions.
Réponse de le 29/08/2013 à 13:29 :
"Depuis quand le Rafale fait de l'anti-missile?" Prenez la peine de lire l'échange de commentaires! C'est justement parce que le Rafale ne fait pas de l'anti-missile qu'il est d'aucune utilité pour le Qatar... A part bien sûr pour faire joli sous le sapin de Noel de l'emir...
Réponse de le 29/08/2013 à 14:08 :
@ @Moebius : Oui, je pensais notamment au Patriot, mais par contre, je doute que ce soit gratuit. N'oublions pas que là aussi, il s'agit de systèmes complets, et pas seulement d'effecteurs.

Mais les pays du Golfe ne peuvent pas se contenter d'acheter de l'équipement sol-air, et on fait beaucoup plus de choses avec un avion de combat qu'avec un système antimissiles. Notamment, comme les systèmes antimissiles ne sont pas fiables à 100%, la première ligne de défense peut être de détruire les missiles avant leur tir. Et pour intervenir davantage à l'extérieur comme le souhaite le Qatar, des Rafale seront plus utiles que des Patriot.
Réponse de le 29/08/2013 à 18:49 :
Les seuls interventions extérieures que peut imaginer le Qatar, c'est l'envoi de caisses remplies de pétro-dollars. Le Qatar, c'est 11'000 km2 (4 fois plus petit que la Suisse) et une armée de 10'000 hommes! Le fait d'être assis sur des réserves de pétrole et de gaz ne transforme pas un micro-pays en puissance mondiale. C'est l'histoire de la grenouille qui se croit plus grosse que le boeuf!
Réponse de le 29/08/2013 à 19:53 :
Comment comprendre alors "... ils sont toujours plus efficaces et toujours moins chers que le Rafale pour faire ce job"?
Réponse de le 29/08/2013 à 20:01 :
@ @moebius : Et pourtant, lors de l'opération Harmattan, le Qatar a déployé pas moins de 6 Mirage 2000 (donc la moitié de sa force aérienne) au côté des forces aériennes françaises. Comme le signalait l'article d'ailleurs.

Ce n'est pas parce qu'on est un petit pays qu'on ne peut pas intervenir à l'extérieur avec quelques avions de combat : dans le cadre de coalitions, beaucoup de pays se bornent à la mise à disposition de 5 à 10 chasseurs (la France n'a pas eu besoin de beaucoup plus pour l'opération Serval). Après, à charge des US de fournir AWACS et ravitailleurs...
Vous avez tout à fait le droit de penser ce que vous voulez, mais force est de constater que le Qatar a vraisemblablement l'ambition d'être un pays qui compte. Comme plusieurs pays occidentaux, l'option d'interventions à l'étranger pour défendre leurs intérêts stratégiques est envisagée : en ceci, ils se montrent simplement pragmatiques.
Mais a priori, leur stratégie ne se bornera pas qu'à l'option militaire. Et contrairement aux USA dont l'influence se veut mondial, le Qatar va probablement se consacrer en priorité à devenir une puissance régionale.

Bref, il me semble qu'il serait une erreur de sous-estimer ce pays sous-prétexte de sa taille : quelqu'un se souvient-il des villes-états italiennes à leur grande époque?
Réponse de le 29/08/2013 à 23:55 :
Prenez la peine de vous renseigner sur le Qatar. Ce n'est pas un pays! C'est le jouet d'un emir assis sur un tas de pétro-dollars qui passe son temps à faire joujou avec son fric. C'est un pays où aucun de ses citoyens ne travaillent (le travail c'est pour les étrangers qui viennent y travailler: des phillipins pour le sale boulot sur les chantiers et des occidentaux pour les travaux dans les beaux quartiers (banque, ingénierie, etc.). Un étranger travailleur y a un statut "d'esclave". Même si vous voulez y ouvrir une entreprise, l'étranger est totalement dépendant d'un "sponsor" (un Qatari qui est nommé "Slave Master") qui a le contrôle complet de vos faits et gestes: Il ne vous signe pas le papier pour sortir du pays? Et bien, le bon citoyen français reste ad eternam au Qatar selon le bon vouloir du sponsor indigène.

Qui va les piloter vos Rafale? Des esclaves venus de France, des anciens pilotes de l'armée de l'air française qui auront été virés pour raison de budget en berne, des pilotes venus des pays de l'Est?

Cette histoire n'est que de la poudre aux yeux: Après Sarko qui a fait la danse du ventre devant Khadafi pour vendre des Rafale à la Lybie (un "pays ami" responsable de l'attentat du Boeing de Lockerby et du financement de tous les terroristes du monde... Exemple: Carlos jugé en France), jusqu'où le gouvernement Hollande va se ridiculiser pour essayer de vendre des Rafale au Qatar?

C'est vrai que l'on en est plus à une ignominie près! Il y a déjà longtemps que la France s'est assis sur sa fierté et se vend au Qatar
Réponse de le 30/08/2013 à 0:05 :
LOL "Le Qatar a déployé pas moins de 6 Mirage 2000 (donc la moitié de sa force aérienne) au côté des forces aériennes françaises"... Et donc ils veulent faire pousser des Rafale dans le désert en remplacant 12 Mirage 2000 par 72 Rafale? Qui nous prend pour des c...?
Réponse de le 30/08/2013 à 0:42 :
@ @Moebius : bien, ça évitera de laisser seulement 6 appareils gérer la défense du pays (parce que là pour le coup, c'était pas lourd!). Que voulez-vous que je vous dise, ils peuvent se le permettre, ils en ont la volonté, donc ils le font. Si on ne veut pas vendre de Rafale, ils se passeront de nous. Vous émettez un jugement de valeur sur le fonctionnement de ce pays (car oui, s'en est tout de même un!) alors que nous avons peu de leçons à donner dans ce domaine. Contrairement à la Libye, je pense que l'appel d'offres du Qatar est 'sérieux', ensuite, seul l'avenir dira si le Rafale sera choisi.
Bref, nous nous égarons, où voulez-vous en venir?
a écrit le 28/08/2013 à 2:08 :
"Les affaires sont les affaires", reste que le Qatar peut s'équiper de tout le matériel militaire classique possible et imaginable, il sera toujours militairement moins qu'un nain, n'étant du point de vue de la géographie humaine et économique qu'un château de sable voué au mieux à ne pas s'effondrer trop vite. Ce n'est que du gaz, autant dire du vent.
a écrit le 27/08/2013 à 19:16 :
Le Qatar est étonnant d'irréalisme ...il n'a même pas sélectionné le Gripen de SAAB , qui est un très bon avion de combats de 4ème génération, moins couteux que le Rafale à l'achat et à l'entretien... d'ailleurs, choisi par l'armée Suisse... qui ...sauf démonstration du contraire...sont des gens exigeants, experts, compétents et plein de bon sens...
Réponse de le 27/08/2013 à 23:25 :
ah ah ah, quelle bonne tranche de rigolade
Réponse de le 27/08/2013 à 23:38 :
@PIPOLINO
Le dirigeant Qatari qui lirait votre message se sentirait offensé voir insulté ! Vous avez tout le voisinage qui s'equipe en Mercedes, en Audi ou en BMW et vous lui proposez de lui vendre en VOLVO alors qu'il a un budget confortable ! Il faut arrèter de prendre le client Qatari pour un pays aux ambitions modestes. En effet, c'est un pays qui voit GRAND, avec une volonté de vouloir montrer ses muscles vis à vis de l'iran et surtout vis à vis de ses voisins et forcément ils vont vouloir se payer le meilleur avion possible et surtout qui soit disponible très vite ! Et le Gripen NG ne rentre pas dans ce cas de figure . Non seulement, le Gripen NG n'existe pas encore mais en plus, il est monoréacteur et il est moins performant dans tout les domaines face à un avion comme le Rafale par exemple.
Ce n'est pas moi qui le dit mais les suisses qui ont fait une évaluation rigoureuse et le Gripen est arrivé loin derrière l'Eurofighter et l'avion français. Donc pourquoi le suisses ont choisi le Gripen alors ?
Réponse : Le prix à l'achat et à l'entretien comme vous dites ! Et surtout, les qualités du Gripen NG sont largement suffisant pour les besoins suisses car c'est un pays qui ne fera jamais la guerre et leurs avions ne serviront qu'à faire la police du ciel .
Ce qui n'est pas le cas des Qataris qui veulent un avion performant pour faire la guerre et qui soient au même niveau que ses voisins! Question de prestige oblige !
Réponse de le 28/08/2013 à 2:03 :
@Jason Bourne Tres vrai ! De plus l'armee suisse etait defavorable au Gripen et ce sont les dirigeants qui l'ont impose .Je suis ami avec un pilote d'essai d'un pays asiatique qui m'a dit que le Rafale ne lui apportait pas plus que le F16 mais qu'il etait beaucoup plus cher,Ceci apres avoir essaye les deux??????Bien sur argument a prendre avec des reserves .
Qu'en pensez -vous?
Réponse de le 28/08/2013 à 8:15 :
Le Rafale est un avion dont le rapport qualité/prix n'est pas en accord avec ce qui est attendu du marché. Les commentaires franco-franchouillards peuvent dirent ce qui veulent, le Rafale n'est pas le meilleur avion du monde et personne ne veut l'acheter. Le France manque de réalisme et ce n'est pas les gesticulations des politiques qui vont trouver un marché au Rafale. Un paysan qui veut vendre ses tomates sur le marché du village vous le dira: Si tu arrives pas à vendre tes tomates, tu baisse les prix et ensuite tu mets tes légumes à la poubelle parce qu'ils sont pourris
Réponse de le 28/08/2013 à 8:25 :
@ Bigcat : bien, c'est toujours un avis intéressant, mais un peu trop tranché pour apporter quelque chose : prétendre qu'un avion entré en service 20 ans après un autre n'apporte rien de plus, c'est un peu dur. Sur le plan de la man?uvrabilité, le F-16 était déjà un avion agile, donc l'écart avec le Rafale est peut-être difficile à apprécier. Après, tout dépend ce que le monsieur faisait avec, mais globalement le Rafale monte plus vite, va plus haut, plus loin, dispose d'un radar plus récent, d'une suite de guerre électronique plus complète que celle du F16 et d'une suite optronique intégrée.
Réponse de le 28/08/2013 à 8:33 :
Il y a aussi des contreparties politico-commerciale qui joue sur le choix...tout n'est pas que technique ni efficience...il y a des interets qui vous depasse. ? ce stade ce n'est pas qu'un cheque, c'est parfois des accords implicites sur de futures affaires, interets, alliance, geopolitique...surtout avec le Quatar...moins avec les pays peu enclin a la corruption comme la suisse
Réponse de le 28/08/2013 à 9:29 :
@Bigcat .
Mobius a répondu à votre question et effectivement, il faut prendre l'avis de votre ami avec des réserves car le F16 est équivalent du Mirage 2000 ! Or jamais vous entenderez un pilote dire que le Rafale n'apporte rien de plus par rapport à un Mirage 2000. Néanmoins, comme le dit Mobius, le F16 est super maneuvrable et la différence n'est pas flagrante sur ce domaine. Mais le Rafale peut aller beaucoup plus loin, transporte plus d'armes, a une avionique plus moderne et surtout il a une signature radar 10 fois moins élévé qu'un avion de 3 ème génération et de plein d'autres choses... Bref votre ami n'a pas du voler longtemps sur le Rafale (si il a vraiment volé dessus ou en tant que passager) . Pour revenir à la vente d'un avion de chasse, comme l'a précisé Mario, la décision est presque toujours POLITIQUE et les qualités techniques intrinsèques de l'avion sont même souvent secondaires. Car on ne négocie pas seulement l'achat d'un avion mais aussi de pleins d'accords de défense, de commerce, de protection et d'autres intérêts qui nous dépassent.
a écrit le 27/08/2013 à 14:07 :
Le problème pour le Qatar va être de trouver des pilotes capables de tirer tout le potentiel de la machine. Faudrait aussi personnaliser l'engin : clim multizone, distributeur de boisson fraiche, TV par satellite grand écran, carlingue plaqué or, moquette dans le cockpit, jacuzzi... Non ! Je crois que le rafale n'est pas pour eux : il a été conçu pour de vrai soldat, français de surcroît.
Réponse de le 27/08/2013 à 16:01 :
Et si c'était simplement un deal commercial et politique ?
La France attaque la Syrie avec la Grande-Bretagne et les Us, et le Qatar nous achète des Rafale en compensation ....
Réponse de le 27/08/2013 à 18:00 :
On a appris aujourd'hui sur RMC que le ministre de la défense était hier au Qatar, il y a peut être le lien que vous faites !
Réponse de le 27/08/2013 à 20:21 :
si vous participez etc... , on vous promet etc...: pour rappel , les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent !
Réponse de le 28/08/2013 à 8:34 :
Vous etes sur la bonne piste
a écrit le 27/08/2013 à 13:18 :
Je m'amuse a voir les uns attaquer Nicolas Sarkosy et d'autre aussi virulent François Hollande. Mais encore plus estimer que le rafale est un avion mauvais et justifier cette affirmation par le fait qu'il soit vieux ou qu?il ne se vende pas.

Faisons juste un petit rappel historique ; Il y a de nombreuses années en même temps que le mirage 2000 Dassault avait présenté un mirage 4000 version bimoteur du 2000 en expliquant que l?avenir imposerait 2 moteurs pour cause de poids des équipements à emporter, du carburant nécessaire a emporter etc etc. Trop visionnaire pour l?époque il a fallu attendre la fin de vie des mirage 4 pour se dire que ce n?était pas forcement idiot et de voir le programme Rafale.

D?autre plus incompétent que moi se charge régulièrement de casser cet avion pour que j?en parle sur le plan technique et opérationnel (bien qu?ayant fait partie de l?équipe de marque). Dès la sortie de l?avion le programme de livraison a été réduit en cadence et en nombre pour « dégager des marges de man?uvre budgétaire ». La mise en fabrication a aussi été retardé de plusieurs années. Je ne vous parle pas des mises au standard F3 et plus. Toute partie prenante aéronautique sait que l?on ne vend un avion que si et seulement si il est en service dans le pays qui le construit et plus facilement s?il a fait ses preuves.

L?intérêt pour un avion cher de haute technologie après la fin de la guerre froide a ralenti le marché. Les pays non aligné n?était plus la chasse gardé de la France et les gouvernement que se sont succédés n?avait une attirance pour la chose militaire.

Si l?on rajoute que Dassault a tout misé sur le rafale et ne proposant plus le 2000 (au contraire des américains qui ont continué de vendre le F16, on comprend pourquoi le rafale a du mal a ce vendre. Dans ces domaines la volonté politique, la possibilité d?offrir une alternative, de pouvoir montrer ses avions dans les salons et meeting internationaux (ce que la France fait presque plus par manque de finance) de former les futurs officiers des différents pays dans nos écoles? font plus que la capacité propre des avions pour des pays comme le Quatar qui a les moyens de payer. Pour ceux qui comme l?Inde ou le Brésil la pression commerciale et la capacité a des échanges équilibrés sont aussi très important.

Tout ne résume pas au président de la république même si les relations humaines sont importantes.
a écrit le 27/08/2013 à 13:12 :
On fabrique des avions de combat au quatar, et après ils viendront nous faire la guerre.
Réponse de le 27/08/2013 à 19:18 :
La France aura été totalement vendue au Qatar bien avant que ces derniers ne nous achètent des Rafale. Donc aucun risque le Qatar ne va pas attaquer ce qui lui appartient déjà... SOupir
a écrit le 27/08/2013 à 12:00 :
A lire les posts on sent un manque d'adaptation à notre mondialisation.
a écrit le 27/08/2013 à 11:48 :
Messieurs, vous qui êtes si malin et savez utiliser internet. Procurez vous les specs de dassault sur les dossiers de l'Inde du Brésil et du Qatar. Le rafale de la fin des années 90 plus personne n'en veut. C'est la seule condition pour l'avionneur français a sortir une telle cadence d'avions. De plus les autres groupes ont d'autres moyens d'industrialisation de leurs clients. Le portefeuille produits de dassault n'est pas bien grand, et ca limite les possibilités d'intéresser les clients.
Réponse de le 27/08/2013 à 13:47 :
Oui, bien sûr, on peut trouver les specs des offres Inde, Brésil et Qatar sur wikipédia! Dans tous les cas, ça tombe bien que personne ne veuille du Rafale de la fin des années 90, parce que Dassault vend justement le Rafale du milieu des années 2010!
Le Rafale est l'un des plus récents chasseurs sur le marché, donc cessez de sortir cet argument de "l'âge" qui ne veut pas dire grand chose dans ce contexte : un avion de combat ça évolue pendant des années. Une configuration aérodynamique peut éventuellement périmer, mais dans ces cas-là allez plutôt frapper à la porte des américains à propos de leur F15/16/18 dont le design date un peu plus que celui du Rafale.
Réponse de le 27/08/2013 à 19:50 :
Le plus "jeune" des chasseurs US ayant participé aux conflits est le F-18! La forme de l'avion est bien sûr importante mais le système, essentiellement électronique l'est plus encore. Le F-15 l'a prouvé. Le F-15A et le F-15 saoudien sont 2 avions qui n'ont pratiquement plus rien en commun, à part la formule aérodynamique (cela ne veut pas dire qu'ils ont les mêmes entrées d'air, voilure ou empennage!)
Réponse de le 28/08/2013 à 8:24 :
Le Rafale des années 90 ou le Rafale des années 2010? Là, je crois qu'il faut arrêter de fumer la moquette. Dans l'armement, il n'y a pas un modèle coulé dans le bronze. TOUS les fabricants font évoluer en permanence leur système d'arme en y apportant de nouvelles technologies, ce n'est pas le propre du Rafale. Et arrêter ce discours du "Rafale, le meilleur avion du monde"! Tous le monde s'en fout car ce n'est de loin pas l'argument déterminant dans l'achat d'une flotte d'avions militaire. Quelque soit le pays acheteur, il s'agit avant tout d'arguments politiques et de tractations d'épicier qui permettent de signer un contrat d'achat de ce type. ET pour cela, la France est en dessous de tout, car quand le client n'a pas à faire à l'arrogance proverbiale française du VRP Dassault, il a affaire aux politiques français qui ajoutent à l'arrogance, le sens de la magouille (affaire des sous-marins du Pakistan à droite, affaire des vedettes de Taiwan à gauche)
Réponse de le 28/08/2013 à 8:57 :
@ @Mobius : je suis d'accord avec vous, et je n'ai pas prétendu le contraire. C'est bien pour cela que je réfutais l'argument de foot7500, sans prétendre que seul le Rafale évoluait. Je vous rejoins aussi sur les qualités de vendeurs "quasi-légendaires" des français, même si pour les magouilles, d'autres doivent aussi avoir de belles horreurs sous le tapis... Bon, pour mon cas personnel, je n'ai jamais prétendu que le Rafale soit le meilleur avion de combat du monde, je pense seulement que c'est un avion capable de réaliser un nombre inégalé de missions différentes, qui permet une flexibilité tactique extrêmement intéressante et qui propose un rapport qualité/prix sans doute bien plus intéressant que certains le penseraient.
Réponse de le 28/08/2013 à 10:51 :
@Mobius: +1. Je me permets d'ajouter "Le meilleur avion du monde" ne veut rien dire, "meilleur avion" pour les besoins/moyens financiers d'un pays est plus censé: Celui de la Suisse semble être le Gripen et pour l'Inde c'est le Rafale, pour ne citer que 2 exemples.
Réponse de le 28/08/2013 à 10:59 :
On est d'accord: Le drame pour le Rafale comme pour tous les produits de hautes technologies que la France veut exporter a la même origine: On a des produits de qualité mais ce qui manque c'est la qualité des hommes qui doivent vendre au client! Il faudrait peut-être que nos grandes écoles élitistes commence par mettre au programme scolaire le thème: "On arrête de se prendre pour les rois du monde et on respecte nos interlocuteurs!" ou "Comment rester humble et paraître crédible et efficace". Les Allemands et les Suisses le font très biens (et on voit l'état de leur économie), pourquoi est-ce que le VRP français se complet dans son arrogance? Si les VRP Dassault prenaient un peu moins leurs interlocuteurs de haut, on aurait de beaux Rafale volant dans les cieux brésliens, indiens, arabes ou suisses...
Réponse de le 28/08/2013 à 11:29 :
@ @Moebius : Et oui, la fameuse "arrogance française", on se rend compte à chaque fois après coup que des appels d'offres nous échappent non pas parce que notre produit était inférieur, mais parce que notre démarche de vente n'était pas la bonne. Mais le paradoxe ne s'arrête pas là : sont-ce nos écoles techniques qui brillent dans les classements internationaux? Non, mais par contre HEC se classe parmi les toutes meilleures écoles de commerce en Europe. Il y a peut-être un problème culturel là-dedans, mais ne perdons pas espoir : je fais parti de ces optimistes qui pensent que l'on peut évoluer et que de belles réussites, aussi bien techniques que commerciales, sont encore devant nous.
a écrit le 27/08/2013 à 11:06 :
la france bientot racheté par le qatar, la roue tourne
a écrit le 27/08/2013 à 1:06 :
Allez Hollande: Enfume nous encore un coup... L'électeur français adore ça... Allez je suis bon prince... Je donne un scoop pour le citoyen moyen: j'ai entendu dire chez ma crémière que le Burkina Fasso se proposerait d'acheter 1500 Rafale à livrer pour la fin de l'année...
Réponse de le 27/08/2013 à 21:44 :
Eh oui, 1500 rafales payés en coupons de Wax et de bogoland mais avec un crédit de 99 ans! C'est cela notre commerce extérieur .
Réponse de le 28/08/2013 à 8:31 :
Et comme retro commission occulte, le Burkina Fasso offre un chameau à la France...
Réponse de le 28/08/2013 à 10:42 :
Excellent de chez excellent. Cependant la crèmière a oublié les commandes fermes et secrètes des Seychelles pour 750 rafales et la Barbade pour 1 000 rafales
a écrit le 26/08/2013 à 23:54 :
Selon Wikipédia, le Qatar compte 1.9 millions d'habitants, dont 20% de nationaux, soient 400 000 personnes. Comment voulez vous faire une défense, aérienne et maritime, sérieuse avec cette population ? Une attaque de pirates somaliens pourrait presque renverser ce pays. Les saoudiens ou les iraniens n'en feraient qu'une bouchée. Leurs meilleurs armes sont leurs investissements et Al-Jazeera. L'idée britannique, avec l'installation d'une base, me semble fondée.
Réponse de le 27/08/2013 à 10:16 :
C'est une des réserve de gaz les importantes au monde, et c'est aussi avant tout un point stratégique dans le golf persique ou la majorité des tankers pétroliers transitent.
Réponse de le 27/08/2013 à 13:12 :
@Le Quatar: sous-entendez vous dans votre commentaire que cette histoire est une usine a gaz?
a écrit le 26/08/2013 à 22:40 :
imaginez le Normal vendant des Rafale ! Mélenchon fait un cactus ... et Sarko se fait harakiri
a écrit le 26/08/2013 à 22:35 :
Si Sarko était encore au pouvoir il aurait déjà décroché ce contrat mais ce gouvernement en est bien incapable.
Réponse de le 27/08/2013 à 9:27 :
Oui c'est vrai ,comme au Brésil d'ailleurs où sarkosy a déjà remporté une importante vente de Rafales............dans ses rêves !!!!
Réponse de le 27/08/2013 à 9:53 :
Comme au Brésil où N Sarkozy sablait le champagne pour la vente des Rafale !!!
Réponse de le 27/08/2013 à 10:15 :
Sarko, Sarko vous parlez de celui qui a décroché le contrat de la centrale nucléaire aux EAU ?
ou de celui qui a offert une base militaire française à EAU en oubliant de vendre les avions qui vont avec ? A moins que ce ne soit les frégates pakistanaises payées par les familles françaises lors de l'attentat de karachi....
Réponse de le 27/08/2013 à 10:19 :
Nicolas S. a chaque passage en Inde, aux E.A.U, au Brésil avait refroidi les relations avec ces pays. La tactique de Jean Yve le Drian est payante et ceci bien au-delà des considérations politiques car il en va de la stratégie et l'avenir de la France et c'est surtout et avant tout une différence dans le style.
Réponse de le 27/08/2013 à 10:21 :
C'est vrai qu'il est loin le temps des business avec Takieddine.
Réponse de le 27/08/2013 à 10:22 :
exact, comme tous ceux qu'il a vendu pendant son mandat et qu'on ne compte plus
Réponse de le 27/08/2013 à 10:28 :
C'est vrai qu'au Brésil Nicolas a vendu plusieurs rafales .....dans ses rêves !!!!
Réponse de le 27/08/2013 à 11:51 :
En Inde Nicolas a fait l'effort de rester 48 heures ....et c'est pour cela que peut etre si tout se passe bien nous arriverons à décrocher la promesse d'une commande !!!
Réponse de le 27/08/2013 à 13:40 :
Autant Sarko a été maladroit avec les Emirats Arabes unis en les pressant sans arrêt mais autant sur le dossier brésilien, Sarko a été tout simplement naif. Il a tout simplement été victime d'une promesse d'un autre politique qui se nomme LULA or comme on dit en politique : les promesses n'engagent que ceux qui y croient ! Lula a fait trainer les choses pour refourguer la décision à Roussef or la présidentes brésilienne a maintenant d'autres priorités plus urgentes : une coupe du monde, des J.O à organiser et surtout une contestation sociale à gérer. Bref, le rafale brésilien est repoussé aux calendes grecques.
Et tant pis pour le prestige des forces aériennes brésiliennes.
Réponse de le 27/08/2013 à 14:40 :
@ élu UMP : quand je fais le bilan des 2 sinistres de la défense sous Sarko....rien, nada. rien n'a été vendu sous cette présidence.
Quant à l'agité du bocal, il n'a fait que refroidir les relations avec nos clients potentiels.

Le Drian, que je trouve être le seul ministre "capable" de ce gouvernement de fantoches, a une méthode que je trouve en adéquation avec ce genre de marché ou la patience est la meilleure des vertus, il est surtout beaucoup plus discret.
Réponse de le 27/08/2013 à 14:43 :
@Jason Bourne: tout à fait d'accord, et j'ajouterais que la naïveté n'est pas incompatible avec la discrétion, tant que rien n'est signé. Mais ce n'est pas la point de Sarko, la discrétion.
a écrit le 26/08/2013 à 19:00 :
On y croit ... On y croit ... pas du tout ... Quand on sait comment l'émir qui vient d'abdiquer est venu au pouvoir et comment et avec qui il a garanti la sécurité de son pays alors ce seront des américains qui auront le marché ...
Réponse de le 26/08/2013 à 23:49 :
C'est-à-dire ?
a écrit le 26/08/2013 à 18:55 :
oui, mais a condition qu'on remette morsi au pouvoir en egypte....

c'est pas gagné.
a écrit le 26/08/2013 à 16:21 :
"Rafale : et si le Qatar se décidait avant la fin de l?année" Et "Si les poules avaient des dents avant la fin de l'année"?
Réponse de le 26/08/2013 à 16:41 :
Je suis assez d'accord, le titre semble un tantinet racoleur...
Réponse de le 26/08/2013 à 18:57 :
Prenons le pari. L'article parle d'une décision, pas d'un contrat.
Réponse de le 26/08/2013 à 19:36 :
le rafale a quel age déjà ?? ? 3 jours , 3 mois... 3 ans ...30 ans... voir plus ? (lancé au milieu des années 1980)
Réponse de le 26/08/2013 à 22:17 :
@ pmxr : le Rafale n'a pas d'âge, il est plus grand que vous et moi.
Réponse de le 26/08/2013 à 23:41 :
à pmxr
ils ont quel âge les f15 f18 et autres, le f35 pas encore vraiment né
Réponse de le 27/08/2013 à 0:50 :
Il est où le contrat de Sarko qui était déjà signé avec le Brésil?
a écrit le 26/08/2013 à 14:47 :

Il faut etre realiste, en 2013, la branche militaire de Dassault aviation est une hérésie en soit, autant fusionner avec Eurofighter et devenir un leader mondial comme Airbus peut l être aujourdh ui face a son concurrent Boeing.plutot que d attendre d hypothétiques contrats du rafale.
Réponse de le 26/08/2013 à 15:55 :
Mais je ne le partage pas....
Réponse de le 26/08/2013 à 16:26 :
Mais vous n'y penser pas! Déjà que l'on ne peut plus faire croire au peuple de France "que tout va bien" (alors que le pays coule), vous voudriez en plus dire la vérité au peuple: "La France est un nain au niveau mondial"? Impensable! La France est une grande nation, un des gendarme du monde, nous sommes une puissance nucléaire, nous avons des porte-avions (en fait un seul qui est en cale sèche la moitié du temps parce que l'on a pas plus de budget) et nous sommes le constructeur d'avions militiaires de haute technologie que tous le monde nous envie.... mais que personne nous achète... Soupir
Réponse de le 26/08/2013 à 17:00 :
Heureusement que nous avons des gens comme vous....
Réponse de le 26/08/2013 à 17:23 :
Et nous ne dépendons pas intégralement des UK/US pour ce qui est de notre défense aérienne, et donc de notre force de dissuasion (dont peut être équipé le Rafale). Enfin, nous faisons travailler nos industries nationales pour notre défense nationale. Une hérésie en effet. Mais aussi un choix politique tout à fait conscient.
Réponse de le 26/08/2013 à 23:42 :
Vaut mieux que Dassault le fasse, et le construise en France, que d'aller acheter Américain, et ne rien récupérer dessus !!!

Quelle vision stupide sérieux, le bon sens on en voit pas beaucoup dans les commentaires ... (car seul les Américains peuvent fournir un chasseur du niveau du Rafale, eurofighter en est encore loin au niveau technologique).

Sans compter que ça permet de garder les compétences pour le faire (car c'est un savoir faire qui s'acquiert sur plusieurs dizaine d'années pour en arriver à un chasseur tel que le Rafale), que de devoir tout recommencer un jour. Car il n'y a pas trop de comparaison possible avec Airbus, il n'y a qu'à voir le A400M, qui ne sera pas rentable avant des lustres, à cause du fait que chacun voulait ses propres options, ce qui au final a plombé le projet niveau coût, alors si c'est pour avoir la même sur un chasseur multi-rôles, on est pas sortie de l'auberge.

Qu'on le vende ou pas peu importe, personnellement je préfère que mes impôts soient investis dans de tels programmes que pour des futilités comme l'on en voit trop maintenant.
Réponse de le 27/08/2013 à 0:57 :
1) Au lieu de faire profiter des largesses de l'état Dassault et ses quelques 11'000 employés dont la grande majorité travaillent uniquement pour les avions civils, l'état pourrait avec le même argent dépensé donner du travail à plusieurs centaines de milliers de chômeurs... 2) On dépend déjà intégralement des UK/USA, la France a été incapable de gérer une petite affaire comme le Mali sans l'aide des satellites et de l'aviation américaine
Réponse de le 27/08/2013 à 10:42 :
@ @@@Stryker : 1/même si on n'avait pas acheté le Rafale à Dassault, on aurait quand même dû acheter des avions de combat, à moins que vous ne prôniez le démantèlement de l'armée de l'air?. Le coût global aurait sans doute été supérieur (chaque Euro investit chez Dassault revient à près de 50% directement dans les caisses de l'état du fait de charges diverses, sans compter le gain d'indépendance et la technologie acquise par ce biais, et le fait que cela fait justement travailler des milliers de personnes en France). 2/ Ne soyez pas médisant, s'il vous plait. L'aide de nos alliés a simplifié la tâche des forces françaises au Mali, mais dire qu'elles auraient été incapables de faire le boulot sans cette assistance est faux. Cela aurait été plus difficile, certes, mais en rien impossible à réaliser. Nos moyens sont quantitativement inférieurs (et qualitativement aussi dans le cas des drones) à ceux des U.S mais nous disposons de réelles capacités de renseignement satellite, aéroportés ainsi que de transport et de ravitaillement. Donc le boulot aurait été fait.
Réponse de le 27/08/2013 à 11:19 :
Je rajoute au post de Mobius que le Rafale nous coute moins à l'achat et en maintenance que si nous étions resté dans le programme Eurofighter. (même si le rafale n'est jamais vendu à l'étranger)
De plus on est indépendant, les emplois restente en France, et on conserve ou acquier de la technique utilisable sur Falcon, AIrbu,s ATR, voir Boeing ou autre en sous traitance.
Si en +on exporte le rafale alors c'est la cerise sur le gateau
Réponse de le 27/08/2013 à 11:56 :
Ne pas oublier aussi que le principal enjeu pour la France de l'export du Rafale concerne son successeur davantage que ce programme : la capacité française actuelle est assurée par le Rafale, mais le rôle de l'exportation est d'assurer le maintien des compétences des entreprises dans le domaine des avions de combat afin d'être en mesure de concevoir le prochain avion de combat!
Réponse de le 28/08/2013 à 11:13 :
Le successeur du Rafale? Mais il n'y en aura tout simplement pas! La France n'en a tout simplement plus les moyens! Le pays est en faillite, il doit emprunter pour payer les salaires de ses fonctionnaires et le pays est ingérable, impossible d'y changer quoique ce soit. On a beau foncer contre un mur, impossible de trouver un politique ou un syndicat pour accepter de mettre le pied sur le frein (exemple: les retraites: alors que tous les pays auropéens ont un départ à la retraite à 65 ou 67 ans, en France, on ose par dire que le départ à la retraite à 60 ans n'est plus financable). Conclusion: Commentateurs de tous poils, admirez le Rafale car ce sera le dernier avion de ce type "made in France". Ensuite, ce sera de simples drones sans pilote
Réponse de le 28/08/2013 à 11:43 :
@ @Moebius: désolé, mais vous avez essayé de lire entre les lignes un sous-texte qui n'y était pas. Je n'ai pas évoqué un programme franco-français et encore moins un avion forcément piloté (un avion de combat peut être un drone, et un drone peut être un avion de combat, rien de contradictoire là-dedans). Le Rafale aura un successeur quoiqu'il arrive, à moins que vous enterriez vous aussi l'armée de l'air. Donc préserver nos compétences dans cette perspective est très important. Il faut garder l'esprit ouvert : entre l'avion "sur étagère" et l'avion franco-français, il y a tout un panel de possibilités : un avion produit sous-licence (préservation d'une capacité industrielle), un avion francisé produit sous licence (conservation en plus de certaines compétences régaliennes), un avion co-développé dans un programme international (avec un début de spécialisation des compétences/technologies?) ou encore un avion développé en partenariat bilatéral (rentable budgétairement, et laissant de larges compétences techniques) à l'image du PAKFA/FGFA russo-indien... et j'oublie sans doute plein d'options possibles.
Réponse de le 28/08/2013 à 14:22 :
lavantage c est que l on peu vilipendé d assault qui fait mieux que tout le monde ^^ . histoire la prouve y a pas de pays amies seulement des partenaires. les ventes vont arrives et plein de gens vont retournés leur vestes . c le pire fleau de se pays
Réponse de le 28/08/2013 à 19:22 :
Bravo... Cela s'appèle la méthode Couet! Vous devriez postuler pour un poste au gouvernement: Des gars qui voient tout en rose sont actuellement très recherché: Après "la crise est finie", "la croissance est de retour avec un -0,1%!", etc, ils sont enmanque d'idées...
Réponse de le 10/09/2013 à 11:29 :
l espoir fait vivre reponse "Vous devriez postuler pour un poste " zr vous a la gestapo ^^ vendu ^^
a écrit le 26/08/2013 à 14:05 :
Les vacances sont finies... Il est temps de recommencer à enfumer le bon peuple de France! Après il n'y aura pas d'augmentation des impòts... Mais on augmente les taxes... Voici le retour de l'Arlésienne de tous les gouvernements de gauche comme de droite: On a vendu des Rafale au Brésil, à l'Inde, à la Suisse, aux Emirats-Uni, au Qatar... Et au final? Un seul acheteur à qui on a pas demandé son avis: le citoyen français, payeur d'impôts
Réponse de le 26/08/2013 à 14:52 :
Il faudra qu'il pense à parler aux Qatari de la future taxe sur les exportations d'armement...
Réponse de le 26/08/2013 à 15:56 :
Pour se faire mousser flamby 1er va solder les rafales comme ça il pourra dire qu'il en aura vendu mais il oubliera de dire comme d'habitude que c'est sur le dos du peuple. Menteur un jour menteur toujours.
Réponse de le 26/08/2013 à 16:23 :
Etes_vous français ?? Vous dvez rouler en Audi comme les collabos !!
Réponse de le 26/08/2013 à 17:02 :
Qui sont les collabos? Les PSA et Renault qui profitent des aides de l'état pour construire des usines flambant neuves en Maroc, en Roumanie et en Turquie, tout en licenciant en France ou bien les conducteurs d'Audi?
Réponse de le 26/08/2013 à 18:00 :
Votre téléphone il est français, vous avez raison je préfère rouler en Audi plutôt qu'en dacia. Je ne savais pas que le fait d'avoir fait un achat d'un matériel étranger pouvait être retenu pour classer quelqu'un de collabo. Attention à vous je suis certain que vous êtes extrémiste et c'est tout aussi grave. On insulte les gens car vous vous regardez dans la glace c'est que vous voyez, donc je maintiens mon commentaire mais c'est votre droit de vous faire manger la laine sur le dos par votre cher président.alors vos leçons à dix balles vous vous pouvez vous les garder vous allez en avoir besoin. Arrêtez d'insulter les gens regardez vous avant de prendre les autres pour des imbéciles. Au juste votre téléphone est étranger vous vous classez où, merci de me le dire l'homme à la science infuse comme pour le thé mais ce doit être trop compliqué pour vous.
Réponse de le 26/08/2013 à 19:02 :
@DES : les collabos roulaient plutot en renault si vous vous rappelez bien ...
Réponse de le 27/08/2013 à 11:29 :
@Paulo surtout en Citroen ...
Réponse de le 27/08/2013 à 14:25 :
c'est la famille Renault qui collabora avec les allemands pendant la seconde guerre mondiale ce qui lui valu la nationalisation après la libération. Contrairement aux familles Peugeot et Michelin ( propriétaires de Citroën à l'époque ) qui résistèrent activement.
Réponse de le 30/08/2013 à 8:30 :
"Un seul acheteur qui n'a pas demandé son avis: le citoyen français, payeur d'impôts"
Non franchement vous êtes sérieux? Ben oui pendant qu'on y est on devrait faire un référendum pour le choix d'un avion de combat! Mais vous risqueriez d'être déçu. ... la politique la politique la majorité des commentateurs n'ont que çà en tête. C'est d'un c****.... le qatar veux acheter des Rafale? Eh bien tant mieux si çà se fait. Qu'ils en fassent ce qu'ils veulent avec ce n'est pas notre problème, les autres pays se posent bien moins de questions.... le français devrait apprendre l'optimisme et arrêter l'auto denigrement systématique, et çà pour tous les sujets!
Réponse de le 30/08/2013 à 13:10 :
Vous avez raison: "Demandez au smicard français qui voit son pouvoir d'achat fondre comme une glace au soleil ce qui doit être fait de l'argent public", c'est totalement ridicule! Juste bon pour les vrais démocraties! En France, pays qui ressemble de plus en plus à une république bananière, on est au-dessus de ca...
Réponse de le 30/08/2013 à 13:35 :
@ @jolindien : Bah justement, les contrats exports profitent à notre économie, je ne vois pas le problème!
Réponse de le 30/08/2013 à 14:31 :
1) Jusqu'à preuve du contraire, il n'y a eu jusqu'à ce jour AUCUN contrat exports du Rafale (à part dans les rêves de certains) 2) Si un jour, il y a un contrat export, l'argent ira dans les poches de Dassault et pas dans celles du pays: IL EST LA LE PROBLEME: Lorsque Dassault doit dépenser de l'argent pour le développement, c'est l'état qui paye; Quand il y a de l'argent à encaisser, c'est pour Dassault!
Réponse de le 30/08/2013 à 14:53 :
@ @Mobius : 1)nous sommes bien d'accord, donc aucune raison de reprocher à Dassault de participer à un appel d'offres comme celui du Qatar. 2) S'il vous plait, ne soyez pas de mauvaise foi. Tout contrat profiterait au pays. Déjà, par les taxes patronales et salariales qui accompagnent le travail associé, ainsi que par l'impôt sur les sociétés ( + impôt sur le revenu et TVA des salariés , etc.). De plus, le maintien des compétences rendra moins coûteux les développements futurs. Par ailleurs, n'oublions pas les centaines de sous-traitants du programme, il ne s'agit pas que de Dassault Aviation.

Et encore cette rengaine sur les frais de développement : vous pensez que les autres industriels en font cadeau à leurs clients? Quand un industriel investit sur fonds propres, il cherchera TOUJOURS un retour sur investissement.
Réponse de le 30/08/2013 à 15:23 :
"Et encore cette rengaine sur les frais de développement : vous pensez que les autres industriels en font cadeau à leurs clients?" Personnellement, je suis à la tête d'une PME qui a des frais de R&D, ce n'est pas l'état qui me paye ces frais, bien au contraire, c'est moi qui engraisse le pays avec toutes les taxes et les impôts que m'inflige le pays. Il y a donc en France une loi pour Dassault et une autre pour le reste de l'industrie? D'autre part, quelque soit l'entreprise, elle ne peut en aucun cas facturer l'ensemble de ses frais de développement au 1er client qui se présente, chose que fait allegrement Dassault. Vous me direz, il a pas le choix puisque la France est le seul client qui existe pour les Rafale... CQFD
Réponse de le 30/08/2013 à 18:40 :
Pour la nième fois, Rafale n'est pas égal à Dassault, Dassault-Aviation est maître d'oeuvre. Rafale Team= Dassault-Aviation+Snecma (Safran)+Thales (avec des parts à peu près égales dans le prix d'un avion). Et chacune des 3 entreprises redistribuent vers leurs sous-traitants. Et je vous rappelle qu'à la demande de l'État à l'époque, toutes les 3 ont payé 25% des dépenses de R&D.
Réponse de le 30/08/2013 à 20:05 :
J'accepte ces conditions et j'attends dès demain que le gouvernement me payent les 75% de mes frais de R&D. Où est-ce qu'il faut signer? Encore un discours d'enarque: Que cela soit Dassault uniquement ou Dassault et ses copains qui profitent des largesses de nos impots, cela change quoi? Il y a d'un côté quelques entreprises qui se comptent sur les doigts d'une main qui sont engraissées par l'état (et comme par hasard, les dirigeants de ces sociétés sont très présents dans les arcanes du pouvoir) avec l'argent qui est obtenu en écrasant de taxes les citoyens et la grande majorité des entreprises françaises qui représentent l'écrasante majorité des emplois de l'Hexagone.
Réponse de le 30/08/2013 à 20:43 :
@ @Mobius : Venez-en au fait, le problème, c'est le paiement du développement par le client, ou bien le fait que le "premier client" paie tout le développement? Si vous diriger une PME, ça tombe bien, vous comprenez parfaitement tout ça. Bon, revue de détail. 1/ Ce n'est pas l'état qui paie la R&D de Dassault, mais le client, tout comme pour vous le précisez. Vos clients finissent toujours par payer (normal, il faut bien que vous soyez profitable pour survivre et continuer à investir!). Quand le client est l'état, oui, l'état paie, rien d'anormal. 2/Dassault est autant taxé que vous, il n'y a pas de raison, à part que je doute que votre entreprise pèse aussi lourd que Dassault Aviation. 3/ Alors ensuite, vous soulignez un point intéressant dans le cas d'un export : comme le premier client a payé tout le développement de l'avion, cette charge ne pèse pas sur les autres clients. Concernant ce point, il y a plusieurs explications je pense. La première, c'est la spécificité du besoin : si un client vient vous voir avec une demande extrêmement spécifique pour un produit dont vous n'avez pas la certitude de pouvoir le vendre à un autre, vous allez vous couvrir pour ne pas perdre de l'argent, dès ce premier contrat, non? Dans ce cas-là, vous pourriez bien facturer une part non négligeable des investissements nécessaires. Par ailleurs, on peut penser que cela fait partie stratégie globale : ce paiement total du développement permet de diminuer les prix à l'export pour augmenter les chances de succès. Vu l'ampleur des contrats, l'état y gagne sur plusieurs plans : maintien des compétences nationales, retombées fiscales importantes, etc. Il peut être intéressant de payer tout le développement au départ et de rentabiliser l'opération grâce à la taxation des contrats exports que d'essayer d'économiser au départ et de ne vendre aucun avion par la suite, en perdant les compétences comme ce qui est en train de se passer en ce moment.... ce qui nous mène au point suivant : 4/ Comme le dit James, contrairement à vos dires, le Rafale a été à 25% autofinancé, une part non négligeable. Donc Dassault Aviation doit chercher à récupérer ce trou à l'export.

Bref, soyons raisonnables, je ne sais pas dans quel secteur vous vous travaillez, mais la conception d'un avion de combat amène des contraintes très particulières. On peut bien sûr imaginer que si un concurrent à Dassault avait existé en France, une démarche de mise en concurrence permettrait de jouer le plus offrant. Mais c'est un marché très complexe à l'export, ce qui rend difficile la survie de ces entreprises sans un soutien fort de l'état, qui n'a pas les moyens de conserver de la concurrence. CQFD
Réponse de le 31/08/2013 à 14:30 :
Chiffres de l'Insee: L?industrie aéronautique et spatiale emploie directement 157 000 personnes en France (250 000 avec la sous-traitance) sur un total de 24 millions de travailleurs en France soit environ 1% de l'ensemble des actifs de France (en comptant toutes les sociétés sous-traitantes) (ces chiffres comprennent les secteurs "militaire" et "civil"). Uniquement pour le Rafale, l'état français a "investi" ou plutôt dépensé plus de 44 milliards d'euro en R&D et achète chaque Rafale qui lui est vendu pour plus de 100 millions d'euro/piece. Vu l'état de l'économie française et la politique de l'état qui n'a de cesse de compliquer la vie des entreprises par de nouvelles lois et charges, cela ne vous pose pas un problème?
Réponse de le 31/08/2013 à 16:16 :
@ @Mobius : Non, ça ne me pose pas de problème. Au contraire, je suis particulièrement fier d'être citoyen d'un pays qui, désormais petit face aux géants de notre monde contemporain, est encore capable de produire son propre avion de combat. Premièrement, les 44Mds d'euros que vous citez ne sont pas pour la seule R&D, mais pour tout le programme, incluant l'acquisition de 286 appareils. Deuxièmement, sur chacun des 100 millions d'euros pièce, la plus grande part revient à notre économie. Même un chasseur concurrent étranger à moitié prix ne vaudrait pas ceci. Troisièmement, si vous en voulez absolument au Rafale, supprimons-le : bravo, nous viendrions d'économiser à peu près 1Mds d'euros par an (et de perdre une part de ce montant en charges et taxes), soit un peu moins de 0.1% de notre dépense publique de plus de 1000Mds par an, dont 500Mds de dépenses sociales. Cela ne changerait strictement rien, ce serait juste aussi dogmatique et populiste que s'en prendre aux entreprises ou aux 'riches'. Et une fois de plus nous aurions fait payer à notre défense qui pèse 30Mds par an, soit à peine 3% de la dépense publique. Quatrièmement, j'ai gardé la meilleure nouvelle pour la fin : j'ai parlé plus haut du cout de 44Mds pour TOUT le programme, incluant 286 avions. Mais comme vous le savez, cette cible ne sera jamais atteinte, on aura entre 180 et 225 Rafale. Donc si cela coute 100M d'euros par avion, réjouissez-vous, nous venons d'économiser entre 6 et 10Mds d'euros!
Cela dit, ne vous méprenez pas, je suis d'accord avec vous sur l'état de l'économie et la pression exercée sur tous les acteurs du pays. Mais par pitié, ne cherchez pas à justifier absolument notre situation en vous en prenant à ce programme emblématique et exposé, certes, mais en rien responsable de nos malheurs. Avec un peu plus de volonté et de réussite, ce projet aurait pu au contraire participer à notre rayonnement et profiter bien plus à notre économie.
Réponse de le 01/09/2013 à 0:26 :
Le Rafale doit normalement remplacer 7 avions, c'est là aussi l'économie. Les Anglais eux doivent garder l'Eurofighter + Tornado remplacé plus tard par le F-35 (mais quand, ça c'est une autre question), idem pour les Italiens.
Réponse de le 03/09/2013 à 23:25 :
@ @Mobius : Pas grand chose à ajouter, je suis d'accord avec l'ensemble. L'érosion de l'intérêt de s'associer avec la France, me semble corrélé avec 1/ la fin de la guerre froide, qui a rendu moins 'clivant' le choix de s'associer aux U.S, qui fournissent un parapluie sécuritaire séduisant et 2/ la mondialisation avec l'essor des nouvelles puissances qui fait diminuer le poids relatif de la France. En plus de ces critères, le passage à l'Euro avec sa conversion défavorable en dollars n'a pas dû aider (parce que l'argent compte aussi...).
La lutte fratricide en Europe me semble être menée dans l'idée que si, un jour, un projet européen est vraiment monté, il faudra être le plus fort possible pour y prendre la meilleure place. Même si, comme vous le dites, on prend le risque de tout casser en laissant faire cette 'sélection naturelle'.
Beaucoup de question qui se pose, mais on arrive au money time je pense : MMRCA dictera en parti l'avenir du Rafale, mais d'autres succès seraient nécessaires (comme le Qatar, rêvons un peu!) pour transformer l'essai. Et le temps se réduit : d'ici 5 ans, on aura nos réponses pour le destin du Rafale. Pour le Gripen, la Suisse pourrait donner une bouffée d'oxygène, mais la confirmation manque. Dans 5 ans, on aura, ou pas, du Gripen NG, avec un développement qui se sera passé avec plus ou moins de difficultés. Il manque encore à l'Eurofighter un autre contrat export significatif pour sécuriser son avenir : les émirats pourraient en faire le gagnant du trio (mais aussi le Rafale s'il est finalement choisi). Mais d'ici 5 ans, avec le carnet de commandes actuel, il ne restera pas lourd à produire. Finalement, le F35 sera arbitre, et là aussi on saura d'ici 5 ans si les américains pourront vraiment s'en servir comme d'un rouleau compresseur à bas prix, ou pas.
Réponse de le 18/09/2013 à 14:19 :
Les conducteurs d'audi
a écrit le 26/08/2013 à 11:22 :
Cette vente si elle est finalisée permettrait surtout à la France de s'affirmer parmis les grandes nations qui jouent un rôle influent dans la marche du monde du moins au niveau diplomatique à défaut de l'etre du point de vue économique .
Réponse de le 26/08/2013 à 14:53 :
C'est l"héritage Sarkozy, si ça se fait... Pourtant les socialistes essayent bien de tout torpiller !
Réponse de le 26/08/2013 à 15:40 :
L'héritage Sarkozy en matière d'armement n'est pas très fameux, surtout dans l'aéronautique. Il faut dire que dans ce secteur, la tchatche, ça énerve. Vouloir forcer la main aux Brésiliens n'aura servi à rien. Inviter Kadhafi a planter sa tente dans le jardin de l'Elysée n'aura pas été bcp plus constructif, pas plus d'ailleurs que de faire assister Bachar El Assad au défilé du 14 juillet. Plus beau flop, les EAU. Non seulement le gouvernement leur a mis une forte pression pour signer alors qu'ils ne sont absolument pas pressé, mais en plus on a construit une base militaire sur place sans aucune contrepartie! Aujourd'hui, les Anglais disent : si vous prenez l'Eurofighter, on construit une base chez vous.
Au lieu de faire de l'antisocialisme primaire, essayez d'être un peu objectif. Le Drian est un ministre de la Défense apprécié de nos industriels de la défense et diplomate.
Réponse de le 26/08/2013 à 16:01 :
Vous êtes sûr que votre ministre a déjà fait son service militaire et qu'il ne confond pas casserole avec fusil. Il profite du système, il voyage, se remplie les poches et pour le reste il est aussi nul que son président. Alors vous voyez les enfumages on y croit plus sauf les 28% de gogos qui croient encore en ces politiques.
Réponse de le 26/08/2013 à 16:20 :
"Cette vente si elle est finalisée permettrait surtout à la France de s'affirmer parmis les grandes nations qui jouent un rôle influent dans la marche du monde". Ouahhh! Un commentaire d'Enarque! Il y a bien longtemps que la France ne pèse plus rien dans les affaires du monde! Ce n'est pas parce que les alliés ont accepté de donner un stapontin à la France en 1945 que la France est une "grande nation". Malheureusement, depuis longtemps, la France n'est une "grande nation" que dans les discours de ses politiques (ce genre de blabla fait toujours plaisir au bon peuple, cela coûte pas cher et cela permet de se faire réélire)
Réponse de le 26/08/2013 à 17:36 :
100% d'accord, d'ailleurs qu'est-ce qu'une "Grande nation" aujourd'hui? Un pays surendetté comme les USA ou d'autres ? Un pays ou la main d'oeuvre est proche de l'esclavage et les droits de l'homme un concept à ne pas importer, comme en Chine? Ou la Russie à qui il ne reste plus que ses ressources naturelles et un siège à l'ONU pour emm... le monde? La notion de "grande nation" n'a plus aucun sens depuis la fin du XXeme siècle. Quand au Rafale si l'affaire se fait ce sera génial, dans quelques années on aura une nouvelle affaire de rétro commission qui pourra nous distraire pendant qu'on remplit nos feuilles d?impôt.
Réponse de le 26/08/2013 à 22:14 :
Evitons de jouer les esprits chagrins, et attendons de voir.
Par contre, la définition à se donner d'une "grande nation", ce qui devrait guider nos ambitions, est en fait une vraie question, mais mériterait davantage de débat....
a écrit le 26/08/2013 à 10:21 :
Il est raisonnable de penser qu'une vente de Rafale aurait une effet boule de neige sur le Koweit et les EAU. Il faut quand même préciser que 72 appareils représentent théoriquement plus de 6 années de production pour Dassault, la LPM 2014-2019 serait donc bouclée à ce niveau. De plus le Qatar est un bon client de la France au niveau de l'armement, et a toujours eu des appareils de chasse de conception française.
Réponse de le 26/08/2013 à 13:27 :
La cadence actuelle de la chaîne Rafale est au minimum syndical.

Dassault pour un tel contrat pourra facilement passer à 30-40 avions par an sans problème.

De toute façon ce n'est pas la fabrication des cellules qui compte le plus c'est tout ce qu'il y a autour.

Moteur système entretien et surtout évolution de la cellule à 15 ans.
Le Rafale est un avion à fort potentiel... Bien supérieur à ce qui existe actuellement.


a écrit le 26/08/2013 à 10:14 :
Qu' est-ce que Qatar va faire avec 72 avions de combat ? 2 millions d' habitants et 11 000 m2.
La France 65 million d' habitants et 550 000 km2 possède 65 rafale
Que va faire le qatar louer des rafales pour des guerres low cost. C'est grotesque
Réponse de le 26/08/2013 à 10:41 :
Je vous rejoins, mais là-dessus, oubliez les raisonnements purement rationnels :
Singapour, 5M d'habitants et 700km², 150 chasseurs. Emirats Arabes Unis 8M d'habitants, et bientôt 160 chasseurs. Même Israël, avec 8M d'habitants, 20.000km² et ses... 350 chasseurs, montre des ratios impressionnants entre la quantité des matériels et la surface à défendre.

A côté de ça, la France et ses 300 chasseurs en parc ferait presque figure de pays sous-défendu...
Réponse de le 26/08/2013 à 10:44 :
La France (AdlA et Aéronavale) possède plus de 65 Rafale... la produciton du dernier batch de 60 appareils avec radar AESA a même commencé.
Réponse de le 26/08/2013 à 10:56 :
En réponse à Mobius et à Far, je m ' interroge sur le fait de savoir si un petit pays comme le Qatar-deux départements français- a les moyens d' acheter, de faire voler, d' entretenir, de trouver les pilotes. A mon avis le Qatar n' a pas les moyens financiers d' acheter 72 avions donc le Qatar ne les paiera pas. Il faut vendre des avions mais à un client solvable. En cas de baisse des prix du pétrole et du gaz comment le Qatar pourra payer 72 avions de combat !
Réponse de le 26/08/2013 à 11:11 :
Les moyens? 100.000 dollars de PIB/habitant. Faites vos jeux.
Plus sérieusement, le Qatar est un des pays qui dépense le plus au monde pour sa défense, ramené à son PIB (jusqu'à 10% au milieu des années 2000, peu de données récentes disponibles...). C'est une question de priorité, mais a priori il a jusque-là toujours réussi à payer pour ses ambitions...
Réponse de le 26/08/2013 à 11:23 :
@ corly: à mon avis, le Qatar est plus solvable que l'Inde ou le Brésil et les prix du gaz conventionnel ne sont pas près de baisser avec la demande venant d'Asie et d'Europe...
Réponse de le 26/08/2013 à 11:30 :
@Colonel Corly
Votre analyse géopolitique et commerciale est comique ou tragique, selon votre fonction réelle. J'espère que vous n'êtes qu'un colonel d'opérette car, dans le cas contraire, nous aurions du souci à nous faire. Essayez de vous renseigner sur le rôle que souhaite jouer le Qatar dans les pays arabes, les aides au développement qu'il y distribue, ses investissements dans les media, le sport, ses prises de participation dans de grandes sociétés étrangères (en France, où se concentrent 10% de leurs investissements étrangers, Printemps, Total, Vivendi, Veolia, LVMH, Lagardère...), son développement de l'industrie du tourisme, ses chantiers pharaoniques (aéroport et villes du futur...).
Réponse de le 26/08/2013 à 15:45 :
@Tango Charly : ne pas oublier les aides aux différents conflits en cours et pas toujours du côté que l'on pense...mais chut...
Réponse de le 26/08/2013 à 20:18 :
@SoldatLouis
Oui, vous avez raison. Leur stratégie n'est pas toujours des plus claires. Un coup contre les terroristes, un autre avec. Mais, celle des Etats-Unis est assez semblable. Pragmatisme ?
Réponse de le 26/08/2013 à 22:12 :
@ Tango Charly : oui, ça semble assez complexe, surtout avec notre grille de lecture occidentale. Ne s'agirait-il pas de "sous-courants" : du point de vue religieux (sunisme et chiisme bien entendu mais aussi salafisme, wahabisme, etc.) et même politique (soutien ou pas des frères musulmans, dissensions entre les émirats, etc.) ?
Réponse de le 27/08/2013 à 16:11 :
@ Mobius
Je pense aussi que la lutte d'influences entre le Qatar, les Emirats et l'Arabie Saoudite fait rage, et semble compter tout autant que celle des différents courants religieux et ethniques.
Réponse de le 27/08/2013 à 16:53 :
@ Tango Charly : lutte d'influence pourquoi pas, mais la vraie question est de bien comprendre ce qui guide les choix stratégiques des pays du Golfe et de distinguer les alliances sous-jacentes, au-delà du "simple" clivage Israël/pays arabes. Les prises de position des uns et des autres selon les cas lybiens, maliens, égyptiens et syriens devraient pouvoir nous apporter des éléments, mais personnellement je ne connais pas les distinctions d'ordre religieux et politique des différents mouvements qui me permettraient d'en tirer une analyse.
(par ailleurs, désolé pour le hors-sujet...)
Réponse de le 28/08/2013 à 10:26 :
Colonel Corly soulève en effet une question importante : 72 avions de dernière génération, c'est vraiment beaucoup, même si on tient compte du fait que le Quatar est riche et que les conditions météos abiment le matériel plus vite. Dès lors, est-ce l'info (et l'article) qui est fiable? ou est ce le pays qui très ambitieux?
Réponse de le 28/08/2013 à 11:19 :
@Tahi : C'est vrai que le chiffre de 72 avions est en nette hausse par rapport aux premières rumeurs sur le renouvellement de la flotte qatari. Cependant, ce n'est pas directement 72 avions, mais 2 lots de 36 qui sont envisagés, le deuxième lot ne serait donc pas forcément commandé, ou en tout cas à une échéance difficile à prévoir aujourd'hui. Quand bien même le Qatar commanderait effectivement 72 avions, je vous invite à relire les comparaisons un peu plus hauts, d'autres pays disposent d'un arsenal en apparence surdimensionné (Une partie des 150 chasseurs de Singapour sont en fait basé.... aux États-Unis). En définitive, je penserais donc plutôt que le pays est ambitieux, plutôt que l'information peu fiable.
Réponse de le 28/08/2013 à 22:22 :
+1
a écrit le 26/08/2013 à 8:49 :
Comme si le Quatar allait acheter des rafales si difficiles à piloter. C'est vraiment nous prendre pour des naïfs.
Réponse de le 26/08/2013 à 9:50 :
Votre commentaire est à la fois très juste et très .....faux ! Je m'explique !
De tout les pilotes étrangers qui ont eu l'occasion de piloter le Rafale , ils n'ont eu qu'un seul mot à la bouche quand ils étaient aux manettes de notre fleuron : BONHEUR !
En effet, les commandes de vol électrique rendent le pilotage du Rafale extrêmement agréable et réagit parfaitement au moindre petit mouvement sur le "manche" .
Quand à l'interface homme-machine du Rafale, elle fait de telle manière qu'elle propose toujours la meilleure option de tir au pilote sans même qu'il ait besoin à réfléchir.
Néanmoins, là où votre commentaire est très juste , c'est que justement pour maitriser le système d'arme du Rafale et les différentes techniques de combats aérien et de bombardements prend beaucoup de temps et d'entrainement à acquérir. Non par ce que c'est complexe, c'est juste parce que le Rafale offre d'innombrables possibilités de tactiques vus les nombreuses options qu'il possède.
Par exemple, le typhoon est ce point de point de vue plus simple à "apprivoiser" car tout simplement il possède moins d'options, en effet en bombardement air-sol, il est encore très limité.
Mais je vous rejoins sur ce point que les pilotes des pays de Golfe ne sont pas des "AS" et comme certains d'entre eux sont des pistonnés (fils de générale, de haut dignitaires du régime...), pour eux apprivoiser l'ensemble du système d'arme du Rafale se révèlera difficile.
Réponse de le 26/08/2013 à 16:05 :
Vous pilotez un rafale sur ordinateur et en plus vous torpillez la vente des rafales avec la fin de votre commentaire. Bon vol et joyeux combat sur simu.
Réponse de le 26/08/2013 à 20:58 :
Ou est ce que vous avez vu que j'étais pilote de Rafale ? Je ne l'ai mentionné nulle part. Tout ce que j'écris, c'est le fait de témoignage receuilli auprès des pilotes que l'on peut lire dans les magazines ou les forums dédiés sur internet. Quand à torpiller les ventes du Rafale, je ne pense pas que l'émir du Qatar va prendre pour argent comptant l'avis d'un forumer, vous me donnez trop d'importance mon cher! :) Et que les pilotes des pays du golfe ne sont pas connu comme des As du pilotage pour les raisons invoqués plus haut est un secret pour personne.
a écrit le 26/08/2013 à 8:26 :
72 avions de dernière génération ? 72 !!!

Quel sera la conditions non officielle ? On passe de 16 à 72 avec l'armement le support derrière c'est quoi la logique ?

L'Inde c'est 126 pour un pays en guerre et autrement plus grand.
Y a quelque chose qui ne va pas.

Quant au F35 je n'y crois pas ça n'aurait aucun intérêt de faire un mix Rafale / EuroFigther avec le F35...
Réponse de le 26/08/2013 à 9:00 :
Oui, le Qatar affiche une certaine ambition en envisageant 72 avions. Ce pays-là a les moyens de se doter d'une défense convaincante, il en profite (et d'après l'article, des interventions extérieures ne sont pas à exclure). En effet, je ne vois pas trop la complémentarité d'un F35 avec des Rafale. Ça peut s'envisager avec un Typhoon air-air chargé de la défense aérienne, accompagné d'un F35 pour l'attaque au sol en environnement très hostile. (Vu les évals Rafale vs Eurofighter, on serait tenté de dire que ce mix marche aussi avec des Rafale, mais ces derniers pourront probablement faire 90% du boulot d'un F35 en air-sol...)

Dans tous les cas, le rôle d'un achat F35 pourrait être de s'offrir la protection US.
Réponse de le 26/08/2013 à 9:26 :
Si ce qui est dit dans l'article est juste, alors la décision rafale/ F35 est logique. Ils veulent renouveler rapidement leur flotte, ce qui élimine le F-35 qui ne pourra pas être livré rapidement. En attendant, le Rafale apparaît logique étant donnée les lacune du Typhoon et la volonté du pays de toujours s'équiper des meilleurs matériels. Pour le 2ème appel d'offre, en effet, le F-35 s'impose. Prestige, efficacité, liens avec les USA. Et comme le coût n'est pas un pb pour eux...
Réponse de le 26/08/2013 à 9:33 :
C'est vrai, on peut le voir de cette manière.
Réponse de le 26/08/2013 à 9:42 :
Dans le cas que vous évoquez, il serait plus logique de prendre un mix F35/F16. Ce serait moins coûteux, mais moins intéressant pour la France.
Réponse de le 26/08/2013 à 9:54 :
Et moins performant...
Réponse de le 26/08/2013 à 10:04 :
@PIERRE
Excellent raisonnement de votre part qui inclue tout les paramètres techniques et géopolitiques pour le choix des Qataris. Dans un premier temps, ils pourraient s'offrir le meilleure appareil multirôle disponible sur le marché : notre Rafale ! Et pour le deuxième appel d'offre, c'est le F35 qui s'imposera par décision politique et cela quel qu'en seront les couts et les performances du F35 . En effet, avec ce second lot, ils s'achèteront surtout la protection politico-militaire des Etats-Unis.
Et avec ça, aucun pays au monde ne fait le poids
En ayant deux fournisseurs différents, ils se consolident avec à la fois les atouts techniques (notre Rafale) et les atouts politique (le F35).
En plus, le F35 pourrait devenir lui aussi un excellent appareil quand il sera au point.
Réponse de le 26/08/2013 à 12:56 :
L achat se justifie pour la même raison que pour le Koweit les Emirats autres pays du Golfe la peur de l Iran Ce pays représente pour eux la vraie menace bien plus qu Israel dont ils savent pertinament qu ils ne feront rien sans l accord US ...L Iran par contre est bien armé bien entrainé leur armée de l air est leur talon d Achille et en cas de tentatives d invasion tout se jouera dans les airs
Par contre je ne suis pas d accord avec Jason Bourne sur le F35 les problemes de cet appareils sont bien trop nombreux pour qu il devienne un bon chasseur : furtivité deficiante , logiciels de vol catastrophiques,et plus grave de grosses lacunes structurelles mono reacteur ( tous les avions sérieux sont bi reacteurs oui je considére le Gripen comme pas sérieux comme chasseur principal) , capacité d emports ridicules tout comme ses capacités opérationelle Meme sa manoeuvrabilité est trés discutable
Réponse de le 26/08/2013 à 13:29 :
L'achat de F35 ? à choisir je partirai plus sur le super hornet et son successeur bi moteur pour la navy.

Le F35 est vraiment très mal né et ce programme va dans le mur.
Réponse de le 26/08/2013 à 15:01 :
D accord avec Benoit la Navy se desespére de se voir retirer son avion multi role ...a juste titre le super Hornet est un excellent avion ...Je savais pas qu il avait un successeur de prévu avez vous plus d info?
Réponse de le 26/08/2013 à 16:15 :
À vous lire je ne savais pas qu'en France il y avait autant de finir ministres de la défense. La palme revient à benoît qui sait déjà que le F35va dans le mur, il faut absolument prévenir les américains.
Réponse de le 26/08/2013 à 17:07 :
si vous vous teniez au courant vous sauriez que c est connu les problemes du F35 ca n a rien de secret juste tres embarassant pôur les Americains dont meme les pilotes on des mots trés du dur sur l appareil et meme sur le F22
Réponse de le 27/08/2013 à 0:04 :
@Mordrakhen et Benoit.
Je connais bien les déboires du programme F35 mais ce programme arrivera à son terme car les américains ne laisseront JAMAIS tomber cet avion qui leur a couté les yeux de la tête et surtout c'est toute leur crédibilité technologique et internationale qui est en jeu avec le F35. Ils ont vu trop gros avec le F35 au niveau du GAP technologique à franchir mais il finiront par le mettre au point (du moins qu'il soit aussi comparable à un Rafale), leur ingénieure ne sont pas plus cons que les notres et ils finiront bien par aller jusqu'au bout des choses car ils n'ont tout simplement pas le CHOIX ! Abandonner le F35 (ou mettre au point un F35 médiocre) sera l'équivalent d'un suicide politique.
En effet, abandonner le F35 serait en quelque sorte, faire un bras d'honneur à l'italie, la GB, La norvege, la turquie, le japon, la norvege, danemark , pays bas.
Certes, ils ont déjà fait avaler de sacré couleuvres à leur "partenaires" mais ça ils ne vont pas le faire.
Mais bon là on est complètement HS.
Réponse de le 27/08/2013 à 11:41 :
Ils ne peuvent bien sur l abandonner trop d'argent on deja ete investit et trop de partenaires dans la boucle .Par contre je doute fortement que le F35 devienne un jour un avion a la hauteur du Rafale ou meme du F18 Super Hornet Un mono reacteur sera toujours inférieur en manoeuvrabilité a un bi reacteur sa capacité d emport est ridicule tout comme son rayon d action Le F35 va faire comme le Phantom a son époque il est devenu un bon (juste bon) chasseur en toute fin de carriére
a écrit le 26/08/2013 à 7:59 :
J'espère qu'il ne faudra pas que la France intervienne en Syrie au coté des rebelles soutenus par le Qatar en échange du marché des Rafales. Triste monde des affaires !
Réponse de le 26/08/2013 à 8:13 :
Dans ces cas-là, c'est mauvais signe, car les capacités d'intervention de la France sont sans commune mesure avec celles des États-Unis...
C'est toujours possible hélas, mais négocier l'entrée en guerre d'un pays c'est un deal de très grande ampleur!
Réponse de le 26/08/2013 à 8:44 :
"intervienne en Syrie" ?? Et avec quoi ? On a plus de budget ...
Réponse de le 26/08/2013 à 10:55 :
Nous n'avions pas plus de moyen pour le Mali ou la Libye, mais comme nous vivons à crédit, il faut bien continuer à ruiner nos enfants !
Réponse de le 26/08/2013 à 14:01 :
Pour le Mali, on a trouvé des budgets parce que nos centrales nucléaires ont besoin de l'uranium extrait des mines de ce pays. Qu'y a t'il en Syrie à part des emmerdements? Poser la question, c'est y répondre: RIEN. Donc, Hollande va faire des beaux discours et la France ne fera rien!
:
Réponse de le 26/08/2013 à 17:11 :
faux Veritas y bien des choses en Syrie en cas cas d intervention Un paquet d emmerdes , un gouvernement islamiste , un bourbier, et se mettre dos les russes ....
Réponse de le 26/08/2013 à 20:47 :
Ce que Veritas appelle fort justement des emmerdes...
Réponse de le 27/08/2013 à 9:40 :
je sais bien c etait un +1 en sa faveur en mode cynique
Réponse de le 27/08/2013 à 11:42 :
@Veritas excellente analyse. Le consommateur lambda est bien floue de notre intervention au mali, (entre hausse des impôts, chômage...) il s'en fout un peu. Mais c'est bien pour l'uranium que nous y sommes. Petit détail que je tiens a laisser aux archives d'internet, nous verrons les problèmes de santé de nos vaillants soldats dans 15, 20 ans. La mort a l'uranium est une mort longue...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :